Pourquoi le vaccin anti-grippal est-il soupçonné de favoriser les infections à coronavirus l’année suivante ?

Publié le 16 septembre 2020 - par - 10 commentaires

Afin de développer le fait développé dans le titre et que nous avons évoqué  plusieurs fois et notamment très récemment sur Résistance républicaine, nous vous  proposons l’édito d’une très intéressante revue médicale Neo Santé, numéro 103, de septembre 2020.

Tous ces éléments expliquent la vivacité de ma réaction aux déclarations de Marine Le Pen…

.

Fin mars, via notre newsletter Néosanté Hebdo, nous avons été le premier journal francophone à soulever le lièvre : et si la pseudo-pandémie de COVID-19 n’était pas sans rapport avec les campagnes de vaccination contre la grippe et/ou les pneumocoques ? Et si la surmortalité anormale constatée à divers endroits était liée au nombre et au type d’injections vaccinales reçues par les personnes âgées l’automne dernier ?

 

Dans notre numéro du mois de mai, notre collabora- trice Pryska Ducœurjoly étayait cette hypothèse en expliquant le phénomène méconnu du « remplacement épidémique », à savoir l’interférence entre les microbes présents naturellement dans l’environnement et les souches mises en circulation via les vaccins. À l’appui de cette présomption, elle citait une étude américaine montrant que le vaccin antigrippal administré aux militaires US en 2017 avait favorisé les infections à coronavirus l’année suivante. Ces dernières semaines, Pryska a creusé la piste et a trouvé d’autres travaux scientifiques pouvant alimenter la suspicion. Dans son article (pages 11 à 14), elle donne également la parole au Dr Michel de Lorgeril, qui s’apprête justement à publier un livre sur le vaccin contre la grippe et ses possibles dégâts collatéraux. Ce chercheur émérite s’alarme lui aussi des interactions virales et de la potentielle « toxicité communautaire » induite par la vaccination annuelle. En résumé, celle-ci aurait pu stimuler les « anticorps facilitateurs » et déclencher ainsi la réaction immunitaire sévère maintes fois observée chez les victimes du Covid. Comme par hasard, les décès ont été plus nombreux dans les pays où les aînés sont davantage vaccinés. À nos yeux, le vaccin influenza est plus que jamais le suspect numéro un des flambées épidémiques mises sur le dos d’un banal virus corona. D’ailleurs, comme le souligne encore Pryska, les deux particules semblent avoir étrangement échangé leurs matricules cette année : la grippe classique a littéralement disparu des statistiques dans le courant de l’hiver !

Mais ça, les virocrates, leurs larbins politiciens et leurs perroquets à plume ou à micro ne s’en préoccupent pas le moins du monde. Toute leur attention est focalisée sur la course au vaccin anticovid. Attendu comme la seule planche de salut, ce messie en seringue est censé nous délivrer du mal et nous libérer par la même occasion des mesures sanitaires oppressives. Pratiquant un ignoble chantage, nos autorités menacent en effet d’échanger nos libertés contre l’acceptation docile de l’injection qui se profile. On ne compte plus les déclarations d’experts ou de dirigeants assurant « qu’il n’y aura pas de retour à la normale » avant l’arrivée du remède vaccinal. Et quoi encore ? À l’heure où le Covid-19 révèle très clairement son caractère de virose saisonnière mineure, où la manipulation des chiffres devient évidente et où la mystification du test PCR commence à être remarquée, il ne manquerait plus qu’on nous impose ce médicament (tout vaccin est à considérer comme tel) plausiblement dangereux. En guise de contre-offensive informative, j’ai demandé à la journaliste indépendante et intrépide Senta Depuydt de rédiger un dossier énumérant « les bonnes raisons de dire non » à cette vaccination (lire pages 5 à 10). Et je dois bien avouer que j’ai frémi à la lecture de son enquête. Il se précise d’abord que les vaccins les plus avancés seront expérimentaux et très risqués. Les tests de sécurité ne sont pas faits ou raccourcis, la procédure de validation est réduite à sa plus simple expression. Et bien sûr, aucune vraie recherche contrôlée versus un vrai placebo n’est effectuée, comme cela devrait être la règle. Ensuite, il se confirme que plusieurs candidats vaccins sont à technologie transgénique et qu’ils pourraient donc transformer les êtres humains en OGM, la modification des gènes pouvant même être transmise à la descendance. C’est de la pure folie ! Enfin, le dossier de Senta révèle que les sordides projets de puçage et de « nano- tatouage » des vaccinés ne sont pas des rumeurs sorties des imaginations complotistes. Certains cinglés transhumanistes rêvent ouvertement de cette société de contrôle digital total à laquelle le coronavirus offre un prétexte idéal !

Bref, il n’y a pas de quoi être rassuré par ce qui se prépare. Néanmoins, je vois se glisser un joli grain de sable dans cet engrenage orwellien. Le lendemain du jour où nous avons bouclé le dossier, on apprenait que la Russie avait finalisé son propre cocktail et qu’elle entamait la phase d’essai à grande échelle. C’est une bonne nouvelle car depuis cette annonce, la communauté scientifique occidentale est en train de virer vaccinosceptique. Comme par magie, les voix se multiplient pour déplorer l’imprudence et exiger de ne pas brûler les étapes. Et le chœur médiatique d’embrayer en émettant des doutes sur l’efficacité et la sûreté d’un vaccin développé avec une telle célérité. Certes, nos « grands labos » ne vont pas supporter le pied-de-nez russe et vont encore aller plus vite en besogne. Mais on peut espérer que la précipitation soit désormais décommandée par d’autres personnalités que le trublion Didier Raoult et l’inattendu Christian Perronne, hier encore vaccinolâtre invétéré. Et on peut rêver que l’hostilité au vaccin Covid, déjà bien implantée dans le public, finisse par contaminer le milieu politique. Tout n’est pas joué et il reste des chances de faire échec au traquenard vaccinal. No pasaran !

