Les vaccinazis contre les camionneurs québecois qui rejoignent la Caravane de la Liberté

Illustration tirée de cet article : https://www.tvanouvelles.ca/2022/01/28/mobilisation-des-camionneurs-a-travers-le-quebec

Les camionneurs québécois ont spontanément appuyé leurs collègues du Canada qui ont initié la Caravane de la liberté. Cela a fortement déplu du côté des commentateurs !

Les camionneurs demandent la levée des entraves à la vie sociale imposée par le confinement.

Le postulat est simple : les relations créent la richesse. Pas de relations, pas de richesse. On parle ici de la richesse des gens qui travaillent, de la richesse qui permet de vivre au quotidien.

Depuis deux ans, les gouvernements canadien et québécois ont volontairement créé l’absence de relations et provoqué l’impossibilité de l’enrichissement des travailleurs.

À l’échelle de leur pouvoir, les politiques canadiens ont imaginé des subventions de substitution. Cette richesse artificielle a conduit l’État canadien à un déficit colossal. Il est démontré que ce déficit sera imputé à trois ou quatre générations selon les scénarios d’inflation.

Les commentateurs québécois

Depuis une semaine le citoyen lambda s’étonne du ton des commentateurs québécois. D’après ce commentariat la déraison serait l’exclusivité des contestataires. Certains découvrent à quel point ce commentariat officiel n’est pas solidaire des souffrances du peuple depuis deux ans.

Dans quel siècle ces millionnaires du commentariat ont-ils pris le métro la dernière fois? C’est dans le métro en hiver, ultime refuge chauffé, que l’on prend la mesure de la misère de Montréal, grande ville la plus pauvre d’Amérique du Nord. Les reclus du métro le sont à vie, ce n’est pas un confinement d’opulence.

Les vaccinazis ont inversé le sens de la vie : le bonheur est dans la distance, la frustration est dans la proximité. Les chroniqueurs vaccinazis applaudissent la distance qui les sépare du peuple québécois.

Les chroniqueuses vaccinazies

Les chroniqueuses, toutes féministes, célèbrent à leur manière le retour de l »homme d’initiative.

L’homme d’initiative est celui qu’elles qualifient depuis cinquante ans de mâle macho pour déconstruire les stéréotypes sexistes afin de les remplacer par leurs stéréotypes sexistes. Elles déshumanisent l’homme d’initiative en le qualifiant d’animal pour l’exclure de l’humanité afin de le tuer civiquement. Au Québec Dieu est une femme et Dieu hait les hommes.

La Caravane de la liberté est un milieu de camionneurs. Les hommes revendiquent leur place dans l’espace social de leur travail, la route. À leur sujet, les chroniqueuses se permettent une violence désinhibée, insensée et sans précédent. Jamais un homme n’oserait écrire une fraction de cette intensité à l’encontre des femmes, ce serait « violent et sexiste ».

L’homme d’initiative est accompagné par la femme d’initiative, celle qui considère l’homme comme un partenaire social. Pour l’heure, pas un mot des chroniqueuses vaccinazies sur ces femmes d’initiative. La solidarité sectaire aura-t-elle une limite? Ce féminisme provocateur et destructeur conduit à la tératologie parce qu’il est conduit par des monstres.

Les chroniqueurs vaccinazis

Les chroniqueurs vaccinazis s’attardent à des détails : le camionneur Untel urine derrière un arbre à Ottawa? Scandale!

Article détaillé de rien avec photo en contre-plongée d’un barbu à lunette de rocker devant une toilette chimique. On associe à cette foule hétérogène l’image de bouseux irrespectueux des bonnes meurs : ce seraient de mauvais voisins, de mauvais parents, de mauvaises gens.

Ces images et ces textes se veulent être des icônes pédagogiques de la modernité inclusive.

Pour parler Canada, nous voyons en ce moment sur nos « fiers écrans canadiens » un film de subventionné mettant en scène un méchant camionneur diurétique dénoncé par un commentateur vedette narcissique.

Pas un mot sur les souffrances des centaines, voire des milliers de vieillards morts déshydratés en résidences privées après des semaines sans soins de base, dans leur couche sale et seuls. Ces vieillards sont morts assassinés par des propriétaires et des gestionnaires qui les traitaient comme du bétail en toute connaissance de cause et de conséquences. Est-ce un acte génocidaire? Ils étaient nés au Québec. Pas un mot sur les propriétaires aux origines multiculturelles et de famille politique libérale qui s’en sortent sans accusations de meurtres, sans blâmes, libres comme des libéraux.

Par contre les chroniqueurs vaccinazis pratiquent des zoom-in sur les aspects insignifiants de la vie quotidienne des hommes et des femmes d’initiative.

Conclusion

La Caravane de la liberté est la première mobilisation populaire depuis celles qui ont suivi l’échec de l’Accord du Lac Meech en 1990, mobilisations populaires qui ont ultimement conduit à la tenue du Référendum sur la souveraineté du Québec en 1995.

On voudrait détruire ce qui reste de collectif au Québec, ce qu’on appelle encore en ancien français la société, qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Aucun dictateur n’aurait rêvé d’une telle solution finale réalisée dans la paix officielle à l’encontre d’un peuple : condamner et détruire la volonté d’initiative pour accélérer la dissolution de l’identité collective.

