Découverte d’une nécropole : et si se faire enterrer était aussi résister à l’islam dans le temps ?

A ne pas manquer Identité française Islam Publié le 22 octobre 2021 - par - 18 commentaires

Morbihan : l’archéologue Philippe Gouézin et ses équipes ont mis à jour des éléments  exceptionnels.

Photo : Vue aérienne de la maison des morts de Couëby.

Cette découverte ne peut que nous toucher, sur un plan psychologique et philosophique.

L’inhumation ? Une dernière action de résistance collective au remplacement et à l’islam !

Dès que l’on creuse en France et plus généralement en Europe, on tombe sur les restes de nos ancêtres.

Un coup de pioche, et l’on rencontre les Celtes, les Romains, les hommes du néolithique…

Des restes de construction, des restes humains qui sont autant de preuves de l’existence de sociétés non polluées par l’islam.

La crémation plutôt que l’inhumation ? Non !

N’écoutons pas les remplacistes qui nous disent qu’il n’y a pas de place pour nous en terre de France.

Pour les cimetières musulmans, il y aura toujours de la place !

Les mêmes qui veulent nous dissuader de nous faire enterrer défendent  le droit de nos remplaçants de tous poils à occuper le sol français : étrange mais logique !

Et si se faire enterrer permettait de  faire mentir le camp d’en face  qui à coup sûr refera l’Histoire, mentira dans l’avenir, travestira  la réalité comme il sait si bien le faire, et voudra prétendre que nous n’avons pas existé ?

Le grand Georges Brassens a eu raison de se faire enterrer.  Il continue d’occuper un petit coin de France.

« Supplique pour être enterré sur la plage de Sète » avait-il écrit et chanté. Parole de sage.

Pas assez de place pour les musulmans dans le sol de France : « C’est terrible »!

Souvenons-nous des pleurnicheries pendant le confinement, quand le personnel funéraire était assigné à résidence, que les cimetières manquaient de bras et que les navettes vers le Maghreb étaient en pause. 

On nous a seriné que c’était terrible pour eux ! On les a entendus réclamer des cimetières musulmans et de la place, toujours PLUS DE PLACE !

On les a vus utiliser le Covid pour se plaindre encore et encore : « seulement » 600 cimetières avec des places réservées ! La France était encore accusée et les disciples d’Allah  encore une fois victimes !

20 minutes, 2020

 

« Des défunts attendent à la morgue de Rungis depuis trois semaines, c’est terrible. » Avec la crise du coronavirus, le manque de places dédiées au culte musulman dans les cimetières apparaît criant dans les régions les plus frappées.

En Ile-de-France ou dans les Hauts-de-France, de rares maires ont d’ores et déjà agrandi les carrés musulmans de leurs cimetières communaux. Mais, faute de solutions, familles et associations se tournent vers les autorités et la justice.

Morbihan : Dans les Landes de Lanvaux, une nécropole  datant de 4800 ans avant J.-C

Actu.fr

Dans les Landes de Lanvaux. Certains seraient datés de 4800 ans avant Jésus Christ.

Philippe Gouézin et ses équipes ont mis à jour des éléments archéologiques exceptionnels. Certains seraient datés de 4800 ans avant Jésus Christ.

Le graal pour Philippe Gouezin archéologue, avec la mise à jour de ces deux cairns des Landes de Lanvaux livrant progressivement leurs secrets…

Toute sa carrière d’archéologue, il l’a passée à s’intéresser à ces vieilles pierres que l’on découvre parfois au travers d’alignements, sur les pourtours du Golfe du Morbihan, à Carnac voire dans le massif granitique des Landes de Lanvaux. 
Personnage discret, archéologue de profession, Philippe Gouezin s’est très tôt intéressé aux mégalithes et notamment à ceux des Landes de Lanvaux.
« Ce massif des Landes de Lanvaux en abriterait pas moins de 300 : des monuments de 1,20 m à des monolithes de près de 7 m de hauteur, notamment sur la commune de Moustoir-Ac. On recense également de magnifiques dolmens. «  Philippe Gouezin, archéologue

« Patrimoine archéologique de grande qualité »

« Pour comprendre, il faut déjà chercher » ! Philippe Gouezin entouré d’autres passionnés ont effectué des inventaires (de 1986 à 1992) après avoir arpenté de long en large les Landes de Lanvaux.

« Cela nous a permis de mettre en évidence un patrimoine archéologique indéniable et d’une grande qualité : pas moins de 75 sites découverts (tertres tumulaires, dolmens à couloir, menhirs, allées-couvertes…) ».

« La nécropole mégalithique de Coëby en fait partie intégrante. Ce site est resté longtemps à l’écart des recherches intensives menées sur le littoral, notamment autour du Golfe du Morbihan, » souligne Philippe Gouezin, qui intervient par ailleurs comme responsable scientifique du comité de pilotage pour le projet de  « valorisation des mégalithes de Lanvaux » (Gazette du centre Morbihan du 25 février 2021).

