Débat : Argo souhaite la suppression de notre Déclaration de 1789 (DDHC), Christine veut la garder

En noir, Argo.
En bleu, Christine
Argo : Cela pourra peut-être et même sûrement choquer, mais je suis pour  l’abolition de la Déclaration  des droits de l’homme, rédigée  sous la Révolution, puis adoptée et complétée plus tard. Ainsi,  la notion de fraternité en était absente, elle n’est apparue que dans les textes constitutionnels de 1848, 1946, 1958.
À l’origine, le texte primitif a été largement inspiré des idées de Jean-Jacques Rousseau,  personnage pour lequel j’éprouve une certaine aversion, voire de la répulsion.  Autant j’ai apprécié les Rêveries du promeneur solitaire lorsque j’ai lu cet ouvrage  pour la première fois durant mon adolescence, autant  j’ai parcouru avec beaucoup de réserve ses autres œuvres  lorsque j’ai pu saisir l’ambiguïté du personnage.
 Christine Tasin : Rousseau, que je n’aime pas non plus, comme notre ami Argo, n’a vraiment inspiré que l’article 3 sur la nation qui est très bien. Le reste de la déclaration a été en partie inspiré à La Fayette, Sieyès etc.  et par Voltaire, Montesquieu, par les cahiers de doléances,  par le préambule de la déclaration d’indépendance des Etats-unis de 1776 que l’on doit à Jefferson, lui-même inspiré en partie par le philosophe Locke.
Argo :  Napoléon, le grand Bonaparte, déclara un jour à Stanislas de Girardin, en visitant la chambre où Rousseau s’était éteint, à Ermenonville : « C’était un fou, votre Rousseau; c’est lui qui nous a menés là où nous sommes.» Je n’oublie pas non plus qu’il a abandonné ses cinq enfants, contre l’avis de leur mère, Thérèse Levasseur. Quand on sait que les enfants abandonnés aux Enfants Trouvés  étaient voués à une mort rapide et effroyable vu les conditions de soins et d’hygiène  déplorables de cette institution,  on ne peut être que saisis d’horreur. C’est la faute suprême. Rédiger un traité sur l’éducation et commettre cet acte abject en dit long sur la moralité de ce personnage. Cinq infanticides  en fait, par institution interposée. Certains adulateurs de Rousseau avancent le fait que ce dernier n’avait pas les moyens d’entretenir une famille; malheureusement pour eux, Rousseau avouera plus tard qu’il les avait abandonnés pour les soustraire à l’influence de sa belle-famille, influence qu’il jugeait néfaste. Puis, il adoptera une autre version : il ne voulait pas que ses enfants soient adoptés par des membres de son entourage, de peur que ces mêmes enfants viennent lui reprocher leur abandon plus tard. Il faut aussi se souvenir qu’il avait dérobé un ruban et qu’il avait accusé  à tort une servante de ce larcin, servante qui fut renvoyée.
.
Pour ce qui est de la Déclaration des droits de l’homme, l’assemblée constituante, le 17 août 1789, décide la création d’un comité de cinq députés, chargés d’examiner les différents projets de déclaration. Le 13 août, elle procède à l’élection des membres de ce comité : à savoir Démeunier, La Luzerne, Tronchet, Mirabeau et Redon. Le 17 août, le projet est présenté, en dix-neuf articles précédés d’un préambule. Le 19 la Constituante décide que le texte sera discuté article par article. Un texte de 24 articles sera proposé par le sixième bureau de cette assemblée, bureau dirigé par Jérôme Champion de Cicé. Ce projet sera modifié en profondeur au cours des débats. Un seul à mon avis a su saisir le caractère dangereux  de cette déclaration, l’abbé Grégoire, homme politique, prêtre catholique et évêque constitutionnel, qui voulait que fût ajoutée la Déclaration des devoirs de l’homme et du citoyen. Le 10 décembre 1948, à Paris, au palais de Chaillot, la déclaration des droits de l’homme est devenue universelle sous l’impulsion de l’ONU, Certains n’ont pas signé ce texte. L’Afrique du Sud, par exemple.
Si l’on examine les événements postérieurs à 1948, on peut s’apercevoir que beaucoup  se sont allègrement assis sur ces droits. Les USA en tête, et à de nombreuses reprises. Récemment, sous Macron, ces droits ont été largement bafoués. Obligation vaccinale déguisée, licenciements de non-vaccinés, répression féroce envers les gilets jaunes, arrestations arbitraires,  intimidations, non-information des citoyens sur les dangers de la vaccination, dissimulation des décès induits par ce même vaccin, etc.
Les droits de l’homme nous ont livrés pieds et poings liés à l’immigration incontrôlée, en dehors des réfugiés politiques avérés, immigration incontrôlée que je nomme immigration de confort.  Impossible d’expulser les clandestins, les criminels. Certains membres du barreau, des ONG, des associations  en ont fait leur business. Vous remarquerez que tous les migrants excipent de ces mêmes droits pour arriver sur notre sol, réclamer à cos et à cris  un toit, des subsides. Le regroupement familial, le droit du sol, la lâcheté des hommes politiques  ont fait le reste. Que feront-ils si une famine éclate en Afrique comme cela semble être prévu et que la moitié de ce continent se précipite chez nous? Rien, et nous en crèverons. Nous en sommes arrivés à un point où les autochtones  ont encore moins de droits que les derniers arrivés. Quand nos compatriotes sont assassinés par ces mêmes arrivants, leurs meurtriers sont très rarement punis. Et ajoutons à ça les cités devenues des zones de non-droit, d’où les Français sont chassés un peu plus chaque jour, cités aussi plaques tournantes de tous les trafics, rackets, drogues diverses, vols en tous genres, rodéos urbains, agressions gratuites,  occupations sauvages des ronds-points lors de mariages, etc.
.
 Personnellement, j’abolirais ces droits pour les remplacer par la Déclaration des devoirs de l’homme. Ainsi en ayant des devoirs les uns envers les autres, les droits seraient préservés. Par contre, j’inscrirais dans ce texte une obligation majeure; celle pour tout individu  de ne pas se rendre sur notre territoire sans y avoir été expressément invité. Et de facto, le droit pour notre pays  d’expulser les contrevenants. Bon, je m’attends à être conspué par les droit-de-l’hommistes, mais j’assume. Je vais conclure  par deux citations : une  par quelques vers de Pierre de Ronsard
(1524-1585)., et l’autre  d’Aristote,  citations  que je trouve bien à propos.
RONSARD
France de ton malheur tu es cause en partie,
Je t’en ai par mes vers mille fois avertie.
Tu es marâtre aux tiens et mère aux étrangers,
Qui se moquent  de toi quand tu es en danger.
Car la plus grande part des étrangers obtiennent,
les biens qui à tes fils justement appartiennent.
Et Aristote IVème siècle avant J-C
Parmi ceux qui ont, jusqu’à présent, accepté des étrangers pour fonder une cité avec eux ou pour les intégrer à la cité, la plupart ont connu des guerres civiles.
 Christine Tasin
 Christine Tasin : contrairement à Argo je ne crache par sur la Déclaration de 1789 et je ne la remets pas en cause, elle est presque parfaite et doit rester notre référent. Le seul problème ce n’est pas elle, c’est que la nôtre ne prenait en compte que le citoyen (droits de l’homme et du citoyen), elle ne se souciait pas de l’étranger… et que l’on a tiré de cette magnifique déclaration un texte « universaliste », une déclaration « universelle »  qui nous parle non plus des droits de l’homme mais des droits « humains » (anglais oblige) ce qui change tout…
Notre belle déclaration a été dévoyée avec l’aide de tous les salopards qui se sont succédés à la tête de notre pays et qui ont oeuvré à remplacer notre souveraineté par une sujétion à des parasites non élus de Bruxelles, qui nous imposent de respecter « leurs » textes que jamais nous n’avons ratifiés !

