Retour aux années 40 : ils veulent à présent nous rationner comme à Cuba ! On va se marrer, les amis…

.

Les dégénérés ne prennent pas de vacances. Les dégénérés pensent. Les dégénérés cherchent comment faire expier aux riches, aux nantis, aux Français moyens qui mangent à leur faim, aux Blancs… le fait qu’ils travaillent et nourrissent leurs enfants, le fait qu’ils chauffent leurs maisons, qu’ils prennent des bains, qu’ils partent en vacances, qu’ils utilisent leur voiture, qu’ils ont une voiture, le fait qu’ils sont blancs, le fait qu’ils vivent en France…

.
Hier c’était l’éléphantesque Larcher qui voulait nous interdire de manger.
http://resistancerepublicaine.com/2019/07/30/pierre-cassen-larcher-150-kg-accuse-les-francais-de-trop-manger-video/

Aujourd’hui c’est le prétendu chercheur Mathilde Szuba – encore un produit du laboratoire de déséquilibrés qu’est devenu Sciences po- qui veut nous piquer tout ce qu’elle estime superflu dans nos caddies pour le re-distribuer autoritairement aux mendiants en tous genres (de préférence ne parlant pas français ?) et pour nous obliger à vivre en coupe réglée dans le monde totalitaire dont elle rêve.

Enfin, non, c’est plus subtil que cela. Elle veut mettre les riches Français moyens en coupe réglée. Ils gagnent trop. Ils mangent trop. Ils se chauffent trop. Ils se lavent trop. C’est le programme de Chavez-Mélenchon sous couvert d’écologie et de justice sociale. Grandiose. Voir l’article de Libé ci-dessous dans l’encadré gris.

.
Dès demain, comme en 40, les boulangers obligés de vendre le pain de la veille… qui, parce que moins bon, conduira les Français à en manger moins ? 
.

On va en baver, mais qu’est-ce qu’on va se marrer…

.
Oui, je sais, on va en baver, on n’est pas au bout, et on va verser des larmes de sang, mais admirez le paradoxe.
.
Pour l’heure, les gauchos sont les alliés objectifs des mondialistes qui oeuvrent à la… surconsommation. Tout est fait pour que les multinationales s’en mettent chaque jour davantage dans les fouilles, ils en sont même à organiser des déplacements de population en Europe pour multiplier par 2 ou plus le nombre de consommateurs de smartphone, de coca, de jean, de voitures etc.

Tout cela, sans rire, sur fond de lutte pour le climat…

Bref, ils ont supprimé nos industries et nos emplois, ils ont fait crever nos petits commerces, ils ont vendu nos terres arables aux Chinois et nos bijoux de famille au Qatar pour les remplacer par des mosquées et des culs levés dans les entreprises et les aéroports… et pour nous obliger à consommer chinois, canadien, australien…

En même temps, les gauchistes qui les ont portés au pouvoir et qui forment leurs milices armées mènent campagne pour le co-voiturage, pour l’interdiction des voyages en avion, voire pour l’interdiction des douches (vous n’avez pas repéré, comme moi, les gauchos dans les magasins à leur odeur ? ils puent, ils ne se lavent plus…).

A terme… si les campagnes des gauchistes réussissent, on achètera beaucoup moins de voitures à messieurs Ford et Renault, non ? Les aéroports disparaîtront peu à peu ( vont être contents, les acheteurs des Aéroports de Paris), et les Français (entre autres) se retrouveront dans l’état de la France de 1944, obligés de se nourrir de rutabagas (espèce des gros navets destinés à la nourriture des animaux) et de boire l’amère chicorée en guise de café, ou, mieux encore, du café à base de glands… Va pas être content Jacques Vabre…

.