Vidéo de 2018 :

L’opération de fouille programmée à Coëby s’est intéressée spécifiquement à deux cairns mégalithiques, positionnés sur la partie domaniale des Landes de Lanvaux.

Maison des morts

Ces deux ensembles sont distants l’un de l’autre d’une trentaine de mètres et proches de deux tumulus allongés formant l’extrémité d’un chapelet qui s’étend sur une longueur de 500 m orientée sud-ouest/nord-ouest.

Une équipe constituée d’une douzaine de bénévoles et d’étudiants d’universités françaises et européennes est intervenue sur ce chantier [NDA : pas de voile pour ces dames].

« Il s’agissait en effet de mettre en parallèle trois types de dispositifs pierres dressées, espaces sépulcraux et masses tumulaires, dans le cadre d’une étude de monumentalisation des mégalithismes », précise l’archéologue.

« Le croisement des données architecturales a d’ailleurs permis d’aboutir à des résultats novateurs, en démontrant que les pierres dressées ou les monuments funéraires étaient moins indépendants qu’on avait pu le penser jusque-là. »

« Fondations et structure : du vrai travail de spécialistes »

Fouiller, gratter patiemment

 

L’important travail de dégagement des deux cairns (plusieurs tonnes de matériaux dégagés) a permis de mettre en évidence la structure même, de ces maisons des morts par rapport à celles des vivants, dont on ne retrouve plus traces aujourd’hui.

« Ces maisons des morts étaient construites en pierres sèches. Les relevés topographiques réalisés au niveau des fondations de la structure générale, ont permis de vérifier qu’entre les différents points opposés de la construction, seuls quelques centimètres de décalage (10 cm) existaient sur une longueur de plusieurs mètres : un vrai travail de spécialistes !  » confie Philippe Gouezin.

 

« Faire parler les éléments »

En mettant à jour les fondations de ces cairns, l’archéologue et ses étudiants disposent désormais d’un véritable livre ouvert.

« Il nous permet de faire parler les éléments restant dans le sol, de mieux comprendre les gestes humains effectués, la réalisation des différentes phases de construction, l’utilisation des pierres sèches, même si nous sommes seulement face au squelette de la construction. »

Le panorama des vivants reconstitué pour les morts

Concernant la chambre sépulcrale située au centre de l’édifice, « les données architecturales mettent en évidence une réelle mise en scène des orthostates (blocs verticaux) présents tout autour de cette dernière. Chaque dalle a une identité propre mais la plus représentative reste la stèle anthropomorphe (extrémité nord de la chambre sépulcrale),  » indique l’archéologue.

En fait, on peut penser que les constructeurs de ces maisons des morts les réalisaient à l’image de celles des vivants, en y intégrant le panorama que découvrait de son vivant, la personne décédée. Les maisons de morts étaient agrandies de manière circulaire. Il s’agissait ainsi de monuments évolutifs.

Suite article : Actu.fr

Voir aussi le très bel article avec photos  : http://bcd.bzh/becedia/fr/les-megalithes-des-landes-de-lanvaux

Print Friendly, PDF & Email
18 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Argo
Argo
il y a 1 mois

Merci Jules Ferry pour cet article qui sort de l’ordinaire. Pour les muzzs, vous avez mille fois raison. Pour moi, ils faut les envoyer se faire inhumer chez eux. À leurs frais, bien sûr !

UN GAULOIS
UN GAULOIS
il y a 1 mois
Reply to  Argo

« Pour les muzzs, vous avez mille fois raison. Pour moi, ils faut les envoyer se faire inhumer chez eux. À leurs frais, bien sûr ! »

Et pour ne pas qu’ils attendent, au moins 80 ans avant leur trépas.

Argo
Argo
il y a 1 mois
Reply to  UN GAULOIS

C’était sous-entendu !

sylvestre90
sylvestre90
il y a 1 mois
Reply to  Argo

Non ! au milieu de la Méditerranée il y a plein de crabes qui ont faim , et c’est reconnu ils ne mangent que de la pourriture !

Julie
Julie
il y a 1 mois

Il n’y a pas de place pour ceux qui refusent la loi française dans le sol français mais aussi sur le sol français. Dehors.

Last edited il y a 1 mois by Christine Tasin
Patriote
Patriote
il y a 1 mois

Les musulmans n’ont pas le droit d’exiger des cimetières musulmans ni d’exiger des carrés musulmans dans les cimetières car la loi républicaine française interdit la création de carrés confessionnels.

Le problème, comme toujours, ce sont les politiciens français, les préfets et les maires qui violent la loi française pour faire plaisir à cette clientèle musulmane.