Yves Rasir

Print Friendly, PDF & Email

10 réponses à “Pourquoi le vaccin anti-grippal est-il soupçonné de favoriser les infections à coronavirus l’année suivante ?”

  1. Avatar Marinette dit :

    Qui croire concernant le vaccin anti-grippal annuel ?

    Le Pr Raoult le recommande fortement même pour les enfants.

    Si l’on est d’accord avec son traitement, son avis contre la vaccination anticovid19, il serait vraiment utile de lui demander de developper les raisons de sa position sur le vaccin anti-grippe.

  2. Avatar gigobleu dit :

    Il faudrait aussi approfondir le rôle des vaccins de la fondation Bill et Melinda Gates qui auraient favorisé des maladies graves et des décès en Afrique et en Inde. Ainsi que le rôle de ce même Bill Gates et ses parts chez Monsanto. Difficile de collecter des infos sur ces sujets. Bizarre, vous avez dit bizarre …

  3. Avatar Adalbert le Grand dit :

    En fait selon Raoult, le vaccin anti-grippe est beaucoup plus efficace chez les enfants que chez les adultes, et quasiment inefficace chez les personnes très âgés en fin de vie, dont le système immunitaire est affaibli par l’âge (d’où la fragilité de ces personnes face aux infections).

    En outre le principal vecteur de transmission de la grippe sont les enfants.

    Donc selon lui ce sont les enfants qu’il faut vacciner en priorité, car ainsi on empêche la propagation de cette maladie (la grippe) [phénomène d’immunité collective], alors que vacciner massivement les personnes âgées comme on le fait aujourd’hui est à peu près inutile car leur système ne réagit plus suffisamment.
    __

    Évidemment, avec les risques d’accroissement de la dangerosité du coronavirus qui serait induit par le vaccin, votre article remet en cause cette équation : ne risque-t-on pas alors d’exposer cette fois les enfants ?
    Ce qui serait évidemment terrible.

    Visiblement Raoult n’est pas averti de ce lien. Existe-t-il vraiment? Y-a-t-il des études sérieuses ? On peut penser que Raoult serait au courant si c’était le cas.

  4. Avatar Christophe dit :

    Un truc qui m’avait surpris avec Raoult (et ça ne date pas d’aujourd’hui), c’est qu’il ne semble rien voir de mal avec les vaccins, sauf quelques exceptions. J’ai retrouvé une vidéo dans laquelle il en parle d’ailleurs, lien ci-dessous.

    Par contre là ou j’ai tous les voyants au rouge par contre, est sur le fait qu’il ne semble rien avoir à redire sur le vaccin pour la grippe, et pire qu’il le prône aussi pour les enfants ? Bon déjà le sujet de la vaccination grippale est ici couverte, donc inutile d’en rajouté. Mais, et gros mais, si il est donc contre la vaccination contre ce virus qui plus que nous casse les bonbons, comment peut-il prôner la vaccination contre la grippe ??!!! Grippe, rhume et covid font partie des coronas, il est notoire que vaccins contre ces machins ont bien plus de chance de foirer que fonctionner, et ce pour diverses raisons, d’où l’escroquerie monumentale de ces ordures de labos qui veulent à tout prix refourguer leur soi-disant vaccins contre le covid, franchement pour le coup je ne comprend pas sa logique vouloir l’un et pire, aussi pour les gamins (qui si en bonne santé, ont un système immunitaire plus que capable de faire du bon boulot contre les coronas) mais – et heureusement- pas l’autre. Là oui franchement il faudrait qu’il explique car y’a un truc qui cloche.

    https://www.youtube.com/watch?v=EbOzhsFBGBw

  5. Avatar Louise Rosea dit :

    Christine, cet article de Néo santé fait écho à des alertes sur l’épidémie de coronavirus en Italie établissant une relation entre vaccination de personnes âgées contre les pneumocoques et contaminations au coronavirus ensuite…

  6. Avatar Louise Rosea dit :

    Oups erratum de ma part : corrélation entre pathologies pulmonaires personnes âgées et campagne de vaccination antiméningococcique (pas contre pneumocoques) en Italie

  7. Avatar bm77 dit :

    Adalbert, ne trouvez vous pas qu’il y ait déjà assez de vaccins comme çà pour les enfants??
    On leur administre déjà un cocktail de 11 vaccins aux tout petits !!! Ce sont des vaccins; spécial mondialisme!
    Alors un antigrippal en plus ça fait beaucoup !

  8. frejusien frejusien dit :

    La seule fois où ma mère s’est faite vacciner sur l’insistance incroyable de son médecin, elle a développé une grippe super carabinée qui l’a clouée au lit plusieurs jours.

    Il y a deux ans, sur 13 personnes âgées décédées dans un EHPAD par le virus grippal, six d’entre elles étaient vaccinées contre la grippe,
    alors que croire et qui croire ??

    pour ma pomme, je suis anti-vaccin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire Aussi