On me dira que tout cela est préparé depuis quelque temps. La mode du vegan et du « naturel » conduit nombre de nos concitoyens, sous couvert de retrouver une santé perdue dans les mac do à pratiquer sans le savoir… ce qui se faisait dans les cuisines françaises entre 1940 et 1945 :

Les livres de cuisine s’adaptent à ces nouvelles conditions. Les Français apprennent à réaliser ‘’des potages avec de l’ortie blanche, du mouron, de la luzerne’’. De nombreux livres paraissent pour aider les ménagères à cuisiner différemment. En 1940, H.P.Pellaprat signe 340 recettes de cuisine pour les restrictions alimentaires, chez Flammarion. La même année, Edouard de Pomiane, médecin et ancien chef de service à l’Institut Pasteur, écrit Cuisine et restriction indiquant, en plus d’idées recettes, les aliments à privilégier en raison des calories qu’ils apportent. Il donne également quelques astuces pour ne rien perdre : récupérer les croûtes de pain pour en faire du pain perdu ou les écraser une fois sèches pour les transformer en chapelure :‘’elle servira à faire de la pâtisserie ou des potages’’.

Les journaux et les emballages des produits alimentaires proposent également des recettes adaptées. Une recette de Maïzena propose de préparer une omelette bien épaisse avec un seul œuf, un peu de lait et du saindoux auquel est ajoutée une grosse cuillère de maïzena. Encore faut-il trouver du lait…Des recettes s’échangent durant l’attente, souvent très longue, devant l’épicerie ou la boucherie. On s’enquiert de la préparation du ‘’pâté sans viande’’ dans laquelle ‘’un cube de ‘’Viandox’’ apporte, mélangé à la farine, à l’œuf et à l’eau, le goût du bœuf, si rare en ville.
https://www.dielette.fr/2017/03/20/trouver-de-quoi-manger-sous-loccupation-de-1940-1945/
.

Quid encore de ces jardins familiaux qui fleurissent actuellement sur les toits de Paris et dont un architecte de compétition rêve de couvrir Notre-Dame ? 

http://resistancerepublicaine.com/2019/05/07/une-serre-pour-les-personnes-en-difficulte-sur-le-toit-de-notre-dame-cest-tres-tendance/
 

Durant la guerre, les bombardements ennemis sur les axes de circulation routière (ponts) et ferroviaires (voies ferrées et gares) ainsi que la pénurie de carburants rendent difficile voire impossible l’acheminement des denrées entre régions et l’approvisionnement des villes. Les problèmes de ravitaillement s’intensifient à quelques semaines du débarquement en Normandie, quand les sabotages se multiplient. Dans les grandes villes, les balcons accueillent désormais poulaillers ou clapiers à lapins. Les carottes et les poireaux remplacent les géraniums dans les bacs à fleurs. À Paris, une partie des jardins des Tuileries, se transforme en potager collectif, tout comme l’hippodrome de Saint-Cloud et la cour du Louvre. En province, les grandes étendues de Sologne et de la Crau sont mises en culture. Le retour à la terre est préconisé.

https://www.dielette.fr/2017/03/20/trouver-de-quoi-manger-sous-loccupation-de-1940-1945/
.

Gageons que les Larcher et autres Szuba ont prévu de priver les Français d’origine, trop bien nourris, des aliments authentiques et savoureux, nourrissant bien, pour les réserver aux nouveaux occupants comme ils étaient réservés aux nazis.

La France doit donc apprendre à vivre en autarcie. Ce pays agricole et viticole devient le « garde-manger » du Reich. Les prélèvements de l’occupant atteignent 15 à 20% de la production agricole française. Les restrictions alimentaires vont s’intensifier jusqu’à la fin de la guerre, et même au-delà.
Les topinambours et les rutabagas se substituent à la pomme de terre, plus énergique et réservée en priorité aux soldats allemands.
Entre juin 1940 et juin 1944, l’armée allemande a emporté 2 845 000 tonnes de blé (soit la moitié d’une récolte annuelle) et presque autant d’avoine, 845 000 tonnes de viandes (soit plus que la consommation des 40 millions de Français pendant l’année 1941), 711 000 tonnes de pommes de terre, 220 millions d’œufs…
Les Français, qui espéraient que les problèmes de ravitaillement et les restrictions alimentaires disparaîtraient avec le dernier occupant, ont dû utiliser leurs tickets de rationnement jusqu’en 1949. Le premier et dernier aliment rationné sera le pain, si cher aux Français.
Les problèmes de ravitaillement se prolongeront, quant à eux, jusqu’en 1952…
.

