Le village de Saint-Jean-aux-Bois dans l’Oise

Ayant eu le bonheur d’habiter durant 25 ans à Compiègne, dans le département de l’Oise, j’ai pu sillonner ce splendide département à de nombreuses reprises. L’immense forêt de Compiègne absolument superbe abrite un certain nombre de villages remarquables. Parmi eux il y a Saint-Jean-aux-Bois.

LOCALISATION

Plutôt qu’un long descriptif, une carte et le tour est joué.

Saint-Jean-aux Bois se situe au cœur de la forêt de Compiègne, magnifique forêt pleine de charme, où, en automne, on peut assister au brame du cerf. La forêt de Compiègne est une des plus belles d’Europe, et s’étend sur 14 400 hectares. Elle fut depuis le VIe siècle, hélas, le théâtre de chasses favori des souverains français. Aussi l’histoire l’a-t-elle modelée et les constructions, prestigieuses ou modestes, intactes ou ruinées, s’y échelonnent depuis les temps gallo-romains jusqu’à nos jours, à l’intérieur du massif ou sur ses lisières.

Saint-Jean-aux Bois est un petit bourg de 295 habitants permanents. En été les nombreux touristes augmentent facilement ce chiffre. Il ne fait que 25,4 km² au cœur de la forêt de Compiègne.

TU VEUX DU CROUSTILLANT ? EN VOILA

Le gentilé des habitants de Saint-Jean-aux-Bois est « Solitaire ». Why ? Et bien parce que les révolutionnaires qui se sont emparés du village en 1794, de Saint-Jean-aux-Bois l’ont rebaptisé « Solitude ». Pour la bonne raison, selon ces cons, que le nom du village contenait celui d’un Saint et qu’il fallait coûte que coûte que ce scandale cessa au plus vite. Donc, en rebaptisant le village Solitude, les révolutionnaires avaient fait de ses habitants des Solitaires.

Et depuis, les habitants de Saint-Jean-aux-Bois ont conservé ce gentilé qui leur avait été imposé en 1794. Bon, mais si les Solitaires sont restés, la commune, elle, a bien vite repris son nom de Saint-Jean-aux-Bois.

L’héraldique de Saint-Jean-aux-Bois est :

Allez, on rentre dans le dur.

UN PEU D’HISTOIRE

L’origine de Saint-Jean-aux Bois a été l’objet de nombreuses controverses qui ne sont pas encore tranchées à l’heure actuelle. Mais, bon, il paraîtrait qu’en 1132 Louis VI fit don aux chanoines de la collégiale Saint-André de Béthisy d’un domaine royal qui s’appela dès lors la maison de Saint-Jean. En 1152 la reine Adélaïde de Savoie en fit une abbaye de Bénédictines. Le bourg se développa autour de cette abbatiale à partir du XVIIIème siècle. Et en fait, on n’en sait pas vraiment plus sur l’origine du village de Saint-Jean au Bois.

Longtemps simple village de bucherons, Saint-Jean-aux-Bois offre maintenant l’image attrayante de vieilles maisons basses.

À TOUT SEIGNEUR TOUT HONNEUR :

L’EGLISE ABBATIALE

Elle est fondée en 1152 par la reine Adélaïde de Savoie afin d’y établir une communauté de sœurs bénédictines vivant sous la règle de Cluny. La veuve du roi de France Louis VI achète à cet effet des terres et l’ancienne maison royale de Cuise que son époux et Philippe Ier avaient donné au prieuré de Béthisy-Saint-Pierre. La construction du couvent commence sans doute peu après la fondation, mais le chantier de l’église se déroule pendant les années 1220 seulement.

C’est un monument de style gothique primitif, austère et élégant à la fois, et conservé en parfait état. Il est classé, of course, Monument Historique depuis 1862. La salle capitulaire, qui se visite par ailleurs, a été classée Monument Historique  en 1889.

