Nous aim’ pas la maboula !


Nous aim’ pas la maboula !

.

Où l’on voit maboula tartiner sa rancoeur !

Pour la France, dit elle, non, elle n’a pas de cœur…

Et tout ce fiel qu’elle déballe,

c’est du vrai venin de crotale !

Hélas ils sont légion dans son arrière-chœur…

 

PACO. Cochon gratté *

16/11/2019.

* Surnom donné aux blancs au Cameroun !

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Paco

C'est jamais que des mots tournés en écheveaux, des embrouillaminis parcourant le cerveau ! Mais c'est vrai ça vaut pas tripette, ces mots tirés à l'escopette, ce n'est pas du Verlaine et pas du Marivaux... PACO 2016.

Articles du même thême

28 thoughts on “Nous aim’ pas la maboula !

  1. AvatarHervé

    Voilà ce que ça donne,le vivre ensemble. C’est tout simplement impossible, et ça finira forcément très mal; mais pour qui.?

  2. Dux BellorumDux Bellorum

    Quelle ignoble personnage qui avoue publiquement son mépris et sa haine de la France …

    Et les gourdasses assises autour d’elle et qui dodeline de la tête …

    Elles feront moins les malignes quand la guerre civile sera là, ça va couiner …

  3. AvatarKancau11

    Si PUJADAS pouvait éviter d’inviter ce genre de connasse qui parle de « SON PAYS, elle n’a pas de miroir chez elle la bamboula.

    1. AvatarAdalbert le Grand

      Cette sotte se croit effectivement en pays conquis. « Je fais ce que je veux de MON pays ». Et les 60 millions de (vrais) Français, elle les prend pour ses esclaves, la reine des connes?

      On se demande effectivement comment et pourquoi de tels déchets sont invités sur les plateaux : quelle légitimité a-t-elle? Elle ne représente qu’elle-même, éventuellement une poignée d’agités du bocal échappés de l’asile avec elle. Ou alors elle paye pour être là, avec l’argent de Soros? En tout cas, la maboule est pistonnée, autrement sa présence est inexplicable, elle n’est pas plus légitime que le premier pilier de bistrot du coin.

      Le plus extravagant est son arrogance, elle se prend pour la personne la plus intelligente du monde, ne cessant de rappeler son titre de « docteur » et de prétendre à la supériorité intellectuelle sur les autres participants avec une arrogance invraisemblable. . Comme si c’était compliqué de devenir docteur. Avec la complicité d’universitaires idéologisés. n’importe qui peut l’être s’il est convenablement racisé (raciste anti-blanc) ou de gauche, et les deux c’est encore mieux.

      En attendant, sa thèse indépassable, supérieure à la somme de toutes les connaissances antérieures de l’humanité (du moins c’est ce dont elle semble con.ne.vaincue) n’est toujours pas publiée, c’est dire sa qualité.

      Son psittacisme obsessionnel sur son titre manifestement trouvé dans un paquet Bonux (la lessive qui lave plus blanc et ses cadeaux) me fait irrésistiblement penser à la blague africaine sur le « docteur » Omar Bongo.

      Madame Soumahoro, quand on est vraiment intelligent, on n’affirme pas à tout bout de champ ‘je suis le plus intelligent », c’est un signe de sottise. La véritable intelligence se voit naturellement, elle transparaît d’elle-même dans la qualité des propos. Et chez vous, on n’y voit rien, vraiment rien, c’est le noir complet.

      1. Avatardenise

        je partage ++ , cette émission laisse un goùt amer , sur ce que devient notre pays avec de telles spécimens , je parle de l’ensemble des femmes qui étaient regroupées là , ( lfi, De Haas , ) et qui se permettaient de rire de Finkelkraut et d’un médecin qui avaient une attitude autrement plus respectueuse ; mais pour qui se prennent elles ? .Pujadas a d’ailleurs dit que beaucoup ne voulait pas venir, ils ont eu tort de le faire en donnant la possibilité à ces femmes d’être plus que méprisables à leur encontre ! je les plains, cela ne dois pas être confortable de baigner dans la haine ..

  4. pikachupikachu

    Propos de fin entre la Maboula et Alain Finkielkraut :
    La maboula : « vous pouvez paniquer autant que vous voulez, votre monde est terminé »
    Alain Finkielkraut (couvert par la voix de Pujadas) : « c’est ce qu’on appelle le Grand Remplacement »

    Mon avis personnel, c’est qu’il y a chez ces excitées beaucoup de rancoeur personnelle et on le comprend : Caroline de Haas n’a pas été gâtée par la nature, on comprend qu’elle choisisse le féminisme, sachant que l’homme qui n’est pas désespéré n’est pas franchement attiré par son physique, donc les hommes auront plutôt tendance, sur l’aire de jeu de la séduction à la rejeter. En réaction, elle rejette les hommes.