Grâce au rationnement, les Français avaient accueilli avec gratitude l’aide américaine, offerte à condition que soient exportés en même temps les films américains véhiculant la société de consommation et le mode de vie américain… menant à la surconsommation.

La boucle est bouclée.
.

Je ne sais pas comment les différents intérêts qui se rencontraient jusqu’à présent vont pouvoir continuer à jouer ensemble contre les peuples… ils sont incompatibles.

On va se marrer, je vous dis. Ça va exploser de partout. Forcément. 

Oui, je sais que la perspective de mourir ou de faim ou égorgé par un djihadiste déguisé en migrant n’est pas géniale, mais plus ils en font plus ils contribuent à ce que tout cela explose.

 
 

Mathilde Szuba : «Il faut réguler politiquement l’ensemble de la consommation à des fins de justice»

L’enseignante-chercheuse Mathilde Szuba défend l’idée d’imposer le rationnement pour organiser le partage et protéger les plus fragiles.

Mathilde Szuba est maître de conférences en sciences politiques à Sciences-Po Lille et membre de l’institut Momentum, laboratoire d’idées français consacré aux enjeux de l’Anthropocène.

Vous travaillez sur la notion de rationnement. De quoi s’agit-il ?

C’est une réponse collective à la pénurie pour protéger les plus fragiles en organisant le partage, quand un produit de première nécessité vient à manquer. Rationner, cela veut dire empêcher certains de surconsommer pour s’assurer que tout le monde puisse en avoir un minimum. Ce n’est pas punir les gens en les privant, c’est s’assurer que chacun puisse avoir une quantité minimale d’un produit nécessaire. Pour cela, il faut forcément réguler l’ensemble de la consommation et la surconsommation. C’est une intervention du politique, donc du collectif, dans l’économie, à des fins de justice.

Vous auriez un exemple de rationnement mis en place

Dans la mémoire collective française, les histoires de rationnement les plus vives remontent à la Seconde Guerre mondiale. Ce fut une expérience très dure de privations pour la plupart, vécue comme injuste puisque la pénurie alimentaire était liée certes à l’effort de guerre qui concentrait les forces productives, mais aussi aux réquisitions organisées au profit de l’Allemagne. A la même période cependant, le rationnement est vécu en Grande-Bretagne comme un moyen de s’organiser collectivement pour faire face à l’ennemi allemand, on parle de «pulling together», l’idée de se serrer les coudes. Plus récemment, on en a un autre exemple au moment du choc pétrolier de 1973 avec le rationnement du pétrole aux Pays-Bas.

A Cuba, il y a un rationnement depuis les années 60 pour certains produits alimentaires de base : le sucre, le riz, les haricots et la viande peuvent s’acheter dans un magasin d’Etat avec un carnet qui donne droit à quelques kilos de ces produits à tarif subventionné. Pour en acheter plus, il faut aller sur le marché libre, où ce sera plus cher. Ce système permet de s’assurer que chacun a accès à un minimum de produits de base à des tarifs accessibles. Encore plus récemment, dans les années 90, des chercheurs britanniques ont conçu l’idée d’une carte carbone : chacun aurait une quantité limitée de crédits d’énergie pour ses pleins d’essence, ses billets d’avion, l’énergie de sa maison… Cela a été envisagé sérieusement au ministère de l’Environnement dans les années 2000, sous les gouvernements Blair et Brown. Il y a eu plusieurs études de faisabilité, mais la crise de 2008 a mis fin aux discussions.

On peut imaginer que de tels scénarios soient mis en place à l’avenir ?

Je m’intéresse à cette question car je considère qu’on va au-devant de situations de crises dans lesquelles on sera certainement très intéressés par ces possibilités d’organisation du partage. Que ce soit parce qu’on manquera de quelque chose, comme d’eau ou d’énergie, ou pour organiser volontairement l’autolimitation des consommations. En France, nous nous sommes engagés à diviser par quatre nos émissions de gaz à effet de serre, voire à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Bien sûr, le secteur économique est responsable de la plupart des émissions, mais un effort de réduction aussi conséquent ne pourra pas se faire sans que la population y contribue aussi. Alors comment va-t-on s’y prendre ?

