Contre-poison à Aïssata Seck qui joue à l’historienne : vive Joséphine Baker qui a aimé et servi la France.

Exercice ô combien cruel (pour Aïssata Seck) de comparer ces  deux femmes noires ayant un rapport diamétralement opposé à leur pays d’adoption.

L’une est méprisable. L’autre admirable.

Une certaine Aïssata Seck se plaint donc des noms de rues et de places : trop de Blancs représentés, pas assez de diversité, dit-elle; et Joséphine, elle ne lui plaît pas ?

Quel nom de rue Aïssata Seck  veut-elle changer dans sa ville de Bondy (93) ? La rue Joséphine Baker, qu’à coup sûr elle déteste ? La rue Primo Levi voisine,  qui très certainement ne trouve pas grâce à ses yeux ?

Joséphine Baker: Résistante, patriote, parfait contre-poison aux menées anti-France actuelles.

 

A cet égard, il est bon de rappeler la destinée de Joséphine, tant cette admirable  figure est aux antipodes d’une Aïssata Seck. Les engagements exemplaires   de Joséphine sont autant de piqûres de rappel douloureuses pour les anti-France d’aujourd’hui : Joséphine aimait  la France. La France a aimé et aime Joséphine. Malheureusement,  la diversité n’aime pas Joséphine : trop patriote et reconnaissante à leurs yeux, eux qui ne savent que cracher sur la France !

Joséphine est venue en France pour fuir le racisme de l’Amérique. Etant devenue l’icône noire des années folles, reine du music-hall à Paris, elle fut une ardente patriote de la France libre.

Joséphine considérait qu’elle avait une dette envers la France qu’elle a tenu à honorer en prenant des risques. Elle a elle-même pris l’initiative de contacter les services secrets pour se rendre utile à son pays d’adoption. Joséphine Baker est ainsi devenue espionne de charme, transmettant d’importants messages de la Résistance car elle passait facilement les frontières et était reçue dans les ambassades.

Joséphine Baker fut également un agent du contre-espionnage français durant la Seconde Guerre mondiale. Elle a entre autres utilisé ses partitions musicales pour dissimuler des messages.

La grande dame avait dit dès 1939 :

« Je veux me donner à la France, faites de moi ce que vous voulez ! »

C’est après ces mots que Joséphine Baker  rejoint en 1939 le service de contre-espionnage pour lutter contre le nazisme. Puis elle se mobilise pour la Croix-rouge.

« C’est très pratique d’être Joséphine Baker. Dès que je suis annoncée dans une ville, les invitations pleuvent à l’hôtel. A Séville, à Madrid, à Barcelone, le scénario est le même. J’affectionne les ambassades et les consulats qui fourmillent de gens intéressants. Je note soigneusement en rentrant… Ces papiers seraient sans doute compromettants si on les trouvait. Mais qui oserait fouiller Joséphine Baker jusqu’à la peau ? Ils sont bien mis à l’abri, attachés par une épingle de nourrice. D’ailleurs mes passages de douane s’effectuent toujours dans la décontraction… Les douaniers me font de grands sourires et me réclament effectivement des papiers… mais ce sont des autographes ! » (+ d’infos ici).

 

Nos ancêtres…les Sénagalais : l’imposture d’Aïssata Seck.

Elle était dans les petits papiers de Hollande…

Et les  journaleux-collabos la placent  en vedette dans la rubrique « Culture- Histoire »

Aïssata Seck se pique de mieux  connaître l’histoire de France que tout un chacun.  Et  milite sans relâche pour la remanier à son goût.  La bravoure des uns et des autres n’est ici pas remise en cause. Ce qui doit être dénoncé, c’est la manipulation du passé pour que la  France devienne africaine dans les têtes et les cœurs, au présent, au passé et au futur. Pour ce qui est du passé, il suffit selon Aïssata Seck de  changer les noms des rues et le tour sera joué. Les jeunes générations seront rapidement persuadées que la France fait partie de l’Afrique.

