Agressée chez moi en plein confinement, ITT 10 jours et… j’écope d’un rappel à la loi !

Agressée chez moi en plein confinement, ITT 10 jours prescrite par le médecin et j’écope d’un rappel à la loi !

L’agression s’est produite lorsque je me trouvais dans la cour intérieure de mon immeuble, pour sortir faire ma promenade quotidienne.

J’avais remarqué depuis plusieurs jours, que quelqu’un bloquait systématiquement la porte d’accès au fond de la cour, ce qui m’empêchait de rentrer et m’obligeait à faire le tour de l’immeuble et de repasser par la rue.  Cette porte mène à un terrain vague derrière mon immeuble, et je pouvais ainsi sortir sans mon ausweiss. Au bout de quelques jours, je décide donc de retirer le loquet.

Et là les ennuis commencent. Je vaquais tranquillement à mes occupations chez moi (j’habite au 3ème étage), les fenêtres ouvertes, il faisait chaud, lorsque j’entends quelqu’un pousser un cri de bête sauvage, venant de la cour intérieure. Je regarde, je ne vois personne. Je dois vous prévenir, l’histoire de fou commence, on a affaire à du « lourd ». Je descends une heure plus tard pour ma promenade quotidienne, je me retrouve dans la cour, lorsqu’une femme (il s’agit d’une personne qui habite au rez-de-chaussée, et qui se trouve être propriétaire d’une partie de l’immeuble, mais qui n’est pas ma propriétaire, et par conséquent n’avait rien à faire dans cette cour), s’avance vers moi, en me toisant et ricanant. Je la regarde et lui demande quel est son problème. Et là, elle me frappe d’un grand coup sur la tête. Le coup a été douloureux car j’ai senti le métal de la bague qu’elle devait porter. J’ai été tellement choquée, que je n’ai pas réagi. Puis elle s’éloigne. Je reprends mes esprits, je la rattrape, et je la traite de malade mentale. Lorsque je m’approche, elle se met à hurler « au secours, elle m’a frappée » , et là son vieux mari sort, menaçant. Je cours à ma voiture et je me rends directement à la gendarmerie. Et là, deuxième choc : le jeune gendarme refuse de prendre ma plainte et me répond d’un ton méprisant : « vous n’avez qu’à déménager et déposer votre plainte sur internet ».

Ce n’est pas fini.

Je rentre chez moi, et j’étais occupée à taper ma plainte sur mon ordinateur, lorsque j’entends un bruit dans le couloir :  la décérébrée revient à l’attaque pour saccager mes plantes qui se trouvaient sur le rebord intérieur de la fenêtre du couloir.  J’appelle la police, et j’explique toute l’histoire, et là, tenez-vous bien, la police me répond « restez chez vous ».

Je prends des photos de mes plantes saccagées. Puis, entre-temps, je contacte une avocate.

J’ai dû attendre 2 semaines avant d’être convoquée à la gendarmerie. Suite à ma plainte cette femme a été ensuite convoquée.

Quelques mois plus tard, en rentrant de vacances, je trouve dans ma boîte aux lettres, une convocation de la gendarmerie. Et là, surprise, le gendarme me fait signer un rappel à la loi, sous la pression, en me disant que je n’avais pas le choix, et me dit que la femme en question avait également porté plainte contre moi lors de sa convocation, et que c’était elle qui avait été victime de violence, et que son médecin lui avait prescrit une ITT de 4 jours, en raison du « choc » qu’elle avait subi.

Je dois vous dire que j’ai été tellement été choquée, que j’ai signé ce rappel à la loi. Puis, j’ai demandé au gendarme, comment il était possible d’exercer des violences physiques sur autrui sans laisser de traces ? Quand je pense que je ne l’ai même pas touchée… Il m’a répondu que oui c’était possible. Si quelqu’un peut m’expliquer ? J’ai écopé donc d’un rappel à la loi. Ça m’a fait mal d’avoir signé ce document qui stipule « ….avoir exercé volontairement des violences ayant entraîné une ITT de 4 jours… ».