Les politiques publiques doivent-elles s’organiser en fonction de la finitude des ressources ?

Je n’ai pas l’impression qu’il y ait des signes pour aller dans cette direction actuellement mais d’un point de vue écologique, ce serait essentiel. Il faudrait inscrire la finitude des ressources comme architecture de notre fonctionnement économique et social. On peut donc choisir de limiter l’utilisation des ressources pour anticiper et éviter les crises. Mais il est plus probable que la prochaine fois qu’on fera du rationnement, ce sera en catastrophe, en réaction à dans une crise énorme et pressante, et reconnue comme telle.

Vous dites qu’il faut «politiser l’enjeu du partage»…

La crise écologique est un problème de surconsommation des sociétés industrielles. Dans ce contexte, elle doit conduire à un partage des efforts d’autolimitation et de sobriété. On a bien compris la précarité énergétique, l’injustice que cela représente pour les plus fragiles. Mais les enjeux de justice, c’est aussi voir de l’autre côté du gradient ceux qui surconsomment de manière incontrôlée et font du tort à l’ensemble de la société. Or l’indicateur le plus prédictif des émissions de gaz à effet de serre d’une personne, c’est son revenu : plus les gens gagnent de l’argent, plus ils émettent des gaz à effet de serre. Politiser le partage, c’est se rendre compte que les politiques publiques ne doivent pas seulement protéger les plus faibles, mais aussi faire en sorte que les gros consommateurs soient limités dans leur consommation, car ce sont des dangers publics.

Ces limites imposées réveillent très vite le spectre d’une «dictature verte»…

La «dictature verte» est vraiment un fantasme. L’écologie est une des idéologies les plus attachées à la démocratie et ces décisions sont impossibles à prendre sans le consentement de la population. Par ailleurs, contrainte ne veut pas dire dictature : on accepte sans problème certaines contraintes, comme l’instruction obligatoire jusqu’à 16 ans, car on estime que c’est légitime pour le bien de la société. Il serait temps qu’on perçoive le climat comme un enjeu d’intérêt général et même de survie. Pendant une courte période de l’histoire, on a pris l’habitude d’être les rois du pétrole, donc il est certain qu’on va devoir passer par une période de sevrage.

Aurélie Delmas

https://www.liberation.fr/france/2019/07/29/mathilde-szuba-il-faut-reguler-politiquement-l-ensemble-de-la-consommation-a-des-fins-de-justice_1742756

 76 total views,  1 views today

image_pdf

22 Commentaires

  1. Il faut arrêter de pleurnicher et d’accuser les dirigeants, l’islam, migrants etc… les vrais coupables dans tout ça? et bien les français qui par leur insouciance, (tout va très bien Mme la marquise) leur lâcheté et inertie totale comme anésthésiés acceptent tout ça! et ça les envahisseurs, muzz etc… le savent très bien. Ce n’est pas une poignée de patriotes qui changeront les choses! la France est foutue, il faut être réaliste.

  2. La clef e tout cela, c’et la pression humaine ; la surpopulation.
    L’optimum pour la planète, c’est un milliards d’humains. Le maximum tolérable quatre milliards, mais nous sommes déjà plus de sept milliards et on prévoit un maximum à venir de trente milliards…
    L’Homme est un cheval fou, un nuisible, un destructeur.
    Il faut imposer une limitation stricte des naissances, surtout dans les pays les plus prolixes, donc dans les pays africains et plus encore chez les musulmans de toutes nationalités.
    Non seulement en cent ans – quatre générations – le problème serait entièrement résolu, mais beaucoup d’autres aussi…

  3. Un comble ces dégénérés viennent nous donner des leçons et conseils de rationnement , pendant ce temps ces pourri bouffent du homard , caviars et autre denrée a/plus de 600€ le plat , sa nous rappelle le régime de Vichy , ou le peuple était affamé et occupant nazi et les collabos étaient gavé …même régime actuellement les traitres dirigeants et collabos bouffent homard et caviars , et le peuple sera affamé. Il n’y a qu’une issue la même quant 1945, chasser occupant envahisseur , et neutraliser les traitres collabos.