Elle remue ciel et terre pour (re)baptiser nos rues avec des noms de la diversité.

Elle veut une France « cosmopolite » (comprendre = « africaine ») et  utilise pour cela le levier de l’histoire, exigeant que l’Education nationale française change les manuels scolaires  et que l’on renomme des rues avec les prénoms Abdoulaye ou Niougouna , le cosmopolitisme s’arrêtant bien évidemment à l’Afrique : pas de Pedro espagnol ou d’Andrzej polonais dont elle n’a que faire et qui font pourtant partie de notre sphère culturelle occidentale ! Ne cherchez pas, elle ne parle de patriotisme qu’au sujet des Africains…

Idée fixe : le passé doit coller à la diversité du 93 :

Un appel à donner aux rues des noms de combattants d’anciennes colonies.

Ouest-France, août 2020

Un an après un discours d’Emmanuel Macron en ce sens, la militante Aïssata Seck a lancé un appel aux maires de France pour qu’ils donnent à des rues les noms de combattants des anciennes colonies.

La présidente de l’association pour la mémoire des tirailleurs sénégalais, Aïssata Seck, a interpellé vendredi les maires pour qu’ils donnent à leurs rues les noms de combattants des anciennes colonies, un an après un appel d’Emmanuel Macron en ce sens.

Les noms de nos rues de France ne doivent pas nous diviser, mais nous rassembler, et nous ressembler, a-t-elle écrit dans cette lettre adressée à François Baroin, le président de l’Association des maires de France.

Il vous appartient de poursuivre cette mission, affirme Aïssata Seck, conseillère municipale à Bondy (93) de Génération.s

Vous pouvez faire en sorte que nos rues mettent à l’honneur ces héros oubliés, et faire de cet engagement une priorité auprès des maires nouvellement élu-es, a-t-elle ajouté, soulignant qu’une pétition sur le site Change.org avait déjà recueilli près de 17 000 signatures pour exhorter les élus à donner aux rues les noms de ces combattants.

https://www.ouest-france.fr/culture/histoire/un-appel-a-donner-aux-rues-des-noms-de-combattants-d-anciennes-colonies-6937847

Aïssata Seck : clairement anti-France.

Pour mémoire, le personnage est maire-adjoint au cœur du secteur musulman parisien, à Bondy (93).

Elle est toujours à la pointe des combats contre la France. Elle était porte-parole de Benoît Hamon pour la campagne présidentielle.

Eternelle aigrie, ne se départissant  jamais de sa posture accusatrice, elle considère que la France n’en fera jamais assez.

Voici comment en 2017 elle remerciait les Français d’avoir donné des milliards aux banlieues, sur son blog :

Aïssata Seck :

« On nous a bassiné avec des plans banlieue mais la vie des gens n’a pas changé »

Ci-dessous, marche contre l’islamophobie en 2019 :

« Nous sommes tous des enfants de ce pays » [Le mot France lui écorche la bouche].

A la marche pour Adama Traoré, parfaitement dans son personnage :

NB. La chaîne cryptée Canal+ prépare une série retraçant la vie de Joséphine Baker, chanteuse, danseuse, actrice, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale. On ne connaît pas encore le nom de l’actrice principale, mais ce sera certainement une Américaine.

 

 123 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. @bm77 …Bien vu ! Et tu sais qu’ici, nombreux comme moi sont les RR qui boivent tes paroles … Auxquelles je me permets d’ajouter que celles qui ont du mal à en faire plus de trois ou quatre pourront toujours faire appel à la PMA remboursée par la SS …
    Elle est pas belle la vie chez ces salopards de colonialistes ??????!!!!!!!………

