Gaspard Proust : je connais peu de personnes venant des pays de l’Est qui voudraient du passeport français


Gaspard Proust : je connais peu de personnes venant des pays de l’Est qui voudraient du passeport français

.

« La France n’est pas une vague idée, c’est une terre, un peuple, une culture »

.

Gaspard Proust, humoriste suisse d’origine slovène, déclare son amour de la France éternelle et sa déception profonde devant le gâchis total qu’est devenue la France.

.

La France, ce n’est pas seulement une vague idée fumant au-dessus de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ce n’est pas seulement liberté, égalité, fraternité ou la laïcité, car avec ces concepts universels et applicables à tous, on peut accueillir toute la terre et même tous les extraterrestres, du moment qu’ils adhèrent aux valeurs de la République.

.

« Quand un régime se démontre, c’est qu’il est creux, c’est qu’il est par terre » — Charles Péguy (1910) Cité par von Oranien.

.

On trouve une magnifique illustration de cette déperdition du sens de ce qu’est être français dans ce micro-trottoir de Micro-Connard, voir à 3 minutes 24 : interview d’Avner (lien).

.

Gaspard Proust nous donne les clés spirituelles de la reconquête de notre pays livré aux déprédations du mondialisme, de l’immigration et de l’islam.

.

Il faut se réapproprier notre identité, notre langue, notre patrimoine culturel, notre histoire, nos terroirs, notre intelligence, notre géographie et notre économie (agriculture, artisanat, industrie, services). Si vous êtes vraiment français, chaque minute de votre vie doit servir à ce but de restaurer la grandeur de la France soit par votre travail, soit par vos paroles, soit par votre exemple, soit par vos actes. C’est simple.

.

– Vous n’avez jamais demandé la nationalité française ?

.

– Non. En 1990, j’étais au lycée français d’Alger. J’étais un petit Slovène, un ex-petit Yougo. A cette époque, je regardais la France, admiratif, me disant que, si un jour j’avais le passeport français, je pourrais dire à mes enfants :

« Voyez, maintenant vous faites partie d’une nation immense où vos ancêtres – même si vous avez chopé le train en route – s’appellent désormais Charlemagne, Louis XIV, Napoléon, De Gaulle; vos écrivains, Hugo, Molière, Baudelaire, Camus, Zola, Pascal, La Fontaine; vos artistes, Sisley, Monet, Rodin, David, Poussin, Pissaro, Le Nôtre.

Quand vous visiterez Orsay, le Louvre, Versailles, la cathédrale de Strasbourg…

Quand vous visiterez les grottes de Lascaux, les gorges de l’Ardèche, les vignobles de Bourgogne, où une parcelle minuscule a la gloire d’exhiber au monde son cru comme on exhibe le Graal…

Quand vous verrez au-dessus de Chamonix s’élever les flèches de granit ou contemplerez l’aube qui monte au-dessus de la baie du Mont-Saint-Michel…

Eh bien, vous aurez cette chance incroyable, invraisemblable, folle de pouvoir murmurer intérieurement : « Cela, c’est mon pays ! » »

.

La France, ce n’est pas seulement une vague idée fumant au-dessus de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, c’est une réalité brute, c’est une terre, un peuple, une culture; bref, un monde. Avec sa musique, sa respiration. Tourmentée, diverse, fabuleuse.

.

Aujourd’hui, je connais peu de personnes venant des pays de l’Est – et je ne parle même pas des amis suisses – qui voudraient du passeport français.

Car un pays qui se méprise à ce point-là, qui s’incline devant tout n’est plus attirant. Qu’est-ce qu’être français ? Sincèrement, moi, je ne sais plus. Si on me donnait le passeport demain, je ne sais pas très bien dans quelle communauté nouvelle j’entrerais. On va dire : « La France, c’est la laïcité ! » Mais l’organisation d’un culte, ce n’est pas une valeur, ça ne fait rêver personne ! De la même manière, je vois du matin au soir les hommes politiques sautiller sur leurs chaises en éructant : « La République ! La République ! La République ! » Mais, des républiques, il y en a plein dans le monde. Ce qui m’intéresse, ce n’est pas le mode d’organisation de votre démocratie mais ce qui fait que la France est la France et non pas la Slovénie, l’Allemagne, l’Algérie ou la Corée du Sud !

La réalité, c’est que la France – même si certains le vivent très mal – est devenu un pays multiculturaliste, alors quel intérêt du coup de devenir français, si, de toute façon, on me fait l’éloge de pouvoir tout le temps la ramener avec mes origines ? J’ai même changé mon prénom et mon nom, car je ne voulais pas qu’on me renvoie d’où je viens. Je veux me fondre parmi les Français. Or ce n’est plus audible aujourd’hui.

