Quarantaine : un lieu d’isolement contraint choisi par l’Etat s’appelle un camp de concentration (Soljénitsyne)

L’archipel de nos renoncements et le projet de loi de sortie de crise sanitaire

Comme l’archipel du Goulag est constitué d’une multitude d’îles, l’archipel de notre capitulation se construit sur la multitude de nos renoncements. À lire Alexandre Soljénitsyne et le projet de loi de sortie de crise sanitaire[1], certaines similitudes frappent l’esprit.

Le texte fut adopté par l’Assemblée nationale dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 mai 2021, après un soubresaut qui, loin de représenter le fracas d’un corps se libérant de ses chaînes, n’était, en fait, que le léger cliquetis du corps se recouchant plus confortablement[2]. Particulièrement intéressant est l’article 4[3] sur le « renforcement des régimes de quarantaine et d’isolement et de répression des infractions aux règles de police sanitaire ». La fable y stipule que « le représentant de l’État dans le département peut s’opposer au choix du lieu retenu par l’intéressé s’il apparaît que ce lieu ne répond pas aux exigences visant à garantir l’effectivité de ces mesures et à permettre le contrôle de leur application. Dans ce cas, le représentant de l’État dans le département détermine le lieu de leur déroulement »[4].

 

Il n’y a pas si longtemps, un lieu d’isolement contraint choisi par l’état s’appelait un camp de concentration, « l’un des termes majeurs du vingtième siècle, promis à un si vaste avenir international »[5], rappelle Soljénitsyne. De travail, de rééducation, de sûreté, de concentration, d’extermination, les parfums variant selon le goût de chaque personnalité et pouvant même se combiner entre eux.

 

Afin de faire passer la quarantaine pour un moindre mal, on a utilisé « la terreur comme moyen de persuasion »[6]et on a recouvert l’obéissance d’un beau manteau d’altruisme généreusement modifié[7]. Pour ne rien laisser au hasard, on a tablé sur des moyens peu sophistiqués, mais redoutablement efficaces. D’une part, les médias depuis des mois martèlent sans discontinuer : je me vaccine, vaccinons-nous. « Pense la même chose toi aussi ! »[8] ordonnent les omniprésentes radios de Staline. Aujourd’hui aussi, l’émulation doit jouer à fond. D’autre part, le cartésianisme frelaté du laissez-passer sanitaire cache mal le chantage infligé aux citoyens : je me vaccine ensuite je suis.

Mais que faire des « Gaulois réfractaires »[9], ces égoïstes[10], ces malveillants[11] ? Et bien, il « va être temps de s’occuper d’eux »[12]. Mario Dumont du Journal de Montréal a la solution : les enfermer dans une mine désaffectée[13]parce que, dit-il, l’égoïsme et l’irresponsabilité doivent être sanctionnés. C’est un devoir national, n’est-ce pas, de « protéger la République contre ses ennemis […] en isolant ces derniers dans des camps »[14] ? Bien sûr, le gouvernement devra faire preuve de pédagogie pour ne pas chatouiller l’ohainegénisme[15] du bon peuple : il « leur expliquera avec force détails et en répétant plusieurs fois la même chose à quel point ces épouvantails sont nuisibles, représentant un fardeau pour l’État ».[16] L’égoïsme risquant de s’avérer un poil léger au final, on préférera un critère dont la performance était bien documentée historiquement : « celui du sang qui [coule] dans leurs veines »[17]. Le cœur lourd nos élites se résigneront alors, comme Lénine, à « enfermer les douteux (pas les “coupables”, les douteux) »[18]. Pas seulement les malades, mais aussi les « personnes susceptibles d’être affectées » au sens de l’article 1er du règlement sanitaire international de 2005[19]. Admirable postérité d’un concept : les rudimentaires « socialement proches »[20] de Staline devenus les ultras modernes « cas contacts ». Bien entendu Staline, dans son glorieux combat contre les ennemis de la Révolution en marche, a su mettre « à profit la précieuse expérience acquise par les hitlériens avec les numéros »[21]. Le communisme, c’est les Soviets plus la 5G. Aux États-Unis, on porte déjà son QR code au poignet, la soumission a déjà son merchandising. C’est avec reconnaissance que les Israéliens,[22] pour pouvoir rentrer dans leur propre pays, acceptent le port du bracelet électronique pour échapper à la quarantaine dans un lieu non choisi[23]. Utilisé à Hongkong dès 2020, le bracelet électronique venait d’être testé sur la population carcérale[24]. On appréciera cette belle postérité du « socialement proche » entérinant l’équivalence entre le déviant juridique et le déviant sanitaire.