Je suis indignée, Je passe, depuis une semaine, mes jours et mes nuits à ruminer. J’avais l’intention de contester, mais j’ai appris qu’on ne pouvait pas contester un rappel à la loi. Déposer une 2ème plainte, elle sera classée sans suite. C’est difficile de laisser passer ça, mais je n’ai pas beaucoup d’options.

Il faut que je vous décrive le profil de la timbrée, qui passait son temps à dénoncer les voisins lors du confinement. Elle placardait ses « torchons » sur les murs de l’immeuble, en menaçant les gens qui ne respectaient pas le confinement de les dénoncer aux autorités. J’en ai gardé un exemplaire.

Je n’avais pas de contact avec cette femme avant cette histoire. Je l’ignorais complètement. Elle a dû se trouver investie d’une mission pendant le confinement : contrôler et signaler toutes les personnes qui rentraient et sortaient de l’immeuble, ce qui a dû plaire, je suppose, aux gendarmes. Les délateurs et les collabos serviles me dégoûtent profondément. Il y a des zones d’ombres dans l’enquête de la gendarmerie.

Moralité : vous pouvez agresser et jouer les victimes, en toute impunité. Il y a des histoires bien plus tragiques que la mienne, mais si personne ne s’indigne, alors « Bienvenue dans ce nouveau monde » ! Mais bon, je pense que je ne vous apprends rien !

20 Commentaires

  1. @exocet
    C’est EXACTEMENT l’attitude à avoir. Les racailles mentent et inventent des faits à leurs avantages.
    Face à eux, les gens honnêtes sont….honnêtes. Et bien ils n’ont qu’à faire comme les racailles et comme le conseil exocet : mentir, tout exagérer et inventer des douleurs et autres…
    C’est, en tout cas si quelque chose de similaire m’arrivait, ce que je ferai.
    Merci du conseil exocet, je le trouve parfait dans cette société qui défend les racailles et les menteurs.
    Je le suivrai si nécessaire !

  2. Bonjour Michèle, bonjour Gérard, merci pour votre message et bon courage à vous pour votre convocation le 9 novembre. J’ai fait la bêtise de signer, je l’ai fait sous la pression du gendarme, et j’ai eu tort. Je continuerai de témoigner afin que d’autres personnes ne tombent pas dans leur piège.
    Bien à vous,
    Mary

  3. Bonsoir Mary,
    Avec mon épouse, nous avons un rappel à la loi pour le 9 novembre.
    J’ai précisé, lors de l’enquête, que je ne reconnaissais pas les faits, mais, que je les revendiquais.
    Je peaufine ma «plaidoirie» pour cette rencontre et je pense en faire un petit mémoire qui pourrait servir, à l’occasion.

    Sincèrement votre,
    Gérard

  4. Merci Adalbert pour toutes vos explications, je sais que j’ai été piégée dans cette minable affaire, et qu’on ne peut pas contester un rappel à la loi. Le monde est devenu fou.

  5. Le rappel à la loi est une infamie.

    Pour les vrais délinquants, il est un moyen d’échapper aux sanctions, pour l’honnête citoyen un piège à cons.

    Pour ceux qui ne connaissent pas cette saloperie, et n’en entendent parler que par les médias qui restent dans le flou artistique, je vous fais cette recommandation impérative:

    N’ACCEPTEZ JAMAIS DE SIGNER UN RAPPEL A LA LOI.

    Et en particulier si vous n’êtes coupable de rien! C’est toujours en votre défaveur, car vous reconnaissez définitivement vos torts.

    En fait le rappel à la loi est une procédure accélérée et simplifiée de « plaider coupable » en échange d’une absence de sanctions, et d’une absence d’inscription au casier judiciaire. Ça « simplifie » le travail de « tout le monde », en fait des flics et du procureur qui ainsi n’ont pas à instruire, à enquêter, et à tenir un procès (d’où désengorgement des tribunaux)

    Sauf qu’après cela peut être utilisé contre vous. Par exemple, et c’est arrivé à des dizaines de conjoints, si vous reconnaissez (généralement sous la pression et les mensonges des policiers qui vous jurent que ça ne tire pas à conséquence pour vous) avoir frappé votre femme, vous pouvez faire une croix sur vos droits en cas de divorce, il sera prononcé exclusivement à vos torts, et tintin pour la garde des enfants.

