Daniel Conversano invite nos jeunes à s'exiler dans les pays de l'Est : la grande évasion !

Etonnante proposition  ! A écouter, méditer, commenter.

On peut la comprendre, eu égard à ce qui se passe, mais elle fait mal au ventre. Elle signifie que pour nombre des nôtres la France est fichue… et qu’on ne pourra pas compter sur eux pour la remettre sur pieds. Dur, dur pour nous les vieux, pour nous les irréductibles. Mais… il faut écouter, réfléchir, avant de jeter le bébé avec l’eau du bain. 

Je connais un peu Daniel Conversano, j’apprécie sa gentillesses, ses qualités d’intervieweur (mon interview a disparu, sans doute que son compte a été fermé…), son patriotisme  et son islamophobie ; même si je ne suis pas sur la même ligne que lui, racialiste, européiste et de droite dure assumée, « nationaliste » plus que populiste. Il a partagé un temps les délires de Soral jusqu’à ce que ce dernier lui casse la figure publiquement pour avoir osé penser et parler autrement que lui.

Moi, ça ne me gênerait pas d’avoir un Messiha, une Zineb, un Zemmour… à la tête de notre pays. Peu m’importent la couleur de peau, l’origine juive ou maghrébine, le christianisme ou l’athéisme du quidam. Seuls  m’importent l’amour de la France, de ses valeurs, de son histoire. Mais je sais que nombre des amis de Daniel Conversano considèrent comme impensable ce que je viens d’écrire. Daniel, dans la video ci-dessus, a l’air prêt à mettre de l’eau dans son vin, je ne sais s’il en est de même pour ceux avec qui il travaille…

Bref, son projet ressemble un peu, toutes proportions gardées, à l’aventure des passagers du May flower et à celles des Protestants chassés de France par la révocation de l’Edit de Nantes, s’embarquant pour les Amériques.  La Grande Evasion, le grand saut…

L’Europe de l’Est, c’est moins loin, ce sont des pays occidentaux, des valeurs… connues. Mais c’est, quand même, un exil. Terrible, forcément. Il faut du courage pour rester, mais il faut aussi du courage pour partir…abandonner son univers, sa langue, son pays, sa famille, ses paysages, ses codes… 

Mais je peux comprendre que des jeunes, notamment de jeunes couples, aient peur pour leurs enfants et choisissent de fuir , de repartir de zéro « à la grâce de Dieu ou du hasard », dans un endroit plus rassurant. Et ce que propose Daniel a le mérite d’exister. J’ignore la faisabilité de la chose, le coût d’une adhésion à l’association… Que ceux qui seraient intéressés creusent et nous apportent leurs témoignages et leurs analyses… 

 

Merci à nos commentateurs d’avoir si bien commenté la proposition de Daniel Conversano afin d’en bien comprendre les attendus et conséquences.

Entre autres, la contribution de Anne Lauwaert est très intéressante :

J’insiste: avez-vous regardé une carte de la Turquie et sa frontière avec la Bulgarie? Aller vivre en Bulgarie et Roumanie c’est aller s’établir sur le front turco-européen. C’est être en première ligne quand ça pètera, alors que Bulgares et Roumains fuiront vers nos pays…

 

 261 total views,  2 views today

image_pdf

39 Commentaires

  1. @bubu; ce sera la maux de la faim.
    Je suis ébahi par autant de clairvoyance, de perspicacité.
    Enfin ne t’inquiète pas je ne suis en aucun cas vexé car je vois en toi un vrai leader dans le nouveau monde.
    Tout au long, du reste, de ma carrière tant militaire que professionnelle j’ai pu croiser, rencontrer, recruter des jeunes plein d’allant, connaissant tout du monde, de la politique. Bref cette merveilleuse jeunesse qui a fait la France.
    Chapitre clos kamarrad