Du coup, j’aime mieux rester à l’écart et vous regarder faire. Même si j’aime profondément ce pays, je préfère que mon rapport à la France se limite aux impôts et aux choses de l’ordre du travail. Et on reste bons amis. Alors que, paradoxalement, il n’y a sans doute pas plus français que moi.

Le Point, 27.11.2019

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Julien Martel

Auteur chez Résistance républicaine, contribue aussi au blog "L'islam pour les nuls" et à Riposte Laïque.


10 thoughts on “Gaspard Proust : je connais peu de personnes venant des pays de l’Est qui voudraient du passeport français

  1. AvatarChristian

    C’est cela qu’il faut définir en priorité…c’est quoi être français ??
    Et graver cela dans le marbre.

    1. AvatarDorylée

      Personnellement, je dirais que être Français c’est aimer profondément la FRANCE, presque exclusivement. Ne rien faire qui puisse lui nuire et être prêt à mourir pour qu’elle redevienne ce qu’elle était : le pays qui faisait rêver le monde.

  2. AvatarLouis Boné

    Il a absolument raison, ce qui est très malheureux. La France n’est plus la France. Je viens aussi d’un pays de l’Est, j’habite en France depuis 40 ans et je voudrais devenir français officiellement, mais quand on pouvais le devenir sans perdre sa nationalité d’origine (en 2015) au pouvoir était l’inénarrable Hollande. Je croyais qu’on avait touché le fond avec lui, mais Macron nous a montré des nouvelles profondeurs insoupçonnables d’idiotie et d’incapacité. J’attendais la fin de l’air Hollande pour pouvoir déposer ma demande de nationalité française, mais en définitif, tant que le petit mec de l’Élysée est là, j’aurais honte de dire que je suis français quand je suis à l’étranger. C’est malheureux car j’aime la France.

  3. Avatarbm77

    J’avais été voir il y a quelques années le Gaspard lors son précédent spectacle car sa liberté de propos lors de ses apparitions dans les émissions de Thierry Ardisson avait aiguillé ma curiosité. Je n’ai pas été déçu , cela faisait longtemps que l’on avait pas eu affaire à un humoristes non formaté par politiquement correct avec de plus pour ne pas gâcher le plaisir , un tel niveau d’écriture qui en dit long sur le niveau culturel du personnage. Beaucoup de gens dans la salle ont appréciés et ri de bon cœur mais il faut avouer que certains riaient jaune ! Tellement il bouscule les idées touts faites à la sauce vivrensembliste;

  4. Avatarbm77

    Ce qu’il dit de la France est tellement vrai et beau !! la France ce n’est pas que la laÏcité ni même qu’une république parce qu’il y en a des tas dans le monde dont les principes sont tous plus respectueux de l’humanité les uns que les autres mais comprend aussi sa part de démagogie .D’ailleurs pour moi le président de la France sert la république mais est dépositaire en héritant d’une entité culturelle et historique qui est le pays avec tout ce que cela implique. il doit retransmettre le pays au successeur dans son intégrité sinon d’avoir à en répondre, lui ou ses héritiers politiques, devant le peuple! Il n’est pas là pour partager le pays entre toutes les ethnies qui vont poser leur pied dans le pays tout cela au nom de l’idéologie ou de la réalité d’une période de la République . Ce qui est paradoxale pour le cas de la France c’est que des étrangers puissent apparaitre plus Français que certains qui vivent dans le pays et se conduisent comme des ennemis de ce que nous sommes profondément . Les systèmes supranationaux, les communistes s’y sont essayés avec l’URSS mais les Russes en sont revenus pour se réapproprier leur histoire leurs racines leur culture et donc ce qui a fondé leur identité pour ressusciter la grande Russie . Le pays c’est la seule richesse de celui lui est pauvre , les organisations de systèmes profitent aux organisateurs pas au peuple!

  5. AvatarJeanne78

    J’ai découvert Gaspard Proust il y a quelques semaines et je l’ai trouvé très fort. Effectivement, enfin un humoriste qui ne s’encombre pas du politiquement correct, prenant peut-être quelques risques face à la bien-pensance régnant dans notre pays. L’ère macronniste est en effet friande des procès d’intention.

    1. Christine TasinChristine Tasin

      Merci pour votre patience, suite à un bug informatique, nous avons perdu nombre de fonctionnalités et notamment l’envoi de notre lettre, l’avis des nouveaux commentaires et articles ainsi que les cases à cocher… Notre informaticien essaie de restaurer tout cela.

      C.Tasin

Comments are closed.