La politique de l’insulte, ou l’insulte en politique ?

 

Pour commencer, c’est l’histoire d’un mec (pourquoi vous souriez ? Vous la connaissez ?).

Bon c’est l’histoire d’un gibier de potence qui erre dans les couloirs du Panthéon une rose à la main, (le type, pas le Panthéon, voyons !). Bref nous sommes le 21 mai 1981 et pour éviter toute confusion, nous l’appellerons Le Mythe Errant. À quoi peut penser cet olibrius en cet instant ? À sa victoire du 10 mai précédent, attendue depuis 1965 ? Pas du tout, cet hurluberlu est agacé, même les journalistes qui commentent l’évènement en conviennent. Eh oui, le bougre a demandé qu’on lui passe « Freude schöner Götterfunken… », en résumé l’hymne à la joie de la neuvième de Ludwig van. Le problème, c’est que notre lascar a oublié que cette mélodie n’est qu’une petite partie d’un mouvement qui peut durer 25 minutes. Pour ne rien arranger, la version choisie ce jour-là est particulièrement lente. Notre Mythe Errant est resté là, à attendre avec une impatience non dissimulée l’accord final. Cela lui apprendra à être mégalomane. Cette séquence m’a beaucoup amusé.

https://www.youtube.com/watch?v=uOcgxowATQg

Nous sommes maintenant le 13 octobre 1981. Entre temps l’Assemblée Nationale a été dissoute, (l’avantage du septennat sur les mandats de cinq ans de nos dépités députés (les dépités c’est nous), elle devenue toute rose au point que Le Canard déchaîné enchaîné va jusqu’à titrer Après l’État de grâce, les tas de sièges ! Du coup les socialos ne se sentent plus pisser, ils attendent ce moment depuis 1958, la vessie doit être foutrement pleine ! Et que dire des cocos exclus de l’Assemblée depuis 1947 ! Alors on se lâche, on se lâche ! La palme de la citation la plus percutante revient au député André Laignel : « Vous avez juridiquement tort car vous êtes politiquement minoritaires ». Ainsi a débuté avec fracas la mode de l’insulte en politique, par la grâce de la gôôche. Mise en sommeil durant les 14 années (difficiles !) du Mythe Errant, les 12 du Chie-Raque, elle revient brièvement dans la bouche du Sarre-Cosy, avec un élégant « Casse-toi, pauv con », très apprécié par un certain Adolf :

https://www.youtube.com/watch?v=eRlx-dzU5bs

Plus tard, le gros plein de soupe Flanby va y aller d’un ridicule « les sans-dents », petit joueur, va ! Heureusement, le 14 mai 2017 va débarquer un poids-lourd de l’insulte ! Notre Macron, appelé soit « Choupinet » (trop affectueux à mon goût), « Macronescu », « Micron », « Macrouille », voire « Macrotte », le dernier n’est pas mal, vu que « Macron » rime avec « Étron », quoique…un colombin bien moulé (ou non, suivant son régime alimentaire), peut toujours avoir une utilité en tant qu’engrais, mais Macrotte n’est absolument pas recyclable…à moins d’être vitrifié et d’être enterré très profondément en compagnie des déchets nucléaires. Donc avec Macrotte l’insulte se situe au plus haut niveau de l’État, pour paraphraser Audiard, si l’insulte se mesurait, Macrotte servirait de mètre étalon, il serait exposé à Sèvres ! Un gabarit exceptionnel, je vous dis ! Alors je vous fais grâce de toutes les insultes proférées même avant les élections, ce virus de l’invective s’est propagé jusqu’à ses sinistres ministres, aux dépités députés, aux journalistes journaleux des médias merdias, œuvrant dans ces mêmes merdias mainstream grand public, un sacré ramassis de doryphores !

https://www.youtube.com/watch?v=51mUGg00XiM

Les catholiques croient en la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. En France (ou plutôt en Macronie ?) nous avons notre Trinité Satanique : Macron-Castex-Véran. Je leur ai trouvé leur double grâce au cinéma : Le village des damnés pour Macron, Forrest Gump pour Castex, vous savez le malappris qui cherche ses lunettes alors qu’il les a sur les nez, La ligne verte pour Véran le misérable qui a la veulerie de son modèle, Percy Whitmore :

Regardez les, ces pourritures !

