Un photographe de 84 ans chute en pleine rue : au sol pendant 9 heures, il meurt de froid dans l’indifférence générale

Capture d’écran d’un tweet de Michel Mompontet, journaliste et ami de René Robert. 
René Robert, photographe internationalement reconnu de flamenco, qui aimait à photographier les visages empreints d’émotion des danseurs et musiciens, est mort après avoir fait une chute dans la rue sans être secouru, à Paris, la semaine dernière.

En plein Boboland, il a été laissé sans aide sur le trottoir pendant 9 heures

Le photographe René Robert est décédé mardi 18 janvier.

Après une chute en pleine rue, il est resté neuf heures couché par terre. Personne ne l’a secouru.

Mardi 18 janvier, aux alentours de 21 heures, l’homme de 84 ans sort après dîner pour une ballade dans son quartier parisien de République. Mais il chute, pour une raison qui reste à déterminer. Incapable de se relever, allongé sur le trottoir, personne ne lui vient en aide.

C’est un sans-abri qui finira par prévenir les secours vers 6 heures du matin. Trop tard. Transporté aux urgences en état d’hypothermie extrême, il décédera de sa nuit passée dehors, comme l’a révélé sur Twitter, puis dans la presse le journaliste Michel Mompontet.

Quiconque connaît Paris sait à quel point le quartier entourant République est rempli de commerces et de monde, même un soir de semaine. Aucun passant n’a cependant jugé bon d’appeler les secours, face à cet octogénaire inconscient allongé sur la chaussée.

« La rue de Turbigo. Le plein Paris, la ville lumière, les bars, les restos. L’humanité, si inhumaine, et cette question, comment a-t-on pu en arriver là? », s’est interrogé Michel Mompontet.

Une réaction d’internaute qui résume bien la situation :
MERCI d’avoir un peu d’humanité pour les citoyens de notre pays avant de nous gaver avec vos migrants 
Pas de réaction de Anne Hidalgo.
Il n’est pas syrien.
Il n’a pas fui la guerre.
C’est juste un Français mort de froid dans son pays. 
Pas de tapis rouge. Pas d’aide. Pas de population prête à l’accueillir.
Pas d’indignation politique.
Tout le monde s’en fiche ? C’est bien ce que je pensais. 

 1,280 total views,  1 views today

image_pdf

3 Commentaires

  1. Mieux vaut secourir les migrants, c’est plus chic, c’est people! Les autochtones, on peut crever!

  2. Donc, si j’ai bien compris, à Paris il ne fait pas bon de tomber parce que si on glisse et que l’on est inconscient on nous laisse crever là, par terre comme un chien. Enfin pour un blanc. C’est le Paris de la dingo. Afligeant.

Les commentaires sont fermés.