Inde : 32000 jeunes filles hindoues et chrétiennes livrées à Daesh par des gangs

Le film intitulé « The Kerala Story » basé sur les expériences réelles de jeunes filles disparues au Kerala, doit sortir le 5 mai en Inde.

Le film The Kerala Story, (l’histoire de Kerala) a pour sujet les femmes du Kerala, au sud de l’Inde, victimes par milliers de la traite des êtres humains, converties et envoyées dans des camps terroristes.

Les musulmans et les gauchistes indiens sont furieux et veulent faire interdire le film !

“Il faut interdire ce film !” (Homme politique).

Un film sur le “djihad de l’amour” met en lumière le sort de jeunes filles hindoues et chrétiennes recrutées par des musulmans pour servir Daesh.

Le film en hindi The Kerala Story, dont la sortie est prévue le 5 mai, braque les projecteurs sur les gangs musulmans qui pratiquent la prostitution dans l’État du Kerala, dans le sud de l’Inde.

Dans les griffes de gangs de prostitution musulmans, dont beaucoup ont des liens avec Daesh.

Le film est basé sur les récits authentiques de jeunes filles hindoues et chrétiennes du Kerala qui ont été trompées par des gangs de prostitution musulmans locaux en utilisant le « djihad de l’amour » avant d’être envoyées en Syrie et en Irak pour rejoindre les camps terroristes de Daesh.

Avant même que le film ne soit terminé, des politiciens indiens de gauche ont demandé son interdiction. Le parti socialiste indien du Congrès et le parti communiste indien (marxiste) ont exigé des poursuites judiciaires contre le cinéaste pour avoir osé dénoncer le problème.

“Certains hommes politiques de l’État ont demandé l’interdiction du film”, a rapporté la BBC en novembre dernier.

La bande-annonce de The Kerala Story a été diffusée le 26 avril et a suscité des réactions et des controverses.

The Kerala Story raconte comment Shalini Unnikrishnan, une jeune fille de la campagne qui rêve de devenir infirmière, se retrouve dans un camp terroriste de Daesh à l’étranger. Le thème central est l’histoire d’un emprisonnement en Afghanistan en tant que terroriste de Daesh.

“Je m’appelais Shalini Unnikrishnan. Je voulais aider les gens en tant qu’infirmière. Aujourd’hui, je suis Fatima, une terroriste de Daesh emprisonnée en Afghanistan, et je ne suis pas la seule. Trente-deux mille autres filles comme moi ont été converties et emprisonnées en Syrie et au Yémen”, déclare le personnage d’Adah dans la bande-annonce.

“Des pratiques dangereuses consistant à transformer des filles ordinaires en terroristes ont lieu au Kerala, et ce publiquement. Personne n’y mettra fin. C’est mon histoire. C’est l’histoire de 32 000 filles. C’est l’histoire du Kerala ».

 

Le film présente en particulier comment le “djihad de l’amour” a été utilisé par Daesh pour attirer 32 000 femmes en Syrie.

La bande-annonce montre comment des hommes ont été formés pour courtiser des femmes hindoues et chrétiennes du Kerala au nom de l’amour, les convertir à l’islam et les convaincre de rejoindre Daesh et d’autres zones de guerre islamiques. Les faits choquants se sont produits entre 2018 et 2019, alors qu’un nombre croissant de jeunes du Kerala étaient tombés sous l’influence de Daesh,

The Kerala Story met en vedette Adah Sharma dans le rôle principal, interprétant la femme musulmane convertie Fathima Ba, basée sur une infirmière hindoue, qui avait subi le même sort. Le film met également en scène Yogita Bihani, Sonia Balani et Siddhi Idnani dans le rôle des trois autres femmes qui accompagnent Fathima.

Le film s’inspire d’une tragédie au cours de laquelle environ 32 000 femmes ont disparu au Kerala.

Elles ont subi un lavage de cerveau et ont été manipulées par des hommes musulmans qui les ont épousées et converties, les ont radicalisées et les ont ensuite déployées dans des missions terroristes en Inde et à l’étranger pour le compte de Daesh.

 

Nous savons que la plupart des combattants masculins ont été abattus ou se sont fait exploser au nom du djihad. Les femmes et les enfants laissés derrière ont fini par devenir de simples esclaves sexuels contraints de répondre aux besoins sexuels de terroristes islamistes dépravés. Le Hindu Post  raconte comment ces femmes font l’objet d’un trafic et sont ouvertement vendues, fouettées et violées.

Ils glorifient la burka et le hijab comme des boucliers préservant la dignité de la femme. De cette manière, les islamistes radicaux inculquent aux esprits vulnérables que seul Allah peut être adoré. La bande-annonce décrit également le rôle central des mollahs islamistes dans la radicalisation.

Au Kerala, un jeu terrifiant consistant à transformer des filles non musulmanes en terroristes de Daesh se déroule depuis un certain temps (2010). Ce trafic de femmes vers le Golfe est dû à la radicalisation croissante dans l’État du sud. C’est le résultat direct de l’apathie de l’État face aux actions des groupes islamistes comme le Front populaire de l’Inde (PFI) et ses organisations affiliées.