En 1634, l’isolement du site au milieu de la forêt, et craignant pour leur sécurité, motive les moniales à échanger leur monastère avec les chanoines réguliers de saint Augustin contre l’abbaye de Royallieu à Compiègne (qui existe toujours et se trouve rue Saint Corneille en plein centre de Compiègne). Sympa, les religieuses ! Lis la suite…

Ben voilà, les chanoines deviennent les victimes d’un pillage commis par un détachement de troupes du maréchal de Turenne en 1652, et ne parviennent jamais à se relever des dommages subis. Le prieuré est finalement supprimé le 25 juin 1761 en raison des difficultés économiques et du trop faible effectif.

L’église abbatiale est transformée en église paroissiale, les autres bâtiments sont vendus à des particuliers, et il n’en subsiste que la salle capitulaire.

LE PETIT PONT ET LA BELLE PORTE

Un petit pont de pierre à 2 arches du XVIIIe siècle ouvre l’accès à une porte fortifiée du XVIe siècle, la porte Saint Jean, comprenant deux tours surbaissées.

CHÊNE DE SAINT-JEAN

Ce chêne est vieux de 750 ans. Il est haut de 25m, a une circonférence de 7,70 mètres à 1m30 du sol. On pense qu’il a été planté sous le règne de Saint-Louis (1226-1270) par les moines de l’abbaye de Saint-Jean. C’est le plus vieux chêne de la forêt de Compiègne et l’un des plus vieux arbres des forêts de France.

Durant son jeune âge et pendant plus d’un siècle, le chêne de Saint Jean a subi un traitement dit “en têtard”. Régulièrement, ses branches étaient coupées pour en faire du bois de chauffage. Puis ce mode de traitement a été abandonné et les branches se sont développées naturellement, donnant la forme actuelle de l’arbre.

Mais les tailles régulières réalisées à un âge avancé de l’arbre avaient déjà occasionné des plaies qui ont permis aux champignons d’attaquer le bois. Le tronc est maintenant complètement parasité par des champignons. En 1970, des enfants ont allumé du feu dans le tronc pour y détruire un nid de guêpes (pas mal…). Le feu a consumé beaucoup de bois déjà décomposé par les champignons, endommageant considérablement la base du tronc.

Plus récemment, une taille de branches mortes a permis de soulager les branches fragilisées.”

Ce pauvre chêne est un vétéran, vénérable doyen de cette forêt, fatigué par les ans et victime d’accidents. Malgré tout cet arbre est prêt pour durer d’autres siècles, pourquoi pas ? En tout cas, il attire toujours à lui de nombreux visiteurs.

(A propos d’arbre, voir aussi l’excellent article de mon ami Claude t.a.l intitulé « Le monument de la semaine est un arbre, le chêne d’Allouville ! » sur Résistance républicaine, bien sûr, en cliquant ici, nouvelle page)

FARNIENTE

Saint-Jean-aux-Bois ? Le plus beau village de France, tout ici est ravissant clament les Solitaires et ton serviteur avec eux. Impossible de ne pas flâner et goûter le charme des petites ruelles paisibles où chaque maison de pierres semble s’ingénier à avoir le plus beau parterre de fleurs. Pas question de se priver de cette vue sur l’église abbatiale, intimement liée à l’histoire du village.

ET POUR FINIR UN JOLIE FILM SUR SAINT-JEAN-AUX-BOIS

Bye bye !

Cachou

30 Commentaires

    • À l’origine, je voulais faire un article sur Vieux Moulin, que je connais très bien, et non sur Saint-Jean-aux-Bois.
      Je me suis très vite aperçu que, en dehors du charme important de par ses rues et sa localisation dans la forêt de Compiègne, il n’y avait pas grand-chose d’autre à dire.
      D’où mon choix sur Saint-Jean-aux-Bois qui a le même charme mais dont on peut raconter plus de choses.

      • Vrai rien de spécial à dire sur VM
        J ai connu les trains qui passaient. A la fin c était un des mécaniciens qui descendait de la locomotive pour fermer puis ouvrir les barrières
        J y suis retourné il y’a 5 ans
        Déçu, l entrée sur le village
        a changé les abords des villages ont tendance à se banaliser
        Pierrefonds
        le mont st Marc
        Jolie foret

  1. Quel charmant petit village qui semble figé dans le temps !

    St Jean a inspiré un grand nombre de baptiseurs de lieux, je me demande combien il peut y avoir de lieux-dits , de villages et d’églises St Jean du nord au sud du pays

  2. Merci à mes amis patriotes d’avoir apprécié ces quelques lignes sur ce magnifique village de Saint-Jean-aux-Bois, et de me l’avoir fait savoir par leurs posts du présent forum.

