Italie : poursuivis en justice pour avoir fabriqué en 3D des valves sauvant des vies…

Publié le 19 mars 2020 - par - 8 commentaires

.

Cette entreprise tartuffe et criminelle voudrait se faire nationaliser qu’elle ne s’y prendrait pas autrement.

Un fabricant d’appareils médicaux a menacé de poursuivre en justice un groupe de volontaires en Italie qui ont imprimé en 3D une valve utilisée pour des traitements vitaux contre le coronavirus.

La valve coûte environ 11 000 dollars si on l’achète au fabricant de matériel médical, mais les volontaires ont pu imprimer des répliques pour environ 1 dollar.

Un hôpital en Italie avait besoin de ces valves après avoir épuisé ses stocks alors qu’il traitait des patients contre le COVID-19.

Le fournisseur habituel de l’hôpital a déclaré qu’il ne pouvait pas fabriquer les valves à temps pour traiter les patients.

Cela a lancé une recherche pour trouver un moyen d’imprimer en 3D une pièce réplique, et Cristian Fracassi et Alessandro Ramaioli, qui travaillent pour la start-up italienne Isinnova, ont proposé l’imprimante de leur société pour ce travail.

Source : theverge.com

Print Friendly, PDF & Email

8 réponses à “Italie : poursuivis en justice pour avoir fabriqué en 3D des valves sauvant des vies…”

  1. Paco Paco dit :

    Et TOUT le système est comme ça ! Bravo à ces deux couillus, Cristian et Alessandro ! BRAVO !

  2. Avatar Vent d'Est, Vent d'Ouest dit :

    Bravo à vous Cristian et Alessandro ! Et merci de ne pas avoir profité de la situation pour vendre cher votre trouvaille ! Quant à l’autre société j’espère qu’elle n’aura pas gain de cause et que le cas échéant elle se verra débouter par le tribunal et condamner aux dépens dans la mesure où elle était, par la réponse faite à l’hôpital, dans l’incapacité totale de fournir en urgence le matériel demandé : « Le fournisseur habituel de l’hôpital a déclaré qu’il ne pouvait pas fabriquer les valves à temps pour traiter les patients. » (Preuve à verser au dossier).

    D’autre part, ces valves bénéficient-elles d’un brevet spécifique ou leur fabrication est-elle tombée dans le domaine public ?

    À situation désespérée solution désespérée, en l’occurrence dans l’intérêt des malades sus-nommés.

    Tout mon soutien à vous deux !

  3. Avatar Joël dit :

    Hé oui ! La loi du marché si chère à macron et l’UE.

  4. Avatar caiusbonus dit :

    11 000 balles la valve! Où l’on voit comment ces sociétés de pourris s’en mettent plein les fouilles et en permanence sur le dos des cotisants. Espérons que ce sont eux qui seront jugés très sévèrement.

    • Avatar Joël dit :

      Pour avoir géré quelques marchés quand j’étais militaire d’active, sachez que ce n’est pas la matière qui coûte, ce sont les garanties derrière, acceptées ou pas par l’acheteur.
      Juste un exemple : je devais trouver des vis pour un matériel, le fournisseur de ce matériel les facturait 8 € HT l’unité. Ayant trouvé, après moultes recherches sur internet, le sous-traitant fabriquant ces vis, il les faisait à 1 € TTC. Hé bien devinez ce qui est arrivé ? Mon chef m’a dit, si vous commandez chez le sous-traitant, le fournisseur abandonne toutes garanties, casse le marché et demande des pénalités à l’état. Voilà l’économie de marché gérée par des énarques.
      Je précise que les industriels en question ont tous des généraux 2ème section parmi les cadres de leurs boites.

      • Avatar reuri dit :

        Tout à fait d’accord. Les multinationales recycle les vieilles culottes de peau issues d’école de commandement, le gégé Lecointre rejoindra surement une boite à la Carlyle , Blackrock ou retrouvera l’autre Villiers.

  5. Avatar karr dit :

    Malgré les grands discours tout est affaire d’argent,y compris pour nos dirigeants !

  6. Avatar reuri dit :

    Bravo les jeunes. Manifestement ils ne viennent pas du wakanda, mais comme c’est étrange…La carte mondiale des QI serait elle impitoyablement juste ?

Lire Aussi