Ils saccagent la piscine et jettent le personnel à l’eau… La France c’est « Sa majesté des mouches « …

Les racailles se sentent des ailes ! Surtout s’ils sont mineurs, puisque, dans ce cas, ils sont assurés d’être relâchés dans l’heure… Hier, une dizaine d’agresseurs est parvenue à ses fins, alors qu’il y avait parmi les assaillants des racailles de 10 ans. C’est dire leur violence, leur détermination, leur inhumanité. Casser pour casser. Détruire pour détruire. Oui, certes. Mais, surtout, montrer leur pouvoir aux Français pure souche… Le djihad, ici et maintenant.  Avec la bénédiction -et l’aide ? – de Dupond-Moretti ! 

.

Doubs : ils saccagent la piscine de plein air et jettent le personnel à l’eau

« Les plus zélés ont décroché tout qui ce qui n’était pas scellé au sol, ont utilisé des échelles pour en faire des plongeoirs » raconte un agent de sécurité travaillant au centre aquatique de la ville, encore sous le choc.

Vendredi soir, un groupe de jeunes survoltés a saccagé la piscine de plein air de Montbéliard, dans le Doubs, relate l’Est républicain.

Un agent de sécurité, encore sous le choc, a expliqué à nos confrères que « trois maîtres nageurs et quatre médiateurs ont été projetés dans le bassin » par une vingtaine de fauteurs de troubles, pour certains étaient âgés d’à peine dix ans.

Par provocation, « les plus zélés ont décroché tout qui ce qui n’était pas scellé au sol, ont utilisé des échelles pour en faire des plongeoirs tandis que d’autres secouaient les chaises hautes des maîtres nageurs pour les faire tomber au sol et de force les jeter à l’eau en les ceinturant à plusieurs » a ajouté le vigile, lui-même mis à l’eau sous la contrainte.

La piscine a été évacuée de centaines de baigneurs et fermée une heure plus tôt. Samedi matin, le personnel a fait valoir son droit de retrait et le centre aquatique, qui devait clôturer sa saison dimanche soir, a d’ores et déjà fermé ses portes.

https://www.bienpublic.com/faits-divers-justice/2020/08/23/ils-saccagent-la-piscine-de-plein-air-et-jettent-le-personnel-a-l-eau

Les racailles se sentent des ailes ! Surtout s’ils sont mineurs, puisque, dans ce cas, ils sont assurés d’être relâchés dans l’heure, disions-nous en introduction.

Ben oui, la législation, déjà très bienveillante avec les mineurs, fussent-ils étrangers et illégaux, doit encore évoluer, si l’on en croit le discours de Dupond-Moretti lors de sa nomination. On ne sait pas ce qu’il peut encore aggraver mais faisons-lui confiance, il va trouver….

La France est devenue Sa Majesté des mouches , le terrible roman ce qui se passe dans une île déserte livrée aux enfants…

C’est l’état de nature, la force et donc la loi du plus fort au plus fort physiquement, voire au plus malin, au plus pervers, à celui qui terrorise les autres, à celui qui jouit de faire souffrir les autres, de les humilier…

C’est exactement ce que nous vivons. Le djihad c’est cela, terroriser le gentil, le faible, celui qui croit à la loi, à l’organisation.

Sa Majesté des mouches (titre original : Lord of the Flies) est un roman de l’auteur britannique William Golding publié en 1954, et paru en France en 1956. Prenant le prétexte de l’arrivée accidentelle d’un groupe d’enfants sur une île déserte du Pacifique, il traite avec pessimisme de l’organisation sociale, du pouvoir et de la loi. Son titre est une traduction littérale du nom de Belzébuth (en hébreu, בעל זבוב), divinité païenne considérée dans la tradition chrétienne comme chef des démons.

Synopsis

Un avion transportant exclusivement des garçons anglais issus de la haute société s’écrase durant le vol sur une île déserte. Le pilote et les adultes accompagnateurs périssent. Livrés à eux-mêmes dans une nature sauvage et paradisiaque, quinze enfants survivants tentent de s’organiser en reproduisant les schémas sociaux qui leur ont été inculqués. Mais bien vite le vernis craque, la fragile société vole en éclats et laisse peu à peu la place à une organisation tribale, sauvage et violente bâtie autour d’une religion rudimentaire et d’un chef charismatique nommé Jack.

