99 000 tonnes de boeuf à taux réduit vont déferler chez nous d’Amérique du Sud, merci Macron, merci l’UE !


99 000 tonnes de boeuf à taux réduit vont déferler chez nous d’Amérique du Sud, merci Macron, merci l’UE !

.

Le rouleau compresseur de la mondialisation avance inexorablement

 

Voilà, c’est fait ! L’Europe a signé l’accord avec le Marché commun d’Amérique du Sud, le Mercosur.
Aussitôt salué à coup de trompettes par Bruxelles, Junker ayant déclaré assez sobrement (pour une fois…) :
« Je mesure mes paroles avec soin car c’est un accord réellement historique » suivi de près par Macron qui a été un peu moins enthousiaste tout de même :
« Cet accord est bon à ce stade, il va dans la bonne direction, mais nous serons très vigilants »
Il va sans dire que le volet agricole plante le dernier clou dans le cercueil de nos éleveurs avec une importation taxée à un taux réduit de 99.000 tonnes de bœuf.

.

Même les godillots de la Macronie se sentent un peu gênés aux entournures. L’eurodéputé LREM Jérémy Decerle, ancien président des Jeunes Agriculteurs, interviewé sur France Info fait le grand écart. D’un côté, il ne veut pas cracher dans la soupe bien grasse qui lui est servie, d’un autre côté, il lui est quand même difficile de se montrer enthousiaste :
« On est en train d’examiner les tenants et les aboutissants de l’accord. Je ne peux pas vous dire qu’on a tout lu, qu’on a la réponse à toutes nos interrogations. On est encore dans l’analyse ».
Mais comme il ne doute pas de l’issue, il prend les devants :
« Ne vous inquiétez pas, il n’arrivera pas tant de produits que ça en Europe »

.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas vraiment d’incertitude. Les arguments des inévitables râleurs ne tiennent pas la route :

1- La mondialisation : Macron a déclaré à Davos : « La mondialisation connaît une crise majeure et ce défi requiert un effort énorme ». Tout sera vraisemblablement fait pour la préserver. Il est vrai qu’il s’agit d’une source constante d’enrichissement pour notre pays.

2- La démocratie : on apprend que le traité a été négocié en secret entre la Commission et le Mercosur. C’est-à-dire que des fonctionnaires sans jamais rendre compte à la moindre instance d’élus ont décidé seuls de ce qui est bon pour nous. Chapeau ! On progresse.
Et maintenant que le traité est signé, il reste une simple formalité : le faire accessoirement ratifier par les états membres.
Pourquoi s’encombrer d’inutiles débats ?

3- Le consommateur ? Bof ! On s’en fout. Le Brésil utilise toutes sortes de pesticides interdits en Europe, sans parler des hormones de croissance. Ce n’est pas un problème car comme l’affirme Jérémy Decerle quand il évoque la clause de sauvegarde qui « nous permettra de contrôler à l’arrivée, mais pourquoi pas aussi au départ ». Là, on est franchement rassurés. On a bien eu récemment un incident avec des steaks hachés trafiqués en Pologne, pays de l’UE. Mais rien à craindre au Brésil, pays modèle qui n’est surtout pas gangrené par la corruption.

4- L’écologie. : Le président brésilien a été très clair :
« Bolsonaro a dit qu’il voulait en finir avec les démarcations de terres indigènes. Mais il veut aussi ouvrir à l’exploitation minière et à l’agro-business de larges zones de l’Amazonie protégées pour des raisons environnementales »
L’agro-industrie brésilienne pourrait avoir le champ libre et continuer à détruire la forêt amazonienne.
Heureusement nous ne risquons rien. Notre président Macron n’a-t-il pas condamné « un capitalisme devenu fou » ? Il saura sans nul doute éviter tout excès.
Enfin Bruxelles l’annonce : L’UE et le Mercosur s’engagent aussi « à mettre en œuvre efficacement l’accord de Paris sur le climat ».
Là, on peut dormir tranquille, même si certains esprits chagrins iront objecter que cet accord n’est pas contraignant.

5- Nos paysans ? Ce n’est qu’un détail de toute cette histoire. Il en reste finalement si peu, et au rythme où ils se pendent…

 

Bref, le scénario est bien rôdé : « Dormez braves gens ! On s’occupe de tout »

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Jean-Marc Perrin

Epicurien, j’aime la randonnée, la chasse sous-marine et suis pilote d’ULM. Je suis un gros lecteur et un passionné de mon pays qui part à vau l'eau. Un de mes héros préférés est Vercingétorix pour cette parole : " La Gaule unie, formant une seule nation, animée d'un même esprit, peut défier l'univers".