 

Si c’est bien une guerre, nous ne l’avons pas encore perdue. Nos renoncements ont été multiples, mais le réveil est encore possible, car « la ligne qui sépare le bien du mal passe par le cœur de chaque homme »[25]. Laissons le mot de la fin à Soljénitsyne : « En nous abstenant de châtier et même de blâmer les scélérats, nous ne faisons pas que protéger leur vieillesse dérisoire, nous descellons en même temps sous les pas des nouvelles générations toutes les dalles sur lesquelles repose le sens de la justice »[26].

 

[1] Projet de loi nº 4105, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 28 avril 2021.

[2] Premier vote : 103 pour et 108 contre, soit un nombre total de votants de 211. Second vote : 208 pour et 85 contre, soit un nombre total de votants de 293 personnes, quelques heures plus tard. Source LCP : https://lcp.fr/actualites/l-assemblee-vote-le-regime-transitoire-de-sortie-de-l-etat-d-urgence-et-le-pass.

[3] Projet de loi, modifié par le Sénat, relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire, n° 4177, déposé le mercredi 19 mai 2021 : https://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl4177.asp.

[4] Voir le texte élaboré par la commission mixte paritaire : https://www.senat.fr/leg/pjl20-622.html.

[5] Soljenitsyne, Alexandre. (2014 [2010]). L’Archipel du Goulag 1918-1956. Essai d’investigation littéraire. Édition abrégée (p. 325). Paris : Point.

[6] Ibid., p. 437.

[7] « Quant au Premier ministre, il a lui conclu, hier, sa conférence de presse en insistant sur le caractère humain, voire charitable de la vaccination, en évoquant, je cite, “un acte altruiste” », France Culture, Journal de 12h 30 du 4 décembre 2020 :  https://www.franceculture.fr/emissions/journal-de-12h30/journal-de-12h30-du-vendredi-04-decembre-2020.

[8] L’Archipel du Goulag, p. 355.

[9]  Discours du Président Macron devant la reine du Danemark, le 29 août 2018.

[10] « Le véritable danger du Covid-19 n’est pas le virus, mais l’égoïsme majoritaire » de Serge Champeau et Telos, Slate, le 6 octobre 2020 : http://www.slate.fr/story/195761/enjeux-democratiques-refus-mesures-protection-crise-sanitaire-covid-19-utilitarisme-defaitisme.

[11] « Comment distinguer les personnes qui doutent du vaccin des antivax ? » de Rien Emmery, Le Vif (Belgique), le 18 janvier 2021 : https://www.levif.be/actualite/belgique/comment-distinguer-les-personnes-qui-doutent-du-vaccin-des-antivax/article-normal-1381487.html.

[12] « Il va être temps de s’occuper de ceux qui refusent le vaccin ». La chronique d’Eric Le Boucher, le 2 mai 2021, L’Opinion : https://www.lopinion.fr/edition/politique/il-va-etre-temps-s-occuper-ceux-qui-refusent-vaccin-chronique-d-eric-243452.

[13] « J’ai pensé à Gagnon ces derniers jours en cherchant une solution pour ces gens qui ont déjà décidé de ne pas recevoir un éventuel vaccin contre la COVID-19 », Mario Dumont, le 1er mai 2020.  https://www.journaldemontreal.com/2020/05/01/rouvrez-gagnon.

[14] C’est une loi de 1918. L’Archipel du Goulag, p. 324.

[15] Néologisme formé à partir de ONG.