Ce québécide se réalise avec la complicité du commentariat vaccinazi du Québec.

Luc Pharand

 1,608 total views,  1 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. J’en déduis qu’il y a eu meurtre de masse dans les EHPAD également au Canada. Ils se sont donné le mot. La mondialisation est la véritable lèpre qui envahit le monde occidental.
    Je constate que macron en avait parlé mais il l’avait mal attribué.

  2. «Les camionneurs demandent la levée des entraves à la vie sociale imposée par le confinement»
    Pas juste les camionneurs, des milliers de Québécois et des millions de Canadiens, des hommes et des femmes de tous les métiers demandent la fin des mesures sanitaires! Mais malheureusement, au Québec ils sont une minorité, ils sont environ 10% et au Canada ils sont 15%. Il est là le problème, nous les opposants à la vaccination et aux mesures sanitaires, nous sommes trop peu nombreux et nous ne possédons aucun journal ni radio ni télé, donc pour se faire entendre, c’est impossible, alors que nous reste-t-il comme moyen pour nous faire entendre?
    Manifester en plein hiver, à -10, à -15 et des fois à -20 celsius.
    Manifester devant le Parlement à Ottawa et bientôt devant l’Assemblée nationale à Québec.
    Et tous les journalistes vendus à Trudeau et à Legault nous dénigrent, nous salissent, nous traitent de tous les noms.
    On ne peut pas parler de DICTATURE, car environ 80% de la population est derrière Trudeau et Legault.

  3. «Les camionneurs québécois ont spontanément appuyé leurs collègues du Canada qui ont initié la Caravane de la liberté. Cela a fortement déplu du côté des commentateurs!»
    Ça a fortement déplu, le mot est faible, ça a soulevé l’ire des merdeux de journalistes québécois, tous derrière Legault et Trudeau.
    Tous les journalistes et chroniqueurs du Québec sont tous pour la vaccination pour tous les Québécois et même pour la vaccination des enfants de 5 à 11 ans et tous sont pour les mesures sanitaires. Mais pas qu’eux, tous les partis d’opposition à l’Assemblée Nationale du Québec sont aussi pour la vaccination.
    Et au niveau du Canada, même chose, tous les journalistes anglophones sont pour la vaccination.
    Et tous les partis d’opposition au Fédéral sont pour la vaccination. Pourquoi pensez-vous que Trudeau et Legault sont inflexibles au sujet de la vaccination et des mesures sanitaires? Parce qu’ils n’ont pas d’opposition, pire, ils sont encouragés à continuer la même politique.

  4. Quand on sait que le ministre ´´ de la santé ´´ est comptable de son VRAI métier ! Il ne connaît absolument rien à la médecine
    aucune formation en soins de santé !

  5. Comme on le voit, les sociétés se sont uniformisées et se sont développées selon les mêmes paramètres, partout la misère, la violence, le mensonge, la mort. La crise COVID a été utilisée pour finir d’opprimer et d’asservir les peuples!

  6. Merci pour cet article.
    Je suis des comptes Twitters québécois comme LucieLaurier, Steve_Tiger1, Vidoc_Ronaco et parfois je regarde Nomos-tv.com.
    Au Québec jusqu’à 2008, je voyais dans les Centres de femmes de Montréal des employées perpétuellement réembauchées dans des hiérarchies pharaoniques de contrats de travail qu’elles s’attribuent entre elles: elles se reproduisent entre elles idéologiquement, archi manipulatrices, bourrées de subventions fédérales, provinciales, de la ville, privées, jamais contrôlées pour la qualité: elles ont le statut de supposées saintes incritiquables. Elles ne sont pas élues mais prétendent représenter les femmes du Québec. Une femme m’a dit que les féministes du Québec sont comme l’armée de terre: ce sont des gros bras mais sans nuance. Un jour à la fête des femmes ou un truc du genre, l’employée du Centre de femmes affectée à la surveillance du gâteau pour les femmes du quartier invitées avec leurs enfants pestait contre les enfants et affirmait qu’elle veillerait à ce que pour une fois les maudits enfants soient servis en dernier car c’était les femmes qu’on célébrait. Les pauvres enfants de ce quartier pauvre, qui n’avaient pas mangé depuis X heures et sûrement pas un steak, avaient les yeux rivés sur le gateau et la folle féministe voulait les en priver le plus longtemps possible. Comment une mère peut-elle se servir du gâteau sous le regard de son enfant qui a le ventre vide?

    • Le Livre Noir du féminisme québécois reste à être écrit. C’est l’omerta du côté des statistiques. Une question parmi d’autres: combien d’étudiants masculins québécois de souche dans les universités francophones de Montréal? De manière empirique on constate qu’ils sont moins de 30% à l’Uqam, que je nomme depuis longtemps l’Ufam : l’Université des femmes à Montréal. Et le marché du travail est de la même manière tout aussi disproportionné: la discrimination en emploi à l’encontre des hommes québécois de souche est la norme à Montréal.

Les commentaires sont fermés.