Gaulois, barbus, voilées… enfin réunis pour le « Black Friday » !


Gaulois, barbus, voilées…  enfin réunis pour le « Black Friday » !

.

A moins d’habiter les îles Kerguelen, impossible d’ignorer que débute bientôt la « Black Week » pendant le « Black November » et son fameux « Black Friday » suivi de son « Cyber Monday ».

Un évènement « marketing » judicieusement et opportunément intercalé entre Halloween et les fêtes de Noël « fin d’année »…

 

« Tout droit venu d’Amérique du Nord, le Black Friday également appelé « vendredi noir » a traditionnellement lieu le lendemain du jeudi de Thanksgiving, soit le 4ème vendredi de novembre…

En 2019, la date de cette journée d’offres promotionnelles est fixée au vendredi 29 novembre partout en France, en boutique et sur Internet. Pour vous proposer encore plus d’offres exclusives, le Black Friday commence le 25 novembre à 20h et se termine le 2 décembre 2019 avec Orange. Plus aucune chance de passer à côté d’une promo ! »

https://boutique.orange.fr/bon-plan-promo/black-friday/

.

Tous ces anglicismes et ce franglais employés sans modération par les commerciaux donnent, parfois, l’impression de vivre dans un autre pays. Ça, plus le frankaoui de banlieue mâtiné d’expressions arabes, la semaine promotionnelle du « vendredi noir », dans les centres commerciaux, sera assurément multilingue, multiconfessionnelle et multiculturelle.

.

Car, pour une fois, tous les Français et « divers » se regardant face à face, en chiens de faïence, se lanceront côte à côte dans nos temples de la consommation à la recherche de la méga-promotion.

.

A Leclerc, à la FNAC, chez Boulanger ou Darty… Momo le barbu intégriste, Popaul l’Auvergnat, Fatima l’entorchonnée pudique, Véro de Saint-Malo, Marwan le Frère musulman et Jean-Robert son frère ennemi… seront (enfin) tous réunis pour déambuler entre les rayons, sous les néons, communiant dans une même ferveur pour les valeurs sacrées de la société républicaine de consommation.

.

Black Friday : pour dénicher les bons plans, préparez vos achats

Dénicher les bons plans du Black Friday, le 29 novembre, est une question de patience et d’anticipation. Pas de précipitation et gare aux fausses promos !

La tentation est grande tellement les offres peuvent paraître alléchantes, éphémères et donc… immanquables. La meilleure stratégie, pour profiter de ce Black Friday, est pourtant de ne pas s’emballer.

« Il est important d’aborder cette période de façon différente […] estime Marie-Cécile de Faucigny, cofondatrice de CrossShopper, comparateur de prix en ligne collaboratif faisant appel aux internautes pour débusquer les bons plans. Le mieux est de bien cibler les produits que l’on souhaite vraiment acheter, de comparer leurs tarifs en se cantonnant aux sites des plus grandes enseignes qui ont prouvé leur fiabilité. »

Le conseil n’est pas seulement valable pour la seule journée du « Black Friday ». La période de promos ne se concentre en effet pas sur 24 heures mais débute bien plut tôt : dès le lundi 25 novembre cette année, quand s’ouvrira la « Black Week » (la semaine noire), avec une avalanche de promotions diverses et variées qui se succéderont en ligne jusqu’au lundi suivant, baptisé « Cyber Monday », davantage concentré sur les achats sur Internet…

« Les fausses promotions sont nombreuses, tout au long de l’année mais aussi et surtout pendant ce Black Friday, poursuit Marie-Cécile de Faucigny »…

http://www.leparisien.fr/societe/black-friday-pour-denicher-les-bons-plans-preparez-vos-achats-21-11-2019-8198283.php

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




15 thoughts on “Gaulois, barbus, voilées… enfin réunis pour le « Black Friday » !

    1. AvatarRinocero

      L’Académie se réveille un peu tard et devrait proposer des actions concrètes . Chaque année au mois de mars il y a une journée de la langue française et de la Francophonie, ignorée par les principales chaînes du service publique , notamment FR2 et FR3 . Il faut aller sur les pages contacts des sites des entreprises qui organisent cette offre commercial du Black Friday mais aussi sur les pages des réseaux sociaux de ces sociétés, pour dénoncer fermement, en évitant toute injure ou menace pour ne pas se mettre dans son tort, ces offres commerciales en anglais.
      Un exemple le magasion Le Printemps du Boulevard Haussmann à Paris dans sa décoration de Noël, affiche le slogan suivant : « Le printemps loves Noël ».

