ALERTE : des soignants suspendus discrètement convoqués par la police

Selon nos informations, un peu partout en France la police convoque, de façon perlée, des soignants suspendus pour les interroger et récolter du renseignement sur leur situation et sur leur position en matière de vaccin et de vaccination. Cette pratique proche de l’intimidation est généralement accompagnée de la forte suggestion de venir sans avocat… Dans le climat de répression qui s’abat actuellement sur la résistance, il devient évident que le pouvoir tente un dernière écrémage avant la purge du dernier carré.

Selon nos informations, la police nationale procède actuellement à une campagne perlée de convocations de certains soignants suspendus pour les interroger sur leur position concernant le vaccin. Pour l’instant, les conditions dans lesquelles cette campagne se déroulent sont encore obscures. Mais le mode opératoire paraît assez simple : la police convoque les suspendus officiellement pour un simple entretien, en précisant que c’est une formalité qui ne nécessite pas la présence d’un avocat.

Lors des entretiens, les policiers interrogent les personnes sur les raisons pour lesquelles elles ne veulent pas être vaccinées. On signale des cas où les policiers ont interrogé les soignants suspendus sur leurs opinions politiques.

Une partie de l’interrogatoire porte sur un éventuel exercice illégal de la profession depuis la suspension.

D’une manière générale, les policiers expliquent qu’ils agissent à la demande du Parquet. Plus rarement, il semblerait que certains hôpitaux publics aient pris l’initiative de dénoncer les personnels suspendus pour un hypothétique exercice illégal de la médecine.

D’aucuns considèrent que cette campagne d’information sous les radars et (précisons-le) d’une légalité extrêmement discutable, est un prélude à une campagne permettant de réintégrer les soignants les moins “dissidents”.

En l’état, un cas de convocation a été signalé à Angoulême, trois autres aux Mans, et plusieurs autres cas de convocation sur le reste du territoire sont en cours de vérification.

Une vague de répression impitoyable

Cette campagne d’intimidation à l’abri des regards s’inscrit dans un contexte de répression féroce contre l’opposition. Après la condamnation de Fabrice Di Vizio, après l’interdiction d’exercer signifiée à Alain Houpert (sénateur mais aussi radiologue), après d’autres sanctions prises plus discrètement contre des médecins, après le déférement de Didier Raoult, ces convocations sonnent comme des invitations à prendre le thé lancée par la police chinoise aux dissidents.

Il fut un temps où la France pouvait donner des leçons de Droits de l’Homme à la Chine. Cette époque est décidément révolue, et Emmanuel Macron peut se targuer d’avoir réussi cet exploit historique.

Le Courrier a par ailleurs interviewé aujourd’hui Martine Wonner, elle-même sous le coup d’une procédure disciplinaire pour avoir publié, lorsqu’elle était députée, plusieurs tweets jugés dérangeants, et pour avoir manifesté, en tant que députée, aux côtés des non-vaccinés. Ce témoignage montre bien comment une répression policière se met en place, rigoureusement, depuis la rentrée de septembre (comme nous l’avions annoncé plusieurs fois, d’ailleurs).

L’objectif du pouvoir est d’intimider les opposants, et de leur coller les condamnations les plus infamantes possibles pour dégrader leur image publique. Le procédé est bien connu. Son application la plus exemplaire vise Didier Raoult, dont la gestion a été passée au peigne fin pour être finalement transmise à la justice…

Un cabinet noir à l’Élysée ?

La question qui se pose in fine est de savoir quel est le degré d’orchestration de cette campagne de répression qui sévit depuis la rentrée. Certains soulignent que ce durcissement est contemporain de l’arrivée de Frédéric Michel au poste stratégique de “spindoctor” d’Emmanuel Macron, en remplacement de Clément Léonarduzzi, reparti chez Publicis.

Frédéric Michel n’est pas un enfant de choeur. Il a fait une grande partie de sa carrière dans le groupe Murdoch, ce qui l’a amené à comparaître devant une commission parlementaire qui s’inquiétait de ses méthodes d’influence. Il a par ailleurs oeuvré dans la société “Reputation Inc.”, dont le métier est… la réputation des entreprises.

Les initiés connaissent les méthodes de ces officines qui commencent à intéresser la France Insoumise.

Bref, rien n’exclut que l’arrivée de Frédéric Michel corresponde à un durcissement de l’Elysée lui-même vis-à-vis de l’opposition. Le combat de boxe est lancé.

En tout cas, quelques jours après son arrivée, l’espion en chef de Macron, Ludovic Chaker, dont nous avons parlé plusieurs fois dans nos colonnes, était parachuté dans un placard doré, au sein de la Direction Générale de l’Armement. Le ménage a commencé.