 962 total views,  2 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Christine, Christine….Ô Christine que c’est beau la culture quand elle s’installe dans la tête d’une personne comme vous…
    Merci, magnifique !

  2. Puisqu’il est question de devoirs, je pense qu’ils doivent avant tout s’appliquer aux étrangers qui débarquent chez nous.
    En ce qui nous concerne , nous sommes suffisamment chargés, merci.

  3. Je vais donner un exemple très précis me concernant, je vais assigner prochainement mon employeur en justice pour une décision qu’il prend qui est entre autres contraire au respect de mon domicile, mes biens et ma vie privée au regard des risques psychosociaux qu’il m’impose. Ces droits, je les dois à la DDHC (la propriété), la CEDH (la vie privée et le domicile) et… la gauche française pour la prise en compte des risques sur la santé du travailleur. Si je ne les avais pas, je n’aurais qu’à dire « oui monsieur le Directeur », même quand on me crache à la figure ! Avec un crédit à rembourser jusqu’à la moitié du siècle en cours, je ne peux pas me permettre…

  4. Ce n’est pas la declaration des droits de l’homme qui pose probleme c’est la constitution francaise dont il suffirait de changer un mot pour que nous redevenions maitres chez nous.
    Lisez
    ARTICLE PREMIER.
    La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
    Il suffirait d’ajouter francais….
    – Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens FRANCAIS sans distinction d’origine, de race ou de religion
    CE QUI RENVERSERAIT TOUTES LES JURISPRUDENCES ET EMPECHERAIT DE FAIRE PASSER LES ETRANGERS DEVANT LES FRANCAIS et empecherait les abus fini les allocations diverses versees aux etrangers,fini le droit au logement devant les francais etc….
    C’est une grossiere erreur commise par Michel Debre responsable de la redaction de la constitution et de Gaulle l’a engueule lui disant VOUS VENEZ D’ACCORDER L’EGALITE EN FRANCE AU MONDE ENTIER…..mais il etait trop tard.