  2. merci pour cette précision (je répondais à ceux qui critiquent les pro « départ » pour leurs enfants en traitant les autres de couards au passage)
    effectivement vous n’avez pas idée du parcours de ceux qui vous répondent et cela d’ailleurs ne regarde personne
    je ne pense pas qu’à votre âge vous puissiez reprendre les armes pour vous battre, et contre qui d’ailleurs actuellement ?
    je suis plus jeune que vous et voilà ce que je pense :
    – il faut impérativement réveiller les français bisounours et gagner les élections
    ce n’est qu’à cette condition que la suite sera possible
    – lorsque le nouveau gouvernement pro-France n’arrivera pas à gérer tout seul l’explosion des cités, il pourra compter sur toute la réserve de français en âge de se battre, à qui il pourra fournir armes et autorisations de s’en servir
    – c’est seulement à ce moment là, que oui, la France pourra éradiquer la barbarie, l’atteinte aux lois, avec expulsions, pelotons d’exécution, etc…
    cela sera malgré tout très difficile à réaliser, la Merkel enverra certainement ses troupes, (poussée par Erdogan ?) sur le sol français et invitera l’Europe de Bruxelles à en faire autant
    Elle devra par contre faire face dans ce cas à l’Italie, la Hongrie… ces pays qui soutiendront les patriotes français
    Pour le reste, je ne crois absolument pas à quelques poignées d’individus intervenant ici ou là de leur propre chef ou criant à l’insurrection derrière leur clavier
    Alors pardon si je vous vexe (je respecte les anciens), mais telle est ma pensée, et c’est vous qui m’avez demandé de la préciser

  3. @Bubu; je ne sais pas à qui s’adresse ce message. Aussi ce serait parfait et tu démontrerais une certaine audace à citer les « va-t-en-guerre ».
    Evite toutefois de porter jugement sur des hommes dont tu n’as aucune idée de leur parcours.
    Je te suggère de lire un livre intitulé : « Et la levêche souffla sur l’Oranie ». Après sa lecture tu éviteras sans doute en critiquant les uns et les autres de te remettre dans ton propre contexte.
    Je remarque du reste que dans un de tes com. tu déclares ce débat passionnant et puis « paf » tu portes atteinte à certains intervenants.
    Quant en ce qui me concerne je vais juste t’indiquer que je suis beaucoup plus proche des octogénaires que des sexes à génaires.
    Que mes voyages sous le béret vert voire képi blanc m’ont permis – gratuitement – de visiter certaines contrées africaines.

  4. un peu comme la révolution qui devait arriver incessamment sous peu et que nous attendons encore ?
    quel âge avez-vous donc, les va-t-en-guerre derrière votre clavier ? êtes-vous réellement prêt à foncer au coup de sifflet bref ?
    qu’avez-vous donc fait récemment de plus que nous pour votre pays ?
    Par contre, Mme Tasin, je vous respecte car vous n’hésitez pas à vous mettre en danger pour réveiller les consciences de ceux qui n’ont toujours pas compris ce qui se joue

  5. @Dorylée; permettez moi de vous embrasser très fort, amicalement, fraternellement. Rassurez-vous mon parfum n’est pas du henné, ni beurre ranci mais Habit rouge de Guerlain.
    Votre commentaire est digne d’intérêt et en 3 lignes vous avez exprimé votre indignation.
    Juste, si vous le permettez, un bémol sur le nombre de Français partis à Londres. Ce n’étaient que quelques centaines.
    Par ailleurs ces Français, dignes de respect, ont quitté leur Patrie pour s’entrainer dans un pays allié.
    Ce n’est pas du tout ce cas de figure aujourd’hui car, sauf erreur de ma part et au regard des commentaires, les Français qui veulent fuir ou qui ont déjà fui sont dans des pays « non exposés »…………pour l’instant.
    Je conclue: vous me rappelez certaines jeunes filles de 17 ans qui n’hésitaient pas à braver le couvre-feu pour nous apporter appui.