  2. J’adore la taré dans son délire parano: « Qu’ils arrêtent de nous tuer !! » . Je dirais plutôt le contraire aux vues de l’état de la natalité de la population africaine ne serait-ce que dans mon quartier . Si les femmes africaines n’ont pas trois enfants au minimum c’est qu’il y a un problème.
    Pour des gens qui subiraient une sorte de génocide , des attaques racistes incessante et de la discrimination , je trouve que les multiples naissances démontrent plutôt le contraire , une confiance complète dans le présent comme l’avenir! Ce qui est loin d’être le cas des Français!
    Par contre, celle qui distille une telle haine devrait être punie . Que vont donner de telles paroles de haines et de défiance sur une population dont le nombre s’accroit de façon aussi exponentielle.
    Cette femme ne pense qu’à sa futur place sur l’échiquier politique et tant pis si cela fera des morts dans le futur!!
    Cette femme opportuniste surfant sur la réalité d’une population africaine pléthorique en France, plus la haine qu’elle tente de distiller dans cette communauté, est la preuve même de ce qui justifie qu’il faille stopper au plus vite l’immigration. Que c’est une question de vie ou de mort pour le pays. Car, malheureusement, elle n’est pas toute seule , elles se multiplient les africaines qui veulent faire la peau à la France et imposer leur vision afro africaine de la société !!!
    Comme quoi on peut apprécier la culture les rythmes et les arts africains et rester les pieds sur terre . Il ne faut pas tout confondre et ne pas se renier. Ce qui fait que je les apprécie n’a rien à voir avec les gens qui me sont imposés en France surtout ceux qui ne se sont pas révélés sous leur meilleur jour à l’occasion de cette supercherie de BLM . Mon intérêt est mu par une quête toute personnelle .
    C’est cette vision Française du libre arbitre qui fait que l’on ne doit pas prendre en compte la communauté mais le personnage dans la vie quotidienne. Je peux apprécier un individu mais pas sa communauté et ce que cela représente. Quand les différences culturelles ne sont pas imposées au titre du multiculturalisme, cela peut aussi mieux passer dans la population. Plus on se replie en communautés et moins on échange !!
    C’est notre particularisme Français qui avait permis une certaine cohésion nationale malgré la diversité de la population et on voudrait lui imposer un modèle communautariste qui n’a pas spécialement fonctionné dans les pays où il s’applique!
    Pourquoi ce communautarisme ne peut fonctionner. Parce qu’il nous est imposé de l’extérieur et de fait par l’UE et que le peuple n’a pas été consulté sur une immigration de masse et non pas d’individus ! Et on joue sur cette escroquerie intellectuelle qui veut que l’on serait effectivement un pays d’accueil, mais d’individus, tout cela pour nous imposer des masses de populations entières ;

    Je crois qu’aujourd’hui beaucoup de gens souvent jeunes d’ailleurs confondent tout ! Ils pensent que l’on ne peut être anti immigration et apprécier la culture des immigrés . C’est aussi bête que de dire que l’on ne pourrait être anti nazi et en même temps aimer Wagner !! Ou Céline pour son œuvre littéraire et son style et ne pas apprécier son antisémitisme! C’est tout simplement la liberté de conscience! La liberté tout court! mais eux ne savent même pas ce que cela veut dire, ils ont été formatés très tôt et n’ont même pas conscience de ce que cela représente. Par contre ceux qui leur applique leur doctrine le savent et en remettent une couche avec le masque et le covid pour achever leur boulot . Ils savent que les gens sont à point pour la dictature !

  3. La France n’est pas noire comme les USA, car nous n’avons jamais eu d’esclaves dans nos champs de blé.
    Quand à nos colonies nous leur avons rendu l’indépendance, assortie d’une aide financière plus que conséquente, depuis plus de soixante ans.
    Les noirs que nous avons chez nous sont venus de leurs pleins grés, pour la plupart.
    Ce sont des « invités » qui se sont invités, ils n’ont pas fait notre histoire, si ce n’est ces derniers temps pour semer la chaos et la désolation.
    Il n’y a donc aucune raison pour qu’ils aient des noms de rues ou des statues.