Offrandes sacrificielles, chasse à l’homme, guerres sanglantes : la civilisation disparaît au profit d’un retour à un état proche de l’animal que les enfants les plus fragiles ou les plus raisonnables paient de leur existence.

Résumé détaillé

Un avion s’écrase sur une île, en plein océan Pacifique, avec à son bord un groupe d’écoliers anglais. Aucun adulte ne survit au crash et les enfants se trouvent livrés à eux-mêmes. Le livre commence par le rassemblement des enfants survivants sur l’île, autour du personnage principal de l’histoire, Ralph, qu’ils élisent tout de suite comme chef de leur tribu. Avec leurs personnalités très diverses, les enfants forment à eux tous un reflet de la société. Ralph incarne ainsi le leader, il représente certains idéaux de la société — l’ordre, la sécurité, la démocratie, l’égalité — et il tente d’inculquer le sens des responsabilités et de la discipline au groupe, même si c’est en vain. Il trouve une conque et s’en sert pour rassembler les enfants, en soufflant dedans pour produire un son puissant. Le coquillage devient alors le symbole de leur petite démocratie, utilisé pour organiser des « meetings » et distribuer des tours de parole. Contrairement aux autres enfants, Ralph met tout en œuvre pour qu’on vienne les secourir.

Un deuxième personnage notable est Peterkin Gay surnommé « Porcinet ». Il est le souffre-douleur du groupe, celui dont on se moque toujours. C’est un garçon intelligent, avisé et qui a un grand sens pratique mais qui n’arrive jamais à se faire écouter à cause de son obésité, de son asthme et de sa myopie. Il réussit cependant à se rapprocher du pouvoir en se liant d’amitié avec Ralph, dont il devient très proche.

Grâce à ces deux garçons, la bonne entente règne au début sur l’île. Chacun s’acquitte mollement de sa tâche, sauf les plus petits qui passent leurs journées à se gaver de fruits et à jouer sur la plage. Trois cabanes sont construites sur la plage mais elles restent branlantes et fragiles. La vie sur l’île comporte plusieurs avantages, comme l’absence d’adultes, ce qui laisse aux enfants l’entière liberté de leurs actes, la seule autorité reconnue étant celle de Ralph. L’harmonie dans le groupe ne dure cependant pas très longtemps lorsque les conflits commencent à éclater entre Ralph et Jack Merridew, qui deviennent peu à peu ennemis.

Jack est un garçon mince et anguleux, assez laid, autoritaire, dominateur et agressif. C’est un pessimiste, qui se concentre uniquement sur les plaisirs et qui ne croit pas à leur sauvetage. Il est jaloux du statut de chef de Ralph lorsque celui-ci a été élu et tente sans cesse de le déstabiliser, de le défier. Il est aussi le chef de sa propre bande, qu’il appelle ses « chasseurs » et qui sont les plus grands de l’île. Ralph leur a donné au début deux tâches quotidiennes : d’une part, alimenter un feu dans la forêt pour qu’un bateau puisse les apercevoir et d’autre part, nourrir le clan en viande en chassant les cochons sauvages de l’île. Malheureusement, cette dernière tâche devient très vite une passion pour Jack et le feu est peu à peu délaissé, puis oublié, jusqu’à ce qu’un jour, alors que Jack réussit enfin à tuer un cochon et arrive au sommet de son influence sur sa bande, un bateau passe à proximité de l’île sans apercevoir de fumée. L’événement marque une première scission dans le groupe, même si Jack présente ses excuses devant Ralph, fou de rage. Jack invite le même soir toute la tribu pour manger le cochon tué et raconte ses exploits de chasse devant des enfants extasiés.