[16] Ibid., p. 726.

[17] Ibid., p. 95.

[18] Ibid., p. 324.

[19] Loi nº 2020-290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 : https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=KY9SZZfQdcIRn_N8Kc1gxuN7Pce5JP_lubW2AuKlCjU=

[20] L’Archipel du Goulag, p. 488. Le concept de « socialement proche », selon la terminologie officielle du Goulag, a permis le rapprochement entre le lumpen et les criminels, unis dans une même haine des propriétaires.

[21] Ibid., p. 644.

[22] « En Israël, le bracelet électronique pour faire sa quarantaine chez soi », Euronews, 3 mars 2021 : https://fr.euronews.com/2021/03/02/en-israel-le-bracelet-electronique-pour-faire-sa-quarantaine-chez-soi

[23] « Israël : un bracelet électronique pour échapper à la quarantaine dans un hôtel », France Info, 12/13, édition du 2 mars 2021 : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/israel-un-bracelet-electronique-pour-echapper-a-la-quarantaine-dans-un-hotel_4317123.html

[24] « Covid-19 : À Hongkong, bracelet, QR Code et quarantaine high-tech », Anne-Sophie Labadie, Libération, le 20 mars 2020 : https://www.liberation.fr/planete/2020/03/20/covid-19-a-hongkong-bracelet-qr-code-et-quarantaine-high-tech_1782472/

[25] L’Archipel du Goulag, p. 131.

[26] Ibid., p. 139.

 184 total views,  3 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Nous y voilà c’est ce que j’avais annoncer dans plusieurs commentaires il y a quelques temps ,les camps de concentrations vont faire leurs apparitions pour y parquet les récalcitrants à la vaccination, premier temps pour les obliger à accepter la vaccination , deuxième temps élimination physique , et oui vous ne croyez pas qu’ils continueront à donner à manger aux réfractaires de la vaccination . Combien disparaitront sans laisser de trace ?

  2. La référence à l’Archipel du Goulag est judicieux au sens où, comme au temps du communisme, les « progressistes » s’inspirent des mêmes méthodes contre les réfractaires à leur idéologie.

    Que cela soit sur le thème de l’immigration, de l’antiracisme, de l’islam ou du Covid et de la vaccination, les tièdes ou les opposants seront traités de « complotistes », de « populistes », de « fachos », accusés de mettre en danger le reste de la population ou de « déviationnisme » et, à ce titre, doivent être dénoncés, stigmatisés, poursuivis et mis au ban de la société.

    Et comme du temps de Staline, il y a 2 outils très puissants au service des progressistes : la Justice et les médias aux ordres.

    La seule différence, c’est que ces derniers sont aux mains de milliardaires.

  3. Comme sur toutes les questions, les commentaires servent d’abord hélas de défouloirs.
    La vraie problématique est
    – qu’elle est ou sera la vraie réalité concrète ?? mais elle dépendra des lieux des circonstances et de son application
    -comment contourner le système répressif ou le torpiller
    -Comment le foutre en l’air ou y contribuer

    Par exemple pour les QR codes concernés et systèmes informatiques de contrôle basés dessus
    Malheureusement les réponses vraiment efficaces seront surtout sur des sites de Hackers en fait très très confidentiels, d’autant plus qu’ils peuvent cacher d’autres buts

    Avoir une idée des possibles ou des failles serait positif,
    il serait étonnant que la mise en place de vastes systèmes informatiques répressifs soit si simple et n’emploie que des convaincus, appel donc aux autres
    Merci

  4. Je dénonce ici les scientifiques qui ont permis cette mascarade et cette catastrophe. Mourir pour la patrie est devenu mourir pour le vaccin.

  5. 1936/1940/1945……..comme le dit la chanson: non,non,rien à changé,tout,tout va continuer……ou recommencer….seuls les protagonistes changent……mais l’esprit est toujours là…….comme quoi la vie est un éternel recommencement, et les leçons ne sont même pas retenues…….mais, ils l’assurent : »plus jamais ça »……

Les commentaires sont fermés.