  4. Tout simplement une opportuniste africaine comme il y en a tant dans son pays d’origine , c’est pour cela qu’ils se tirent mais il faut qu’il ramène en France ce qui a détruit leur propre pays , c’est à dite la démagogie , la prime aux superstitions et coutumes d’une autre âge et la corruption , l’escroquerie intellectuelle tout cela pour l’appliquer à la France et comme elle rencontre des gens prêts à brader le pays comme Hollande quitte pour cela à utiliser le lumpen prolétariat immigré pour y arriver.
    Cette parasite haineuse antifrance utilise ses quelques connaissances de l’histoire contre le pays . A mettre en parallèle avec ceux qui ont une vraie culture comme Zemmour qui lui est une formidable chance pour la France

  5. Ce n’est pas une historienne, mais une « post-historienne » : une de ces gauchistes qui pratiquent la réécriture de l’Histoire, sa falsification et sa négation (cf négationnisme).

    Pour une histoire inventée, travestie et frelatée! La fiction doit remplacer l’Histoire.

    On retrouve cela dans l’islam, qui réécrit les Ecritures à sa sauce, plus tard dans le nazisme et le communisme (ah, les fameuses photos retouchées, où les personnages disparaissent à mesure qu’ils sont éliminés dans la vraie vie, ou plutôt mort)

    Il s’agit donc bien d’une démarche fasciste et totalitaire – le fait qu’elle soit noire n’y change rien et ne lui confère aucune légitimité spéciale, contrairement à ce que les néo-racistes (eux se dénomment « antiracistes ») veulent nous faire ingurgiter.

    ____

    Grâce à elle j’apprends le français : je découvre ainsi que « bassiner » signifie « déverser des milliards » (en particulier dans la poche des gauchistes et des immigrés africains)

    En revanche, je trouve que sa vie ne vaut pas la peine d’être vécue. C’est une nuisible, un parasite.

    « Éternelle aigrie, ne se départissant jamais de sa posture accusatrice, elle considère que [les autres] n’en feront jamais assez [pour elle] ». C’est la définition même du gauchiste…

    _____

    Et parmi les « tirailleurs sénégalais » qu’elle veut célébrer, je suppose qu’il faut mettre massivement les noms des « valeureux combattants » qui ont massacré et violé sauvagement des milliers de femmes en Italie, lors des fameuses « maroquinades » (« maroquinati » en italien) en Ciociarie, qui y ont laissé un « souvenir » impérissable, qui perdure aujourd’hui.

    Il y avait peut-être une bonne raison pour laquelle on n’avait pas jugé utile de célébrer ces « combattants », plus empressés à jouer de la baïonnette que du fusil, si vous voyez ce que je veux dire…

    ___

    Hélas, hier, le maire dégénéré de Bormes-les-Mimosas n’a rien trouvé de mieux que de se plier à ces injonctions néo-racistes. La lâcheté et la soumission clientéliste de la classe politique est à vomir. Ils croient calmer, en réalité ils encouragent la surenchère, car ils ne seront jamais satisfait dans leur soif de revanche, on ne fera jamais assez.

    On est sur l’autoroute vers la servitude, et grâce à ces gens-là on y fonce à tombeau ouvert…

  6. La France peut être fière de Joséphine Baker, une amoureuse de cette France qui n’était pas encore gangrenée par c’est islam putride. la seck n’est qu’une saloperie, véritable agent de cette secte nauséabonde qui n’a rien à faire en France. Joséphine Baker avait de l’honneur, de la reconnaissance pour la France et a même risquée sa vie pour cette France qu’elle aimait tant et qui l’aimait. L’autre la seck n’est qu’une raclure de fond de poubelle qui crache sur notre France avec l’espoir d’en faire un pays d’afrique arriéré, dégueulasse et islamisé.
    Joséphine Baker et aissata seck deux mondes que tout sépare.

  7. Avec un « S » à vécue, ça serait pas si mal, et ça prouverait que l’on n’a pas seulement fumé la moquette à l’école.

Les commentaires sont fermés.