15 thoughts on “99 000 tonnes de boeuf à taux réduit vont déferler chez nous d’Amérique du Sud, merci Macron, merci l’UE !

  1. Charles Martel 02Charles Martel 02

    Macron cette ordure et sa bande d’enfoirés nous montre à quel point il chie sur la France, sur ses agriculteurs qui bossent comme des malades sans pouvoir se payer un salaire et se suicident, sur les gilets jaunes, en bref sur toute la France. Il est président d’un pays dont il n’a rien à foutre et qu’il méprise au plus haut point, d’un pays qu’il détruit un peu plis chaque jour. La seule chose qui l’intéresse c’est ses copains banquiers et grands patrons du CAC 40 qui doivent très bien le récompenser pour ses trahisons multiples, le reste il ne connait pas et ne veut pas connaitre. Mais comment se fait il qu’il y ait encore des français qui votent pour cet abject fossoyeur !!

  2. Olivia BlancheOlivia Blanche

    NON, on ne peut pas à la fois, sur RR traiter de CONS et autres insultes ordurières – les écologistes et/ou ceux qui se préoccupent de l’environnement, et s’indigner envers les scandales qu’ils dénoncent à longueur de décennies, quand, soudain, on se sent concerné…

    Car : les poullaillers concentrationnaires, les traités internationaux, la mal-bouffe et le glyphosate dans vos assiettes et autres poisons, la pêche électrique qui tue les poissons et la pêche artisanale, etc, ce sont, aussi, les combats des Amis de la Terre, de Claire Nouvian et Cie !

    1. jean-Marc Perrinjean-Marc Perrin

      Chère Olivia !
      Je suis un peu attristé par vos commentaires sur mon article, et j’aurais aimé vous communiquer mon opinion :
      Tout d’abord, je n’ai jamais traité de cons ni d’aucun autre terme ordurier ni les écolos en général ni Nouvian/Caron en particulier. En effet, je n’aime guère les propose vulgaires.
      Ensuite, je peux très bien être d’accord globalement avec les écolos mais rejeter vivement certains points de leurs analyse. C’est d’ailleurs le cas. Je suis profondément écolo mais je rejette totalement la fable de l’origine anthropique du réchauffement climatique. C’est l’arbre qui cache la forêt.
      D’une manière générale d’ailleurs je regrette la qualité des débat actuels : les opposants rejettent en bloc les thèses adverses ce qui est très dommage. Ça fait du spectacle sur les plateaux télé, mais on n’avance pas.
      Bien cordialement,
      Jean-Marc

  3. AvatarJean michel

    La juste punition pour les éleveurs français qui on voté majoritairement le dictateur macron, cet comme pour les retraités qu’ils ce plaignent des pertes financières subies, eux aussi sont les bon électeurs du dictateur, on récolte toujours ce ce qu’on sème… Dans notre famille nous je mangeons plus de viande depuis 10 ans celle ci ne nous manque pas…’au contraire on s’en porte mieux.. Et les éleveurs français ont cas se convertir a agriculture céréale. bien plus rentable .mon beau frère la fait il a arrêtée élevage de vache depuis 8 ans ,et il est devenus céréalier , il. Vit désormais confortablement avec des vacances saisonnières qui auparavant il ne pouvait le faire.

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      D’accord avec la première partie de votre commentaire, les français sont malheureusement des veaux qui continuent à voter, on se demande pourquoi, pour un dictateur qui les enterre. Par contre, en terme de choix alimentaire chacun fait comme il le veut et moi je mange de la viande mais je n’achète pas celle-ci n’importe où et je m’assure de manger de la viande produite et élevée en France, ça demande un certain effort mais c’est possible.
      Pour ce qui est de la reconversion d’un éleveur en céréalier, encore faut il que la nature de ses terres lui permettent de le faire, ce n’est pas toujours évident et je pense qu’un éleveur de bétail qui essaie de bien faire son travail mérite tout autant de respect et le droit de vivre de son travail qu’un céréalier. Et dites vous bien que les céréaliers, même si aujourd’hui leur condition semble un peu plus confortable, ne seront pas épargnés par la vague mondialiste sur laquelle surfe ce salopard de Macron et ils se retrouveront très vite à devoir faire face à une concurrence déloyale canadienne, américaine, indienne, chinoise ou de la part de je ne sais quels pays du globe qui exploiteront la main d’œuvre et feront bosser des enfants..

