Les 10 grands succès de Trump de 2019 : et c’est ses opposants du Washington Post qui les publient

Publié le 31 décembre 2019 - par - 2 commentaires

Photo : « Keep America Great » : le président américain Donald Trump lors d’un meeting de campagne à Sunrise, Floride.

.

L’année 2020 sera stressante pour Donald Trump (73 ans) : il se battra pour sa présidence sur deux fronts. Dans la procédure de mise en accusation pour  » abus de pouvoir  » et   » obstruction au Congrès  » – et avec la campagne pour sa réélection prévue (« Keep America Great »).

Le pays est divisé.

D’une part, 55 % des électeurs américains sont favorables à la révocation prématurée de Trump.

En revanche, ses supporters sont relativement constants avec lui. Les commentateurs conservateurs gardent le cap  pour le président, comme l’ancien rédacteur du discours de l’ancien président George W. Bush (73) : Marc A. Thiessen (52), chef du think-tank American Enterprise Institute.

Et, surprise, c’est le Washington Post, qui par ailleurs se montre très critique sur Trump le reste du temps, qui en cette fin d’année vient de publier ce qu’il considère comme les dix plus grands succès de Trump en 2019 !

 

Le lecteur pressé en retiendra trois :

Il a ordonné l’opération qui a tué le chef de l’État islamique Abu Bakr al-Baghdadi.

Il s’agissait d’une mission à haut risque qui exigeait que les forces américaines parcourent des centaines de kilomètres en territoire contrôlé par les terroristes. Si les choses avaient mal tourné, Trump aurait été lynché par les Démocrates. Ce risque est la raison pour laquelle l’ancien vice-président Joe Biden a conseillé au président Barack Obama de ne pas mener le raid qui a tué Oussama Ben Laden. Trump n’a pas hésité comme Biden l’a fait.

Iran : pression contre le régime des mollahs : Les stratèges conservateurs à Washington considèrent que la stratégie de  » pression maximale  » de Trump contre Téhéran est un succès.

La politique sociale de Trump : les bas salaires augmentent.

 

Les 10 grands succès de Trump de 2019 

Le premier succès de la liste : il s’agit d’une question qui divise les États-Unis selon des lignes de fracture idéologique.  Trump installe des juges conservateurs à des postes clés de la magistrature américaine à une vitesse record. Il a déjà pu nommer deux juges de haut niveau, plus 50 juges d’appel conservateurs qui sont impliqués dans 60 000 affaires judiciaires par an. Ce que la droite célèbre comme un succès, la gauche le considère comme une véritable horreur.

 

Le 2ème succès sur la liste est probablement le moins controversé : l’action commando des soldats d’élite américains, qui a conduit à l’élimination du chef de l’organisation terroriste Etat islamique, Abu Bakr al-Baghdadi (†48). En vue de sa capture imminente, il s’est fait sauter à mort. Le président aurait accepté le risque d’être blâmé s’il avait échoué, loue le journaliste Thiessen.

 

Le président américain Donald Trump, le vice-président Mike Pence et la première dame Melanie Trump avec Conan, le chien militaire qui a poursuivi le terroriste de l’ISIS Abu Bakr al-Baghdadi dans un tunnel.

 

3. Lutte contre l’avortement (sur ce point également : la question divise les États-Unis selon des lignes de fracture idéologiques). C’est  l’une des raisons pour lesquelles les groupes conservateurs chrétiens continuent à soutenir fortement Trump.

 

4.Lutte contre l’immigration :

Malgré tous les titres dans les médias sur les griefs à la frontière du Mexique (séparations de famille etc.), la Maison Blanche a au moins freiné la migration illégale, écrit Thiessen : Le Mexique retient maintenant les migrants d’Amérique centrale, le nombre de passages illégaux de la frontière a diminué ces derniers mois – bien qu’à des niveaux records.

 

5. Pression contre le régime des mollahs.

Les stratèges conservateurs à Washington considèrent que la stratégie de « pression maximale » de Trump contre Téhéran est un succès : l’économie iranienne s’est effondrée, il y a donc moins d’argent pour les groupes terroristes parrainés par l’Iran comme le Hezbollah ou le Hamas, soutient-on. Même un soulèvement populaire serait possible, du moins les sympathisants de Trump veulent y croire.

6. Retrait de l’accord sur les missiles avec la Russie .

Le commentateur considère également que le retrait des Etats-Unis de l’accord sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, pilier du désarmement des missiles à moyenne portée, est un succès : les forces américaines pourraient désormais tester de nouveaux missiles et tenir tête à la Russie et à la Chine dans la course aux armements.

Ces armes leur permettront de concurrencer les investissements massifs de la Chine dans ce domaine, et constitueront également une solution de repli dans le cas probable où les négociations avec la Corée du Nord échoueraient – ce qui rendrait inutile le déploiement temporaire de groupes aéronavals américains et leur permettrait de placer la Corée du Nord de façon permanente dans leur ligne de mire.

