De quoi est constitué 96 % de l’univers ? Pas de ce qui se voit (2/ 3)

Partie 2 sur 3

Nous avons appris, dans la première partie, comment a été découverte la matière noire. Nous allons voir ici de quoi elle est faite, ce qui est bien mystérieux.

Alors, mon frère, cette matière noire est-elle une nouvelle particule indétectable ou simplement de la matière ordinaire invisible. Les scientifiques se sont donc tournés vers les objets de l’Univers qui n’émettent pas de lumière, car c’est le cas de la matière noire : elle n’absorbe ni émet de lumière. Alors bien sûr, tu vas me dire et tu as raison, on s’est tourné immédiatement vers les trous noirs. Ceux-ci n’émettent pas de lumière, attirent la matière par leurs forces gravitationnelles, et peuvent être détectés par lentillage gravitationnelle (ton serviteur fera bientôt un article sur ce sujet). Mais c’est un peu plus compliqué.

L’hypothèse qui paraît la plus naturelle pour expliquer la présence de la matière noire, c’est d’imaginer la présence d’astres qui n’émettraient pas de lumière, ni n’en absorberaient. Ils seraient suffisamment denses pour apporter beaucoup de masse sans qu’on puisse les voir de trop.

On s’est tourné vers les MACHOs. Les MACHOs (« Massive Astrophysical Compact Halo Object ») qui sont des objets massifs compacts, de masse importante, émettant très peu de rayonnement proposés pour expliquer la matière noire.

Si cette hypothèse était bonne, la matière noire n’aurait rien de vraiment très mystérieux car elle serait composée de particules classiques, des atomes, des protons, des neutrons, regroupés sous le terme générique de baryons. On emploierait dans ce cas-là le terme de matière noire baryonique. Mais les MACHOs ont été écartés comme ne pas pouvoir répondre aux questions de l’existence de la matière noire.

Mais la matière noire pourrait être aussi des trous noirs :

Mais elle pourrait être aussi des naines brunes. Ce sont des étoiles qui n’ont pas réussi à s’allumer, et qui sont assez massives pour expliquer la présence de matière noire. Elles sont plus grandes que la planète Jupiter, n’émettent pas de forte lumière, et ont un poids très massif.

Mais elle pourrait être aussi des étoiles à neutrons qui sont des cadavres d’étoiles et dont la densité peut être 100 000 milliards de fois celle des planètes ou des étoiles classiques

Mais elle pourrait être aussi des planètes interstellaires situées dans le Halo galactique. Elles sont détectables par la lentille gravitationnelle (ton serviteur fera bientôt un article sur ce sujet). Mais voilà ! Elles ne sont pas assez nombreuses pour rendre compte de la quantité de matière noire présente dans le cosmos.

Bon, ami astronome, fait ton marché et prend ce qui te paraît le mieux !

Quel que soit sa nature, la matière noire est dix fois plus abondante que la matière dont sont faites les étoiles et les planètes. N’ayant toujours pas abouti, les spécialistes élargissent leurs champs d’actions de recherches. Ils considèrent à nouveau certaines particules découvertes précédemment comme les neutrinos. Ces derniers sont des particules de hautes énergies, de faibles masses, et comme la matière noire, ils traversent la matière ordinaire par million au même moment. Mais ils sont trop légers pour expliquer l’effet de la matière noire sur la gravitation. D’autre part, les chercheurs peuvent les recréer dans les accélérateurs de particules.

Les scientifiques se tournent aussi vers les Axions, autre hypothèse vers la matière noire. Bien que leurs existences n’aient pas été initialement suggérées en réponse au problème de la matière noire, mais pour résoudre un problème en physique des particules, les axions deviennent un bon candidat pour la matière noire. Ils seraient très peu massifs, voir même extrêmement légers. Etant très nombreux, ils pourraient constituer la matière noire. Ils auraient été créés lors du Big-Bang. Mais, en théorie, ils pourraient se changer en protons alors que la matière noire elle, est stable.

Ainsi, le candidat idéal pour former la matière noire doit présenter certaines propriétés physiques qu’aucun suspect auparavant ne possédait :

  • ce doit être une substance assez lourde, qui ne bouge pas très vite
  • nous ne pouvons pas la voir
  • ces particules ne se déplacent pas à la vitesse de la lumière
  • elle n’entre en interaction avec rien de connu, sauf avec la gravitation

Dans l’état actuel des connaissances scientifiques de la physique des particules, rien ne peut correspondre à de la matière noire. Comme un homme invisible traverse les murs, des milliards de particules de matière noire traversent au même moment la Terre sans jamais entrer en interaction avec la matière ordinaire.