Une nuit, un avion survolant l’île est abattu par un autre. Son pilote meurt dans l’explosion et son corps porté par son parachute se pose non loin du foyer des enfants. La découverte du pilote mort, sur une colline, avec son parachute déployé, met un terme définitif à la cohésion du groupe. Des jumeaux découvrent en premier le pilote, en pleine nuit mais le prennent pour un monstre et fuient en courant vers le camp. Face à l’effroi des enfants devant la nouvelle, Jack décide que lui et ses chasseurs iront tuer ce monstre mais finalement, Ralph et d’autres garçons partent aussi avec eux. Lorsqu’ils arrivent sur place, ils prennent peur et partent en courant devant la tête du mort, remuant à cause du parachute qui enfle et se désenfle dans le vent. De retour sur la plage, Jack profite de la terreur des enfants pour traiter Ralph de poltron et demande un vote pour que celui-ci ne soit plus chef. Il n’obtient cependant pas son renvoi et part, humilié, monter son propre clan. Bientôt, il ne reste plus sur la plage que Ralph, « Porcinet », les deux jumeaux et Simon, un garçon à l’air bizarre qui ne parle quasiment jamais mais qui se révèle au cours de l’histoire très sensible, franc et courageux. Celui-ci décide d’ailleurs de partir seul dans la forêt pour vérifier si le monstre existe bel et bien.

Pendant ce temps, Jack et sa bande continuent de chasser le cochon sauvage. Ils réussissent à capturer une truie, que Jack égorge, vide et dépèce devant les enfants. Il pique la tête sur un bâton en guise d’offrande au monstre de la montagne et part vers la plage où Ralph continue d’alimenter un feu pour qu’un bateau vienne les chercher. Il l’invite lui et son groupe à venir au festin organisé et ceux-ci finissent par accepter.

Lorsque Simon s’aperçoit que le monstre n’est en fait qu’un homme mort, il retourne en courant vers la plage mais s’arrête un instant horrifié devant la tête de la truie, qu’il surnomme « Sa Majesté des mouches ». En anglais, le nom « Lord of the flies » est une allusion à Belzébuth, un des noms bibliques attribués au diable. Quand il arrive vers la plage et le festin, les autres enfants sont dans une sorte de transe où ils miment la scène de la chasse. Il arrive au milieu du groupe exténué, en rampant, en expliquant qu’il n’y a pas de monstre mais il est tué par les autres, qui ne l’ont pas reconnu.

Cette mort accroît encore l’animosité entre les deux groupes, celui de Ralph avouant qu’ils ont assassiné leur ami et celui de Jack affirmant que le monstre s’était métamorphosé en Simon. Ceux-ci décident de faire une rafle dans l’autre groupe pour voler les lunettes de « Porcinet », seul moyen d’allumer un feu. Ils réussissent à les prendre en détruisant les quelques cabanes restantes. Le lendemain, Ralph et son groupe lancent une expédition pour récupérer les lunettes, « Porcinet » étant aveugle sans elles. Ils arrivent à la Forteresse des Roches, le camp de Jack, et aperçoivent les autres enfants déguisés en sauvages, le visage barbouillé de peinture. Roger, le garçon le plus méchant et cruel de l’île, tue « Porcinet » et les autres sont capturés, sauf Ralph qui réussit à s’enfuir. S’ensuit alors une longue course-poursuite entre Ralph et ses anciens camarades, où il se fait traquer impitoyablement. Les chasseurs décident d’allumer un feu pour le faire sortir de sa cachette mais c’est toute la forêt qui s’embrase alors. Pris de panique, Ralph retourne à la plage où il tombe sur un officier de marine qui a aperçu la fumée et a arrêté son bateau. Il s’abandonne alors à son chagrin et se met à pleurer sur la mort de son ami.

Personnages

  • Ralph, le personnage principal, est l’enfant le plus intelligent de l’île, presque adolescent, qui organise le groupe en utilisant un symbole fort de communication et de rassemblement, la conque ; il symbolise la démocratie.
  • Jack, le fougueux chef du chœur d’enfants qui prend peu à peu le contrôle du groupe, représente le pouvoir guerrier, brutal et violent mais charismatique et aventureux — par opposition aux contraintes et à la raison imposées par Ralph.
  • Roger, le second de Jack dans la nouvelle hiérarchie, représente la cruauté brute et inquiétante, le plaisir d’infliger la douleur ou de tuer et finalement la menace de la mort, quelle que soit l’idéologie dont elle se réclame.
  • Porcinet ou Piggy, l’obèse intellectuel et fragile dont les lunettes sont utilisées pour faire le feu, représente le savoir et la connaissance mais aussi la dépendance et la faiblesse. Méprisé par le pouvoir guerrier, il lui est pourtant vital : le feu qu’il est capable de créer est à la fois la seule chance de salut et le symbole du pouvoir par excellence. L’instrument de ce pouvoir, les lunettes, finit par être volé par Jack et leur propriétaire écrasé par un rocher poussé du haut d’une falaise.
  • Simon, l’enfant courageux qui n’hésite pas à défier ses peurs représente la sagesse et la vérité — il sera le premier tué parmi les enfants, sacrifié lors d’une fête orgiaque sanglante sur l’autel des superstitions qu’il était justement sur le point de détruire en apportant la vérité. Simon est le plus souvent interprété comme une figure christique en raison de sa capacité à voir à travers les idées fausses, contrairement au reste des garçons, et les événements qu’il vit dans le livre qui sont parallèles à ceux de la vie de Jésus1.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sa_Majesté_des_mouches