    Dans le cas présent, vous ne pouvez plus porter plainte, car votre voisine n’a elle rien avoué. On vous raconte que ce rappel est sans conséquences, qu’il est ensuite classé, mais on vous le ressortira.

    En revanche les vrais délinquants,les professionnel signent tout de suite, car pour eux c’est la garantie de l’impunité. Comme eux sont vraiment coupables, ils échappent à la sanction et c’est moins grave en conséquences qu’une condamnation. A croire que cela a été inventé pour eux, et même par eux!

    ___

    Cette saloperie de rappel à la loi a bien entendu été imaginé par un gouvernement gauchiste, comme tout ce qui permet de protéger les délinquants et d’accabler les citoyens lambdas honnêtes (cf port du masque).

    C’est comme la fameuse loi du 9 juillet 1991 qui donne aux squatters le droit de loger chez autrui en leur donnant la priorité, un « droit » à loger gratuitement dans le domicile supérieur à celui du propriétaire et n’autorise ce dernier qu’à pleurer.

    C’est curieux, même les médias qui s’offusquent de cette loi oublient de rappeler d’où elle vient et qui l’a faite (projet préparé sous le grotesque Rocard-naval et voté sous Cresson la bécasse).

  6. Merci pour votre témoignage, et surtout courage . J’ai honte de ce que notre pays est devenu, un paradis pour délinquants .notre fils de 26 ans a lui aussi eu un rappel a la loi et sursis pour 5 ans , pour avoir corrigé et blessés un migrant qui agressait chez elle une femme , pour la pourrie justice de ce pays ,il n’aurait pas dû intervenir ,il aurait dû appeler la police et laisser le noir violer la femme .cet mal nous connaître je suis fiers de lui ,il a bien suivit mon enseignement , aucune loi ne nous interdira de porter assistance, seule différence désormais il n’y a aucun appel aux milices ,on sanctionne et on ne laisse aucun reste , surtout actuellement avec le bienfaisant masque nous ne pouvons êtres identifier.

  7. La France semble être aux mains de voyous ayant tous les droits au détriment des victimes ! Quel monde ! Cette dame ne peut réagir et en est frustrée, ce qui se comprend.

  8. Merci Louise et Reuri pour vos gentils messages, je crois en l’humain et à la solidarité, et c’est ce qu’ils sont en train d’essayer de détruire.

  9. Le couillonavirus permet à ce genre de tarée de jouer au petit chef. A cause du je-m’en-foutisme du camp du bien, notre pays est transformé en asile d’aliénés à ciel ouvert. Le Prof Raoult a raison lorsqu’il dit qu’il y a un petit dictateur dans une personne. S’il y avait un vaccin contre la connerie ce genre de dégénérée devrait en prendre un baril en entier. Bien à vous Mary , j’espère que cette conne se prendra un coup de karma dans sa gueule, la roue tourne.

  10. Mary, je comprends votre colère devant de telles injustices, les coups et puis le rappel à la loi totalement incongru.
    Vous avez toute ma sympathie. Les temps font qu’il se crée des délateurs collabos et des résistants.
    Amitiés.

  11. Merci Anne-Marie pour votre soutien, et merci à tous ceux qui ont fait des commentaires pour m’aider et merci à Christine d’avoir publié le récit. Il faut du temps pour soigner les blessures morales suite à de telles injustices. Heureusement je fais du sport et de la méditation, et je travaille dans un environnement avec des gens bien, mais qui ne connaissent pas mon histoire. Je sépare le professionnel du personnel. Lorsque je pars de chez moi je suis une autre personne, je sors de cette ambiance malsaine, et c’est mieux ainsi.

  12. Vu que la sentence c’est signer un rappel a la loi et bien quand vous la croisez vous ou votre mari un coup de matraque dans la tronche !