Le physicien israélien Mordehai Milgrom a émis l’hypothèse que les lois de la gravité au niveau des galaxies ne relevaient plus de la loi sur la gravitation universelle de  Newton. Et que donc il n’y aurait pas de matière manquante (noire). Il a proposé une modification de la formule de Newton qui colle dans certains cas. Mais trop de choses inexpliquées et qui ne collaient pas avec sa proposition on fait que son idée a été abandonnée.

Après avoir étudié beaucoup de possibilités différentes, les scientifiques pensent que la matière noire ne ressemble à rien de ce que l’on connaît. Des milliards de particules de la matière noire nous traversent à chaque seconde. Il y a dans l’Univers une masse colossale que nous n’avons pas encore détectée.

Les scientifiques se sont alors tournés vers les WIMPs (Weakly Interacting Massive Particles, WIMP) qui constituent la piste privilégiée actuellement (cet article a été rédigé en septembre 2022). Il a été proposé que la matière noire soit principalement constituée de particules massives interagissant faiblement. Ces particules auraient été formées à l’époque où l’Univers était suffisamment chaud et n’ont encore jamais été détectées. Mais leurs caractéristiques en font un candidat idéal pour la matière noire. Le laboratoire de Soudan cité dans la première partie, Fermilab, recherche activement des WIMPs. Si une particule de matière noire heurte le noyau d’un atome, ce sera  la signature visible qui permettrait de détecter de la matière noire.

Si l’on trouve de la matière noire, on aura la preuve de son existence, et aussi la réponse à de grandes questions de l’Univers. On aura également un aperçu de ce qui s’est passé 11/1000 de seconde après le Big-Bang. Ceci nous permettra de comprendre comment l’Univers a évolué au tout début de son existence.

Les spécialistes disent que l’espace est créé entre le moment où régnait le néant (que cache ce mot ? Mystère…) et la violente explosion du Big-Bang. C’est donc à partir de ce moment-là que l’Univers a commencé à se développer. Les particules se sont formées lors d’une fusion nucléaire qui a libéré gaz et énergie. Le début de l’Univers était en fait un immense réacteur nucléaire. Puis, 380 000 années plus tard, des particules ont commencé à s’agréger, et ont créé le terreau d’où naîtront ensuite les étoiles et les galaxies. Est intervenue ensuite la gravitation qui a commencé à rassembler les objets ce qui porte le nom d’accrétion.

Les planètes et les étoiles n’auraient pas pu naître si la matière noire n’existait pas. Comme les poutrelles d’acier utilisé pour construire un immeuble, les particules de matière noire, qui se déplace lentement, ont servi d’échafaudage sur lequel la matière ordinaire est venue s’accrocher. Celles-ci forment des filaments, un peu comme une toile d’araignée, dans lesquels la matière ordinaire est venue s’accrocher pour se développer comme les galaxies par exemple. Des galaxies, nous n’en voyons que les éléments lumineux (étoiles, planètes…) mais ce que nous voyons n’en constitue qu’une petite partie. L’essentiel d’une galaxie est un vaste halo constitué de matière noire que nous ne voyons pas. Les formes des galaxies sont dues à la force d’attraction gravitationnelle de la matière noire.

Les scientifiques ont essayé d’établir une carte de la matière noire de l’Univers grâce au mirage gravitationnel. Einstein a dit que la gravitation affectait tout et qu’elle était provoquée par tout. Un des éléments qui est infecté par la gravité c’est la lumière elle-même. Quant elle traverse la matière noire, elle est déviée de la même façon qu’elle est déviée quant elle traverse une vitre. Ainsi, la lumière ne fait pas de différence entre la matière ordinaire et la matière noire. Ainsi, les deux types de matières entravent le passage de la lumière à travers les galaxies.

Les astronomes ont établi le tracé de milliers de sources lumineuses à travers la matière noire. Ils ont ainsi obtenu une carte assez précise des endroits où la matière noire se cache dans l’espace. Et ils ont découvert que la matière noire agit comme un squelette autour duquel s’amassent les matériaux visibles.

Ils peuvent ainsi remonter également dans le temps, et établir la quantité de matière créée au moment du Big-Bang. Si l’on connaît la configuration actuelle de l’Univers, et quand ils ne faisaient que la moitié de cette taille, et la moitié de cette moitié, et ainsi de suite, on peut en déduire la quantité totale de matière dans l’univers.