  6. J’ai déjà regardé des video de Daniel Conversano qu’il diffuse depuis son nouveau port d’attache et d’où il fait la promotion de l’exil.
    Il ne m’a pas convaincu . L’exil non forcé pour moi est une sorte de suicide .C’est une négation de soi même. Surtout dans la forme . On disparait de là où on était et on s’arrache de soit même; De ses attaches culturelles et familiales de sa terre de sa famille .
    Rien à voir avec Beate qui est partie contrainte forcée, comme sont partis les juifs de l’Allemagne nazie ou mon père fuyant sa Pologne natale pour échapper à la police politique soviétique de Beria .
    Je suis d’accord avec Sophie , Beate , Anne Lauwaert , et Moktar. Leur attitude me donne envie de resister et d’entretenir la flamme de notre culture , notre civilisation . Les autres ceux qui quittent le territoire , de plus en se la « pétant » font parti du problème . Comment peuvent ils s’opposer à la libre circulation et la migration quand ils se l’appliquent à eux mêmes . Ils sont partis un peu à cause de cela et ont les mêmes attitudes que ceux qui ont contribué à les faire partir .
    Ils partent avant même d’avoir combattu . Il est nécessaire parfois de partir pour pouvoir mieux organiser la résistance mais dans tous les autres cas , le mot d’ordre c’est plutôt courage , fuyons!!!
    Et il n’y a rien là dedans de glorifiant sinon de se plier à la doxa ambiante et de rejoindre les principes mondialistes de la libre circulation des biens et des personnes et de leur disponibilité totale au service de leur entreprise mondialisée. Des critères qui sont souvent à l’origine de l’exil de nombreuses personnes , contraintes ou pas .
    Doit-on se vanter de l’exil dans les réseaux sociaux ou est-ce une façon de faire contre mauvaise fortune , bon cœur!

  7. Partir à l’étranger peut être la solution si c’est pour préparer le combat comme beaucoup sont partis à Londres en 1940 refusant la soumission au Boches. Si ça revient à déserter face à l’envahisseur musulman dites vous bien que vous fuirez votre lâcheté toute votre vie. Aujourd’hui vous fuyez devant les muzz et leurs complices, demain vous fuirez à nouveau devant les Turcs, après-demain devant les talibans…

  8. Fuir ? Se barrer, se carapater, comme le font tous ces migrants dont nous ne voulons pas, que nous ne voulons plus voir se baguenauder, mains dans les poches, dans les rues de nos villes, en pleine semaine, à des âges ou l’on passe le plus clair de son temps à travailler. Pour donner sa part !
    Fuir, laisser la terre dans laquelle, j’aspire à reposer, mais quand ce sera l’heure. Fuir en emportant sa honte ? Fuir ? Et lire ces lignes étirées d’une main légère… je suis parti, j’ai fui ! Ce qui ne ressemble en rien à « partir à l’aventure ! » . Non ! FUIR !
    Je ne suis pas un grand courageux. Quoi que… Mais même avec cette petite disposition au courage, j’ai compris et ressenti au plus profond de moi même qu’il va falloir tenir, résister, se battre. Jusqu’au bout ! Bien sur se défendre en meute c’est la solution idéale. Mais même comme quand c’est le cas pour nombreux d’entre nous, dont moi-même, il faudra tenir seul, tenir, tenir bon ! Pour le moment le pays que j’ai à défendre, c’est sa terre et ce qui la représente le mieux à mes yeux, c’est le drapeau. Notre BLEU-BLANC-ROUGE ! Je ne me battrai pas pour mon drapeau, mais avec lui. Notre drapeau, mon drapeau, ce camarade que je retrouve tous les matins, sur sa hampe sur le devant de la maison. Même aux couleurs défraichies, ce drapeau est l’honneur même de la maison dans laquelle nous demeurons.
    A ceux qui se sont enfuis et qui s’en glorifient, s’en vantent, et s’en justifient, une seule chose à dire : Vous n’aurez pas mon amitié !

  9. Je ne vais pas étaler le fond de ma pensée sur tous ces témoignages « dignes » d’intérêt.
    Je fais juste un constat.
    Cet article proposant la fuite en avant fait l’objet d’un nombre de commentaires, d’intervenants extraordinaires par rapport à d’autres articles proposant une résistance.
    Et, évidemment, comme d’habitude ce sera une poignée d’hommes et de femmes qui feront face et tenteront de défendre les malheureux qui, eux, n’ont pas eu les moyens de FUIR.
    En ce qui me concerne je fais mienne de cette maxime: « Es mejor morir de pie que vivir toda una vida arrodillado »

  10. juste un merci à tous les intervenants car je trouve que ce débat est tout à fait passionnant

  11. J’insiste: avez-vous regardé une carte de la Turquie et sa frontière avec la Bulgarie? Aller vivre en Bulgarie et Roumanie c’est aller s’établir sur le front turco-européen. C’est être en première ligne quand ça pètera, alors que Bulgares et Roumains fuiront vers nos pays…

    • Excellente remarque, Anne, qu’il fallait faire en effet, je vais l’ajouter à l’article