    Cette maboula est particulièrement aigrie, elle semble carburer à l’aigreur : en effet c’est la forme de son discours qui marque plus que le fond.K

  5. AntiislamAntiislam

    Bonjour,

    Ah, un grand merci Paco !

    Je me suis payé le « replay » intégral de cette émission hier.

    Emission très instructive.

    Et j’en suis sorti tramautisé par Maboula et ses trois autres complices, hyènes néo-féministes.

    Merci à Lydia Guirous et à Finkie d’avoir couregeusement resisté à ces quatre barbares !

    1. AvatarAdalbert le Grand

      J’ai écouté l’émission en direct, et je comprends la souffrance que vous avez dû ressentir. Je compatis à la terrible épreuve que vous vous imposâtes.

      La Maboule en particulier était particulièrement insupportable, quoique Caroline de Harass était à peine moins pénible.

      Je ne comprends pas que personne ne remarque que ces militants gauchistes relèvent manifestement de la psychiatrie (personnalités paranoïaques et/ou psychopathiques). Des fous (et ici des folledingues).

      Je dis cela tout à fait sérieusement et gravement, ce ne sont pas juste des appréciations polémiques. Je pense en effet depuis déjà deux ans que tous les LFI, sans exception, et la plupart des militants des organisations d’ultra-gauche relèvent clairement de la personnalité paranoïaque.

      Voyez plutôt https://fr.wikipedia.org/wiki/Trouble_de_la_personnalit%C3%A9_parano%C3%AFaque#Quatre_traits_fondamentaux.

      Si ça ne y ressemble pas….

      1. pikachupikachu

        @Adalbert le Grand

        merci pour ce passé simple (« que vous vous imposâtes »), ça fait du bien (sans ironie).
        Personnellement, sans écarter la thèse psychiatrique, j’y vois plutôt un ressentiment de personnes ayant les mêmes aspirations que les autres, mais qui ont été recalées.
        Je crois sincèrement que la Haas(s-hole, jeu de mots sur asshole qui est certainement le même que celui qui valut à Julien Martel de nous gratifier des chroniques de Laurence Gauchot-Trouduc) est de celles ci. Elle aurait voulu être une ado comme les autres, un peu bêbête (elle l’est certainement) et superficielle, qui aurait crevé d’envie pour le dernier gloss de L’Oréal, et la coiffure d’Angélina Jolie, mais malheureusement, elle dût vite comprendre que c’était mal (très mal) engagé pour elle. Je le reconnais, ce monde est cruel et je le déplore aussi. Bref, je suis sûr qu’elle est devenue féministes, histoire de dire : je refuse d’être recalée !!! Non une femme ne se résume pas à sa beauté ! Non, je ne m’épilerai plus les jambes, d’abord, c’est un diktat du patriarcat, ensuite c’est inutile, aucun garçon ne s’intéresse à moi de toutes les façons. Bref, son engagement est une façon de surmonter son handicap. A un certain moment, elle a dû se rendre compte que cet engagement, avait en plus, subventions aidant, le moyen de la nourrir et même mieux : de nourrir son égo. Elle devenait une personnalité, une influenceuse, une femme qui agit sur la société, qui laissera une trace. Elle devenait une personne qui compte.

        Quant au contenu lui-même ? quasi-néant…
        Quand il s’agit de vraiment défendre des femmes victimes d’attouchement et de viols en bande, à Cologne, elle botte en touche. Et comment en irait-il autrement ?
        La pauvre idiote ne comprend même pas ce qu’est l’ironie. Pas un gramme de finesse. Même les blagues Malabar, elle doit avoir dû mal à les comprendre en moins d’une minute…

  6. La moutarde me monte au nezLa moutarde me monte au nez

    Elle est maboul, cette maboula, sans parler des gouines qui la soutiennent.

    Est ce qu’un client peut s’emparer de la banque qui lui a accordé un prêt ?
    Est ce qu’un malade peut s’emparer de l’hôpital qui le soigne?
    Est ce qu’un employé peut s’emparmer de l’entreprise qui lui donne du travail?
    Est ce qu’un allocataire peut s’emparer de la caisse qui le rétribue?

    Alors comment un naturalisé de seconde génération peut il prétendre faire ce qu’il veut du pays qui l’acueille?

  7. AvatarMachinchose

    je veux dire que c’est faire un grand honneur a cette femme africaine que d’ en parler

    Ça me gêne puisque on la met à notre niveau………… l ‘ivoirienne, qui au lieu de jouer a la « maître de conférence » a Tours, ferait dix mille fois mieux de retourner chez elle à Abidjan, tenter de faire quelque chose pour sortir son trou de la merde ou il baigne avec délices

    Pour mémoire en arabe maughrébin, Maboula désigne une cinglée

    et Maboul, UN CINGLE

    MON DIEU !! quand tous ces donneurs de leçons dont les grands parents se déplacaient en voiliers vers le nouveau monde, nous ficheront la paix en retournant dans leurs shitholes.

    ils ne sont même pas reconnaissants et depuis qu ils ont appris à lire, on ne peut plus les tenir……….. .présentement.