On estime que la matière noire constitue 28 % de l’univers alors que la matière ordinaire que 4 %. Quand on voit la force de gravitation qui opère dans les amas de galaxies, on en déduit qu’il y a forcément aussi autre chose dans les amas de galaxies.

100 – (28 + 4) = 68, tu es d’accord ami admirateur d’astronomie.

Mais alors, mon oncle, de quoi sont constitués les 68 % restants de l’univers ? Ah ah, j’te titille !

Et bien, on en parlera la prochaine fois : c’est l’Energie sombre (appelée aussi Energie noire).

Bye, bye

Professeur Têtenlair

 1,204 total views,  1 views today

image_pdf

28 Commentaires

  1. REPONSE A MON AMI PATRICE R > 1 SUR 6
    Merci, mon ami Patrice R, de l’intérêt que tu portes à mes modestes articles. Tu poses une question très intéressante.
    Pour la bonne compréhension de nos lecteurs, il faut expliquer ce que le mot « chromatisme » signifie. Ce mot signifie couleur en grec, donc un ensemble de couleurs, un peu comme une coloration ou la palette d’un peintre.
    La lumière est une onde électromagnétique, au même titre que les ondes radio. Chaque radiation lumineuse possède une longueur d’onde λ ou une fréquence f. En d’autres termes, une couleur unique est caractérisée par une longueur d’onde λ unique.
    Mais nos yeux ne perçoivent en fait que très peu de longueurs d’ondes donc très peu de couleurs, même si l’on croit pouvoir en voir énormément. De plus, nous ne voyons pas les ondes électromagnétiques qui sortent du champ de notre œil, comme l’ultraviolet ou les infrarouges.

  2. REPONSE A MON AMI PATRICE R > 2 SUR 6
    Le spectre des couleurs visibles par l’œil humain va approximativement de 400 à 800 nm (un nm = un nanomètre = un milliardième de mètre = 10-9 m). En-deçà de 400 nm il y a les ultraviolets et au-delà de 800 nm il y a les infrarouges.
    Alors dans ta question tu en poses en réalité 2 et comme il s’agit d’astronomie, le mieux est que je te résume en quelques mots la différence entre le télescope Hubble et le JWST lancé le 25/12/2021, sans entrer dans les détails bien entendus.
    Tu auras ainsi la réponse à ta question qui en comporte deux.

  3. REPONSE A MON AMI PATRICE R > 3 SUR 6
    Pour une partie de ta question, à savoir si on peut observer les photos de galaxies ou autres objets célestes telles qu’ils sont, la réponse est oui avec le télescope Hubble. Parce que ce télescope a été conçu et fonctionne encore actuellement comme cela, en travaillant essentiellement sur la LUMIÈRE VISIBLE. Pour parler simple, il prend en photo ce qu’il voit. Mais ce qu’il voit, toi tu ne peux pas le voir à l’œil nu.
    Hubble se trouve à 550 km de la Terre environ, et si sensible qu’il pourrait détecter la lumière d’une simple veille sur Terre. Autrement dit il voit des milliards des choses que tu ne peux pas voir et c’est la raison pour laquelle il a transmis des millions de photos.
    Mais la réponse à ta deuxième partie de question est que nous observons les photos telles que sont les objets célestes via un ensemble de télescopes dont le plus connu est Hubble. Par exemple, la sonde spatiale Parker se trouvant très près du soleil envoie de magnifiques photos de l’activité solaire. Pareil pour les roover chinois et américain se baladant actuellement sur Mars.

  4. REPONSE A MON AMI PATRICE R > 4 SUR 6
    Et c’est toute la différence entre le télescope Hubble et le télescope JWST. Ce dernier travaille dans la lumière dans des longueurs d’onde allant de 0,6 à 28 micromètres, c’est-à-dire dans l’infrarouge moyen et proche. C’est une partie de la lumière que l’œil humain ne perçoit pas mais qui permet de détecter des objets très lointains et froids comme les premières galaxies qui se sont formées juste après le Big Bang.
    Mais après, et c’est la première question dans ta question, puisque l’infrarouge n’est pas vu par l’œil humain comment peut-on voir les magnifiques photos qu’il nous transmet ? C’est là toute la sophistication de cet incroyable télescope à 10 000 $ c’est qu’il a tout le matériel nécessaire (quatre instruments scientifiques) pour capter le rayonnement infrarouge puis le transformer fidèlement en images visibles par nos yeux. Ces dernières précisions dans mon post numéro 5.