HinduPost rapporte depuis longtemps que les mouvements Therbiyathul Islam Sabha à Kozhikode, Markazul Hidaya ou le Sathya Sarani Trust dans le district de Malappuram ont ouvertement converti de jeunes femmes non musulmanes à l’islam.

Les djihadistes recruteurs ont converti des milliers de jeunes filles. La bande-annonce de Kerala Story mentionne également comment le ministre de la culture du Kerala, V S Achuthanandhan, a fait part de la menace que représente le djihad de l’amour.

Lors d’une conférence de presse, Achuthanandhan a déclaré ouvertement que les islamistes veulent faire du Kerala un État à majorité musulmane en 20 ans. Ils utilisent de l’argent et d’autres incitations pour convertir les gens à l’islam. Ils épousent même des femmes qui ne font pas partie de leur communauté afin d’augmenter la population musulmane.

Aujourd’hui encore, les jeunes filles non musulmanes subissent le poids de ce djihad de l’amour.
Bien que les communistes prétendument athées dirigent toujours le Kerala, ils sont motivés par l’appât du gain. C’est pourquoi ils pratiquent une politique d’apaisement pour satisfaire leurs maîtres à penser islamistes qui opèrent à partir de pays ennemis comme le Qatar et le Pakistan.

Source : Hindu Post

 1,797 total views,  2 views today

image_pdf

14 Commentaires

  1. Abject et désolant
    Rien ne m’étonne plus après les nombreux et répétitifs massacres d’arméniens, de chrétiens orientaux assyriens chaldéens yezidis etc sur plusieurs siècles dans l’empire ottoman… c’est dire
    Extirpons cette gangrène qui pollue l’Europe maintenant

  2. L’islam, dans sa grande bonté envers les ”Frères” et ”Sœurs”, interdisant que tout membre de l’Oumma se retrouve en condition d’esclavage (donc en situation d’être prostituée pour les femmes), les musulmans vont ”faire leur marché” en dehors des pays musulmans. Ainsi, les musulmans du nord de l’Inde vont faire leur marché au Népal (pays non musulman) où 3000 fillettes sont kidnappées chaque année et exportées dans les régions musulmanes de l’Inde. C’est ainsi que l’islam qui nous guette voit l’humanité : une Oumma dirigeante et privilégiée, et une populace à son service. Notre civilisation est aujourd’hui menacée, en Europe, par ce remplacement de choix de vie.

  3. Le 1er traître de France fera tout pour incorporer au maximum de l’islam extra-euopéen, parce que cette secte fait peur aux Français dociles et ça tombe pile-poil pour tout les traîtres du gvt et leur projet mondialiste de destruction de la France, c’est le bras armé de leur vision sur la “transition démographique” (connards)…

  4. Voilà une vérité qui mérite d’être mise en lumière grâce au film The Kerala Story où le djihad de l’amour a fait des victimes parmi les jeunes indiennes originaires du Kerala région du Sud de l’Inde ce qui ne plaît pas aux Gauchistes d’extrême gauche Indiens qui refusent de voir la réalité du Djihadisme et de l’islamisme radical en demandant l’interdiction de ce film qui fait l’effet d’une bombe sur une pratique bien rodée qui est de kidnapper des jeunes femmes, les forcer à se convertir à l’islam et épouser des djihadistes fanatisés mais ce que ces Gauchos ne comprennent pas c’est qu’ils protègent ces tueurs…. Dans le djihad on fait la guerre contre les infidèles, on impose la charia, on tue et on utilise les femmes comme des esclaves sexuelles pour satisfaire les désirs bestiaux des Djihadistes. C’est une terrible histoire et le film doit être diffusé en France pour sensibiliser sur le sort de ces femmes malgré la colère du salafiste ultra radical Edwy Plenel qui adore se masturber devant un poignard et un Coran dont il considère le djihad et le djihad de l’amour comme une bonne chose selon lui !

  5. Le voile encadrant étroitement le visage est comme la délimitation d’une zone chirurgicale. Seuls les orifices du visage de ces femmes sont visibles et c’est obscène. Elles sont des orifices ambulants. La réduction et l’obsession sexuelles que portent les musulmans sur les femmes est révulsant.

    • Mauve@,détrompez -vous ,ces connasses portent leurs oripeaux islamiques avec une trés grande fierté,revendicant même le droit de se vêtir librement .

  6. Très intéressant, la peste verte sévit partout dans le monde.

  7. En France, j’ai vu des jeunes Françaises s’amouracher d’un musulman. Quelques mois après elles étaient vêtues comme la jeune femme de l’illustration. Triste constat.

    • C’est vrai je l’ai vu aussi et j’en connais une et elle a 5 têtards et les deux filles sont voilées depuis l’age de dix ans. De temps en temps elle porte des lunettes de soleil avec des grosses marques rouge qui dépassent des lunettes. Qui aime bien, châtie bien.

      • Bienfait pour ces traîtresses adeptes des fanatiques d ‘ allah et mohamet.J’ ai aucune pitié.

  8. Quand on le dit nous que l’islam est trompeur, mensongé et plein de haine et que c’est un véritable cancer, un vrai fléau pour l’humanité. Mééééé nos dirigeants lui déroulent le tapis rouge au lieu de le combattre. Traître.

Les commentaires sont fermés.