Un cosaque en France, John C, vous apprend les techniques anciennes de construction d’isba

… avec seulement une hache,une scie et une plane.

Une maison de rondins durera plusieurs centaines d’années. Celle qui est derrière John C sur la photo (2011)  a 400 ans !

 

Présentation de Jonathan Czödör Ichmoukametoff (dit John C)

Fondateur de l’école (ferme-école), d’origine Bashkir-cosaque (famille maternelle Ishmukhametov tribu Tangaur clan Suyun/ishmukhamet), c’est à travers sa famille qu’il apprit les savoirs et savoirs-faire de vie dans la nature, de « survie », d’autonomie et de gestion d’une ferme à la traditionnelle selon les savoirs ancestraux de sa peuplade ce qui lui a valu une décoration et la citation « au service du Peuple » par le Grand Kurultaï bashkir (L’assemblée)…

A ce titre, il a formé des centaines de militaires à la vie sauvage et la survie, permis la création d’une cellule survie dans les Forces spéciales et instruit au pistage humain des dizaines de policiers de l’environnement…

Naturaliste amateur, passionné d’histoire et d’ethnologie, enseignant d’arts martiaux traditionnels et historiques bashkirs et cosaques, pisteur professionnel et instructeur de survie reconnu, il s’est également illustré comme animateur télévisé pour des documentaires sur la vie en pleine nature (Mission : Aventures !  pour France 3 régionale , cuisine sauvage pour France 5 en prime en 2014).

« Et maintenant, nous sommes une famille de deux adultes et quatre enfants vivant en autonomie sur notre domaine la ferme bashkir-cosaque, entre traditions et modernité, entre sciences et savoirs ancestraux, entre vie rurale et vie sauvage, à travers les cultures bashkirs et cosaques, celle de mes arrières-grands-parents et grands-parents.  Nous avons été rejoints depuis quelques années par Gauthier, un fidèle compagnon d’aventure qui vit aussi sur la ferme ! »

Jonathan (dit John C), Julie son épouse, Noïa , Robin, Tïn et Arslan vous accueillerons en toute simplicité sur la ferme! (Photo aout 2021)

Une vie de sauvage ? Non, ne vous y trompez pas, nous ne sommes ni des marginaux, ni des survivalistes en attente de l’effondrement : Nous sommes tout simplement des amoureux d’un mode de vie plus sain, enraciné culturellement dans un esprit de filiation familiale et plus proche de la nature dans une certaine quête d’autonomie, comme autrefois…

« J’avais à cœur de retourner à un mode de vie plus authentique comme mes arrières-grands-parents ou mes grands-parents ou bien comme ce que j’ai pu connaitre aussi au pays avec mon grand-oncle. C’est là quelque chose qui m’a profondément imprégné, marqué et inspiré, voir même fait rêver par ses trésors culturels. Aussi, je ressentais cet appel vers mes origines, et je voulais me centrer sur l’essentiel pour permettre à mes enfants de connaitre eux aussi le bonheur d’une vie simple en famille proche de la nature et riches de belles traditions. En cela, la culture de mes ancêtres est tout indiquée tant dans la forme que dans l’esprit. »  Jonathan Czödör Ichmoukametoff (dit John C)

Le chien de la famille, croisé Berger allemand et Chien-loup tchèque

Cuisine à l’extérieur au feu de bois, habitat autonome…retrouvez les informations  et photos ici : https://www.centreculturellafermebashkircosaque.com/qui-sommes-nous/

 

Construction d’une isba avec seulement une hache,une scie et une plane.

Lors d’une aventure en 2011 de 30 jours en pleine nature, John C construira une isba de 5m² en solitaire avec seulement des outils anciens en 23 jours (PHOTO 2011 (c) Laurent R)

Lors d

AUTO-CONSTRUCTION – De la construction d’une isba (fuste)

Episode 2 :

Stage construction d’isba et traditions d’usage

Stage construction d’isba et traditions d’usage

Apprendre les techniques anciennes de construction d’isba (fuste, maison de rondins) des traditions bashkirs et cosaques avec seulement une hache,une scie et une plane.

 

Qui n’a jamais songé à se construire sa maison entièrement soi-même ? Qui n’a jamais songé à avoir sa « cabane » au fond des bois ? A travers ce stage, vous apprendrez à bâtir une maison de rondins dite isba (ou izba) selon les anciens savoirs des cultures bashkirs et cosaques* (*selon les traditions des cosaques de l’Oural, de Sibérie et d’Orenburg), du choix du bois en passant par la préparation des fûts jusqu’aux techniques d’assemblage avec seulement des outils anciens comme ça se faisait du 13e au 19e siècle, sans aucun outils modernes !

 

Pourquoi ce type d’habitation  dans les cultures bashkir et cosaques ?  Quelles essences de bois utiliser? A quelle époque et quelle pratique d’abatage utilisaient les bashkirs ou bien encore les cosaques? Quelles sont les techniques  de travail utilisées pour préparer le bois, faire les « encoches  » ou bien encore assembler les fûts?   Comment isolaient ils ces maisons  de  bois ? Comment affûtaient ils leurs outils ? Comment équipaient  ils ces maisons de bois ? Autant de questions abordées de manière théoriques et pratiques au cours de ce stage culturel.

Durant ce stage, une partie « mode de vie et traditions » vous sera dispensée en abordant un petit historique  des traditions bashkirs et cosaques autour de l’isba et du mode de vie qui en découle, et le vocabulaire en russe et en bashkir vous sera enseigné. Vous bénéficierez également d’une information sur les précautions d’emploi des outils (dont usage d’équipements de protection individuelles) ainsi  que de la prévention des accidents. Un point particulier sera fait également sur la construction bois au regard des règles d’urbanisme en France.

Informations pratiques

DUREE : 7 Jours PUBLIC : Adultes uniquement / 6 places maximum

LIEU : La ferme bashkir-cosaque (vous vivrez en totale immersion culturelle sur nos terres ! Un repas d’accueil est prévu et cérémonie du thé tous les jours)

A voir aussi : Nos ateliers pratiques à la journée   OU nos formations culturelles de plusieurs jours.

 730 total views,  1 views today

image_pdf

1 Commentaire

  1. Il y a aussi les Indiens du Var, les écos-hameaux, pleins de solutions. Les écos-hameaux ne sont pas les Verts bobos, mais des gens qui essaient de vivre en autarcie. Merci Jules Ferry pour cet article passionnant.

Les commentaires sont fermés.