  5. REPONSE A MON AMI PATRICE R > 5 SUR 6
    Le JWST ne voit donc pas dans le visible puisqu’il ne voit que dans l’infrarouge (pour faire simple). Il capte donc des images invisibles par l’homme que sont les infrarouges. Ces images captées sont donc converties par de très puissants logiciels qui les rendent avec des couleurs visibles à nos yeux.
    Cette conversion de l’infrarouge en couleurs visibles se base sur des conventions internationales, lesquels ont été établis en fonction des longueurs d’ondes des couleurs. Le JWST donne toutes les informations nécessaires pour la conversion en couleurs de ce qu’il a capté dans l’infrarouge. Et ça sophistication est-elle qui donne la réalité des choses.
    Le petit jeu le plus fréquent désormais c’est de comparer les mêmes images prises par le télescope Hubble et le JWST. Ces photos sont identiques à la seule différence que le JWST donne des couleurs plus marquées et révèle des centaines de détails que ne révélait pas Hubble dans ces photos.

  6. REPONSE A MON AMI PATRICE R > 6 SUR 6
    Ton serviteur a écrit deux articles sur RR à propos de ces deux télescopes :
    – article sur le télescope Hubble publié le 29/04/2021 et intitulé « Beau à en pleurer : tu ne peux pas mourir avant d’avoir vu les photos de Hubble » sur lequel tu peux te rendre en cliquant sur le lien ci-dessous :
    https://resistancerepublicaine.com/2021/04/29/beau-a-en-pleurer-tu-ne-peux-pas-mourir-avant-davoir-vu-les-photos-de-hubble/
    – article sur le télescope JWST publier le 29/09/2021 et intitulé « Le plus puissant télescope spatial jamais lancé, le JWST sera mis en orbite le 18/12/2021 ! » Sur lequel tu peux te rendre en cliquant sur le lien ci-dessous :
    https://resistancerepublicaine.com/2021/09/29/le-plus-puissant-telescope-spatial-jamais-lance-le-jwst-sera-mis-en-orbite-le-18-12-2021/
    A noter que l’article sur le JWST a été écrit avant même son lancement, donc ne tient pas compte de toutes les images déjà produites, mais explique le principe même de ce télescope.

  7. Je relirai cet article à tête reposé ; je viens « en coup de vent » pour vous donner un lien :
    https://www.lindependant.fr/2022/09/29/une-tempete-geomagnetique-de-classe-g2-va-frapper-la-terre-ce-samedi-1er-octobre-les-americains-donnent-lalerte-10702149.php

    Ah oui, je vous invite tous à regarder la théorie de Jean-Pierre PETIT sur le modèle JANUS, et le fait qu’il affirme, démonstration à l’appui, que les trous noirs n’existent pas …
    https://www.youtube.com/watch?v=dqeOWRzohr0
    Titre :  » LEs trous noirs n’existent pas  »

    Ses vidéos sur youtube :
    https://www.youtube.com/c/JPPETITofficiel/videos

    J’ai certains de ses livres, j’ai, notamment, lu son premier livre sur le UMMITES …

    • Un grand merci BobbyFR94 de ta fidélité dans mes forums sur l’astronomie, comme d’autres forumeurs de RR.
      J’avais déjà lu l’article de « L’INDEPENDANT » que tu ne signales. Il est très intéressant. Mais des articles comme cela il y en a régulièrement, car en ce moment le Soleil a une activité particulièrement intense. Il est très souvent annoncé des répercussions terrestres importantes, et dans ton article elles sont annoncées pour ce samedi 1er octobre, jour où je t’écris ce post à 14h30, et il ne sait pour le moment, à ma connaissance, rien passé. Peut-être en entendrons-nous parler dans quelques jours ?
      Également, je ne sais plus si c’est avec toi ou d’autres personnes, que j’ai déjà répondu au niveau des théories de Jean-Pierre PETIT. Pour les résumer et faire simple, il a ses théories comme les autres, il est critiqué pour elles comme lui critiquent les théories des autres. L’avenir dira qui a eu raison !

  8. REPONSE A L’AMI FONZY > POST 1 SUR 3
    Merci ami Fonzy, de l’intérêt que tu portes, comme d’habitude, à mes modestes articles. Effectivement le phénomène de lentillage gravitationnel est passionnant en lui-même, et a aussi permis de découvrir beaucoup d’objets célestes. Je le traiterai bientôt.
    Voici ta question :  » Pourquoi certains corps deviennent des dizaines de milliers de fois plus dense que d’autres ? ». Je ne sais pas, dans le sens de « pourquoi ils deviennent ». Mais l’explication du fait de l’existence que des corps soient plus denses que d’autres est assez simple.

