Une nouvelle année… jour faste pour la musique ! Concert du nouvel an sur Résistance républicaine !

 

Franchement, après les deux années épouvantables que nous venons de passer, je ne vois pas en quoi le premier janvier 2022 va changer quelque chose, puisque dès le 5, des mesures liberticides autant que grotesques seront mises en place. J’ai presque envie de dire que 2022 va débuter le 10 avril (si les élections sont maintenues) afin de bouter toute cette racaille hors du pouvoir.

Ayant déversé ma bile, le premier janvier reste un jour faste pour la musique, avec des concerts un peu partout, à Venise, Copenhague et…Vienne.

Dans la capitale autrichienne, le premier concert du nouvel an remonte à 1939, l’orchestre étant dirigé par Clemens Krauss. Après la disparition de Willy Boskovsky qui a dirigé les concerts de 1955 à 1979, Lorin Maazel a repris le flambeau de 1980 à 1986, et depuis 1987 le chef est différent chaque année, il est choisi par les membres de l’orchestre philharmonique dès le mois de janvier. La tradition veut qu’il y ait trois bis, dont Le beau Danube bleu et La marche de Radetzky, le chef dirigeant le public qui frappe dans ses mains. En 2005 la marche fut supprimée en hommage aux victimes du tsunami du 26 décembre précédent. La plupart des œuvres jouées sont de la famille Strauss, mais pas que ; on a aussi suivant les années, du Franz Lehar,  Joseph Lanner, Franz von Suppé, voire Jacques Offenbach.

On va commencer par un concert complet, celui donné en 2010 par le très grand chef français qu’était Georges Prêtre qui nous a quittés il y a bientôt cinq ans, le 4 janvier 2017. Sa prestation fut d’une telle qualité que l’orchestre le rappela en 2012 ! 2010 fut vraiment un bon cru, je dois d’ailleurs posséder une quinzaine de concerts de nouvel an en DVD ! Cette année 2010, j’ai particulièrement apprécié le moment du beau Danube bleu. Outre une interprétation remarquable, on a eu droit à un film qui nous présente de fleuve depuis sa source dans la ville allemande de Donaueschingen jusqu’à son embouchure, je devrais dire son delta, dans la Mer Noire.

 

L’année précédente, le chef invité fut Daniel Barenboim, chef et pianiste israélo-argentin. Si je l’ai choisi, c’est d’abord parce que c’est lui que nous retrouverons ce premier janvier. De plus en 2009, fut donnée pour la première fois une musique de Joseph Haydn, le finale de la symphonie 45, dite des Adieux, une façon de célébrer le bicentenaire de la disparition de compositeur à l’âge de 77 ans. Le choix de la symphonie (parmi 104 possibilités) est fort judicieux, comme on va le voir. L’œuvre fut créée à la fin de 1772, Haydn et l’orchestre séjournant dans le palais d’été du prince Nicolas Esterhazy. Le séjour commençait à traîner en longueur, aussi Haydn demanda astucieusement à son patron la permission pour les membres de l’orchestre de rentrer chez eux quelque temps :  le finale, marqué presto, se termine par un adagio au cours duquel chaque musicien éteint sa chandelle et quitte la scène. Le prince comprit le message et dès le lendemain l’orchestre put revenir à Eisenstadt, son point d’attache. (Question méchante, si cela avait été Macron ???). Mais en ce premier janvier 2009, le chef ne semble pas au courant de la tradition !

Avec une polka rapide en prime que l’on pourrait traduire par « Nous n’avons pas peur ! « , de circonstance, non ? Naturellement, la marche de Johann Strauss père clôt le concert, mais attention le public le chef vous a à l’œil !

 

Pour finir, remontons vingt ans en arrière, vous n’avez pas oublié ? La naissance de l’euro ! Voici donc sur la musique de Johann Strauss, Perpetuum mobile (la danse des machines), comment sont fabriqués nos billets et nos pièces. L’orchestre est dirigé par le chef japonais Seiji Ozawa :

 

Cette année les vœux ont été prononcés en différentes langues, une pour chaque pays ayant adopté la monnaie unique :

 

Un petit cadeau en conclusion, un concert extraordinaire donné par l’orchestre et le chœur de l’orchestre philharmonique de la radio néerlandaise, un pur moment de bonheur !

 

Et voilà cet article pour clore 2021 ! Sincèrement j’ai du mal à vous dire bonne année, alors pour 2022 je vous souhaite de l’amour, du courage, de l’espoir et naturellement LA SANTÉ !

 6,295 total views,  9 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Bonne année à vous tous, qui que vous soyez et d’ ou que vous veniez! Si vous aimez la France, elle vous le rendra bien. Et tant pis pour les autres!

  2. Je ne sais pas si c’est une bonne nouvelle de souhaiter bonne année aux pays ayant adopté la monnaie unique, qui nous a mis dans une belle mouise, pour ne pas dire autre chose. La musique adoucit les mœurs, Macron doit être sourd. Merci en tout cas de ces instants! Bonne année 2022!

    • Argo,j’adore vos articles. Je ne prétends pas que le passage à l’euro soit une bonne nouvelle : soyez assuré que je regrette le franc, la lire, le mark, la peseta et tutti quanti. Mais on ne peut ignorer cette infamie, au même titre que l’on ne peut pas oublier des défaites retentissantes, comme celle de juin 1940, par exemple.
      Comme je me refuse à souhaiter la bonne année à mon entourage en raison des deux ans de merde que nous venons de vivre, d’ailleurs 2022 ne commence pas sous les meilleurs auspices (de Beaune !), acceptez mes meilleurs vœux.

Les commentaires sont fermés.