  4. AvatarAlexcendre 62

    En général ceux qui votent mal pleurent avant les trois mois qui suivent cela fait dès années et dès années que je fait ce constat ! si je n’étais pas dans le même bateau je dirais bien fait pour vos gueules ! malheureusement nous aussi nous subissons les choix de ces sans cervelle et moi je n’ai pas de tracteur pour bloquer les routes .Désolé d’en arriver là mais après les dernières élections Européennes j’ai envie de dire a tous ces pleureuses débrouillez vous chacun sa merde . La prochaine fois soyez plus malignes et plus courageuses si il n’est pas trop tard mais a la vitesse où vont les choses j’ai un doute . Il y aurait long a dire a tous ceux qui ont voulu l’Europe mais cela ne servirait a rien car ce projet ne peut plus s’inscrire dans la solution de la décroissance équilibrée capable de nous limiter la misère qui s’annonce pour une partie importante de la population car rien ne sera lâché par ce monde d’égoïstes aveuglés par le toujours plus de pouvoir et toujours plus de fric .

  5. AvatarVent d'Est, Vent d'Ouest

    « On » n’a pas tout lu, « on » n’a pas la réponse à toutes nos questions », « on » est ENCORE dans l’analyse…

    Et ON a quand même signé un accord qui engage tout un peuple ?

    Si cela n’est pas de l »inconscience criminelle, je ne sais pas comment la qualifier !

    Voilà donc les zélites que des décérébrés ont mis au pouvoir. Tous les jours que Dieu fait ils nous concoctent de nouvelles aberrations chromatiques ! Nous le savions déjà mais le savoir n’efface pas leurs débilités plus graves les unes que les autres, en surenchère permanente !

    1. Charles Martel 02Charles Martel 02

      Mais bien sûr qu’ils ont tout lu et bien sûr qu’ils savent très bien à quoi mènera leur folie, mais ils n’en ont rien a foutre si des agriculteurs se suicident, ils ont certainement dû y trouver leur intérêt je n’en doute pas. Le fait est qu’ils nous prennent pour des cons et essaient de nous faire croire qu’ils sont « gentils « et soucieux de l’avenir de nos agris.. Tu parles

  6. Avatardurandurand

    Bienvenue à la barbaque dopée aux antibiotiques et aux hormones , boycottons cette barbaque , et au faîtes c’est bizarre nous les entendons pas se prononcés sur les conséquences que cela va avoir sur le réchauffement climatique , dont ils nous cassent les couilles à longueur de semaine , et là bizarre silence radio C’est salopards nous enfumes avec leur réchauffement climatique , obligeant le français moyen a se débarrasser de son vieux diesel .Mais la pour importer de la carne brésilienne ça ne jouera pas sur le taux carbone au km , enfoirés comme le dirait feu Coluche .

  7. AvatarJolly Rodgers

    voilà pourquoi il faut consommer local , aller directement chez le petit producteur du coin , plutôt que dans les grandes surfaces .
    il faut agir localement contre la mondialisation , voilà pourquoi je le dit et le redit encore et toujours le régionalisme est une bonne chose pour la France , car c’est dans chaque régions de France que nous devons engager la résistance aussi bien contre l’islamisation que contre la mondialisation et la mal bouffe . résister contre le bétonnage a outrance de notre terroirs , contre la gentryfication bobïsante , contre le tourisme de masse , contre la construction des zones commerciales , des autoroutes et des lgv …. savez vous que chaques années en France c’est des milliers d’hectares de terres agricoles et de campagnes qu’ils bétonnes . soutenons nos petit paysan locaux (les vrais , pas les néo ruraux bobos ) .

  8. Avatardenise

    tout à fait , il faut faire de la résistance à cette malbouffe ! aller chez les petits producteurs , il faut tout de même les rapprocher des villes, je vois mal une mère de famille faire, après son boulot et pris ses enfants à l’école, des kms ! et surtout faire de l’information , car il y a pas longtemps on m’a demandé ce qu’était des LBD !! je crois que certaines personnes ne vivent pas sur la même planète ! donc il y a une organisation et de l’info a avoir !

Comments are closed.