  3. Très chouette histoire et encore un coin préservé du tourisme de masse. Et dire que je suis passé assez souvent près de cet endroit en ignorant tout de son existence. Merci Cachou pour cette belle page.

  4. Cachou, un grand merci pour cet article. Vous connaissez sans doute aussi la forêt de Hez. Un article la présentait comme la plus belle hêtraie de France mais je n’ai jamais pu trouver de confirmation.

    • Oui, bien sûr, je connais la forêt de Hez. Mon frère habitait, au début de son mariage (ça fait déjà pas mal d’années maintenant…) à Agnetz qui se trouve dans cette forêt. J’allais donc le voir de temps en temps. La vraie dénomination de cette forêt est la Forêt de Hez-Froidmont, et elle couvre 7 communes.
      Par contre, je ne sais pas du tout si c’est la plus belle hêtraie de France.
      Mais notre ami François a répondu à cette question

  5. Heureusement que l on a encore de beaux villages préservés des racailles. Mais pour combien de temps encore.

  6. tout est bon dans ce récit sauf le « hélas « car dans la chasse à courre le cerf est gagnant 3 fois sur quatre même quand c’était la baronne qui dirigeait son équipage d’une main de fer .

    • Merci mon ami patriote patito de tes encouragements.
      Concernant le « hélas », comme tu l’as bien évidemment compris, il s’agit de la chasse. Bon, il est absolument hors de question de partir sur ce sujet ici, car il y a les pour, il y a les contres, il y a ceux qui s’en foutent, et quels que soient les arguments des uns ou des autres tout le monde reste sur ses positions.
      Simplement que ton serviteur est un amoureux inconditionnel et quasi maladif (!) de la défense de la condition animale. Je suis « Enquêteur » à la SPA. C’est pour te dire mon engagement en faveur de la défense de la cause animale.
      Je suis donc un opposant extrêmement farouche de la chasse.
      Mais il est hors de question d’entamer un tel débat ici, si tu m’y autorises.

      • oui, bien sûr, il y a les « pour » et les « contre », et puis il y a les mangeurs de viande, qui apprécient le gibier,
        mais , je suppose que tu dois être végétalien @Cachou,

        j’ai lu un livre très intéressant sur le régime alimentaire en fonction du groupe sanguin.

        • Végétalien, non. Végétarien, presque, on va dire flexitarien bien avancé. Pourquoi presque ? Parce que J’ADORE LA VIANDE ! Et oui, on ne commande pas ses goûts.
          Je te boufferai deux bifteck + 3 tranches de jambon et un sauciflard entier par jour . Mais la souffrance animale est trop forte et je m’impose de devenir végétarien.
          A mon âge, 67 ans, je ne deviendrai jamais végétalien.
          Sais-tu quatre choses très vraies :
          1) En France, on abat chaque jour 3 millions d’animaux pour notre consommation, soit plus d’un milliard en un an. Tu as bien lu.
          2) Dans le monde, 142 milliards d’animaux sont tués chaque année pour être mangés par l’Homme.
          3) 100 % des bêtes en Île de France sont égorgées en toute conscience, sans étourdissement préalable et sans que le consommateur en soit informé (la France refuse l’étiquetage).
          4) 1 abatteur exécute jusqu’à 600 bovins par jour.
          Et des centaines d’autres chiffres encore plus horribles.
          Mais bon, stoppons ce débat, si tu n’y vois pas d’inconvénient, et pensons à notre si beau village de Saint-Jean-aux-Bois 😃

          • Nous sommes d’accord sur plein de choses, mon cher Cachou mais je suis quant à moi une héritière de la Renaissance, des Lumières… l’homme est au-dessus de tout et les animaux sont là pour servir à l’homme. Point barre. Je refuse de faire souffrir les animaux pour rien, et rien de plus horrible que l’abattage rituel mais pour le reste je ne suis en rien choquée par le fait que des centaines de milliards d’animaux soient tués et mangés par l’homme, ils sont là pour ça. Où est le problème ? Et la femme qui te le dit, par goût mange relativement peu de viande sauf à ce qu’elle soit cuite et ressemble à de la semelle de chaussure et sauf à ce qu’elle soit absolument sûre qu’elle n’est pas halal.. Bref je ne mange pratiquement que du porc et force saucissons évidemment. Mais comme tu l’as dit on ne va pas transformer les commentaires sous ton bel article en débat sur la boucherie !!!!

