Grâce à Belloubet, les proxénètes font travailler leurs « filles » depuis la prison !

Publié le 29 mai 2020 - par - 11 commentaires

Prison de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault).

.

Ces pauvres malheureux détenus… qui ont tous des téléphones portable, entrés illégalement, mais tolérés, au motif  que, ainsi, les policiers pourraient surveiller les échanges… L’exemple de Montpellier ci-dessous est clair et édifiant.

Mais c’est sans doute pour leur faciliter trafics, échanges et argent facile que Belloubet a équipé les cellules de téléphones fixes...

.

Montpellier : le réseau national de proxénétisme était organisé par téléphone depuis la prison

Depuis la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault), un chef de réseau et son commercial recrutaient des filles prostituées partout en France leur promettant protection, clients et hébergement contre 50% de leurs revenus.

Depuis la prison de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault), ils organisaient par téléphone un réseau national de prostitution. En promettant aux filles recrutées des hôtels de luxe, une clientèle de jet-set et une sécurité maximale. Il n’en était rien, mais ils ont quand même  touché des dizaines de milliers d’euros provenant du travail des femmes recrutées…

Un des suspects en attente de son procès pour des viols en série

Le chef de réseau, 52 ans, emprisonné car il purge une peine de 4 ans, déjà pour proxénétisme, avait chargé son lieutenant, rencontré à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone, d’officier en tant que « commercial ». Depuis sa cellule, cet individu de 30 ans, en attente de son procès devant la cour d’assises pour des viols en série à Montpellier, démarchait par téléphone les filles sur les sites spécialisés d’escort-girl. Ce sont ainsi une dizaine de femmes âgées d’une vingtaine à une cinquantaine d’années, de Bordeaux, Grenoble, Lyon et pour deux autres d’Alès (Gard) qui ont accepté de travailler pour les deux détenus. Ce qu’elles ont fait mais sans les beaux hôtels et la clientèle triée sur le volet promis.

« Le chef de réseau leur assurait qu’il garantissait leur sécurité, tout en leur disant qu’elles étaient surveillées en permanence, ce qui était faux. Il leur mettait des coups de pression si elles ne payaient pas assez, c’est quelqu’un qui peut faire très peur et qui obtient gain de cause » assure un enquêteur.

Plus de 100 000 € de bénéfices

Car les filles, pendant 18 mois, devaient reverser 50% de leurs gains et les proxénètes auraient perçu plus de 100 000 € de bénéfices. Un troisième individu, demeurant à Valence (Drôme), était lui chargé de louer les appartements via Rbn’b ou les petits hôtels, dans l’Hérault, ou vers Bordeaux ou la région lyonnaise. Le quatrième suspect, est la compagne du chef de réseau, âgée de 45 ans et qui s’occupait de récupérer l’argent  en liquide ou en coupon de cartes bancaires prépayés auprès des prostituées.

https://www.midilibre.fr/2020/05/28/montpellier-le-reseau-de-proxenetisme-etait-organise-par-telephone-depuis-la-prison,8906935.php

Print Friendly, PDF & Email

11 réponses à “Grâce à Belloubet, les proxénètes font travailler leurs « filles » depuis la prison !”

  1. Avatar Filouthai dit :

    Vous voulez dire que Madame Belloubet est complice de proxénétisme ?
    A la voir, je n’aurais pas cru qu’elle intervienne dans ce secteur.

    • Avatar Dorylée dit :

      C’est ce qu’on appelle  » complicité par fournitures de moyens  » . L’article 121-7 dispose que  » Est complice d’un crime ou d’un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation. L’article 121-6 puni le complice :  » Sera puni comme auteur le complice de l’infraction, au sens de l’article 121-7.  » Nous avons donc une  » garde des sots  » ministre des tas (de crétins) ministre de l’Injustice qui est coupable de complicité du délit de proxénétisme en ayant autorisé ou toléré la fourniture de téléphones à des proxénètes détenus sans lesquels lesdits proxénètes n’auraient pas pu poursuivre leurs activités délictuelles. Je ne doute pas que le procureur de la République du parquet de PARIS engagera les poursuites contre ladite complice comme le CPP l’y autorise. Non, je déconne…. (Selon que tu seras puissant….)

  2. Avatar Fomalo dit :

    100000 euros en 18 mois! Ce sont des maquereaux petits bras (quoiqu’astucieux). Mais je pense que leurs comparses libérés depuis deux mois ont fait rentrer plus d’argent en prise directe, et « encore moins que demain » avec l’ouverture des frontières européennes de l’été, non?

  3. Avatar Machinchose dit :

    c’est vrai que faire tapiner Bellouber, ça relèverait des coulisses de l’ exploit…. quoique, soyons réalistes, aprés une année de détention…… ou encore un de ces chers ( trés chers) migrants , affamés de baise, au point de violer des nonagenaires elle peut representer une proie bandante……..

    • Avatar Perpétue et Felicité dit :

      N’importe quoi !

      • Avatar Roberto dit :

        Bonjour on appelle cela , association de malfaiteurs et complicité , tous nos minables dirigeants seront jugés et condamnés le moment venu , chacun pour leurs crimes, Haute trahison, génocide pour absence de protection sanitaire et celle ci pour complicité et association de malfaiteurs .

      • Avatar Machinchose dit :

        Perpétue et Felicité
        29 mai 2020 at 21 h 01 min
        N’importe quoi !

        xxxxxxxxxx

        couché!!

        perpétue! allez zou! retourne a l’ amphi des martyrs te faire bouffer par les lions

  4. Avatar Jean-Paul Bourdin dit :

    Rien que ça : 4 ans de prison pour proxénétisme, ça en dit long sur la « justice » française. Un proxénète ça mérite d’office perpète au pain sec et à l’eau. Et ce serait de l’indulgence.

  5. Avatar zipo dit :

    Bref rien de neuf sous les tropiques ,mais je croyais que la prostitution était interdite en France! Mme Belloubet a des affinités avec le plus vieux métier du monde?

    • Avatar Rodriguez Francis ( Boulou) dit :

      Bonjour , pour info la prostitution est autorisée en France, c’est le proxénétisme et le racolage sur la voie publique qui sont interdits. Si une femme vend ses charmes par le web, ou annonces, c’est légal du moment qu’elle est déclarée en professionnelle du sexe ( hôtesse ) . Sinon elle est poursuivie pour travail dissimulé , et non pas pour prostitution.

    • Avatar coupendeux dit :

      Elle cogite dur à améliorer le système: elle devrait très vite passer à la phase « Relevage des compteurs ».

Lire Aussi