  1. AvatarMachinchose

    je partage et je revendique ma haine du « franglouze »

    notre langue est pourtant si riche, si belle, si empreinte de l’héritage gréco-latin…….qu’est ce qu’on a été fiche avec ces mots imbéciles ?
    ça doit donner une once de plus-value aux glands qui s’en servent ?
    hier, après les obsèques à l’église d’un vieil ami, nous sommes allés prendre un pot, offert par un des participants
    je l’ ai remercié en le qualifiant d’amphitryon, histoire de déconner un peu……..
    je n’ai pas osé « évergète » après la grosse déception durant le service religieux
    assuré par un laïc. mes amis chrétiens m’ont expliqué qu’il n’y a plus assez de curés………la grosse déception pour moi ….. ces images de prêtres en surplis, étole, ciboire, encens
    j’ ai bien aimé l’Alléluia……. on l’utilise chez moi.. c’est plus soyeux et espérant que le « alla wak bar »

    ça avait une autre gueule tout de même autrefois……….. un de mes potes m’a dit beaucoup de bien du curé qui officie à Chevreuse, je ne devrais pas tarder à lui rendre visite

  2. BeateBeate

    « Black Friday »
    Les pratiques comptables autrefois utilisaient l’encre rouge pour indiquer les montants négatifs et l’encre noire pour indiquer les montants positifs. Et selon cette théorie, le « Black Friday » marque le début de la période au cours de laquelle les détaillants ne seraient pas « dans le rouge », prenant plutôt les meilleurs bénéfices de l’année. C’est ce qu’on m’a expliqué lorsque je vivais à San Francisco, il y a trente ans.

    En clair, c’est un jour de solde qui est rentable pour le commerce, mais qui donne l’impression de bénéficier aux acheteurs… qui achètent beaucoup de choses dont ils n’ont pas vraiment besoin.

    1. Avatarbm77

      Donc on prend des idées pas très bonnes aux Américains pour les coller à la France trente ans plus tard ! Qu’est-ce que l’on est intelligent !!!
      Dites, Beate, même si on vous l’a fait cent fois cette blague, la maison bleue de Maxime Leforestier , existe-t-elle vraiment à San Francisco? En tout cas elle nous a bien fait rêver !

  3. Jean-Pierre CoqJean-Pierre Coq

    Quand j’emploie certaines expressions ou proverbes bien de chez nous, certains collègues me regardent avec un certain ahurissement qui vire parfois au dédain.

    « Tu parles comme un vieux bouquin ».
     » Et sinon tu écris des poésies ?  »

    Je me fais traiter de « à coté de la plaque » et je ne suis plus invité au repas en commun à la cantine.

    Pas grave, à la pause, j’aime manger seul ou avec certains anciens qui savent de quoi je parle. Je laisse ces écervelés ressasser leurs conneries entre eux.
    Tellement biberonnés au vivre-ensemble tellement la mixité est de rigueur dans l’entreprise. Oui mais ne pas vivre avec un Coq. Surtout pas.
    Le coq espèce en voie de disparition ?

    1. François des GrouxFrançois des Groux Post author

      Bonjour,

      Vous n’êtes pas le seul : des collègues du même âge me disaient aussi que je parlais « bizarrement », que j’utilisais des mots « inconnus » 🙂

      La langue française s’avère, en effet, très riche…

      Actuellement, toutes les grandes marques utilisent des slogans et des termes en anglais… vanter un produit en français doit paraître ringard pour les commerciaux !

      1. AvatarJolly Rodgers

        il y’a même des parents qui donnent des prénoms inconnus du calendrier français ; comme : enzo , kenzo , yanis , jénifer …. ce sont souvent des familles d’incultes ou des cas sociaux , remarque. ce genres de prénoms indifférenciés , est encouragé par le système qui tient a tout prix a nous faire perdre notre identité française !
        normalement un prénom est donné selon le mois du calendrier Chrétien .

  4. PacoPaco

    Heuuu des curés, y’en a ! Plus une église, sans son curé africain…Ils ont laissé au pays les femmes et les enfants..Oui oui là bas c’est admis… Et plus tard avec le regroupement pénitentiel familial tout rentrera dans l’ordre…

  5. AvatarCorsica

    J’adore la langue française,ce sont nos racines,mais l’anglais j’aime bien aussi,et je préfère largement entendre parler anglais plutôt que verlan ou arabe mais hélas ca se généralise .

  6. AvatarFomalo

    Si je me souviens bien, cela fait trois ou quatre ans que le « black friday » est apparu en France. Je peux me tromper évidemment, mais cela n’existait pas en novembre 2015. Ou en catimini, certainement pas avec une telle audience de tous les media, et un tel matraquage.Il suffit de se rappeler que pour la France et les Français, le « Black Friday » évoque plutôt le 13 novembre 2015, et les attentats du Bataclan, ceux ratés du Stade de France, et les terrasses de cafés du XIeme arrosées par les kalachs des terroristes. Alors gobergez vous à ces marchandises soldées, à cette pensée soldée, à cette opinion soldée par ces mêmes media qui font la promotion de la journée de la violence conjugale en même temps que celle des cosmétiques et de « l’équipement » – a ce propos, merci pour nos ponts, et les 28000 sur 250000 qui « craignent »- Pourquoi pas fêter le » Happy Tuesday » pour les promos commerciales mondialistes à partir du 11 septembre 2020 ??

  7. AvatarDorylée

    J’ai relu Robinson Crusoë, il n’y est dit nulle part que Vendredi fut noir ni que Robinson se jeta sur lui comme un dément ce jour précis de la semaine. Sans doute cette tradition est elle arrivée plus tard dans le monde civilisé. Vendredi, au soleil d’outre tombe, en jauni à l’idée.

Comments are closed.