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/11/10/alerte-des-soignants-suspendus-discretement-convoques-par-la-police/

 

 2,254 total views,  4 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Honte à ces flics de se orêter au jeu criminel de macron. On a des sérieuses difficultés à pleurer sur leur sort, le cas échéant. Que les soignants qui le peuvent viennent malgré leur « conseil » accompagnés d’un avocat ! C’est quoi ces méthodes de nazi ?

  2. Vous souvenez-vous de ce macron blafard, livide, l’œil éteint, le souffle court et la voix blême sur un lit de misère pour nous informer de son covid ?
    Ah, les maquilleuses avaient fait du bon boulot….

    3 jours après il est filmé en pleine forme faisant la fête tout sourire !!!

    C’est ballot hein. Et là ni journaliste ni police pour s’en étonner, ni toubib de plateau TV !.

  3. La veille il applaudit les soignants et lendemain il les chasse, le pervers dans ses oeuvres !

  4. Voilà , tout ce met en place par ce pouvoir dictatorial corrompu avec l’aide des forces de police , comme je le signalé au début de la fumeuse pandémie de la coquille vide , la répression va en augmentant ,le fichage continue et bientôt la mise en place du délit d’opinion contraire à la ripoublique ? Ils enchaineront avec la mise en place de camps de rééducations fermés et si vous refusez de vous soumettre et d’accepter la doxa officielle , vous serez exécuter dans le plus grand secret .Ne pensez pas que je divague ou que je suis sous quelques substances illicites , je suis juste réaliste sur la mise aux pas des dissidents patriotes ou dans le cas contraire de leurs exterminations . Notre avenir et nos vies sont en DANGER A méditer !

  5. depuis le début ce gouvernement est une dictature qui ne dit pas son nom, et l’épisode des soignants n’a rien à envier à ce qui se passe dans les pays totalitaires

  6. J’ai toujours été persuadé que la police, les gendarmes étaient le bras armé du pouvoir. Quand ils affirment être au service du citoyen, je me marre. Quelle bande de faux-culs!

    • Bien sûr il n’y a aucun doute la dessus, ils sont au service de la population mais seulement après leur service au gouvernement donc ce n’est pas la même chose, les FDO et l’armée aussi maintenant sont avant tout au service des politiciens en place donc une police fortement politisée. On déforme souvent la perception des gens en disant que les FDO sont au service de l’Etat mais en réalité ils sont surtout au service d’un gouvernement, il faut comprendre la nuance entre l’Etat, personne morale de droit public et gouvernement provisoire.

  7. Écoeurant.
    Je ne suis pas soignant mais si j’étais convoqué en tant que tel je ne répondrais à aucune question. Sauf celle sur les opinions politiques où je dirais que ça ne regarde que l’urne.
    Ensuite, advienne que pourra…
    Vraiment écoeurant.

  8. Et après ça, ils s’étonnent que les français ne les aiment pas, ne les soutiennent pas, ils sont exactement comme ils étaient en 40, des collabos, des gestapistes, ils préfèrent faire chier les français plutôt que de les défendre, de les protéger et de courir après la racaille. Il est vrai que le trafic de drogue finance allègrement tout ça, donc ; pas touché.

  9. Au lieu d’arrêter les Racailles étrangères les policiers arrêtent les soignants non vaccinés pour les intimider et leur faire du chantage à la vaccination pour les détruire psychologiquement mais Messieurs les policiers ! Concentrez vous à arrêter les délinquants étrangers qui tuent, volent et violent des Françaises sur notre sol. Les soignants non vaccinés ont besoin de retravailler et d’être auprès de leurs collègues dans les hôpitaux surchargé et à travers ce genre de méthode le pouvoir Macronien Jupitérien corrompu essaie de faire son épuration médical et professionnels des non vaccinés et ça sent vraiment pas bon pour la Macronie.

  10. Les soignants non-injectés et tous les autres suspendus (sûrement convoqués aussi) devraient se mettre en colère et montrer aux Français que la gestapo existe toujours et que c’est plus possible de continuer à le cacher. Sous ses airs de chialeue, d’incomprise, de malheureuse agressée, la police est telle qu’elle était en 1942, rien n’a changé, pour ce qui est de la répression qui va augmenter au fur et à mesure que les Français vont s’apercevoir de ce qui se trame dans leur dos, faire entièrement confiance Allah police (racisée) pour de tels comportements dictatoriaux !!!

  11. Les staliniens à l’oeuvre. Quand on le dit que plus pourris, plus psychopathe que l’ordure de clown maléfique qui hante les couloirs du cirque de l’élisé, y a pas.

Les commentaires sont fermés.