  4. Ah j’adore cet article…
    J’espère qu’il va mettre un sacré coup de pied dans la fourmilière sordide qui ne sait même pas ce que veut dire se priver…
    J’aimerai qu’ils se retrouvent tous coincés quelque part, à ne pas pouvoir aller boire et manger même comme le Peuple, eh bien même pas comme le Peuple et plus comme ils le font d’ordinaire avec tout ce que le Peuple ne pourra jamais se payer…
    Pendant des années après mon mariage, je me privais pour que mes enfants aient à manger… et pourtant j’étais jeune, puisque maman à 20 ans pile… et le deuxième à 20 ans et 11 mois… alors les couches, le lait, les légumes pour bébés, l’eau en bouteille, les fruits, les yaourts et tout le reste… car les bébés grandissent vite et il faut bien les habiller… je tricotais, je cousais pour pouvoir joindre les deux bout… je mangeais une fois par jour, et bien souvent un peu de pâtes et rien d’autre…
    Alors ceux qui donnent des ordres et qui grossissent à vu d’oeil, feraient mieux d’apprendre à manger et pas comme des porcs…
    Je mesurai 1m66 et je pesais 48kg…
    Ces gens-là n’ont jamais su ce qu’était la faim… et ça n’était pas pendant la deuxième guerre mondiale… c’était de 1966 à 1973…
    Le jour où ces donneurs d’ordre sauront ce qui s’appelle apprendre à vivre, et l’auront vécu, j’essaierai de faire un effort pour les écouter…
    Il faudrait une immense grève en France, une grève totale… en bloquant tous les coins vitaux et surtout tous les coins où ils habitent pour qu’ils ne puissent plus manger, et surtout comme des porcs….!!!

  5. Il faut réguler politiquement l’ensemble de la consommation à des fins de justice!
    j’ai apporté une petite correction à la déclaration qui me parait plus juste .
    Il faut réguler l’ensemble de la consommation des politiques à des fins de justice .

  6. Bonjour . ATTENION :@ modérateurs ,@ Christine ,@anti islam… ceci n’est pas un commentaire , mais l’article de courrier international de janvier 2019 , sur les usa, trump et la création de la grande albanie. je vous reproduit l’article si dessous l’article .
    POUR TOUTS CEUX QUI FANTASME SUR TRUMP ET LES USA LISEZ CA !
    courrier international 24 au 30 janvier 2019 tirez du journal vecernjt list(extraits) de Zagreb .
    LE REVE DE LA GRANDE ALBANIE PREND FORME (NDR:sic)
    la suppression de la frontière entre le Kosovo et l’albanie pourrais être le premier pas vers l’unification de tous les albanais ethniques de la région .

    • Bonjour ,
      c’est l’introduction de l’article de Courrier International ! je ne sais pas si vous allez mettre le reste . comme je n’ai pas de scanner à disposition je vous l’ai tapé mots pour mots , tel que dans l’article .

  7. son nom (polonais) se prononce chouba
    hihi! chapeau bas devant une telle mégaconnerie
    sans doute une reminiscence du temps ou dans son pays d’ origine on ne bouffait pas toujours a sa faim sous les cocos

  8. Elle a raison Szuba, si on était rationné, on mangerait moins et on tirerait la chasse moins de fois, moins de papier toilette, donc une économie substantielle d’eau et de papier. Un point important qu’elle a oublié dans sa thèse à la fac. Et puis autre chose qu’elle a oublié, aussi important, si toutes les femmes se mettaient en bourqua, les hommes les violeront moins. Une amélioration nette des statistiques de la délinquance. Et puis il y a d’autres solutions encore pour sauver la planète, comme péter moins etc…..
    Je vais écrire à Castagnier.