  12. il faudra qu’ils s’exilent ou qu’ils résistent !!! pas en subissant,mais en chassant les parasites par n’importe quel moyen……………….avant d’être en sous nombre ,ce qui ne saurait tarder

  13. La situation en France, bien sûr elle est grave, dans toute l’Europe, mais regardez les films qui parlent de la France sous l’occupation allemande en 40-45 et demandez-vous si aujourd’hui c’est comparable ? Nos parents sont restés , ils ont résisté et ils ont combattu. Quand la guerre ethno-religieuse qui est annoncée éclatera, aucun pays ne sera épargné et surtout pas les pays sur la route de la Turquie. Avec-vous lu le livre « le Siège de Vienne » de John Stoye ?

  14. Ce n’est pas la Grande Evasion, c’est la Grande Illusion! Le merdier, ce n’est pas qu’en France, c’est mondial. Ah, vous penser à Roumanie, Bulgarie & Co ? Aller habiter sur la frontière avec la Turquie ? sur la route de l’invasion migratoire ? Drôle d’idée ! Avant d’y déménager, allez-y vivre = travailler quelques mois et demandez-vous si vous allez être capables de vous adapter à la mentalité! J’ai appris cela en Inde : y séjourner dans un hôtel c’est une chose, y vivre et surtout y travailler c’est tout le contraire car c’est la confrontation directe avec une toute autre mentalité. Les vacances en Suisse c’est une chose, vivre et travailler en Suisse c’est une autre chose car il faut s’adapter à une autre mentalité et on reste toujours étranger. Attention à ne pas sauter du chaudron dans la braise ! Cette combattivité c’est bien mais c’est en France qu’on en a besoin. Et, quitter le pays en temps de guerre c’est DÉSERTER

  15. Ce n’est pas la Grande Evasion, c’est la Grande Illusion! Le merdier, ce n’est pas qu’en France, c’est mondial. Ah, vous penser à Roumanie, Bulgarie & Co ? Aller habiter sur la frontière avec la Turquie ? sur la route de l’invasion migratoire ? Drôle d’idée ! Avant d’y déménager, allez-y vivre = travailler quelques mois et demandez-vous si vous allez être capables de vous adapter à la mentalité! J’ai appris cela en Inde : y séjourner dans un hôtel c’est une chose, y vivre et surtout y travailler c’est tout le contraire car c’est la confrontation directe avec une toute autre mentalité. Les vacances en Suisse c’est une chose, vivre et travailler en Suisse c’est une autre chose car il faut s’adapter à une autre mentalité et on reste toujours étranger. Attention à ne pas sauter du chaudron dans la braise !. Cette combattivité c’est bien mais c’est en France qu’on en a besoin. Et, quitter le pays en temps de guerre c’est DÉSERTER

  16. Et bien moi, je sais. Du moins, j’ai su plier bagage et aller sous d’autres cieux finir mes jours. Je n’ai même pas attendu d’être à la retraite. Un départ antérieur à tous ces putains d’attentats terroristes qui pourrissent la vie de mes compatriotes. Aujourd’hui, je ne regrette rien de tout ce que j’ai quitté. Face au déclin de mon pays, j’ai choisi de fuir. A quoi servait-il de rester pour combattre ? Avec quels hommes forts ? Avec quels chefs ? Avec quelles armes ?

  17. Personnellement, je me tâte…
    Rester ou s’exiler pour les patriotes par rapport aux Mélenchon et à la gauche ?
    Je ne sais toujours pas…

  18. Quitter la France la mort dans l’âme et dans le coeur à l’image des jeunes gens du récit « les corps indécents » qui envisagent la Crimée comme planche de salut devant l’indifférence et le renoncement des français à leur culture, à leur façon de vivre, à leur Histoire. . Se souvenir du nombre considérable de collabos avec les nazis en 1940, de la rafle du vélodrome d’hiver par des français zélés etc. . l’Histoire se répète, hélas. C’est désespérant.

  19. Chère Christine, et vous tous chers amis résistants,
    Bien que comme vous, je partage la plupart des positions de Daniel Conversano, notamment concernant la défense du monde occidental face au péril islamique, je tenais à souligner un bémol et pas des moindres (plus important, selon moi, que les divergences sur la question raciale que l’on peut avoir avec lui).
    Pour la dictature Covid, sachez qu’il n’est pas dans notre camp, car il est pro-confinement, pro-masque, pro-PCR, pro-vaccin et surtout « anti-complotiste ».
    Conversano affirme régulièrement ces positions dans ses vidéos You Tube ainsi que sur Twitter.
    Je pense que c’est important que vous en soyez informé.

