Seigneur, reste-t-il seulement un musée pour y accrocher mes peines et mes espoirs ?


Jean-Joseph Perraud, Monay, 1819 – Paris, 1876 Le Désespoir, 1860
Il était une fois un petit homme…
Il était une fois un petit homme que son entourages qualifiait de complotiste, de « piqué » car il prédisait, de longue date, de vilaines choses et n’était pas vacciné contre le Covid… Il était l’oiseau de mauvaise augure et le « méchant ».
Il se sentait bien seul, tout petit, dans son recoin qui rétrécissait comme peau de chagrin ; seul au milieu des autres qui lui adressaient aussi souvent des sourires moqueurs que des regards torves et méchants !
N’était-il pas responsable des confinements successifs, du pass sanitaire qui privait les bonnes gens de leurs libertés ; lui et ses semblables qui refusaient désormais toutes vaccinations sous de fallacieux prétextes de défiance ?
Il fallait donc l’occire comme on occirait une puce porteuse potentielle du choléra et de la peste !
.
Le petit homme avait depuis bien longtemps tenté d’ informer encore et encore sur les horreurs en passe de rendre virtuelle toute fiction devenue alors réalité ; mais en vain.
Il eut beau expliquer que le complot n’existait plus puisque les élites ne cachaient plus leur volonté de dépopulation mondiale. Il eut beau donner maints et maints exemples qui avéraient ses allégations, il prêcha dans le désert.
.
Aujourd’hui, il ne fait plus aucun prosélytisme, il ne discourt plus ; il ne nomme plus, au moins verbalement, aucun oligarque ni même aucun des faits se produisant chaque heure, jour après jour. Aujourd’hui il écrit pour transmettre sa tristesse, une dernière fois. Il a fini par accepter le simple fait que si les malheureux moutons sont terrorisés à l’entrée des abattoirs, les hommes y vont, eux, d’un pas alerte, remplis de certitudes. Chères certitudes qui évitent la réflexion et la recherche de la vérité.
Il arrive encore souvent à ce petit homme de penser, avec un sourire affectueux, aux inventeurs de l’Internet, lesquels étaient convaincus qu’avec cette avancée magnifique, les hommes auraient accès à la liberté, à la connaissance et donc à l’intelligence créatrice.
Mais que nenni ! La connaissance était toujours réservée à la peu répandue intelligence innée, l’Internet ne pouvant que l’enrichir.
Un non pensant restant toujours un non pensant, qui recherche la satisfaction de ses plus bas instincts, compulse l’ Internet déviant, un véritable paradis.
Quant aux termes de liberté et de responsabilité qui jadis s’appariaient, ceux-ci appartiennent désormais à une langue morte. L’intelligence devenue perverse finit par consacrer beaucoup d’activité neuronale à créer de la monstruosité, et ce dans tous les domaines, tant civils que militaires. Et comme il fallait bien éduquer la masse, les enfants dès leur plus jeune âge ; quoi de plus normal que de vendre des jeux sur consoles qui enrichissaient les nantis et par la même occasion fertilisaient les plus bas instincts refoulés chez les enfants, sous 2000 ans de civilisation judéo-chrétienne ! Tuer, encore tuer et toujours tuer, jusqu’à la pratique.

Les parents ont perverti leurs rejetons, magnifiquement aidés par l’Internet sombre.