  9. « se nourrir de rutabagas (espèce des gros navets destinés à la nourriture des animaux) et de boire l’amère chicorée en guise de café, ou, mieux encore, du café à base de glands…
    le rutabaga, alias navet jaune est un must dans le couscous tuniso-algérie de l’ est
    la chicorée, sous forme torréfiée, est tellement plus digeste dans le lait que le café, tout en lui donnant meilleur gout
    le café a base de gland est bien plus parfumé et digeste que celui de Mr Equitable
    précisons totefois qu il s’ agit d’ une variété de gland dite « Balloute » ou encore « Bellote » en espagne
    gros glands doux servant a nourrir les cochons en forets et les hommes au Maghreb, une fois réduits en poudre aprés torréfaction …………..et bien sur de café au gout etrange et bien parfumé
    votre serviteur a tâté des trois dans sa jeunesse

  10. Pour moi modeste retraité agriculteur je vit avec 830€ mensuel le rationnement existe depuis arrivée du lâche macron. Depuis son arrivée je suis imposable de la TH. , je n’ai pas de mutuelle , et pendant ce temps nos traitres dirigeants accueillent sournoisement les parasites migrants qui bénéficient prioritairement de toutes les aides sociales…..une honte personnellement je n’ai plus rien a perdre , alors a la rentrée je rejoins le peuple révolté a extrême les blacks blocs…même si je ne cautionne pas leur politique gauchiste ,je cautionne exclusivement leur lutte armée professionnalisme exemplaire dans les combats de rues. des septembre vous constaterez que le règne du dictateur est a sa fin ,et Que ces dégénérés vont payer cher leurs lâches traîtrises. Remercier macron il a obtenu sa guerre civile.

    • À Besançon, je vois tous les midis et tous les soirs les envahisseurs africains imposés par l’état s’installer dans un local pour aller manger gratis. Sinon, je les vois déambuler en ville, bien sapés avec Nike et smartphone. Pas de femmes ni d’enfants. Ils attendent la naturalisation et le regroupement familial…. Tout ça à nos frais

  11. Cette femme Mathilde Szuba vit du fantasme du rationnement énergétique alimentaire et carburant dans un genre de société camp de concentration dystopique. Elle ne remet pas en question la démographie déchaînée en Afrique et le jihad par la natalité. Elle n’a aucune proposition d’abondance civilisée et ne parle que de quantité sans discernement de qualité. Son raisonnement est justement pauvre en qualité, tout empreint de noirceur habillée des haillons de son politiquement correct immigrationniste et écologiste idéologique primaire. Son refrain: Rationner mais surtout pas penser intelligemment de façon à ne jamais arriver à cette extrémité.
    Pourtant la grandeur de l’Occident a été d’améliorer les conditions de vie. Cette Mathilde Szuba croit inventer le fil à couper le beurre en proposant la misère communiste comme plan de société. Avec les formules aliénantes, l’imposition politique « consentie » par le peuple. Aucun horizon d’abondance conquise en cohérence avec ce qu’on peut attendre d’une société aussi développée technologiquement et de conscience comme l’Occident.
    Le plan de cette femme est fataliste, esclavagiste et niais.

  12. Bravo, Christine, quelle analyse, quel coup du pied du bon sens et de la liberté au cul des dictateurs qui nous « gouvernent » – ou prétendent encore le faire.

  13. Pour moi, le rationnement c’est déjà aujourd’hui. Et ça pourrait empirer. je cultive mon jardin, et ce n’est pas si facile qu’on pourrait le croire. Rien n’est pire que de TOUT attendre de l’état , de l’industrie ou du commerce Pour ce qui est du « rationnement, outil convivial » … étrangement, les riches ne se rationnent pas eux (homard, caviar, champagne ….).

  14. « Mathilde Szuba : «Il faut réguler politiquement l’ensemble de la consommation à des fins de justice» ». L’histoire ne dit pas si elle mange des homards ?

  15. Cette frappadingue à même écrit une thèse sur le sujet :
    https://www.theses.fr/200642057
    que l’on peut consulter en pdf : https://www.theses.fr/2014PA010540/document
    Et un livre qui s’intitule : « Gouverner la décroissance – Politiques de l’Anthropocène III »
    (l’Anthropocène III est censée être une ère géologique pilotée par l’homme !)
    https://www.gibert.com/gouverner-la-decroissance-6736448.html
    dont l’un des chapitres est « Le rationnement, outil convivial »
    Son obsession vient de loin et pour l’arrêter dans son délire il va sans doute falloir se montrer un poil plus que viril.

