La Ribera de Navarre : l’exemple d’un paysage massacré par les éoliennes

Il n’y a pas un seul jour dans les médias sans article ou reportage catastrophe sur la canicule estivale.

A la télé, les cartes météorologiques virent au rouge foncé et la presse nous fait les gros titres sur la “vigilance absolue” en cours dans certains départements (alors que Météo France nous annonce un refroidissement généralisé dès vendredi !) Comme avec le Covid, ils commencent même à faire le décompte journalier des “morts du soleil” !

“Chaleur. Vivre avec la canicule. La France va connaître son épisode le plus chaud de l’été 2023, avec des pics attendus jusqu’à 43°. Depuis début juillet, la vigilance orange canicule a été activée pendant vingt-trois journées dans au moins un département, soit presque un jour sur deux.” (Aujourd’hui en France du 18/08/2023)

“Canicule : une touriste en urgence absolue après «un coup de chaud» en Lozère” (Le Figaro)

[Bon, on apprend qu’elle randonnait sous 38° et déshydratée, à fait un malaise et a chuté – NDA]

“Chaleur. Qui sont les morts invisibles de la canicule ?” (Libération)
 
“Les canicules ont causé la mort de près de 33 000 personnes en France depuis 2014” (Le Monde)

“Génération canicule : « À nos âges, nos parents étaient bien moins exposés » (Le Parisien)

En fait, ce bourrage de crâne sur le réchauffement climatique forcément d’origine anthropique sert, via des lobbies allemands, américains et chinois, à promouvoir les énergies renouvelables estampillées “vertes” car issues du soleil et du vent. Sauf que pour fabriquer des milliers de cellules photovoltaïques ou des éoliennes de 70 à 260m de haut, il faut du pétrole, de l’acier, de la fibre de verre ou de carbone et du béton. Donc, des mines, du transport, de la chimie, de l’industrie lourde et du BTP. C’est-à-dire des matériaux et des activités qui n’ont rien d’écologiques. Le tout pour produire à grands coups de subventions une électricité intermittente et chère.

Mais, surtout, en massacrant le paysage et les écosystèmes. Un comble pour une énergie dite “verte” !

En Ardèche, par exemple, le projet d’implantation de 7 éoliennes de 200m de haut (fondation en béton de 10m de diamètre sur 4 de profondeur) aurait nécessité de raser 9ha de forêt (Le Parisien). Pour une fois, le préfet a dit non mais l’entreprise Boralex (Canada) ne s’avoue pas vaincue pour faire aboutir son projet, avec la complicité des maires des communes environnantes (France Bleu).

L’un de ces exemples de paysages massacrés se trouve dans la Ribera de Navarre, au sud de Pampelune, lorsque les Pyrénées basques laissent place aux grandes étendues sèches qui annoncent l’Aragon, en descendant vers Saragosse. Ce territoire est couvert de milliers d’éoliennes et il y en a absolument partout : dans les plaines, sur les hauteurs, le long des crètes, sur des kilomètres et des kilomètres.

A la tombée de la nuit, elles clignotent de blanc pour ensuite se transformer en points rouges visibles des kilomètres à la ronde. Au pied de ces monstres de 70 mètres de haut, à la fondation et au mât en béton, le bruit est infernal, la vision apocalyptique. Aux parcs éoliens s’ajoutent à leurs pieds, des fermes industrielles (puanteur), des fermes solaires où rien ne pousse, des fils et des pylônes électriques.

La Ribera au coucher du soleil :

 

Ainsi, pour fournir l’électricité des voitures, des vélos et des trottinettes des Khmers bobo-écolos urbains, le paysage est devenu industriel, artificiel et moche. On se croirait sur une autre planète, dans un film de science-fiction. Et on ne peut s’échapper de cette vision d’horreur qu’en se réfugiant dans les parcs naturels environnants (la Dehesa del Montcayo ou les Bardenas Reales).

Dire que Macron veut la même chose en France en décidant de doubler le parc éolien national d’ici 2050.

