Hermann H. Mitterer décrit le remplacement de population, nomme ses responsables et nous conseille (1/3)

Le tic-tac de l’horloge de l’Europe est tellement fort que les postes frontières de la Grèce pourraient bientôt s’écrouler

Cela continue encore et encore. Alors qu’on nous distrait sans enthousiasme avec des sujets tels le « Corona » et l’obligation vaccinale contre la rougeole, la frontière de l’Europe se redresse et tombe à tour de rôle actuellement en Grèce. Les masses se ruent – encouragées par Erdogan – vers l’Union Européenne. Le monde des vieux partis vert-rouge-gris et les médias complaisants rouge foncé appellent les « migrants » à venir en Occident.

Que se passe-t-il ici ? Hermann H. Mitterer déclare : un remplacement de population ! L’officier de l’Armée fédérale d’Autriche met en garde : ne croyons pas que quelque chose s’abat sur nous. Dans son livre « Bevölkerungsaustausch in Europa » (Remplacement de population en Europe) que chacun peut se procurer, il montre de façon détaillée et claire que l’immigration de masse est quelque chose de planifié !

Le but n’est donc pas uniquement la guerre contre la Syrie et la dissolution d’États souverains – l’objectif est également la modification pérenne et durable de la composition ethnique ainsi que religieuse et culturelle des peuples européens. Mitterer dit ceci et cela pas uniquement en l’inventant, non. Ce soldat travaillant avec précision avec le sens des liens politiques montre véritablement un système de remplacement des populations. Il attaque ce système et fournit quantité de citations et chiffres vérifiables.

Il ne s’agissait jamais de souffrance humaine et d’aide aux nécessiteux. L’objectif des auteurs de la réorganisation multiculturelle de l’Europe est bien plus vaste : une Europe UE multicolore et « plurielle » au plan religieux et ethnique, qui n’aura plus rien à voir avec l’Europe au sens libre, judéo-chrétien et ouvert que nous connaissons.

Mitterer montre de plus dans quelle faible mesure les politiciens sont capables de s’opposer à cette tendance. Il met en lumière le fait que 80 à 90 pour cent des personnages politiques font partie de ce projet multiculturel et s’imaginent appelés à être des missionnaires de ce nouveau monde. Les liens et les extraits de discours que Mitterer présente ici au lecteur sont difficilement supportables.

Ce livre riche en informations oppressantes recherchées avec minutie met en évidence qui et quoi se cachent derrière la cape d’invisibilité des formules « Bienvenue aux réfugiés » et « Frontières ouvertes ». Effrayant, angoissant !

Une chose est toutefois positive à la fin : Mitterer ne s’arrête pas comme tant d’autres à l’analyse. Non. Il nomme certes tous les problèmes et met en lumière les relations. Mais il décrit aussi ce que chacun peut faire – légalement et de façon entièrement démocratique – pour sauver notre Occident.

Comme Hermann H. Mitterer, officier dans l’Armée Fédérale d’Autriche le montre dans ce livre, la vague de réfugiés n’est nullement un phénomène qui nous aurait « submergés » de manière inattendue. Cette immigration de masse a au contraire été prévue de longue date ; elle est dirigée et soutenue au prix de dépenses énormes. Ce qui est choquant en fait : l’immigration de millions d’individus a été lancée en vue de modifier la composition ethnique et culturelle de la population en Europe. Les gens vivant ici jusqu’à présent doivent être mélangés avec des migrants et chassés par eux. Mitterer prouve cela en comparant les plans du remplacement de population avec les évolutions qu’on peut observer actuellement et en en apportant la preuve concrète sous forme de chiffres.

L’auteur nomme les responsables de ce grand remplacement de population, le « Umvolkung » des Nazis. Une chose effrayante devient nette : les forces les plus diverses travaillent à ce remplacement des Européens.

Dans ce contexte, Hermann H. Mitterer pose la question de savoir pour quelle raison il n’y a guère d’opposition à ce remplacement dans les milieux politiques. Et il fournit une réponse déroutante : la plupart des politiciens constituent un élément de ce système et approuvent le refoulement de la population européenne de longue date. De nombreux personnages politiques se sentent investis par l’histoire de la charge de mener avec succès cette « mission » à son terme.  

Apprenez dans cet ouvrage à la fois passionnant et aux faits recherchés minutieusement qui se cache derrière cette façade d’humanité, de diversité multicolore et de culture de bienvenue et quelles sont ceux dont les intérêts sont en fait satisfaits. Des dimensions insoupçonnées et les objectifs lointains de cette « grande expérience sociale » sont mis en évidence. Mais lisez aussi ce que chaque individu au sein de ce « remplacement de population dans le milieu de l’Europe » peut encore faire.