  13. Pourquoi n’avez vous pas appelée une ambiance pour vous faire examiner voir passer une radios de la tête, dans ces cas là même si vous n’avez rien il faut faire semblant d’avoir mal et souffrir pendant plusieurs mois, je dirais même plus, la prochaine fois, faite semblant de tomber en essayant de vous blessé, légèrement bien sur, les flics ou les gendarmes pour qu’ils interviennent ils leurs faut du sang, c’est d’ailleurs ce qu’ils vous répondent quand vous les appelez , pas de sang on intervient pas, et rentrer chez vous, ma grand mère veuve de guerre, blessé de guerre et qui touché une pension faisait cela quand quelqu’un venait la faire chier, même sans avoir reçu de coups elles tomber sur le trottoir en créant de douleurs et faisait venir une ambulance, c’est vrai que la justice d’hier n’est pas la même qu’aujourd’hui, mais pourquoi pas essayer, on ne sait jamais cela peut fonctionner.

  14. Une telle expérience d’injustice est en effet difficile à digérer. Surtout quand il est difficile d’envisager un déménagement. J’ai connu une expérience d’accusation injuste un peu semblable, mais sans violence physique, nous avons été accusés d’harceler nos voisins du dessus qui nous réveillaient tous les matins à 5heures avec des bruits de talon juste au-dessus de notre tête. Ils se contentaient de nier. Ils ont porté plainte pour harcèlement au commissariat. Une enquête a été menée qui a conclu à notre soulagement au classement de la plainte. C’était à la fin des années 80. Il m’a fallu des années pour que cette affaire soit digérée. Quelques mois après cet épisode, nous avons déménagé en banlieue et acheté à crédit un petit pavillon… Nous n’avons pu que remercier nos voisins en nous ayant fourni l’occasion d’améliorer notre sort. Un jour le hasard me fit rencontrer le voisin dans une grande surface, m’ayant vu le premier, quand par hasard mes yeux tombèrent sur lui, il me jeta furtivement à sa manière habituelle un regard narquois qui me sembla dire : je t’ai bien eu.
    Tout cela pour vous dire que je peux comprendre votre amère expérience. Si vous en souffrez trop longtemps, je vous conseille de vous faire aider, non pas par un psy, mais plutôt par une bonne sophrologue qui vous apprendra à gérer les troubles très pénibles qui suivent un tel traumatisme.

  15. « …Moralité : vous pouvez agresser et jouer les victimes, en toute impunité… »

    C’est exactement la stratégie des mahométans…

  16. Le gouvernement est pour la racaille et, de plus la défend !
    Ils vont bientôt tous goûter à la vendetta sanglante…
    Réponse de Jean Aimarre sur VK;
    oui, et j’espère n’être pas le seul à purger l’abcès qui gangrène nos lois tout en rendant nos vies impossibles et dangereuses de par le fait que nous sommes irrémédiablement dirigés par des incompétents dans ce gouvernement comme dans cette soi-disant justice falsifiée par des magistrats ayant pris des substances nocives durant leur jeunesse.

  17. Il existe une solution pour régler tous ces problèmes d’incivilités:
    Veauter Trou du cul.

  18. Merci pour votre commentaire raslebol, j’ai publié mon histoire non pas pour pleurnicher sur mon sort, je ne suis pas une mauviette, mais pour m’indigner, car si tout le monde se tait et reste dans son coin, alors nous devenons tous des soumis à ce système. Petit à petit, on manipule les gens pour qu’ils ne se rebellent pas, on le voit avec le pseudo virus, maintenant les masques, plus les mensonges sont énormes, plus le peuple les croit. Nous ne sommes plus dans un état de droit depuis longtemps.

  19. Bonjour Mary.
    Encore une saloperie de plus qui doit vous mettre la rage, comme quoi il faut rendre la monnaie de la pièce si il y a possibilité, faire justice soi-même c’est maintenant devenu nécessaire !
    Votre mésaventure ainsi que bien d’autres plus ou moins graves ne feront que s’accentuer car ces pourritures savent très bien qu’ils ne seront jamais poursuivis !
    Le vent du dégoût de cette société pourrie se lève,
    Il n’y a plus de justice pour nous les Français DS.
    Le gouvernement est pour la racaille et, de plus la défend !
    Ils vont bientôt tous goûter à la vendetta sanglante…

Les commentaires sont fermés.