Les musulmans pleurent leur «calife rouge», ce maire coco de Cordoue qui avait transformé une église en mosquée


Les musulmans pleurent leur «calife rouge», ce maire coco de Cordoue qui avait transformé une église en mosquée

 

Sortez vos mouchoirs.

Le «Prof» et le «Calife de Cordoue»

Professeur d’histoire à l’Université de Cordoue, sa méthodologie faite de didactique et de pédagogie politique lui ont valu le sobriquet de «Le prof».

 

Notre camarade l’historien Abdelouahed Akmir,  un ami du défunt, lui, retient plus celui du titre de «calife rouge» que la presse lui attribuait, pour avoir défendu ardemment  le droit des musulmans d’avoir une mosquée à Cordoue.

 

Qu’il repose en paix.

Mohamed Khalil

 

Extrait du journal Al Bayane 

Al Bayane  (arabe : البيان, Le Manifeste) est le quotidien francophone du Parti du progrès et du socialisme, l’ex-parti communiste marocain. Son homologue en arabe est Bayane Al Yaoume.

 

Le  surnom  de « Courtisane » des Arabes lui siérait mieux…

 

On n’aurait pas fait mieux : l’illustration juxtapose à merveille les deux totalitarismes que sont le communisme et l’islam. Ils n’avaient plus de cordes, à Cordoue ?

Ici le collabo jeune, rêvant de se faire passer dessus par Arafat. Et que je te bise. Ça ne le dérangeait pas que ça pique.

 

https://albayane.press.ma/un-grand-homme-de-la-gauche-espagnole-sen-va.html

 

 

Le bougre allait jusqu’à enfiler l’habit des Maures.

 

 La nécro de Dômes et minarets.

L’ancien dirigeant communiste espagnol s’est éteint à 78 ans le 16 mai dernier à Cordoue, la ville dont il fut maire de 1979 à 1986. Durant ce mandat, celui que l’on surnommait le “calife rouge” en raison de sa forte popularité auprès de la population de la ville a tout fait pour permettre à la communauté musulmane d’avoir un premier lieu de culte.

Durant son mandat de maire de cette même ville, Anguita a tenté de faire aboutir le projet de la première mosquée depuis des siècles, et pas n’importe quelle mosquée puisqu’il s’agissait du couvent Santa Clara propriété de la ville et église auparavant. Cette église était une mosquée à l’époque d’al-Andalus, plus ancienne que la “Mosquée-Cathédrale” que l’on connaît. La mosquée du nom du cadi de Cordoue Abou Othman fut construite sous le règne du calide omeyyade Abd al-Rahman III (912-929 apr. J-C).

En novembre 1980, il restitue (sic) les clés de ce couvent à une association musulmane sous l’égide de Ali Kettani et son père Mohamed Al Mountassir Kettani conseiller du roi d’Arabie, pour en faire une mosquée sous condition de le restaurer et d’en faire un centre de rayonnement islamique.

C’est ainsi que le vendredi 26 décembre 1980, une première prière s’y tient et l’Adhan a été lancé depuis l’ancien minaret.

Ce projet initié par le maire a été vivement critiqué par l’Église Catholique et notamment l’archevêque de la ville José Antonio Infantes Florido à qui Julio Anguita a sèchement répondu : “Je suis votre maire et vous n’êtes pas mon archevêque!”.

Ali Kettani a déclaré que Julio Antiga lui avait confié être musulman [NDLR : parole de muzz !] mais qu’il préférait ne pas déclarer sa foi publiquement pour mieux servir les intérêts de la communauté musulmane depuis son poste.

 

Qu’Allah lui fasse miséricorde et lui pardonne.

 

[Il a vécu en collabo mais il est mort en mécréant. Ce crétin-cocu n’aura même pas droit au Carré musulman. Et les textes sont formels, Allah ne pardonne pas].

 

Quel lyrisme dans cette nécro !

Quand la charogne du Rouge  devient trophée de conquête.

L’auteur de l’article se prend sûrement pour le  célèbre matador de Cordoue, El Cordobés, le Calife de la tauromachie (une autre époque !). Il s’imagine faisant un tour d’arène avec la queue et les oreilles du mécréant lèche-babouches, se faisant applaudir par la foule des musulmans.

 

 

 

 

Un modèle pour tous les lèche-babouches.

C’est une figure de la gauche islamophile, de Méluche aux Rouges espagnols infiltrés en France, qu’il s’agisse des anonymes qui pullulent dans le secteur de  Toulouse ou de ceux qui se sont hissés aux plus hautes fonctions (un ex-premier ministre ou l’édile de Paris…).

Au PCF, ils l’écrivent noir sur blanc :

les combats [du traître] seront toujours les nôtres.

 

https://www.pcf.fr/actualite_disparition_de_julio_anguita_d_claration_de_fabien_roussel

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jules Ferry

n’est pas prêt à renoncer à son mode de vie occidental. En un mot ou avec un dessin, Jules Ferry dit NON à ceux qui veulent reléguer les femmes au foyer, couvrir leur tête, rallonger leurs jupes, jeter les homosexuels du haut des tours, interdire l’alcool, limiter la liberté d’expression, bannir les caricatures religieuses, censurer les livres, codifier la tolérance…


6 thoughts on “Les musulmans pleurent leur «calife rouge», ce maire coco de Cordoue qui avait transformé une église en mosquée

  1. AvatarLéon de Lusignan

    Qu’il profite bien des 72 vierges cet islamo fachiste communiste , je ne suis pas sûr que le paradis ouvre ces portes à un « non musulman ».

    1. AvatarJeanne

      De vierges que nenni car pas de problème, un de plus qui va rôtir en enfer .
      En plus ce n’est pas une image C’EST VRAI !

  2. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Tous les jours des trahisons : on n’en peut plus.

    Merci pour cet article effrayant.

  3. AvatarDorylée

    Sur les trois totalitarismes criminels, l’islam, le communisme et le nazisme, les deux qui perdurent sont les pires et sont tellement semblables qu’ils se mêlent aisément au point qu’on ne saurait dire si la crevure qui vient de claquer était un communiste musulman ou un musulman communiste, l’important étant qu’il soit crevé. Vive la liberté !

Comments are closed.