            • A moins qu’il n’y est un boucher à Saint-Jean-aux-Bois ? 😂
              Ta position est très respectable et reflète l’écrasante majorité, c’est sûr. Nous avons déjà débattu de ce sujet.
              Comme tu le dis, nous sommes d’accord à 99 % des sujets. Sauf le 1 % restant : à ton avis, lequel ? 😃

              • bonjourCachou,
                si tu es du groupe sanguin O, tu es un mangeur de viande, car ce groupe descendrait des chasseurs de mammouths,
                je crois que le groupe B est celui qui descend des agriculteurs, donc végétarien, adore toutes les céréales,
                Ce dernier groupe a une répugnance naturelle envers la viande

  7. Bonjour, j’habite à Compiègne depuis 1997, et auparavant j’habitais à Ribécourt Dreslincourt, village et commune de Dreslincourt, ayant été rattaché(e) à la commune de Ribécourt toujours dans l’Oise, depuis un certain nombre d’années, mais, je ne me souviens plus de l’année de rattachement..!!! et j’y ai donc habité également depuis 1973… Je connais ce village extrêmement agréable de Saint Jean Aux Bois, (rien que son nom, fait rêver…) dans lequel beaucoup de personnes aimeraient habiter, mais les habitations sont hors de prix, pour le citoyen lambda.. Mais c’est un beau village, agréable, comme certains villages, dans cette France, qui sont un peu oubliés, mais leurs habitants préfèrent être oubliés, afin d’avoir la paix, qui est une chose précieuse par les temps qui courent…!!! et je les comprends parfait…!!!!

    • Bien sûr que je connais Ribécourt-Dreslincourt. Mon frère était, il y a pas mal d’années maintenant, le directeur général de l’hôpital de Noyon. Nous allions le voir de temps en temps, c’est assez près de Compiègne. La route nous faisait passer par Ribécourt-Dreslincourt.
      Bien sûr que les prix à Saint-Jean-aux-Bois sont très élevés. C’est une petite commune à un peu plus d’une heure de Paris et qui est comme un paradis. Cela attire quelques parisiens très aisés, et bien sûr les prix ont grimpé.
      Mais si tu habites Compiègne, tu es à 20 minutes de Saint-Jean-aux-Bois, et ne te prive surtout pas d’aller te promener

  8. Superbe promenade, merci Cachou.
    (J’espère que cela ne va pas donner des idées d’achat aux bobos parisiens)

  9. Très bien, vos articles, Cachou ! Cela donne envie de sillonner les routes à la découverte de notre patrimoine.

    C’est fou, j’ai habité l’Oise pendant ma jeunesse et je ne connaissais même pas ce village.

    • Merci François. On ne peut pas tout connaître. Ayant habité l’Oise, je suis sûr que tu aurais beaucoup de choses à m’apprendre.

  10. Ah ! Que le beau nous réchauffe le cœur dans ce monde de brutes !

    Un grand merci !

  11. Pour faciliter la comparaison, les 25 km2 du village, ça fait 2500 ha. Ou inversement, les 14000 ha correspondent à 140 km2. M’obliger à une telle réflexion dès le matin, il y a de quoi faire surchauffer mes méninges endormies !
    Ceci étant dit, ce village est magnifique et fait rêver … En particulier l’ancien lavoir qui me rappelle celui du village de mon enfance où j’allais fouiller dans la vase pour récupérer des pièces de cuivre datant de Napoléon III, pièces échappées de certaines poches et masquées à la vue de la lavandière par l’eau savonneuse. Mais pas de louis d’or …

Les commentaires sont fermés.