  16. Etant donné les salaires et les retraites de misère, le rationnement a déjà commencé .Mais la seule chose qui n’est pas rationnée c’est l’importation de ces gens qui viennent vivre aux crochets de la France sans RIEN produire en retour et bouffer une grosse part de gâteau .
    Bien grasses ,les jolies black ,bien nourris , leurs enfants (ils ont du rab avec les assos une fois que l’ état les a pourvus du plus que nécessaire et puis ne rien faire c’est conserver une santé éblouissante ).
    Je vois de français blêmes et stressés qui se tuent au travail et des immigrés en pleine forme ,vacances à vie devant eux
    Bravo pour votre exposé mais erreur à la base : le rationnement a déjà commencé à cause des illégaux-migrants- faux réfugiés- ,regroupés familiaux- incrustés à vie dans un créneau illégal ,mendiants de toute sorte qui tous nous haïssent (faut-il le préciser ) .
    Et cela ,les français même idiots commencent à le comprendre .
    C’est même pigé 5 sur 5 .

    • Bonjour ,
      Oui ils nous haïssent c’est pour cela que je les appelle les HDF cad les
      Haines de La France .
      J’ai vécu au milieu d’eux et je vis à côté maintenant à défaut d’être très loin d’eux , en France il y en a partout c’est bien connu tout le monde n’a pas la chance de
      Salman Rushdie qui ne les voit plus .
      Leur mentalité est , je les ai côtoyés pendant longtemps à Marseille ce que je dis est un constat objectif :
      lIs ne sont pas aux commandes , ils n’ont pas encore les bons emplois et les professions libérales docteurs , spécialistes , avocats , et les postes de cadres dans l’administration qu’ils veulent pour leurs gosses .
      Ce ne sont pas tous des racailles ou des prostituées (és ) les familles sont pléthoriques , donc même s’il y en a qui zonent qui dealent qui parasitent , ce n’est pas le cas de tous les mahométans .
      Actuellement ce qu’ils sont majoritairement et heureusement car rien que comme cela on subit leur haine et leur jalousie socio-professionnelle , des employés tous secteurs , des secrétaires , voirie et bâtiment (liste non exhaustive ) .
      Plus leur obsession d’imposer l’islam et ses pratiques = mosquées nombreuses c’est le djihad avec ses zones de non-droit qui sont devenues des « bleds » où ils font leur loi qui est la charia .
      Ils ne parlent pas de République islamique mais ils font tout pour .
      Le Droit et les lois ils s’arrangent pour les contourner avec l’aide des politiques complices qui ne voient pas plus loin que leur réélection si ce n’est pas leur compte en banque .
      Les yeux les oreilles et le mental qui ne fonctionnent pas le peuple en paiera les conséquences de leurs votes pour les HDF via les politicards qui leur vendent la diversité et le vivre-ensemble à longueur de medias et de fake-news .
      La m…e qu’il y a en ce moment c’est à cause d’eux , les cons d’ecolos à la noix servent sans le vouloir les objectifs des musulmans .
      Donc la Greta on s’en contrefout .
      A ranger dans la catégorie islamo-collabo-mondialo danger toxique pour nous les démocrates et les laïques qui ne voulons pas être commandés puis détruits par les musulmans .

  17. Merci madame Tasin pour vos articles. Et surtout pour votre courage , la France va exploser. Sur un site du Dark hier j’ai lu que la rentrée va être sanglante , de nombreux groupes extrémistes français et étranger Blacks blocs , G J et autres…se mobilisent et préparent une rentrée sanglantes , a lire leurs commentaires sa fout les frissons certains son vraiment fêlés. cette fois les français n’auront pas que des véhicules ou commerces brûlés… Mais le combats va êtres sanglant .le dictateur voulait une guerre cette fois il aura . courage nous devons êtres solidaires pour survivre a ce conflit. .

Les commentaires sont fermés.