Aux conséquences de cette transition écologique sur notre qualité de vie à la campagne, dernier endroit à peu près préservé, s’ajouteront celles de la transition démographique voulue par ce même Macron. Une véritable catastrophe en marche.

Ailleurs :

A Taza, au Maroc (General Electric – EDF – Mitsui)

 1,099 total views,  1 views today

image_pdf

23 Commentaires

  1. Visions cauchemardesques.
    De plus, ceux qui habitent non loin, se plaignent de nuisances sonores et auditives, de maux de tête, d’insomnies…

  2. Ne pas oublier le plus grave , pas une seule éolienne appartient a une société française , ainsi tous les problèmes environnementaux crées n’engageront JAMAIS ni le gouvernement français ni aucune société francises , toutes les éoliennes sont fabriquées et montées par des sociétés etrangeres sur ordre de bruxelles alors qu’aucune loi ne démontre que nous sommes européen.AUCUNE !Allez vous attaquer a une société etrangere pour defaut de fabrication ou matériel INRECYCLABLE , ils vous diront allez vous faire foutre ,ils seront intouchables ….et la merde restera sur votre dos .Par contre le courant obtenu est lui géré par Ennedis et co .

  3. En 1975, je vivais à Laon, et de Pâques à septembre, pratiquement pas une goutte d’eau,un miracle dans cette région .
    La Thiérache , d’habitude aussi verte que la Normandie ressemblait à la savane africaine.
    je peux vous dire la température atteinte à cette époque, parce que j’avais eu la bonne idée de déménager, pendant cette période.
    il faisait 39°dans l’escalier de l’immeuble; j’avais regardé le thermomètre parce que l’un des amis qui m’aidaient à déménager avait eu un malaise du à la chaleur

  4. Mais quel beau sapin de noél !les cons qui ont acheté cette “merde” doivent commencer a s’en mordre les doigts!Enfin c’e sont les peuples qui payent la facture des écolos bobos!

  5. N’allez pas si loin, faites un bout de route entre Orléans et Chartres, vous allez en voir des éoliennes !
    Ces gens se foutent bien de la gueule du peuple, ils n’en ont rien à faire de notre avis et les bobos-escrolos-parigots sont les rois de France.

  6. J’avais le 30 Novembre 2018 ,posté un article sur La grande arnaque des éoliennes.
    La transition énergétique, la grande escroquerie du siècle…
    Les éoliennes ?
    Problèmes de santé pour les riverains, dénaturation du paysage, coût énorme en argent et en pollution pour l’Etat, elles reviennent très cher au contribuable ( au Danemark l’électricité coûte deux fois plus cher qu’en France à cause du parc d’éoliennes et en France on annonce 13% d’augmentation du coût de l’électricité), rachat par l’Etat de l’électricité produite à un prix supérieur au prix de vente, ce sont donc les gilets jaunes qui payent, plusieurs fois. Et les gilets payent pour enrichir les Chinois et les Américains, principaux constructeurs d’éoliennes, ça ne donne même pas d’emploi chez nous. Au contraire, chaque emploi dans le secteur nous coûte 2 millions…

    5000 éoliennes qui ne fournissent même pas 3% de la production nationale…
    suite sur : https://resistancerepublicaine.com/2018/11/30/la-grande-arnaque-des-eoliennes/

  7. Tout à fait d’accord avec vous !
    Rien de nouveau sous le soleil à part que le peuple se fait enculer de tous les côtés !