      1. AvatarCorsica

        Cette Maboula est raciste,elle n’aime pas les blancs ,ça se voit comme le nez au milieu de la figure ,et de de plus elle a le melon, elle a même la cagette entière.

  8. AvatarCorsica

    Cette Maboula est raciste,elle n’aime pas les blancs ,ça se voit comme le nez au milieu de la figure ,et de de plus elle a le melon, elle a même la cagette entière.

  9. AvatarAdalbert le Grand

    Comme je l’ai écrit plus haut, les péronnelles du « camp du bien » de cette émission ont manifestement une personnalité pathologique. En fait, c’est général à tous les militants de l’extrême-gauche ou apparentés idéologiques, LFI, EELV, féministes à la de Haas ou Osez le féminisme, PIR, LGBT, etc…

    Normal, ces personnalités pathologiques font fuir les autres quand ils ne les éliminent pas, et même entre eux ils s’entretuent (cf Thomas Guénolé, bouté hors de LFI et lui-même parano).

    C’est pourquoi ces personnes sont dangereuses, d’autant que les délires paranoïaques sont contagieux et peuvent facilement convaincre les gens normaux dans un premier temps, car ils sont très cohérents et logiques à première vue ; ce n’est pas pour rien que certains appellent la paranoïa « la folie raisonneuse ».

    Ils n’ont donc rien à faire sur les plateaux télé et pire dans les instances de régulation sociale (dit autrement il ne fait pas les prendre comme conseillers ou consultants dans des commissions) : ils ne viennent pas pour débattre, discuter, mais combattre et réduire au silence toute opposition à leurs délires.

    ____

    Voyez la caractérisation du trouble , et jugez par vous même : n’avez-vous pas l’impression de lire une description parfaite de Soumahoro, de Haas, C. Mekary (une avocate lesbienne gauchiste hystérique complètement frappée, virée par Pascal Praud, qui est venue expliquer chez Morandini que Finkielkraut devait être traduit devant les tribunaux!), ou surtout les Mélenchon, Bompard, Simonnet, Garrido, Guiraud, Quatennens etc., bref l’intégralité de la France Insoumise?

    « Le caractère paranoïaque est une forme du caractère formé et fixé de façon pathologique à un tempérament agressif associé au vécu d’une existence frustrée et revendicative.

    Quatre traits fondamentaux peuvent être décrits :

    – l’hypertrophie du moi ; c’est un trouble majeur de la paranoïa. Elle est considérée, par certains auteurs, comme le trouble princeps d’où découlent : la psychorigidité, obstination, intolérance, le mépris d’autrui et le fanatisme. Cette surestimation de soi entraîne l’orgueil ambitieux, la vanité, masqués parfois par une fausse modestie superficielle ;

    – la méfiance ; elle prépare les sensations de persécution par autrui, les sentiments d’isolement. Le sujet se sent entouré d’un univers malveillant et envieux. Elle s’associe assez fréquemment à la susceptibilité, à la réticence et à l’hyper vigilance ;

    – fausseté du jugement ; elle est secondaire à la pensée paralogique. Elle se traduit par des interprétations fausses et un subjectivisme pathologique. Elle se fonde sur un système où domine un sentiment de persécution ou de grandeur. L’autocritique ou le doute est impossible, l’autoritarisme et l’intolérance tyrannique vis-à-vis de l’opinion de l’entourage sont fréquents ;

    – l’inadaptation sociale ; elle est la conséquence aussi bien des trois traits décrits ci-dessus que de l’incapacité du sujet à subir une discipline collective. On remarque chez ces sujets une tendance à l’isolement, l’égocentricité. Leur sociabilité est faible, malgré la présence de mouvements pseudo-altruistes. L’attitude globale est exaltée, rigide avec un comportement revendicatif, rancunier, quérulent. Le niveau intellectuel peut être bon ; autodidacte du fait de son isolement, la réussite sociale est parfois surprenante.

    ______

    A faire savoir autour de vous. Apprenez à repérer les paranos! Et à les disqualifier.

  10. AvatarDURADUPIF

    Quelle belle patience qu’a ce Pays d’accepter ces propos contre son territoire et ses citoyens…Jusqu’à quand ?

  11. Avatarjojoj ( le plombier )

    La donzelle serait chargée de cours à l université ? Une pensée pour les Pov zetudiants qui doivent valider leurs partiels ….

Comments are closed.