Le village des damnés, vous connaissez ? Il y a eu deux versions de ce roman, une en 1960, l’autre en 1995 ; dans un petit village des États-Unis, dix enfants naissent le même jour et à la même heure. L’un est mort-né. Les neuf survivants ont tous des cheveux décolorés, manquent totalement de compassion et n’hésitent à supprimer toutes les personnes se mettant en travers de leur chemin. Si vous pensez à Macrotte, vous avez gagné !

Mais revenons à l’insulte, je pense au Véreux qui a osé dire à Martine Wonner « L’hydroxychloroquine, ça ne se fume pas ! ». Puis il y a le Lechibre qui veut menotter les non vaccinés, enfin inénarrable Sophie Aram, simple animatrice qui ose sur une chaîne publique de radio que le Convoi des libertés est « Le Convoi des teubés » et elle en rajoute une couche « Je vois des cons mais pas beaucoup de liberté ! ». Alors Sophie, si tu penses que les tous les chemins mènent Aram, tu te fourres le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule. Tu te crois intelligente car tu utilises le mot « teubés » pour faire djeune, de plus tu es grossière, donc comme tous les autres qui ne cessent de nous attaquer de toutes parts, tu n’es que du caca.

Tout cela pour parler de l’insulte directe, mais celle-ci existe de façon plus sournoise, le macrocéphale Casse-Tête qui ose accuser sa petite-fille de 11 ans de lui avoir transmis le Covid !

Le 31 janvier dernier, c’est cette bayadère de carnaval, je veux parler de cette créature au sexe indéterminé qui apparaît dans l’émission de ce jocrisse de Jean-Luc Reichmann. (Vous voyez de qui je veux parler ? De la diablesse abusivement appelée « Première Dame »). Ben oui, M’sieurs-Dames, on a besoin de vos pièces jaunes. Cette catachrèse, la main sur le cœur, des trémolos dans la voix, se permet de penser au bien-être des enfants ! Mais, espèce de gourdasse (ou pétasse, ou pouffiasse, on connasse, tout cela ça rime), si tu pensais VRAIMENT au bien-être des enfants, tu commencerais par supprimer l’obligation du port du masque dans les écoles, collèges, lycées, non tu pourrais faire mieux, l’interdire purement et simplement car je suis certain que des parents-moutons continueraient à imposer la muselière à leurs gosses.

Une des insultes qui m’a le plus marqué dernièrement, c’est de constater que ces cloportes de « représentants de l’ordre (tu parles ! » ont pu verbaliser d’honnêtes citoyens au seul motif qu’ils arboraient le drapeau de leur pays ! Avec le torchon européen (dont je ne voudrais même pas comme papier-cul) installé au-dessus de la tombe du soldat inconnu, c’est un nouvel outrage commis contre notre pays.

Une insulte récente et non des moindres : le silence assourdissant qui a accompagné la disparition du professeur Montagnier, ces autocrates que sont Macrotte et sa clique N’ONT PAS EU UN MOT pour rendre hommage à ce prix Nobel, et que dire de ces parasites que sont ces journaleux qui s’imaginent avoir décroché le Graal parce qu’ils ont une carte de presse, vous tous, autant que vous êtes, je vous pisse à la raie.

Cependant l’insulte la plus immonde revient à notre Mussolini de carnaval : pour la première fois depuis 1965, année de la première élection présidentielle de la cinquième République, le président en exercice ne s’est toujours pas déclaré, à moins de deux mois du premier tour, comme ça il peut sillonner le pays sans que cela ne soit comptabilisé en frais de campagne ! Et en plus ce vandale refuse de dialoguer avec les autres candidats ! Mais d’où il sort ce mec ? Qui c’est celui-là ?

https://www.youtube.com/watch?v=ZpHkbNqY7zY

Et je terminerai avec un autre aspect de l’Insulte : regardez comme les représentants de la Trinité Satanique (la France… et nous !) ont l’air satisfaits de nous abrutir de mauvaises nouvelles, on dirait qu’ils ont pondu un œuf d’or. Sérieux, j’espère que Véreux et Casse-Tête ont des slips très absorbants, ils doivent jouir à chaque fois (sinon on leur trouverait des taches que Monica Lewinsky auraient repérées au premier coup d’œil !). Pour notre apprenti dictateur à la noix de coco, le problème ne se pose pas. Il n’a pas eu d’enfant, je suppose que c’est un peine-à-jouir. Grand sociopathe, grand psychopathe mais petite bite (oui vous avez bien lu !).