7. Éloge de la ligne de Trump sur Hong Kong : Trump s’est rangé du côté des manifestants à Hong Kong, Thiessen loue cette politique.

Il s’est tenu aux côtés du peuple de Hong Kong. Il a averti la Chine de ne pas recourir à la violence pour réprimer les manifestations pro-démocratiques et a signé la loi sur les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong. Les habitants de Hong Kong ont défilé avec des drapeaux américains et ont chanté l’ hymne national américain en signe de gratitude.

 

8. La main dure sur l’OTAN : les Etats membres de l’OTAN ont été contraints d’augmenter leurs dépenses de défense de 130 milliards de dollars depuis 2016.

 

► 9. Des règles plus strictes pour les chômeurs : Trump a resserré les règles sur les bons d’alimentation pour les pauvres et les chômeurs. Objectif : Rendre le travail à nouveau payant. Un succès, dit le chroniqueur.

 

10. L’atout de la politique sociale : le président a resserré les liens de la solidarité nationale ;  l’économie en plein essor et le taux de chômage le plus bas depuis des décennies apportent des améliorations, en particulier aux  » Américains oubliés « , selon le journaliste du W.P.

Les salaires augmentent, et les travailleurs à bas salaire connaissent les plus fortes hausses de salaire. 57 % des  Américains disent que leur situation financière s’est améliorée depuis l’entrée en fonction de M. Trump.

 

Le président américain Donald Trump et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main à Helsinki

Le Washington Post va bientôt tempérer son enthousiasme et devrait publier une liste inverse prochainement…

 

Sources :  Washington Post et Bild

 

Print Friendly, PDF & Email

2 réponses à “Les 10 grands succès de Trump de 2019 : et c’est ses opposants du Washington Post qui les publient”

  1. Avatar Vent d'Est, Vent d'Ouest dit :

    « 55 % des électeurs américains sont favorables à la révocation prématurée de Trump. » Voilà qui me laissent sans voix. Certains Américains seraient-ils aussi crétins ? Certes, on peut être de gauche mais ne pas reconnaître et accepter que grâce à un homme pour lequel on ne partage pas la vision politique capable de tant de réussites et de prouesses pour SON pays et le défendre me paraît être le simple bon sens me fait douter de l’intelligence et du patriotisme de ces 55 % d’Américains ».

    Si macron était de l’envergure de Trump il ne me serait pas difficile de changer d’avis. Mais si cela avait été le cas cela se saurait… (soupir)

  2. Avatar Jean-Paul Bourdin dit :

    A propos des adversaires de Trump : relevé sur le site de Fdesouche : Michael Moore : « 2 hommes blancs sur 3 ont voté Trump, si vous en voyez 3 marcher vers vous, vous devriez avoir peur et changer de trottoir »
    Et ce pachyderme, par ailleurs cinéaste et démocrate, par pure haine de Trump, de s’en prendre à ceux qui ont voté pour lui, mais surtout aux blancs de manière générale dans une espèce d’autodénigrement masochiste : Le documentariste et militant oscarisé a déclaré que « les blancs n’ont pas changé » et que les gens « devraient avoir peur d’eux ». chaque fois que vous voyez trois Blancs marcher vers vous, dans la rue, deux d’entre eux ont voté pour Trump « , a-t-il poursuivi.
    « Vous devez vous déplacer vers l’autre trottoir parce que ce ne sont pas de bonnes personnes qui marchent vers vous « , a-t-il averti. « Vous devriez avoir peur d’eux. ».
    Si ça ce n’est pas implicitement un appel à la haine raciale ! Lui, il s’en fout, il vit à l’abri, j’imagine, et certainement loin des racailles. Mais pour le petit blanc qui n’a rien demandé à personne et qui doit vivre, faute de moyens de déménager, parmi une population qui se communautarise de plus en plus, une population qui, poussée par ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de race mais racialisent tout, regarde déjà suffisamment les blancs d’un mauvais oeil, tout comme ici en France, c’est autre chose. Il y a danger.
    Son message simplificateur, son message raciste, en désignant une catégorie de la population comme cible en raison de sa couleur de peau, ca ressemble à un appel au meurtre, ça n’a rien à envier à l’appel au génocide de Radio Mille Collines au Rwanda en 1993-1994. C’est très grave. Michael Moore est une ordure démocrate de plus, ses propos devraient être condamnés, et lui aussi. Moore, quand des blacks ou des latinos auront croisé 2 blancs dans la rue, que tu seras le troisième qu’ils voient passer et qu’ils estimeront que c’est à toi qu’ils doivent trancher la gorge, tu crois qu’il te demanderont d’abord si tu as voté Trump ? Mais c’est vrai que dans la rue tu ne dois pas y être trop souvent.

Lire Aussi