  8. Je signale également qu’en Guyane, notre gouvernement “français” vient de raser des dizaines d’hectares de Forêt Primaire, et ce malgré les plus vives protestations de la Communauté Amérindienne locale…pour y mettre une hideuse Centrale à panneaux solaires!!… Alors qu’il y avait d’immenses étendues de savanes herbeuses à proximité qui auraient parfaitement pu être utilisées pour cela!…

    Toute ces destructions gratuites et délibérées n’ont strictement RIEN de fortuit! C’est l’expression même de la HAINE profondément nihiliste envers la Nature et la Vie même…qui anime et hante les anti-élites infernales qui dirigent et écrasent actuellement notre pauvre Planète tout entière!
    ARRÊTONS-LES MAINTENANT!!! Demain, il sera trop tard!…

  9. Donc, étant bête, je me suis posé la question : la chaleur produisant un effet de serre et les centaines de milliers d’éoliennes chauffant énormément (il faut un réservoir de 400 litres de liquide de refroidissement par éolienne), quel est le bilan écologique réel de ces ventilos. Je ne compte pas bien sûr, sur les escrocs d’eelv pour répondre à la question.

  10. ils veulent nous faire vivre dans des endroits moches, lugubres et dangereux…ni beauté, ni sécurité pour les gueux!!!!!!!!!!

  11. Tant que ça brasse du vent le présidant français est sur le podium . C’est l’essentiel pour la France et les français qui lui font confiance passequeues il le vaut bien qu’on lui fasse confiance tellement qu’il est fécond en bonnes zideeds

    • Etes vous certain qu’il ne brasse que du vent ?
      Je me suis laissé dire qu’il y avait aussi le bruit sourd (mais oh combien reconnaissable) d’une machine à compter les billets…

  12. Tout en ayant froid et en n’ayant pas eu un été digne de ce nom j’ai du mal à ne pas confondre réchauffement soit-disant climatique et météo. C’est un mot d’ailleurs que je ne supporte plus.

    C’est comme quand on nous dit que les nappes phréatiques sont vides alors que j’ai vu tant de pluie tomber cet été.

    Quand la réalité vient contredire la théorie, il y a des questions à se poser ou à ne pas se poser et laisser faire la nature donc la Vie qui tend toujours vers l’équilibre (avec un grand V pour le coup), équilibre global et non particuliers mis bout à bout…

  13. Vous avez que je ne suis pas sur la ligne non-réchauffement climatique…

    Il ne faut pas confondre réchauffement climatique et météo…
    Le réchauffement climatique se mesure en relevant les températures en un maillage organisé en de multiples points et à des heures régulières, de jour et de nuit… Il y a des points hauts et d’autres bas.

    Restent les causes et les solutions !
    Passons sur les causes, je me suis déjà exprimé là dessus…
    Les solutions :
    – les éoliennes sans mise en réserve de l’énergie* sont stupides en plus d’être couteuses, destructrices de l’environnement, dont de la biodiversité. Se pose aussi des questions sur les infra-sons générés…
    Le summum est atteint lors que pour satisfaire aux obligations, on arrête les centrales nucléaires pour racheter à prix excessif l’électricité produite !!! Les fonds de pension engraissent les retraités US ou autres, pas les français !
    *: il n’y a pas que des batteries, mais il faut revoir notre parc hydroélectrique par exemple, avec des réserves d’eau au bas des barrages destinées à les recharger en période de surproduction…
    – idem pour le voltaïque, qui cependant absorbe l’énergie solaire directement (par ces temps de canicule, le rendement est moindre) et pas désagréable lorsque que je vais faire mon marché d’avoir l’ombre des panneaux solaires sur le parking…
    Il faut savoir aussi que tout ce matériel est souvent importé depuis la destruction de notre industrie et que sa reconstruction est lente et freinée par les règles de l’UE et de la mondialisation !

    Autres solutions, des toits clairs, des sols clairs, des vélums (comme les romains) au-dessus de certaines rues…

    • Bonjour @JPSM

      Je n’ai pas écrit un article sur le non-réchauffement climatique. Je conçois très bien le réchauffement climatique en comparant les photos aériennes des glaciers alpins il y a 70 ans et celles d’aujourd’hui. Mais je conteste qu’il ne soit qu’anthropique et surtout, les moyens pour le réduire et le fait qu’il signifie la “mort de la planète”.