  5. Il est clair que le droit français constitutionnel a glissé progressivement vers le droit européen et international sous l’effet d’une idéologie socialo-communiste universaliste, c’était aussi un moyen de valoriser la France qui était considérée comme le pays des droits de l’homme mais il y a eu une déviance, en cherchant à étendre son influence mondiale, la France, grand pays par sa qualité mais petit pays par sa taille s’est parjurée et s’est trahie elle-même. En voulant briller, la France s’est brulé les ailes en donnant la même valeur à n’importe quel individu de la planète, c’est bien joli et bien-pensant de vouloir valoriser l’individu quelle que soient son éducation, sa culture et son origine mais c’est une grossière erreur car l’égalité en réalité n’existe pas. Non, il est impossible de donner une équivalence de valeur entre un africain moyen et un français moyen, cela voudrait dire alors qu’il suffit juste d’exister, de naitre et c’est tout, foutaise, l’être se construit de lui-même et avec l’aide de ses parents et de la société.

  6. Les DDHC ne sont pas initialement prévus pour les étrangers et encore moins pour les islamo africains, c’est ça le problème, on a glissé vers l’universalisme et c’est ça la grande erreur, on a vidé le sens de ce texte en l’interprétant comme un droit humain international alors qu’il ne s’agissait que d’un droit purement français. La France de cette époque était tournée vers le citoyen Français et uniquement vers le citoyen Français. Les juges français influencés par l’idéologie d’extrême gauche ont détourné le droit français pour en faire un droit du citoyen du monde.

  7. NON FAUT LA GARDER
    Je viens encore de m’en servir
    Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.
    Contre le consulat de France a Bangkok qui pretendait vouloir m’empecher de publier sur son site facebook….sous menace de poursuite en Conseil d’ETAT.
    Je publie y compris si ca leur convient pas contre les vaccins ARNm qu’ils distribue la mort avec….contre leur honteuse propagande pro Ukraine et anti russe ou on voirt ce pitre d’ambassadeur de France avec un Tournesol fleur nationale de l’Ukraine faire de l’anti Poutine.
    tapez ambassade de france a Bangkok sur facebook vous pourrez constater moi c’est Michel Michel comme ici.
    Ils l’ont mauvaise mais cette declaration les coince.

  8. La DDH-et-du-Citoyen de 1789 est « approuvée par le Roi ». Et elle doit rester comme un Phare de nos libertés. Même si les régimes successifs et Macron en particulier s’en sont torché, il est urgent d’abolir tous les textes non conformes à nos droits fondamentaux.

  9. on pourrait la garder si elle n’était pas régulièrement dévoyée par des idéologues mortifères pour notre pays, et si elle n’avait pas donnée naissance à un monstre : la cour européenne des droits de l’homme symbole de l’inquisition et de la condamnation de ceux qui ne pensent pas comme elle : il n’y qu’à relire leurs décisions – donc il faut renverser la table et revoir le bien fondé de ses institutions

  10. La ddhc est indispensable, et même la cedh l’est mais à condition de les renationaliser, d’en réserver le bénéfice aux citoyens. Et la liberté religieuse ne devra jamais servir de prétexte pour déroger à la constitution.

  11. Moi, je commencerais par inverser « droits de l’homme » et « citoyen » dans le titre.
    Avec citoyen en plus gros que droits de l’homme.

    C’est peu, mais le visuel a aussi son importance.

  12. Ben vous avez raison tous les deux, en fait.
    Le gros problème de cette déclaration des droits de l’homme et du citoyen, c’est qu’elle a été dévoyée lorsque les dirigeants l’ont faite « universelle ». Tout homme a les mêmes droits partout. Je ne dis pas que c’est une mauvaise chose cependant, quand un Français va en Afrique, il respecte ses lois, et quand un Africain vient en France, au nom des droits de l’homme, il fait ce qu’il veut. Et si le Français se met à faire ce qu’il veut en Afrique, on le somme de respecter les lois locales car sur ces mêmes droits de l’homme, le pays choisit les lois qu’il veut. Facile comme ça.
    Quand à remplacer les droits par les devoirs, c’est le meilleur moyen d’amener des dictatures au pouvoir. Il suffit de voir la macronie, avec l’autre idiot d’Attal, qui balance que les Français ont avant tout le devoir de ne pas contaminer les autres, et pas le droit de refuser une injection expérimentale.

    • Le covid qui, au départ, est une infection relativement bénigne, a été instrumentalisé pour réduire nos libertés et installer un contrôle social.
      Concernant les droits de l’homme et toutes les règles de droit (tel par ex. le code de Nuremberg), celles-ci sont régulièrement bafouées par nos gouvernements et leur « justice », l’UE, Le FEM etc … selon leur bon plaisir. Il s’agirait d’abord de « renverser la table » de ces pouvoirs abusifs et coercitifs avant de couler dans le marbre de nouvelles règles de droit. L’histoire est un éternel recommencement. Vite Z!

  13. Débat philosophique très intéressant. Sujet extrêmement vaste, pour un ouvrage au moins ! Bravo de l’avoir abordé.

Les commentaires sont fermés.