Armand Lanlignel
Administrateur
Armand Lanlignel
il y a 1 mois
Reply to  Patriote

Des parties confessionnelles existent depuis longtemps dans de nombreux cimetières, en particuliers des zones réservées aux juifs et d’autres réservées aux musulmans. Laissons les morts tranquilles, un cimetière doit être un lieu de paix et de tolérance.

Argo
Argo
il y a 1 mois

Même là-dessous, ça doit chauffer dur!

Frejusien
frejusien
il y a 1 mois

Avec eux, la tranquillité n’est pas garantie. Je me suis trouvé un jour, en allant visiter la tombe d’une grand mère, à côté d’un musulman particulièrement hargneux.
Il soupçonnait que quelqu’un avait touché à la tombe de sa mère, qui se trouvait juste à côté.
Il m’a interrogé avec une certaine haine, et assurément il n’était pas venu avec de bonnes intentions de recueillement.

Pour garder nos morts à l’abri, mieux vaut donner aux musulmans un carré attitré, en attendant qu’ils rapatrient leurs morts. Comme ça, ils se boufferont le nez entre coreligionnaires.

pier
pier
il y a 1 mois

Vous remarquerez que les Bouddhistes ne nous font pas chier
hier soir sur Cnews à 19h il fut question des % de chômeurs en France
les français et les asiatiques ont le même % de chômeurs
par contre les africains et muzz c’est le double en %
évidement tout ça à notre charge

Rochefortaise
Rochefortaise
il y a 1 mois

Quel est l’état de conservation des cimetières chrétiens/juifs dans les pays musulmans ? Question à Machinchose …

Rochefortaise
Rochefortaise
il y a 1 mois

Article intéressant, merci !

Emilie
Emilie
il y a 1 mois

Merci pour cet article!!

Parmi des Musulmans décédés que j’ai bien connu… ceux qui ont aimé la France et les Français – au point de défendre le Front National – se sont TOUS fait enterrés dans le cimetière Chrétien de leur commune.
(Du moins, de ce que je sais…!)

C’était normal pour eux : même pour ceux qui n’étaient pas de nationalité Française, du moment qu’ils vivaient en France ET aimait le pays et ses valeurs, ils se considéraient comme des citoyens Français à part entière.
Ainsi, se faire enterrer ailleurs qu’en France – même pour « les » étrangers! – n’était pas concevable…

(Mais il ne s’agit là que des « bons » Musulmans que j’ai connu… pas des AUTRES…!)

Emilie
Emilie
il y a 1 mois

Dans mon enfance, il y avait un certains « Tonton » : un Algérien ET un Musulman…
(Il vivait et travaillait en France pour envoyer de l’argent à sa famille – en Algérie…)
Ce n’était pas MON « Tonton » : tous les gosses du village l’appelaient juste comme ça, car on l’adorait TOUS!

Au décès du « Tonton », les membres de sa famille ingrats qu’ils étaient avait refusé de récupérer son corps pour l’enterrer en Algérie : ils ne voulaient pas débourser le MOINDRE centime pour lui…!
(…Cet homme travaillait en France pour leur envoyer de l’argent en Algérie, et sa propre famille – des « vampires », comme certains disaient – s’en foutait tellement de lui qu’ils ne voulaient rien avoir à faire avec lui… même après sa mort!)

Je ne me souviens pas de tous les détails, mais de ce que je me rappelle, les habitants du village étaient très en colère contre la famille du « Tonton »…
Du coup, tout le monde (ou presque?) dans le village s’était cotisé pour payer l’enterrement du « Tonton » et lui offrir une belle sépulture dans le cimetière (Chrétien) : PERSONNE n’aurait accepté qu’il soit enterré « comme un chien »…!
(Et bien sûr, les membres de sa famille – au « Tonton » – avaient refusé de venir en France pour assister à l’enterrement…)

Frejusien
frejusien
il y a 1 mois

FAUTE DE FRANCAIS communément entendue :
mettre à jour # mettre au jour
au jour signifie apporter un objet à la lumière du jour, donc découvrir,
à jour , par exemple mettre son agenda ou son répertoire à jour, en introduisant de nouvelles informations qui datent du jour.
A communiquer au journaliste du Télégramme pour qu’il mette son vocabulaire à jour !

Victoire de Tourtour
Victoire de Tourtour
il y a 1 mois
Reply to  frejusien

Nos journaleux semblent avoir souvent des difficultés avec la langue française.

Dorylée
Dorylée
il y a 1 mois

« …le manque de places dédiées au culte musulman dans les cimetières… »
Je ne vois pas où est le problème il y a plein de déchetteries !

LANGLOIS
LANGLOIS
il y a 1 mois

Il faut renvoyer le sauvage/envahisseur vivant pour qu’il retourne mourir sur sa terre et qu’il ne vienne pas polluer la nôtre !!! qu’ils dégagent vite et au plus tôt. même morts là-bas, ils trouveront bien moyen de se faire payer une retraite !!!!!
Cette race est ragoutante ….
dehors les muzzzzzz

Lire Aussi