Faire chaque jour l’apologie du plaisir des sens et constater que plus de 40 % des gamines de 14 ans ne sont plus vierges, que les enfants deviennent de plus en plus porno-dépendants ; ériger des pénis, clitos, vulves… géants  ne choque plus, pas plus que ne choque l’existence d’ouvrages montrant aux petits garçons comment copuler avec une petite fille, maints dessins explicites à l’appui !
Une infante de 13 ans n’est-elle pas aujourd’hui reconnue comme sexuellement accessible à l’adulte et possiblement consentante, sur le sol français ? Force est de constater que la différence d’avec les pratiquants de la charia  tient sur quatre petites années…Chez ces gens là, une petite fille, ou un petit garçon, qui atteint l’âge fatidique de neuf ans est aussi un mets très « goûteux » ! Sommes-nous donc en retard ou en avance spirituelle ? Oui ? Non ? Je vous laisse libre de vos déductions… Majorité citoyenne et majorité sexuelle, belle antinomie dédiée au Dieu Phallus ! Pour les pervers fortunés, jouisseurs de l’avionique, les continents africains et asiatiques sont toujours des ressources inépuisables de chair fraîche !
« Parlez-moi d’amour ! »…
L’homme à l’intelligence perverse, dominateur des foules, a fini par croire qu’il avait tué l’idée même de Dieu, de moralité, et qu’il pouvait donc tout se permettre, du transhumanisme au post-humanisme en passant par la pédophilie érigée en « art » et les crimes de masse !
Sa croyance poussée vers sa certitude, il lui faut donc, pressé par le temps, broyer ce qui pourrait rester de beau dans les âmes des non pervertis par tous moyens à sa disposition, avec pour exemples d’applications non exhaustives, le MK Ultra, Blue Beam, HAARP, afin de ne réunir que des décérébrés pour sa « Solution Finale » vantée en sacerdoce par les Georgia Guidestones.
Mais comme cela ne va pas assez vite, à ses yeux, il concocte des virus à la « Mengele » qui l’obligent, en « bon Dieu » aimant à créer des antidotes successifs, à renouveler tous les cinq mois (voir avec une plus grande fréquence suivant l’état financier de big pharma et le nombre de morts atteint ou non), pour la masse de ses fidèles ouailles, croyants aveugles et (ou) imbéciles ; antidotes qui ne peuvent que renforcer un virus en perpétuelle mutation, réclamés par ceux-là même qu’il met à mort ou qu’il rend définitivement infirmes.
Et ces antidotes font leur boulot de dépopulation, sur le plus ou moins long terme, à tour de bras seringués. Un véritable tsunami avec ses répliques !
Quant à ceux qui font de la résistance molle, il leur est prodigué moults soins en matraquages, arrestations arbitraires, amendes grotesques, séparations des enfants de leurs parents, dépôts en psychiatrie, vaccination forcée, interdictions de soins hospitaliers ; bref il est offert à ceux-ci un véritable catalogue du « Savoir Mater »… Un immense Mur Jaune, réplique du Mur de Berlin, des barbelés, des camps de la mort avec ses kapos.
Le passé n’avait alors dévoilé que les petits artisans et les moyennes entreprises ; aujourd’hui les intelligents pervers sont en réunion extraordinaire, ils œuvrent en une multinationale, grands maîtres de guerres portées dans les pays pauvres ou émergeants, grands maîtres de déflations, d’inflations, d’affamination, de pandémies… Bientôt un retour du très efficace et radical Ebola ?
Et, activant tous les processus possibles,  ils détruisent les nations blanches européennes par une immigration de masse, diplômée de la machette, réduisant toute civilisation verticale à un état fragmentaire horizontal, à une sous-espèce métissée et lobotomisée.
Des images, comme un dessin animé, défilent devant les yeux du petit homme. Il les voit tour à tour s’invitant puis s’évitant pour enfin se narguer avec tirage de langues en dansant sur des barils atomiques. Un grand show où la masse des consommables applaudit ou met le pouce vers le bas tandis que les résistants, décidés dans la rudesse, les observent dans leur agitation, leur danse de Saint Guy.
Ils attendent leur heure.
Le petit homme se pose aussi des questions troublantes : « Mais où sont donc passés tous ces travailleurs aux USA ? ». Ceux qui assurent la pérennité d’une société bâtisseuse ont-ils été assassinés, sont-ils morts d’une injection de poison, ce qui revient au même, n’est-ce pas ?
Il revoit ce vieux film visionnaire « Soleil Vert » et il sait que la fiction court dorénavant après la réalité et bien que l’Amérique ait toujours une longueur d’avance sur l’Europe, le petit homme sait que cela arrivera dans un futur proche dans son pays. L’euthanasie des personnes âgées est déjà en marche, sous la botte de la « république française »… Et des autres…
A l’heure de l’intelligence artificielle, il pense qu’une machine pourrait être bien plus humaine que l’homme si celui-ci lui donne le pouvoir de développer des circuits neuronaux et cela lui fait afficher un bien triste sourire.
Mais, au bout du compte, le petit homme ose penser que finalement ce serait une excellente chose que les prédictions des Georgia Guidestones se réalisent ! La Terre serait débarrassée d’une grande majorité de bipèdes nuisibles et les survivants n’auraient pas d’autres choix que d’apprendre à devenir des hommes vrais, de ceux qui vivent en harmonie entre eux et avec la Nature sous toutes ses formes !
Mais, car il existe toujours un mais qui démontre l’insatisfaction à laquelle nul n’échappe, pas même ce petit homme, nuisible lui aussi mais seul dans son recoin réduit en peau de chagrin, refusant d’appartenir à la majorité des morts consentants et qui lui préfère le combat.
Ses instincts de survie en feront un tueur obligé…
Il a l’effronterie d’imaginer que les pervers intelligents et leurs séides feront partie du lot des consommables consommés et que si tel n’est pas le cas, il ne serait sans doute pas seul pour se réunir en bandes armées et combattre cette sous-humanité ! Ce petit homme a le toupet d’être chrétien, croyant et, ô infamie, d’être patriote ! Mais où va-t-on ?
Seigneur, reste-t-il seulement un musée pour y accrocher mes peines et mes espoirs ? Amen.

