Champions : ces bolides rouges qui nous font rêver

Histoire Modélisme Publié le 8 juin 2021 - par - 6 commentaires

Il y a 60 ans, Youri Gagarine offrait aux Russes l’honneur d’être le premier homme propulsé dans l’espace tandis que Phil Hill était le premier pilote américain sacré champion du monde de F1 et offrait son premier titre constructeur à l’écurie Ferrari en 1961.

Ferrari aujourd’hui est devenu une légende a tel point que c’est la marque la plus titrée au monde dans le sport automobile le plus noble : la F1. Jugez plutôt sur le podium.

Depuis la création de la F1 en 1950 :

Records du monde des constructeurs :

  1. Ferrari 16 fois
  2. Williams 9 fois
  3. Mc Laren 8 fois

Plus grand nombre de départs :

  1. Ferrari, 1012 départs
  2. Mc Laren, 884
  3. Williams, 765

Plus grand nombre de victoires :

  1. Ferrari, 238
  2. Mc Laren, 182
  3. Mercedes, 118

Plus grand nombre de pole positions :

  1. Ferrari, 228
  2. Mc Laren, 155
  3. Mercedes, 129

Plus grand nombre de meilleurs tours :

  1. Ferrari, 254
  2. Mc Laren 158
  3. Williams, 133

Plus grand nombre de podiums :

  1. Ferrari, 773
  2. Mc Laren, 489
  3. Williams, 312

Plus grand nombre de points :

  1. Ferrari, 8448,5
  2. Mercedes 5826
  3. Mc Laren 5620,5

Plus grand nombre de doublés :

  1. Ferrari, 84
  2. Mercedes, 58
  3. Mc Laren, 47

Bref, un palmarès qui se passe de commentaires. Mais que serait un grand prix de formule 1 sans Ferrari ? Ce serait comme un spaghetti sans sauce, insipide …

Alors, pour célébrer les soixante ans de son premier titre de gloire des constructeurs (ce titre a été introduit en F1 à partir de 1958), l’Oncle John a pensé vouloir rééditer à sa façon l’exploit de Phil Hill et sa Ferrari en 1961.

Enfin, après maintes péripéties et incidents de course, la voici à l’arrivée :

Pour la protéger de ses jeunes fans et des affres du temps, l’Oncle John lui a constitué une petite boite « maison »

Voici comment se présentait la voiture à sa sortie des usines Corgi Toys il y a environ 60 ans :

Corgi Toys l’avait affublée d’un pare-brise en plastique épais prévu pour pouvoir affronter les courses des cours de récréation ainsi que d’un pilote en plastique. L’épave de l’Oncle John était dépourvue de ces deux éléments ainsi que de ses quatre pneus. De plus, Corgi Toys avait décoré sa voiture de façon inexacte par rapport à la réalité. Enfin, l’arceau derrière le pilote de l’épave de l’Oncle John était tordu et impossible à remettre en place sans dé-riveter le châssis de la coque. Il a donc opté pour une restauration totale et suivant un plan bien précis dont voici les étapes :

  1. Faire sauter à la foreuse les rivets qui maintiennent le châssis à la coque et désassembler la voiture.
  2. Décaper soigneusement la coque pour lui appliquer sa nouvelle robe rouge.
  3. Appliquer une couche de fond à la bombe sur la carrosserie et, après séchage, la peinture rouge également à la bombe.
  4. Les éléments en plastique chromé et usés ont aussi été repeints en chrome à la bombe.
  5. Les pneus proviennent de la banque d’organes de l’Oncle John.
  6. Le pare brise est différent du modèle Corgi. En effet, une étape essentielle en restauration consiste à consulter un maximum de documentation afin d’obtenir l’effet recherché. Dans ce cas-ci, l’Oncle John désirait reproduire la Ferrari No 2 de Phil Hill qui avait remplacé le pare-brise enveloppant de sa voiture par un petit saute-vent. Voici donc comment se présentait en réalité la voiture de Phil Hill qui a conduit nos étapes de restauration :
  7. Fignoler au pinceau les détails du moteur, du tableau de bord qui était en noir anti reflets, du siège pilote en bleu, du volant cerclé en bois et des échappements noirs.
  8. Remonter la voiture et ré assembler le châssis (préalablement repeint lui aussi) à la coque. Remplacer les rivets sautés par deux gouttes de colle Loctite super attack.
  9. Placer et coller discrètement à la cyanolite le saute-vent qui fait office de pare-brise et qui aura été préalablement découpé dans un bout de plastique transparent..
  10. Appliquer soigneusement les décalcomanies (ce qui n’est pas l’opération la plus facile!).