Mitterer le prouve de manière impressionnante : le remplacement de population n’est pas une théorie du complot mais l’amère réalité. Il est grand temps de lire et de diffuser le livre de Mitterer. Le tic-tac de l’horloge de l’Europe est tellement fort que les postes frontières de la Grèce pourraient bientôt s’écrouler.

 

Hermann H. Mitterer : «Bevölkerungsaustausch in Europa

Traduction par Jean Schoving pour Résistance républicaine

Jean Schoving nous fera l’honneur et le plaisir de nous proposer prochainement un ou 2 autres articles tirés du livre de Mitterer, afin de nous éclairer sur les responsables historiques et nous aider à lutter.

 1,028 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. C’est le grand succès de Merckel, le remplacement des allemands dont ceux de souche font encore moins d’enfants que les français et sont obligés pour leur démographie d’importer des enfants de migrants musuls ou africains qui eux ne se privent de faire des enfants.. donc mathématiquement le remplacement se fait naturellement… Pourquoi les allemands de souche ne veulent plus d’enfants, et je m’adresse aux femmes, c’est que les femmes allemandes sont très puissantes, les hommes ayant encore moins de droits que les hommes français, même un enfant conçu non désiré, dont le père prend les voiles, en Allemagne il aura à payer une caution… et il est très mal barré toute sa vie…. c’est pourquoi les hommes allemands ne s’engagent plus avec les femmes.. et ce sont les musuls qui viennent naturellement repeupler ce pays qui ne fait plus d’enfants… cela viendra aussi en France, grâce au femen, au woke, à Rousseau, aux femmes intégristes s’en prenant aux hommes… Triste avenir, les femmes méditer ce que vous faites avec les hommes, sinon nous seront très vite remplacé

  2. Merci pour cette traduction.
    Cette révélation ne m’étonne absolument pas, et je suis pleinement satisfait que ce Mitterer se soit penché sur ce qui nous arrive et qu’il nous apporte la preuve de ce qui me semblait évident.
    Nos polichinelles qui se sentent tout à coup investis d’une MISSION, ne sont de sombres imbéciles qui sont roulés dans la farine et qui nous trahissent. Ils sont les marionnettes hypnotisées de ce grand jeu de dupes. et je crois que la coke les aide grandement, pauvres de nous !!

  3. J’ai lu les conclusions de cet ouvrage, qui sont pleines de bon sens, mais nombre de patriotes à tavers l’Europe de l’Ouest les appliquent, toujours sans succès.
    Ce n’est pas en restant poli que l’on combat une invasion, ni les traitres qui l’encouragent. Les médecines douces sont largement insuffisantes face au cancer…

    • On est bien d’accord !

      Lisez la réponse que je viens de faire, de mon côté, au commentaire de notre ami Hoplite.

  4. Merci à J Schoving , juste qu’il y a beaucoup de répétition dans ce texte mais pas beaucoup d’éléments concrets annoncés .

    • Cela viendra, j’avais uniquement la présentation du livre sur Internet sous les yeux. La suite la semaine prochaine. Jean

  5. Il aurait été sympa de nommer quelques-uns de ces moyens pour casser ce projet funeste. Parce qu’en ce moment, à part un bon missile sur l’Elysée et sur Bruxelles de la part de Vlad, je ne vois pas la solution.

  6. Il serait intéressant de montrer à quel niveau les institutions ( politique, syndicats, administrations, associations) nationales et européennes sont infiltrées depuis des décennies. Un long travail d’analyse mais indispensable pour pouvoir réagir à ce fléau.

    • Parce qu’on ne le savait pas déjà ? On sait très bien depuis quand ça a commencé : depuis 1945, avec le projet européen, qui était déjà le marche-pied du mondialisme, et qui a connu une formidable accélération quand le dernier verrou qui restait a sauté en 1991.
      D’autre part, ce n’est pas « d’infiltration » qu’il faut parler, puisque tous les gouvernements des pays occidentaux, de ce côté-ci et de l’autre de l’Atlantique, y travaillent depuis longtemps à 100 % de leur temps et de leurs moyens.

      Les analyses, elles ont été faites ; les messages d’alerte, on les a lancés !

      Assez de toutes ces excuses pour nous disculper de notre inaction !

      Maintenant, il faut agir, en priant Dieu pour que ce ne soit pas trop tard ! Et quand je dis « agir », il va de soi qu’on n’en est plus au « débat » pour qu’échangent encore leurs « point de vue » des gens qui voudraient que ça change, mais tout en espérant que ce soient les autres qui fassent le boulot à leur place !

Les commentaires sont fermés.