17 Commentaires

  1. Mes peines, il n’y en a plus, il l’ont remplacé par le chômage.
    Mes espoir, le seul qui peut encore nous en donner aujourd’hui c’est Zemmour.
    Attention il ne faut pas le rater, sinon nous deviendront réellement des gueux serviles et notre pays ne sera plus celui rayonnant qui s’appellait la France mais le miséreux qu’on appelle l’Algérie !
    Qui disait que la France serait bientôt la colonie de ses colonies ?

  2. Très beau texte, merci. Et belle sculpture. 1876, la guerre de 14, n’était pas encore là, et Marcel Duchamp non plus … On a fait un champ de ruines, et les hyènes sont entrées.

  3. Ou l’art de transformer ce qui aurait pu être un paradis en pandémonium ! Les mouches mortes infectent et font fermenter l’huile du parfumeur, un peu de folie l’emporte sur la sagesse et sur la gloire. (Ec.10.1)

    • La folie a bel et bien détruit la sagesse. Les mouches copulent encore et encore…

      • 6 Si quelqu’un scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui pendît au cou une de ces meules qu’un âne tourne, et qu’on le jetât au fond de la mer.
        7 Malheur au monde à cause des scandales ! car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive !(Mathieu 18:6)
        Lang et Colbendit sont toujours en liberté mais le jugement viendra

        • Tôt ou tard tout se paie car tout a un prix. Et ce prix ne se règle ni en talents ni en or.

  4. « 40 % des gamines de 14 ans ne sont plus vierges »
    Je savais qu’on était tombé bas. Je ne m’attendais pas à un tel chiffre…
    A 14 ans, je ne me sentais même pas PRÊTE à sortir avec un garçon…!
    (A 14 ans, quand un garçon m’avait demandée de sortir avec lui, j’étais alors tellement mal-à-l’aise que j’avais fait semblant de ne pas comprendre ce qu’il voulait…!!)
    Il y a un évènement – de mes années de collège – qui m’a marquée, par rapport aux « rapports intimes » : quand j’étais en Sixième, j’avais entendu une fille de Cinquième se vanter d’avoir « perdue sa virginité »… et ça m’avait bien plus qu’embarrassée d’entendre ça de la bouche d’une fille de 12 ans!
    Elle disait qu’elle « avait eu mal », mais elle avait surtout l’air tout fière d’elle… comme si elle était devenue une « adulte » en ayant perdu sa virginité!
    (Le fait qu’elle fusse consentante à seulement 12 ans m’avait estomaquée…!)
    On est en train de fabriquer une société ou on sexualise volontairement les enfants… et on fait en sorte qu’un maximum de gosses VEUILLENT goûter au « sexe »…!
    On a réussi à transformer leur curiosité en perversion… tout simplement. Leurs interdits sont désormais limitées aux crimes et aux délits… pas au « sexe », malheureusement!
    Il n’y a vraiment plus d’interdits : en relativisant le fait que les gosses soient de plus en plus jeunes à avoir des expériences sexuelles… on en vient à créer une société où la pédophilie est de moins en moins considérée comme étant un tabou.
    …Je me souviens d’une histoire d’un prof qui couchait avec son élève de 14 ans, il y a quelques années…
    Ce qui m’avait particulièrement écœurée dans cette histoire, c’était les commentaires des internautes : une bonne partie d’entre eux ne condamnaient pas le prof’, et ne voyaient pas le problème car la « gamine » de 14 ans était « consentante » et « amoureuse »…
    …A 14 ans, consentante? Amoureuse? Il y a de ces p*tains de claques qui se perdent…!
    A 14 ans, tu ne sais pas même ce que tu VEUX de la VIE!!!