  9. REPONSE A L’AMI FONZY > POST 2 SUR 3
    La densité d’un corps dépend des caractéristiques de ce qui le constitue, à savoir les noyaux atomiques, leurs distances et dispositions les uns par rapport aux autres, l’existence ou non de gaz (présence d’air dans le liège).
    Par contre, ta question en amène une autre à laquelle je n’ai pas la réponse non plus mais qui est passionnante à se poser. Comment se fait-il qu’il existe des corps de densités différentes quand on connaît la façon dont se sont formées les planètes et, entre elles, la Terre. Voir POST 3.

  10. REPONSE A L’AMI FONZY > POST 3 SUR 3
    Après le Big-Bang, le système solaire constitué à l’époque de notre protoétoile (futur Soleil) s’est entouré d’un disque protoplanétaire constitué essentiellement de poussières. Celles-ci ont été percutées par une énorme météorite et de nombreux débris ont été projetés dans l’espace. Ceux-ci ont formé des petites planètes : les planétésimaux par le phénomène d’accrétion (rassemblement des débris).
    Alors pourquoi y a-t-il des densités différentes puisque ce sont des morceaux qui se sont racolés. Peut-être une explication : les scientifiques pensent que le nuage de poussière était lui-même déjà formé d’éléments différents comme le fer, le carbone, l’or et substances radioactives comme l’uranium. Ces éléments ayant donné par réaction chimique d’autres éléments. Ceci pourrait expliquer cela…..

  11. Mon dieu quel régal. J’attends le « lentillage gravitationnel » avec impatience. Pourrais-tu, un jour, nous expliquer de quelle façon certains « corps’ deviennent des dizaines de milliers de fois plus dense que d’autres ? Encore un grand merci pour tous ces fabuleux articles.

  12. Cher professeur, la plaque de la rue dédiée à notre Cassegrain porte le prénom Laurent et la date de décès 1693.J’ai contacté la mairie du village pour de plus amples informations. Il est vrai que cet abbé porte plusieurs prénoms soit Laurent, Jean, Nicolas ou Guillaumevselon selon les auteurs. D’après mes infos, ce serait bien Laurent et bien mort en 1693. Sa signature et son ecriture sur les registres paroissiaux seraient identiques à celles relevées sur des documents lorsqu’il officiait à Chartres. Bien mystérieux tout ça ! Amitiés !

    • Un grand merci de ces renseignements très intéressants associés à ta démarche de la mairie du village.
      Cela évite des confusions.
      Une fois réglé le problème Cassegrain comme tu viens de le faire, tu peux manger ton casse-croûte….

  13. REPONSE A L’AMI ARGO : PARTI 1 SUR 4
    Effectivement, et paradoxalement, l’abbé CASSEGRAIN NICOLAS (mort en 1712) et quasiment inconnu du grand public, est relativement peu connu dans le monde astronomique amateur. Et pourtant… il a inventé un type de télescopes dont on se sert encore aujourd’hui : le télescope de Cassegrain.
    Il existe, pour faire simple, trois types de télescopes chacun ayant ses particularités, avantages et inconvénients : les réfracteurs ou lunette astronomique, les réflecteurs et les catadioptriques. Le télescope de Cassegrain appartient à la catégorie des réflecteurs.

  14. REPONSE A L’AMI ARGO : PARTI 2 SUR 4
    Mais il a fait également l’objet d’apparition d’autres télescopes avec quelques modifications, lesquels télescopes modifiés changent de catégorie et passent dans les catadioptriques. Notamment le télescope de Schmidt-Cassegrain qui dispose d’un miroir primaire sphérique (et non parabolique, contrairement au télescope de Cassegrain) et d’une lentille correctrice, que l’on appelle « Lame de Schmidt », et le télescope Maksutov-Cassegrain dont les lames de Schmidt étant très coûteuses, ont été retirées pour faire place à un ménisque épais dont la fabrication est plus facile et moins onéreuse.