      Ce sont les médias qui confondent météo et climat, à dessein d’ailleurs. Pour eux, un épisode de canicule est FORCEMENT la preuve du réchauffement climatique. En 76, la sécheresse a duré 6 mois et personne n’a accusé les pots d’échappement d’en être responsables. Pour moi, ce bourrage de crâne sert surtout des lobbies. Enfin, cet article dénonçait avant tout la laideur de ces champs d’éoliennes qui, si elles produisent de l’électricité avec le vent, n’ont rien “d’écologiques”.

      • Je précise également que ces éoliennes ne fonctionnent pratiquement pas le matin, par manque de vent…

      • J’aurai du ajouter, non humaine !
        La responsabilité de l’homme existe, elle n’est pas uniquement sur le climat, mais aussi sur la biodiversité entre autres sans que cela soit totalement rédhibitoire je l’espère (mais il y a le flouze, et certains se pendraient pour !).

        En 76 la température et la sécheresse excessive, ce fut 3 périodes se situant entre mai et juillet.
        Les summums de température, des 38 °c, en particulier dans le Sud-Ouest !
        J’étais alors dans les Deux Sèvres et nous discutions sur les investissements des paysans à se procurer du matériel d’arrosage. Mon collègue de science assurait que ce n’était qu’un fait exceptionnel qui ne se reproduirait avant longtemps… On peut discuter de la relativité du temps ! Mais indéniablement, les canicules et les sécheresses se succèdent… On peut toujours arguer qu’il y aura toujours des pluies pour décharger l’atmosphère de son eau… Mais les tornades, pas que des orages, qu’on ne connaissait pas surviennent plus qu’on le souhaiterait.

        Aujourd’hui la différence c’est environ 4°C toujours dans le SO…
        J’ai bénéficié aujourd’hui d’un 39 et je ne suis pas en pleine ville, j’ai des bois à 50m de chez moi !
        Je ne sais à combien la température moyenne en France chacun de ces mois de 1976, mais certainement inférieures aux actuelles.
        Je doute que les cycles de Milankovitch expliquent ces faits…

        • “Je ne sais à combien la température moyenne en France chacun de ces mois de 1976, mais certainement inférieures aux actuelles.”

          En 1976, j’étais en Bretagne, et je me souviens de l’extrême chaleur intenable inhabituelle “tout” l’été (chacun peut constater que la météo affichée est souvent inexacte). On nous parlait même à l’époque de l’inquiétude face à des nappes phréatiques vides… et je me souviens aussi de mes réflexions à ce sujet qui sont aujourd’hui les mêmes vu la pluviométrie.

          Températures certainement supérieures à celles d’aujourd’hui en 1976.

        • J’ai de la famille un peu partout en France et tous confirment que les températures sont largement inférieures à d’habitude y compris à leur souvenir d’enfance.

          A Bordeaux et environs, il y a une quarantaine d’année, je me souviens encore de l’extrême chaleur où le soleil vous brûlait encore la peau à 19 h du soir… Impossible de sortir, et c’est un seul exemple.

  14. Les éoliennes comme leur nom l’indique ne brassent que du vent. Les Don Quichotte de l’énergie et leurs moulins à vent…

  15. Nous sommes confronté à la plus grande arnaque écologique de tout les temps le réchauffement climatique qui n’existe pas et qui sert de chantage à l’écologie punitive mais les Dépressifs Soja qui se prétendent défenseurs de l’environnement construisent des énormités comme les panneaux photovoltaïques plus les éoliennes avec le cas de la Ribera de Navarre dans le Sud de Pampelune où des arbres ont été détruites pour laisser le champ libre aux éoliennes qui défigurent le paysage de la Navarre sans oublier dans d’autres pays du monde comme le Maroc où les cinglés de Californien qui servent à engraisser les Dépressifs Soja des centres villes qui vivent dans un total mépris des Gueux qui sous couvert d’écologie Boboisant veulent conserver leur confort. Macronor Flatulator est obsédé par l’écologie et le grand remplacement de la population française par des migrants mais le Poudré Macronor Flatulator est dans une impasse !

Les commentaires sont fermés.