    • Merci Juju pour cette précision que j’ignorais. Ce qui ne change rien par rapport à la discussion sur l’exil

  20. La Roumanie était un pays frère de la France jusqu’à la prise de pouvoir par les communistes. Il reste encore là-bas quelques rares anciens qui s’en souviennent. Et qui n’ont pas oublié non plus l’histoire plus ancienne encore de l’appui du Général Berthelot (et de l’armée française) à la Roumanie, en 1919 pour chasser l’ennemi soviétique et les bolchéviks. Puisse ce passé commun glorieux aider l’accueil des « évadés français ». Mais cette proposition originale va bien faire rigoler les générations de roumains qui ont connu Ceausescu et qui eux, rêvaient de s’évader vers France libre et souveraine des trente glorieuses !

  21. Il veut envoyer la moitié de la population en Roumanie …
    Vorbeste el românește măcar  ? 
    În România nimeni vorbeşte franceza acum !
    ( il parle roumain au moins ?
    En Roumanie, plus personne ne parle le français maintenant ! )
    Ou alors, il veut changer la population du coin ?

  22. @Christine; je crois connaitre le fond de ta pensée et je crois savoir que nous nous rejoignons quant aux attitudes à adopter.
    La France cette Nation respectée, jalousée par le monde entier devrait-elle s’éteindre.
    Tous ces héros, tous ces martyrs qui ont permis à ceux et celles qui veulent s’enfuir d’avoir une culture, des valeurs.
    Les Français auraient balayé ce devoir de mémoire.
    Il appartient à chacun d’entre nous de le rendre inoubliable; ceux qui sont morts pour que nous vivions ont des droits inaliénables.
    Quoi que tu trouves sur ton chemin, relève la tête et bats toi.
    Je lis « démocratie » comment la battre? Si on en est encore à débattre sur ce sujet; alors oui FUYONS.

    • On est d’accord. Quant à la démocratie, pour l’heure ce n’est pas le sujet. Je répète volontiers que, là où nous en sommes c’est un Bonaparte qu’il nous faudrait

  23. Je suis allé voir son site et il y a des expressions racoleuses qui rappellent beaucoup les site d’arnaque. Par exemple « Je vous offrirai un livre inédit en version papier, à vous et rien qu’à vous. ».
    Typique des accroches à gogo.
    Hum….méfiance méfiance. (c’est dommage mais c’est le monde dans lequel nous vivons)

  24. Merci Moktar d’avoir repris la plume pour donner ton avis, précieux. J’ai publié en effet cette video parce qu’elle correspond à des questions que se posent bien des nôtres. Evidemment que la réponse est/devrait être dans le rassemblement de centaines de Français à chaque tuerie… sauf que pour le moment le compte n’y est pas, alors forcément, certains pensent à fuir faute d’autre solution. Même si je suis à titre individuel pour ta réponse je peux comprendre celle d’autres.