Actuellement se déroule un procès appelé à tort Nuremberg 2, plutôt le Grand Jury, évidemment aucun de ces scélérats n’en parle ! À Nuremberg en 1946, des dignitaires nazis avaient été pendus haut et court et c’est tout ce que méritent ces vermines, quoique…c’est encore trop doux, non moi j’opterais pour la méthode Roland Freisler, ce « juge » qui a fait condamner à mort les conjurés de l’attentat du 20 juillet 1944. Pendus à un croc de boucher avec une corde à piano pour que l’étouffement soit le plus lent possible ; raffinement suprême, pendant leur agonie on leur baissait leur pantalon…ils ne méritent pas mieux pour tout le mal qu’ils nous ont fait, qu’ils nous font et qu’ils nous feront encore jusqu’au bout.

Bon on va se changer les idées, d’abord je vais rendre un hommage à celui qui m’a inspiré :

Haddock

Je vais encore parler du Véreux, qui nous a fait du Devos sans le savoir avec son galimatias de perroquet bavard sur le nombre de piquouses que l’on devrait subir, au moins une si j’ai bien compris (mais quelle est la base scientifique de ça ?)

https://www.youtube.com/watch?v=2jtG3XwSHlc

On finit avec la neuvième de Ludwig van et pour éviter d’avoir à effectuer des bidouilles sur une vidéo YouTube, en voici l’intégralité, durée totale 1:04:14, le dernier mouvement commence à partir de 41’07 », il reste donc plus de 23 minutes et le chef est très rapide, à vous de juger :

https://www.youtube.com/watch?v=xbZjAxqHYSg&t=331s

 

 

 

 935 total views,  3 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Bonjour Filoxe. Je manie assez bien l’insulte, mais à ma manière. par exemple, je vire la majuscule de certains noms propres. En rajoutant une lettre ça donne ça. krastex ! On fait c’qu’on peut mon bon monsieur…

  2. @Filoxe

    Bonjour,

    Beau florilège de l’insulte et du mépris depuis 1981. Un constat éloquent.

    Je prends la liberté d’y ajouter deux petits éléments.

    Le nabot Laignel avait aussi dit, à l’adresse des députés de droite : « Vous êtes des braillards fascisants ».

    « L’hymne à la joie » était le morceau de musique préféré des Nazis, personnages qui rêvaient d’une Europe unie sous la Svastika contre le communisme. Depuis, c’est devenu l’hymne européen…

    • Il ne faut tout de même pas cracher sur un chef-d’oeuvre qui a juste été détourné. Cette symphonie, et surtout son dernier mouvement, est phénoménale.

      • @Julie

        Je ne « crache » pas (il ne faut pas être désobligeant, Julie…)sur cette oeuvre. Je rappelle juste qu’il est troublant que cette oeuvre qui fut adorée par les Nazis ait été choisie comme hymne européen car je constate que certains, toujours prêts à hurler contre la souillure nazie, n’ont rien eu à dire quand il s’est agi de choisir cet hymne européen.

        De plus, le choix d’un compositeur allemand, aussi génial fut-il, était déjà le signe de qui dominera l’Europe.

    • Beethoven qui était un humaniste convaincu aurait piqué une grosse colère s’il avait pu s’apercevoir que son hymne à la joie était récupéré par les nazis. Déjà il avait déchiré sa dédicace de sa symphonie héroïque, au départ pour Bonaparte. Dès que ce dernier a été sacré empereur, Beethoven est devenu furieux

Les commentaires sont fermés.