Vers la récession, l’inflation et l’explosion de la zone euro en 2023

Le CAC 40 a terminé ce vendredi 22/04/2022 à 6581,42, la tendance étant à la baisse, tout comme le Dow Jones à Wall Street (33811,40). L’indice des prix à la consommation en zone euro a atteint 7,5% en mars, bien au -dessus de l’objectif officiel de 2%.

Christine Lagarde va mettre fin aux achats mensuels d’actifs de la BCE au cours du troisième trimestre ; elle estime qu’il y a une forte probabilité de hausse des taux d’ici la fin de l’année. Aux Etats-Unis, la Fed a déjà relevé ses taux de 0,25% en mars ; l’inflation de 8,5%, un sommet jamais atteint depuis 40 ans, est devenue un problème politique majeur pour Joe Biden. Continuer à élever les taux et restreindre les liquidités en diminuant les montants des actifs des bilans de la Fed et de la BCE pourrait déclencher un krach boursier. Le Comité monétaire de la Fed prévoit de réduire le bilan de la Fed dès le mois de mai et d’atteindre dans les trois mois, le rythme mensuel de 95 milliards de dollars, dont 60 milliards de bons du Trésor et 35 milliards de titres adossés à des créances hypothécaires. Trois hausses de taux de 0,5% sont à prévoir d’ici la fin de l’année aux Etats-Unis. Les taux à dix ans, négatifs il n’y a pas si longtemps, s’élèvent déjà à 2,97 % aux Etats-Unis, 0,81% en Allemagne, 1,29 % en France et 2,44% en Italie.
La Fed et l’administration Biden sont allées beaucoup trop loin en inondant l’Amérique de dépenses publiques et de liquidités, au point de créer une demande trop forte. Le seul effet positif a été la réduction immédiate du chômage et le rebond de la consommation. De plus, début avril 2022, les taux à deux ans ont rejoint les taux à dix ans : cette inversion de la courbe des taux est de mauvaise augure ; elle précède le plus souvent de quelques mois une récession.

Emmanuel Macron ne veut pas voir les nombreux cygnes noirs qui s’accumulent à l’horizon : inflation et diminution du pouvoir d’achat des consommateurs en raison de l’insuffisance de l’offre ; flambée des prix de l’énergie suite aux sanctions suicidaires des Européens envers la Russie ; confinements de plus en plus nombreux en Chine et arrêts d’activité face au Covid Omicron ; augmentation des prix chinois alors que jusqu’à présent la mondialisation était déflationniste ; transition énergétique beaucoup trop rapide et trop coûteuse pour les acheteurs de voitures électriques, les propriétaires d’immeubles victimes de normes écologistes et climatiques trop sévères ; gaspillage de nos impôts (10 milliards d’euros par an pour financer les éoliennes dont plus personne ne veut, la catastrophique, polluante biomasse et le solaire).

Il faut donc s’attendre à une récession de la même ampleur que celle qui a suivi la crise des subprimes aux Etats-Unis en 2007/2008. Cette récession pourrait être déclenchée par les banques centrales cherchant à « casser l’inflation. Selon le directeur des études de la grande banque américaine Saxo Bank, « le scénario de stagflation se confirme ». Il est très probable donc que les Etats-Unis et l’Europe connaitront la récession en 2023.
Ces craintes sont confortées par le prix de l’or, valeur refuge, qui se rapproche actuellement des 1950 $ l’once. La banque United Overseas Bank de Singapour le voit s’envoler à 2200 dollars l’once à la fin de l’année. Goldman Sachs s’attend même à ce qu’il dépasse les 2500 $ l’once. Quant à Robert KIyosaki, l‘auteur du livre à succès « Rich Dad Poor Dad », il est persuadé que les sanctions contre la Russie finiront par nuire au dollar, qu’une récession est à venir et que le dollar américain finira même par « imploser » !

Les Européens peuvent s’attendre également à une chute de l’euro, ayant saisi, tout comme les Etats-Unis, d’une façon inacceptable, tels des gangsters sans scrupules, les avoirs de la Banque Fédérale Russe, ce qui porte un coup mortel au statut de monnaie de réserve de l’euro. Une explosion de la zone euro, suite à une augmentation des taux d’intérêts conduisant, entre autres, à la faillite de la Grèce, de l’Italie et de la France, est très probable en 2023 !

Marc Rousset

Auteur de « Comment sauver la France/ Pour une Europe des nations avec la Russie »

https://ripostelaique.com/vers-la-recession-linflation-et-lexplosion-de-la-zone-euro-en-2023.html

 990 total views,  2 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Lamarche chez Bercoff a expliqué la façon dont on va l’avoir dans l’os avec ces mafieux à la tête de l’ue ; et les allemands qui vont la quitter dès que ça ne va plus leur convenir

  2. Lagarde à son poste actuel va épauler le prétentieux dans ses basses besognes ; après on dira qu’il n’y a pas de femmes au pouvoir avec ces 2 « spécimens » !
    (Modifié par JPSM)

  3. Oui mais en attendant tous ces salopards s’en foutent plein les poches.

  4. la dictature plus que jamais en marche : apparemment- les gens en redemandent

  5. 2) Le monde est en train de changer à toute allure et, comme l’adepte du en même temps, nos oligarques hors sol sont aux commandes du changement qu’ils veulent imposer à l’Occident. Ils préféreraient, peut être , que ça se passe en douceur à moins que cela ne prenne trop de temps et qu’une petite guerre puisse faire accélérer le processus afin d’empêcher les forces contraires de devenir trop puissantes.
    On oscille donc entre repousser une crise économique grave , en faisant fonctionner toujours autant la planche à billets et les aides au coup par coup, où une foutue guerre qui aurait le mérite de remettre les pendules à zéro avec moins de monde, mais qui aurait aussi des conséquences imprévisibles et peut être douloureuses pour nos oligarques (du moins pour certains) sachant que cette fois ils seront confrontés à la guerre nucléaire (alors, E.MUSK a bien ses vaisseaux spaciaux mais tous les autres richards peut être pas …gênant non)

  6. Pour moi ce que vous dites est quasi une évidence.
    Seulement j’entends depuis au moins dix ans que la crise économique va être dantesque, que l’UE va sauter, que la récession va être terrible, que l’on va avoir une révolution, une guerre civile, bref la catastrophe la pire qui ait jamais frappée le pays nous est promise, rabâchée répétée depuis au moins dix ans. Mais rien de tout cela n’est encore arrivé. Et les gens auxquels on a seriné ces couplets n’y croient plus vraiment ,du coup.J’en suis arrivée à me poser des questions sur ce genre de prédictions qui peuvent avoir une part de vrai mais qui peuvent aussi être contredites par la réalité qui n’est jamais ,jamais celle que l’on a prédit…

  7. Et le chômage ? La ruine des industriels, des PME, des agriculteurs? Sans consommateurs ou presque, avec des prix tirés vers le haut, la situation est inextricable.

Les commentaires sont fermés.