    • Quand je discute avec mes collègues de travail, c’est pareil (deux hommes). Ils sont tous à dire que c’est comme ça, que ce sont les ados d’aujourd’hui. Pourtant, l’un d’eux s’est offusqué que le film « 50 nuances de Grey » soit estampillé « interdit aux -12 » et qu’il aurait mieux vu un -18.
      A 14 ans, on a le corps qui change, les hormones qui travaillent, c’est difficile mais normaliser la sexualité à cet âge, c’est costaud. Aujourd’hui, on pousse les enfants à grandir trop vite. Ça créé un déséquilibre.

      • Mais c’est le problème : ce ne sont PAS les ados d’aujourd’hui.
        Ce sont DES adolescents seulement… une partie se laisse emporter par les plus « matures » (autoproclamés), sans quoi ils se font moqués et qualifiés de « coincés ».
        Une autre partie… ils sont simplement curieux, et ils finissent par aller « trop loin ». Ce n’est pas toujours sans regret…
        (Au collège, j’avais une copine de classe qui m’avait racontée avoir perdu sa virginité ENFANT : elle était curieuse, et son cousin l’était aussi… Ils avaient un jour « testé » ensemble (avec pénétration), dans le dos de leurs parents…
        Elle l’a regretté : elle m’a dit qu’elle avait PEUR de ce qu’elle avait fait avec son cousin, et PEUR de ne plus être vierge du coup.
        Ca l’avait bouffée, la pauvre…)

    • Bonjour Émilie,
      Je me souviens avec une forte acuité de mon premier Amour. J’avais 14 ans, celle qui occupait mon cœur était âgée de 12 ans. Ce fut une époque où les enfants demeuraient dans la construction de leur présent, leur futur se bâtissait par des parents et des enseignants appartenant à une société responsable. Les amours enfantines demeuraient innocentes, à l’état platonique. Le contraire eût été inimaginable!
      « A 14 ans, tu ne sais pas même ce que tu VEUX de la VIE!!! »…
      Mais voici que de longue date, la France déjà blessée par une importation massive et calculée de « sauvageons » est devenue une proie, ses enfants appartenant pour beaucoup d’entre eux à un élevage domestique D’État tout puissant.
      Déconstruisant, année après année, une France Chrétienne, ses écoles où se prodiguaient les cours d’éducation civique, les dirigeants de l’ombre installèrent lentement la haine de la France et de ce qui fit sa grandeur.
      Saper les fondations de l’enfance, telle est cette manœuvre brillante bien que perverse pour aboutir, sans aucune fatalité, à tuer un pays. Une nation devenant alors une proie agonisante.
      Nous sommes tous responsables et coupables de l’empoisonnement moral et spirirituel de l’enfance.
      Les graines ont germé et les arbrisseaux malades ne pourront donner que des fruits pourris.
      « Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire » (A.Einstein)
      Les portes de l’immigration ouvertes en grand font résonner le choc des civilisations; l’une archaïque, l’autre, autrefois brillante nage à grandes brassées vers la première…Le tocsin a sonné.
      « Si vis pacem para bellum »

    • Emilie merci pour ces commentaires passionnants mais ils doivent impérativement être courts ! Mais vous pouvez devenir rédacteur à Résistance républicaine en envoyant vos propositions d’article à notre adresse de contact

      • Oh mon Dieu, je suis désolée Christine!
        Vous me l’avez déjà dit, mais j’ai vraiment du mal à juger ce qui est trop long ou pas!
        Je vais couper mes commentaires, désormais!

        • @Emilie
          En même temps, il est agréable de lire des commentaires courtois, structurés et pertinents !

        • Merci chère Emilie surtout continuez de commenter, essayez par exemple de vous limiter à une dizaine de lignes maxi ou bien de faire 2 commentaires, en notant sur le second « suite du commentaires précédent »; Mais, surtout nous serions très honorés de vous compter au nombre de nos rédacteurs et que vous nous envoyiez des propositions d’articles

          • Merci à vous, Christine, mais je ne suis pas assez « douée » pour prétendre écrire des articles ici. Je ne pense pas non plus m’exprimer assez bien, d’ailleurs.
            (Piquez dans mes commentaires quand vous le voulez, en revanche : j’assume tout ce que j’écris.)
            Je ferai bien attention pour rédiger mes commentaires, désormais. 🙂

    • Voir la série sur TF1 actuellement  » prostituée par amour », une jeune de 16 ans. Il est évident que l’on pousse les jeunes à baisouiller à tout va et avec n’importe qui, on banalise la prostitution et la pédophilie également .

Les commentaires sont fermés.