  25. J’avais opté pour « déserter » RR ; en effet mes interventions jugées musclées à l’encontre de camarades (sic) ne plaisaient pas.
    Toute vérité n’est pas bonne à dire, encore moins à écrire.
    Je vais remercier Christine pour avoir publier cet article car il met en avant, de par les diverses réactions, l’état de notre société.
    Et je m’en réjouis aussi parce qu’il me donne raison dans certains propos que l’on jugeait déplacés.
    Je reprends une phrase de Didier G Laborit disait : Confronté à une épreuve, l’homme ne dispose que de trois choix : 1) combattre ; 2) ne rien faire ; 3) fuir.
    Ne rien faire, c’est subir = jamais !
    La fuite, pourquoi pas, il est légitime de se poser la question (l’heure est grave).
    Dans cet article il n’est nullement question de déserter une ville, un département ; non il est question de se sauver de son pays natal, de sa Patrie.
    En fait nous critiquons les migrants qui se sauvent de chez eux et NOUS nous adoptons la même attitude.
    Avec tout de même une différence et de taille, c’est que ces migrants nous envahissent et veulent nous soumettre leurs préceptes.
    Alors que ceux qui déserterons la France devront se soumettre aux lois du pays qu’ils auront choisi.
    Mes bons amis il manque à tous ces Français un seul élément fondamental : LE COURAGE.
    Je le dis et je l’écris depuis des lustres et au fil des jours les Français deviennent de plus en plus lâches.
    Pourquoi ne tenteriez-vous pas de prendre exemple sur un peuple qui, il y a quelques années, n’hésitait pas à chaque attentat qu’il subissait de descendre dans la rue?
    Face à ces manifestants dont le cortège était mené fréquemment par des jeunes qui n’avaient pas 20 ans, il y avait l’armée, les gardes mobiles, les CRS..parfois les chars.
    Et pourtant cette foule faisait face. Certes lors de certaines manifestations des innocents payèrent mais……………..c’était la guerre.
    Les Niçois, plutôt que se balader avec des panneaux « vous n’aurez pas ma haine » ou mettre des bougies, auraient du prendre leur courage à deux mains et investir les quartiers de non-droit qui sont nombreux.
    C’est cela l’attitude à adopter ; pas s’enfuir à l’étranger.

  26. Ils en sont contents de leurs départs ? On m’a effectivement pas mal de choses positives sur l’Estonie pour investir dans un fonds de commerce
    Cordialement

  27. Si j’étais jeune, je songerais aussi à partir, voyant que la situation est devenue presque irréversible. Ce qui me désole le plus c’est que beaucoup, sinon la majorité des autochtones européens ne se sentent plus de lien charnel avec les générations qui les ont précédés. La grande majorité des Européens ne se soucient pas des conséquences du métissage et du Grand remplacement, ils sont indifférents à ce que la mémoire de leurs ancêtres s’éteigne définitivement. Car de nos jours, ce sont surtout les immigrés qui se soucient de leurs racines et appartenances et non plus les autochtones qui du reste en sont découragés, comme d’une suspicion de racisme. Refuser le métissage, c’est pas encore un péché mortel, mais pas loin, dans le débat opposant Chevénement à Zemmour, l’insistance de Chevénement pour lui faire dire sa position par rapport au métissage était assez claire sur l’intention encore caché de nos dirigeants.
    Car le métissage, c’est la dilution du lien charnel avec les générations antérieures qui ont fait l’histoire. Donc à terme la perte des identités nationales, ce qui est le but pour arriver à l’humanité globale voulue par les mondialistes pour pouvoir établir leur Etat mondial.
    Ce qui me chagrine tout autant, c’est la main mise des mondialistes, sans foi, ni loi et qui nous considèrent plus que comme peu ou prou « un parc humain », des sous-hommes, ou des sortes d’animaux. Ils nous traitent comme une somme de « riens » et les intermédiaires ne sont que des larbins à leurs yeux. Avec la déconstruction dont on s’est gargarisé comme des esprits forts, l’être humain s’est vu dépossédé de toute dignité, désormais, rien ne permet de le considérer comme supérieur en dignité à un animal. On a pu constater, à l’occasion de la révision de la loi de bioéthique, que la possibilité d’avorter jusqu’au terme, est passée comme une lettre à la poste, excepté chez les rares cathos pratiquants et heureusement des esprits comme Onfray.
    Si j’étais jeune, je partirais pour fuir ce monde occidental dépravé, qui n’a pas d’autre idéal que de profiter de la vie de la façon la plus terre-a-terre, pour aller vivre en Thaïlande, parmi les peuples bouddhistes, ou peut-être même au Népal ou au Bhoutan. Au moins ces pays, restent attachés à leurs traditions, leur religion, leur histoire, leur identité.
    Je ne sais que penser des pays de l’est qui pour le moment se tiennent à l’écart mais pour combien de temps ? Poutine n’est pas immortel, en Hongrie, il y avait une opposition estudiantine (financée par Soros sans doute) mais sensible au progressisme qui a été près de donner la victoire à l’adversaire d’Orban.
    A tout prendre, je me demande si le progressisme n’a pas engendré plus de malheurs et de laideurs que l’obscurantisme ou le conservatisme.
    Certes, il y a bien l’exception des pays islamiques particulièrement repoussante, le cas de l’Afrique également pour sa stagnation à l’âge néolithique et encore !
    Disant cela je ne suis pas contre la science, ni les progrès de la technique, mais je me demande si pour la majorité de l’humanité, la facilité, le confort ne sont pas ses pires ennemis en encourageant sa pente naturelle à la loi du moindre effort et à la recherche du plaisir et des distractions plutôt que de la culture de l’esprit. Pour moi, seule la culture de l’esprit, sous toutes ses formes, donne du prix à la vie et fonde la dignité humaine. Pas d’être consommateur, spectateur, collectionneur ou même esthète.