 135 total views,  1 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. Bonjour Christine dans le même registre il y a « Demain les mômes » de Jean Pourtalé, film de 1976 avec entre autre Niels Arestrup.
    Le synopsis du film : Après le grand cataclysme qui a ravagé la planète, un survivant isolé tente de rejoindre un groupe humain. Il rencontre effectivement d’autres êtres qui ont l’apparence d’adorables enfants blonds. Mais peu à peu l’angoisse s’installe, car les enfants s’imposent comme implacablement différents….(copie de Sens Critique)
    C’est assez glaçant comme film, et il nous confronte à cette réflexion, les enfants ne sont-ils que des adultes comme les autres, dont la jeunes excuse les perversions…

  2. je parie qu’aucun des cinq adultes présents n’a osé lever la main pour se défendre, tétanisé par la peur de mal faire et d’être accusé de racisme,
    pauvre France ! ils sont bien conditionnés ces gentils Français à qui on peut tout faire sans qu’ils réagissent

  3. Moralité : cagoules et manches de pioches sont les deux mamelles de la sécurité du citoyen .

  4. Peugeot , oui & idem , même pire
    pour Citroen Aulnay 93 qui avait remplacé le quai de Javel .Enorme usine , sur énorme terrain , avec embranchement SNCF
    Fallait voir les entrées ou sorties de personnel
    Quelle origine le personnel …. devinez ?
    ET maintenant cet énorme investissement est déserté depuis qqs années .
    Triste spectacle
    Ou sont passé ces travailleurs , sur les listes ANPE , et leur descendance ….?
    je vous laisse deviner ?
    Mons avis , nous avons besoin de pétrole ou de maïs , nous l ‘achetons à l ‘étranger , nous n ‘avons plus besoin de pétrole et maïs , nous n’en achetons plus
    Nous avons besoin de mains d ‘oeuvre
    nous en faisons venir
    nous n’ avons plus besoin de M O , retour au pays

  5. Bonjour ,pour les dirigeants et les naïfs illuminés de tous bords qui défilent aux infos ces jeunes mineurs ,ne sont que des petits garnements sans repére qui commettent des incivilités , désolé pour eux , je ne fait aucune différences de race, ou d’âge , pour moi une racaille reste une merde a écraser quelque soit sont âge , où son origine, si ils me cherche ,ils me trouverons je serais leur pire cauchemar , je n’aurait aucun état d’âme a les supprimer et a faire parvenir leur reste a leurs mères. Désolé si mes propos pourront heurtés certains Nous sommes orthodoxes , persécutés En 1982 nous avons fuit la Tchétchénie pour la France , où nous sommes fiers et respectueux de accueil qui nous à été accordé ,ce beau pays est au seuil d’une guerre civile on ne le laissera pas détruire par cette immonde vermine qui nous rappelle celle que nous avons fuit.

  6. j’ai 42 années de service aux automobiles Peugeot à sochaux…..j’ai connu les années 70…nous avions à cette époque 44000 salariers …..mais pourquoi ont-ils fait venir des yougo, des turks, des algériens et bien d’autres dans ces années……nous subissons tous ces problèmes aujourd’hui….c’est un enfer…….