Voilà. On m’avait demandé de raconter l’une de mes restaurations. Mission remplie. L’ensemble représente environ deux heures de travail réparties sur cinq jours car il faut tenir compte du temps de séchage des diverses opérations de peinture.

Restaurer oui, ma non troppo comme on dit en italien. En effet, si une restauration se justifiait amplement pour la Ferrari Corgi vu son état de délabrement avancé, il ne faut surtout pas restaurer à tout va. Voici ci-après, l’exemple d’une miniature qui a joué, certes, mais dont l’état général ne justifie aucune restauration quelle qu’elle soit. Il s’agit également d’une voiture rouge, l’Alfa Roméo 158 produite par Dinky Toys. Au plan historique, il s’agit de la voiture de course qui a connu la plus longue carrière dans l’histoire de la F1. Elle a hanté les circuits de course de 1938 à 1951 et a été pilotée par de nombreux pilotes célèbres tels : Juan Manuel Fangio, Giuseppe Farina et Jean-Pierre Wimille entre autres. Cette voiture avait été développée au sein du team Alfa Romeo en 1938 par la scuderia Ferrari tiens tiens … Produite en miniature par Dinky toys à partir de 1952, elle introduira l’écurie de course la plus célèbre des cours de récréation durant les années cinquante et soixante. Voici un super lien sur le sujet susceptible de raviver les souvenirs de certains d’entre vous :

Enfin, pour conclure, nous voudrions mentionner celui qui fut le plus grand pilote de la scuderia Ferrari, Michael Schumacher, surnommé par ses fans le baron rouge, terme qui désignait par le passé l’as des as de l’aviation allemande de la WW1, Manfred von Richtofen qui volait sur un Fokker triplan peint en rouge comme la Ferrari rouge de Schumi. La photo suivante vous présente la F1 de l’an 2000 avec laquelle Schumacher remporta cette année là un titre mondial au volant de sa voiture rouge. Vous remarquerez que, contrairement aux F1 du passé, sa voiture est couverte de publicités en tous genres, sauf celle d’un cigarettier bien connu qui figurait également sur sa voiture mais dont la promotion est interdite en reproduction miniature. Autres temps, autres mœurs. Au début, la F1 ou encore le cyclisme et la plupart des disciplines populaires était une affaire exclusivement sportive. Aujourd’dhui c’est avant tout une affaire de gros sous …

Oncle John

Print Friendly, PDF & Email
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Pascal JUNG-LEDOUX
Pascal JUNG-LEDOUX
il y a 16 jours

Belles miniatures anciennes qui valent chères sur les salons des voitures anciennes.
Propriétaire d’une traction avant 11C, je suis plus amateur de miniatures Citroën.

154627.jpg
Lagardère
Lagardère
il y a 16 jours

Bonjour Oncle John
Très beau travail de restauration.
Je suis aussi un fan de sport auto et collectionne les miniatures de course .

Argo
Argo
il y a 16 jours

J’ai résidé pas très loin de Magny-Cours, et assisté à des entraînements avant course! Que de beaux bruits et vrombissements de moteurs, et le plaisir de voir des pilotes de près ! Maintenant avec l’electrisation future des bolides, je ne suis pas sur d’éprouver le même plaisir! Peut-être, vais-je me rattraper avec mon circuit électrique et les bolides miniatures, Porsche, Renault et autres! Un vrai gamin!🏎️🏎️🏎️🏎️

François FOISIL
François FOISIL
il y a 16 jours
Reply to  Argo

oui moi aussi avec quelques fois des odeurs bizarres d’huile de ricin!

Argo
Argo
il y a 16 jours

Peut-être les mécanos qui se purgeaient?

François FOISIL
François FOISIL
il y a 16 jours

Génial cet oncle John, il aurait du naitre italien ou belge même!!

Lire Aussi