  28. @Sophie
    ce qui pose pb c’est le nombre de « français » qui votent et voteront jusqu’à l’extinction totale
    vous voulez combattre quoi ? la démocratie ?
    puisque nous avons le droit de vote, nous sommes en démocratie et donc vous devez accepter le résultat des urnes
    que diront les enfants ? peut-être merci papa, de nous avoir évité la charia et autre réjouissance

  29. Vous ne pouvez pas occulter la question raciale parce qu’elle déplait. De nos jours c’est se mettre en danger, regardez ce qui arrive à ces juliettes massacrées par leur roméo exotique. Ou à d’autres.
    Du reste l’Afrique du Sud et le Brésil sont deux exemples parlant. Quand des fermiers blancs se font trucider par les noirs qu’ils ont la bêtise ou la naïveté d’employer.

  30. Juste une interrogation à ceux et celles qui pour motifs légitimes souhaitent quitter leur Patrie.
    Ce n’est pas quitter un pays qui pose problème; c’est déserter sa Nation et laisser à la vindicte des nouveaux maitres nos voisins, nos amis, notre famille.
    Cet état d’esprit prouve de façon incontestable (tant pis pour ceux que je vexe) qu’effectivement la France mérite de mourir.
    Didier G. a fort bien poser le problème en 3 points.
    Et bien le seul, de mon point de vue à retenir, c’esr le point 1 : combattre
    le point 3: fuir avec prétexte de sauver ses enfants n’est que prétexte pour ne pas dire couard. Et plus tard que diront les enfants? Pourquoi Papa t’es-tu enfui plutôt que te battre?

  31. La fuite est une lâcheté, sauf lorsqu’on s’est battu jusqu’au bout et qu’on n’a plus de cartouches !

  32. C’est une bonne initiative mais pas pour tout le monde. De nombreux français sont enracinés et ne veulent pas partir, laissant leur terre aux ennemis.
    J’ai quitté la France suite à des menaces de mort contre ma famille. Je ne suis plus en France depuis 2013, mais dès que mes enfants finissent leurs études supérieures dans quelques années, je veux revemir en France et faire du militantisme de terrain pour défendre mes idées, la France et notre peuple.

  33. Sujet très intéressant sur le plan de la réflexion. Laborit disait : Confronté à une épreuve, l’homme ne dispose que de trois choix : 1) combattre ; 2) ne rien faire ; 3) fuir.
    Ne rien faire, c’est subir = jamais !
    La fuite, pourquoi pas, il est légitime de se poser la question (l’heure est grave). Mais c’est une sorte d’exil. On est attaché à des personnes, à une langue, à des lieux etc…
    Il y a quand même des coins plus tranquilles que d’autres en France, donc bien réfléchir.
    J’apprends cette semaine le départ d’une connaissance (la trentaine) avec femme et enfants…en Estonie.
    J’ai repris l’activité d’une jeune femme partie au soleil , proche de la nature, à l’étranger loin de tous nos pbs, et qui ne le regrette absolument pas…elle ne voulait pas que son petit garçon grandisse au milieu de tout cela.

  34. oui il faudra que nos jeunes s’exilent car nos couards de politicards auront tout fait pour rendre la France invivable.

  35. je pense qu’en faisant de rapides calculs, on se rend compte que bientôt les franco-français seront en sous-nombre dans leur propre pays
    et parmi eux, ils sont des millions qui continueront de soutenir cette politique mondialiste immigrationniste folle
    alors, forcément ceux qui veulent un avenir pour leurs enfants qui soit conforme à leur civilisation, choisiront le départ
    seul un retournement de situation dans les urnes changera la donne
    peut-être que dans l’avenir, les humains se regrouperont par rapport à leur degré de civilisation, et non plus par origine, race ou religion

Les commentaires sont fermés.