  7. Toujours dans le Doubs, à Besançon, au centre ville, dans un bel immeuble, une opération d’envergure a été menée samedi suite à l’appel d’une bisontine menacée par arme à feu, sur fond de tapage nocturne, récurrent. Des agents du RAID ont été mobilisés afin de raisonner le mis en cause et son complice, retranché dans un appartement ! Puis après négociation, ils ont été placés en garde à vue ! Il a fallu pour cela faire appel à une douzaine d’agents du RAID de Strasbourg appelés en renfort car ces hommes » bienveillants « disaient qu’ils allaient « buter  » cette riveraine !
    Je donne également des nouvelles de cette jeune fille qui a été tondue par sa famille et qui aurait, d’après le journal l’Est Républicain, provoqué une émotion internationale ! C’est une très bonne chose, car ce « fait divers » a été relayé par de nombreux médias étrangers, en insistant sur le caractère religieux de ce passage à tabac , jusqu’aux Philippines, aux Etats Unis, en Angleterre, au Nigéria et …de Mr Darmanin qui appelle aux sanctions les plus sévères ! Evidemment il est clair que si cela n’avait pas été médiatisé, ce fait divers serait passé, comme tout le reste ! Il renvoie, en Grande Bretagne, aux heures les plus sombres de l’histoire, le Daily Mail n’a pas hésité à produire une photo d’archive d’une femme tondue, datant de 45 !! De même les communautés serbes et bosniaques sont douloureusement interpelées par les séquelles laissées par la violente guerre entre les deux pays de l’ex Yougoslavie : 100000 morts ! Ce fait grave, a suscité beaucoup de réactions en Serbie ! Il est temps !! nous savons tous que si les citoyens du monde avaient pris conscience, depuis tant d’années, de ce que, au nom de cette religion, certains hommes sont capables de faire, toutes les victimes seraient en vie aujourd’hui ! Il est temps que ces citoyens prennent conscience de leur grande responsabilité !

  8. Notre pays court à la catastrophe !
    Comment foutriquet peut-il se satisfaire de cette situation ?
    Aucune restriction à l’arrivée de hordes d’ennemis déclarés de la France ! Aucune restriction sur l’A.M.E., sur le regroupement économico-socialo-familial alors que nous avons désindustrialisé notre pays et que nous n’avons plus d’emplois à proposer depuis 3o ans ! Nous ne faisons qu’importer de nouveaux allocataires qui rêvent de nous foutre dehors! Et cela commence dès leur enfance! Cela devient intenable !

  9. Ca commence de bonne heure la racaille à 10 ans déjà et que font les parents ? Rien bien sûr ils s’en foutent du.moment que les allocs tombent tous les mois et l’allocation de rentrée scolaire augmentée de 100e cette année par Macron ,commençons par supprimer toutes les aides pour les parents de ces petites racailles ça les ferait peut-être réfléchir un.peu et s’occuper de leurs gosses au lieu de les laisser traîner et faire des conneries .

  10. Et je gage que si cette bande de petits salopards avaient eu en face une réponse musclée et s’était fait refouler à coup de barres dans la tronche, on entendrait aujourd’hui hurler les journalopes islamo-collabos et tous les politicards merdiques de gauche dénonçant des actes violents et racistes tout en hurlant pour obtenir des sanctions exemplaire pour les maitres nageurs et les vigiles, même que ducon l’Amourette se serait déplacé pour assurer les racailles de la protection de sa justice de merde

  11. Autrefois, aux grandes heures de Peugeot, Peugeot a fait venir énormément de travailleurs immigrés pour travailler dans l’usine de Sochaux.
    ( Peugeot -Sochaux. Sochaux étant situé dans la banlieue de Montbéliard )

    Aucun n’est parti, même quand l’usine – qui fonctionne toujours – a employé de moins en moins d’ouvriers.

    Au contraire, les travailleurs immigrés, qui étaient de moins des travailleurs, ont fait venir leurs femmes, leurs frères, leurs cousins, et ceux que leurs cousins connaissaient …..

    Voilà le résultat !

    J’en connais un rayon sur le sujet : j’ai habité quelques mois à Belfort ( 20 km de Montbéliard )

  12. Dans ce déchaînement de violence collective contre des adultes chargés de la sécurité et de l’ordre rien de commun avec la violence organisatrice et fondatrice à laquelle recourt Jack!
    Il faut lire le roman!

Les commentaires sont fermés.