Hausse record de 40% du prix du gaz en Europe

ÉNERGIE – Les marchés mondiaux s’inquiètent d’une grève dans deux champs pétroliers australiens, qui pourrait déstabiliser le marché asiatique et entraîner par contrecoup des problèmes d’approvisionnement en Europe cet hiver.

Depuis juin, le prix de référence du gaz naturel en Europe a dépassé les 40 euros pour la première fois. La raison ? Le possible maintien de grèves de travailleurs au sein de deux champs de gaz naturel australiens. Cette situation a conduit le marché à craindre d’éventuelles ruptures d’approvisionnement.

Les contrats ont grimpé de 40% par conséquent. Il s’agit de la plus forte hausse depuis mars 2022. Les traders s’inquiètent d’une grève durable et les analystes de Citigroup (mastodonte de la finance, ndlr) soulignent que cela pourrait doubler les prix des contrats de GNL (gaz naturel liquéfié) en Europe et en Asie d’ici janvier 2024.

Grèves en Australie et impact sur les importations en Asie

Les travailleurs des installations de Chevron et de Woodside Energy (principaux producteurs de GNL) en Australie ont voté la grève, ce qui pourrait perturber les exportations de gaz du pays. Cela entraînerait par ailleurs une modification du marché mondial des carburants. La date exacte et l’évolution du mouvement social ne sont pas encore connus mais les travailleurs pourraient lancer un préavis de sept jours dès la semaine prochaine et cesser leur activité.

Les acheteurs asiatiques sont “susceptibles d’augmenter leurs importations de GNL” pour remplacer les volumes australiens en cas de perturbations, ce qui affecterait mécaniquement l’Europe, a déclaré Nick Campbell, directeur du cabinet de conseil Inspired. Le GNL est devenu une source d’approvisionnement de base dans le bouquet gazier européen, de sorte que tout signe indiquant que ce flux est menacé entraîne une hausse des prix.

L’Europe confrontée à la concurrence des prix 

La dépendance de l’Europe à l’égard des importations de GNL, et l’éventualité d’un arrêt de l’approvisionnement à partir des installations australiennes (qui représentent environ 10% des exportations mondiales) mettent en évidence la vulnérabilité de l’Europe face aux fluctuations de l’offre mondiale de gaz. Une offre qui comprend aussi la Russie.

L’an dernier, les réserves accumulées pendant l’été ont permis d’éviter la crise énergétique tant redoutée. Un spectre qui revient en plein mois d’août, alors que l’on craint qu’un approvisionnement régulier ne puisse être maintenu pendant les mois les plus froids de l’année.

La forte baisse de la demande a été un facteur compensatoire important, mais la réduction du réservoir mondial de GNL laisse les pays européens exposés à la concurrence des prix pour les cargaisons disponibles en Asie, “en particulier face à une demande saisonnière plus élevée l’hiver prochain”, a déclaré Patricio Alvarez, analyste chez Bloomberg Intelligence. 

Tensions en Allemagne

En Europe, les stocks de carburant sont actuellement remplis à plus de 87%, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré pour cette période de l’année. L’Union européenne souhaite qu’ils soient remplis à 90% d’ici novembre, et de nombreux pays, comme l’Espagne et les Pays-Bas, ont déjà atteint ou dépassé cet objectif. L’Allemagne et l’Italie y sont presque. La France est à 78% en raison de problèmes d’approvisionnement lors des récentes grèves.

En revanche, la sonnette d’alarme a été tirée en Allemagne. L’association allemande des gestionnaires de réseaux de stockage (INES) signale que la menace de pénurie persistera jusqu’en 2027, si les infrastructures ne sont pas renforcées. L’organisation estime que l’Allemagne a besoin de plus d’usines de GNL, de plus de capacités de stockage et de plus de gazoducs pour assurer un approvisionnement constant en hiver.

https://www.francesoir.fr/societe-economie/hausse-record-de-40-des-prix-du-gaz-en-europe

 1,135 total views,  2 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Je reviens sur l’édito concernant le gaz naturel ,le plus gros gisement de gaz naturel en Europe occidental est situé aux pays bas ,c’est le champs gazier de Groningue ,et le champs sera arrêté le 1er octobre ,arrêté pour séisme ?”Nous fermons vraiment les vannes”, a déclaré le Secrétaire d’Etat aux Mines Hans Vijlbrief, cité par l’agence de presse ANP.

  2. Etant du secteur énergétique pétrolifère et gazière ,je pense qu’ils sont comme les météorologues ,c’est la sécheresse ,mails il pleut et les températures ont baissés ,voire qu’elle part en % contribue l’Australie sur le marché du gaz ,pour info ,la vente se fait à l’avance par un contrat définissant les prix qui ne sont pas les prix spots du marché en instantané ,il pourrait y avoir un petit rebond technique ,les pays asiatiques ne se fournissent pas qu’en Australie !!! Par contre les prix augmenteront que si l’hiver serait effectivement rude par de très basses températures enregistrés et ça les traders ne vont se gêner !!!!

  3. Le prix va augmenter de 40% à cause d’une grève dans deux champs pétrolifères ? Ça va être un sacré bordel pour l’Europe !

  4. Il faut leur faire confiance, ils vont trouver encore un moyen pour nous augmenter le prix du gaz pour détruire ce qui reste de nos entreprises et aux passage nous tondre un peu plus prés. La mondialisation c’est la destruction. FREXIT et vite c’est urgent.

  5. Donc, notre électricité va reprendre 10 ou 15% à la rentrée. macron doit se frotter les mains et baver d’impatience.

  6. Ils ne répercutent que les hausses, mais pas les baisses, les salauds ! Il faut aller lire la presse étrangère pour savoir qu’il y a eu une forte baisse en juin : https://lecourrier.vn/prix-du-gaz-en-forte-baisse-a-partir-du-1er-juin/1181408.html
    Leur but : nous appauvrir car nous sommes dépendants des énergies et des réseaux publics (la concurrence n’est pas assez sûre ni indépendante). Nous obliger à louer une partie de notre maison à des personnes qui, sinon, seraient à la rue donc à la charge de l’Etat.

Les commentaires sont fermés.