  15. REPONSE A L’AMI ARGO : PARTI 3 SUR 4
    Ton serviteur possède une lunette astronomique (catégorie des réfracteurs) pour l’observation du ciel planétaire, donc pour faire simple, du système solaire.
    Il possède également un télescope du type Newton (j’ai bien dit « du type » car ce n’est pas un télescope de Newton) pour le ciel profond (galaxies, nébuleuses, amas stellaire, et bien d’autres…). Ce télescope est la toute dernière génération sortie, entièrement automatisé, astrophotographies incluses.
    Je vais d’ailleurs consacrer une rubrique bientôt sur les photos réalisées par ton serviteur avec son télescope dernière génération.

    • J’ai une question concernant les images. Les couleurs somptueuses que l’on peut voir sur certaines photos de galaxies sont-elles des transcription chromatiques de longueurs d’ondes ou peut-on les observer telles que les photos les présentent ?

  16. REPONSE A L’AMI ARGO : PARTI 4 SUR 4
    La rubrique de ton serviteur sur RR en date du 26/05/2021 et intitulée « Les instruments en Astronomie amateur…simplement expliqués » donne quelques détails sur tout cela, et tu t’y rendre en cliquant sur le lien : https://resistancerepublicaine.com/2021/05/26/les-instruments-en-astronomie-amateur-simplement-expliques/
    Une bonne nouvelle : la matière noire n’est pas connue de nos ignares gauchistes car il y aurait longtemps, via les écolos dinguos et via Macrocescau, qu’ils auraient sorti une loi pour supprimer cet adjectif de noire. Ils sont tellement cons et ignares qu’ils n’en savent rien.
    La matière noire a été trouvée pour expliquer certains phénomènes mais son existence n’a pas été démontrée. Par contre, en Islamofrance son existence est bien démontrée puisqu’on la voit dans toutes les publicités et qu’elle est majoritaire dans les grandes villes.

  17. Cher professeur, j’ai fait un petit pèlerinage dans un village, du nom d Chaudon, où l’abbé Cassegrain Laurent (1629-1693), pas l’inventeur des conserves de légumes du même nom, exerçait son ministère. Il a mis au point un télescope, qui serait encore utilisé de nos jour.Est-ce exact?Une place lui a été dédiée dans ce même village. C’est la seule trace qu’a laissé ce brave ecclésiastique. Plus l’église où il officiait. Sa tombe à disparu. In pulverem reverteris…

  18. Cher professeur, que de science dans votre auguste tête, aussi bien faite que bien pleine. Étonnant que les Africains ne se soient pas encore insurgés contre le terme matière noire. Merci pour ce brillant exposé. J’ai rattrapé mon retard en allant lire le premier. J’étais absent pour cause de consultation à l’hôpital. J’y vais tous les six mois. Pour moi, l’hôpital, c’est le trou noir.

  19. Sorry … erreur dans mon précédent commentaire ?  » … les physiciens avaiENT imaginé ….  »

    Je dois toujours bien relire mon commentaire avant la publication, car le système ne permet pas les corrections …

    Mea culpa !

  20. La « matière noire » n’est qu’un concept physico-mathématique pour « expliquer » la dynamique, la cohérence des galaxies !

    Si l’on s’en tient à ce que l’on voit (= les étoiles composants une galaxie) alors le système ne pourrait avoir l’aspect que l’on observe …. du coup pour « expliquer » ce que l’on observe on doit imaginer de la « matière » que l’on ne voit pas (par définition) … c’est alors que les scientifiques « imaginent » la matière noire ! Jadis, pour « expliquer » la propagation des ondes lumineuses (la lumière) dans le vide spatial …les physiciens avait imaginé un « support propagatoire  » de ces ondes lumineuses : l’éther ! Aujourd’hui, on a complètement oublié ce concept car on a trouvé une autre explication ! Laissons donc le temps aux scientifiques pour comprendre ce que les astronomes observent !

    • Ami « de simple bon sens ! » tu as parfaitement raison sur l’ensemble de ton post. Comme expliqué dans la première partie de la matière noire (https://resistancerepublicaine.com/2022/09/14/de-quoi-est-constitue-96-de-lunivers-pas-de-ce-qui-se-voit-1-sur-3/), cette dernière a été imaginée pour expliquer des phénomènes observés comme la rotation des galaxies, tu as parfaitement raison de le signaler. Mais on n’en a encore absolument aucune preuve, même si les astronomes sont persuadés de son existence.
      Oui, dans les années 1900, les vibrations de l’éther étaient avancées pour expliquer la propagation de la lumière. Ether qui n’a évidemment jamais existé.
      Mais c’est comme cela que procède la science, à coups de théories plus ou moins fumeuses, qui aboutissent aux véritables découvertes.

Les commentaires sont fermés.