L’ignoble Macron dépèce la France : la Moselle « eurodépartement » !!!!


L’ignoble Macron dépèce la France : la Moselle « eurodépartement » !!!!

Dans la lignée du Traité d’Aix-la-Chapelle, voici que la Moselle vient de se proclamer eurodépartement. Ils voulaient nous imposer l’Europe des régions, il y a des réticences ? Qu’à cela ne tienne, on va dépecer déjà des départements, qui ne seront plus vraiment français, un peu allemands mais surtout européens. D’autres règles, d’autres lois… Adieu la France/la République une et indivisible.

Nos grands-pères et arrière-grands-pères morts à Verdun sont morts pour cette trahison suprême un siècle plus tard. Trahison par un Français…

Tout ça pour ça ? C’est un cauchemar.

A gerber. Quand est-ce qu’on juge Macron pour avoir pactisé avec l’ennemi et lui avoir livré des pans entiers de notre territoire ?

 

Le département de la Moselle veut profiter de la brèche qu’ouvrira fin juin, la future révision constitutionnelle, créant un droit à la différenciation. Elle a déjà déposé la marque pour affirmer sa singularité frontalière.

L’Eurodépartement n’existait pas, la Moselle l’a inventé ! Non content d’en avoir déposé cette marque territoriale, le département vient de voter à l’unanimité, le 9 mai, son intention de concrétiser ce concept, en se saisissant de la brèche ouverte par la future révision constitutionnelle. Considérée comme « historique » par Patrick Weiten, président du Conseil départemental de la Moselle, et Stephan Toscani, président du Landtag de Sarre, la démarche vise surtout à relancer une coopération transfrontalière

engluée.

Bordée par la Sarre, la Rhénanie-Palatinat et le Luxembourg, la Moselle compte 100.000 travailleurs frontaliers et s’inscrit dans un espace économique et culturel en bonne partie commun. Le département veut réclamer de nouvelles compétences pour débloquer la mobilité, renforcer leur attractivité et simplifier les échanges quotidiens. « Nous voulons faire de notre espace transfrontalier un modèle de référence de la coopération franco-allemande de proximité », résume Patrick Weiten.

Fenêtre de tir avec la réforme constitutionnelle

La réforme des institutions, qui doit être présentée au Conseil des ministres fin juin début juillet, devrait attribuer des compétences spécifiques aux collectivités revendiquant un « droit à la différentiation ». Le traité d’Aix-la-Chapelle signé le 22 janvier par Emmanuel Macron et Angela Merkel esquisse, quant à lui, de nouvelles formes de gouvernance binationale.

La Moselle n’a pas attendu ces réformes pour coopérer. Elle pilote depuis 2016 le plus grand projet transfrontalier d’Europe, Sesam’GR, qui mobilise 7 millions d’euros pour développer le bilinguisme et l’interculturalité. Une extension de ses compétences lui permettrait de contractualiser des partenariats avec l’Education nationale.

En matière de formation et d’insertion, les échanges restent extrêmement compliqués, tant les systèmes éducatifs et sociaux diffèrent. La Moselle espère pouvoir sélectionner des bénéficiaires du RSA pour intégrer des formations organisées par le Conseil régional du Grand Est ou leur proposer des stages dans des entreprises de Rhénanie-Palatinat. En matière de protection civile, la Sarre, la Moselle et le Luxembourg étudient la normalisation des équipements et des schémas d’intervention des pompiers. La Moselle voudrait aussi englober dans une « bulle juridique » la gestion du parc archéologique européen Bliesbruck-Reinheim et cogérer avec la Sarre les vestiges d’une culture commune remontant à l’Âge du bronze.

L’Alsace sur les mêmes thématiques

Plus délicate, la question de l’ecotaxe s’inscrit dans un contexte régional tendu. La Collectivité européenne d’Alsace, dont le Sénat a acté la constitution en avril dernier, détiendra à titre expérimental la faculté d’instaurer une taxe sur les véhicules de 3,5 tonnes empruntant son territoire. La Moselle et la Meurthe-et-Moselle craignent de voir les poids lourds se reporter sur leur réseau départemental.

La Moselle n’est pas la première collectivité à réclamer des compétences transfrontalières. La Collectivité européenne d’Alsace se positionne sur les mêmes thématiques, en réclamant de surcroît un statut nouveau réunissant les compétences du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. « Le gouvernement semble enclin à accepter une décentralisation adaptée au contexte local. Mais cette différenciation ‘cousue main ‘ risque de creuser les inégalités territoriales et de réveiller les régionalismes au détriment de l’intérêt commun », prévient Benjamin Morel, docteur en sciences politiques. En Moselle, aucun courant identitaire ne demande à quitter la région Grand Est et l’Eurodépartement ne suppose pas de changement de statut. Il lui reste à traduire dans les faits ce nouvel intitulé.

Pascale Braun (Correspondante à Metz)

https://www.lesechos.fr/pme-regions/grand-est/la-moselle-se-proclame-eurodepartement-1025917

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


27 thoughts on “L’ignoble Macron dépèce la France : la Moselle « eurodépartement » !!!!

  1. AvatarMachinchose

    https://www.vivastreet.com/animaux-vente/herry-18140/disponibles-animaux-de-ferme-nains-moutons–ch-vres–cochons/191276069

    a 10 euros le goret, j’ en achète 10, , pour 100 euros

    5 males et 5 femelles

    je les lache dans le bois de …. ou la foret de ………..

    rien que pour faire chier les Kivoussavé !!

    et faut pas s’ aviser de filer un coup de pied a un cochon adulte…il peut t’ arracher une bonne livre de viande de ta jambe….quand on sait la dentition du bestiau…

    il en manque enormément dans le bois de Vincennes et le bois de Boulogne…

    1. AvatarFomalo

      Bravo! Mais c’est encore trop parisien les bois de Boulogne et Vincennes. Un lâcher vers Moolenbeck , la Sarre, le Luxembourg, le Palatinat, nous pouvons nous cotiser: avant de prévenir les écolos. Les loups c’est pas mal non plus!

  2. Avatardurandurand

    Ne soyons pas étonné de la part de ce traître de l’udi , qui s’assoie joyeusement sur la constitution française , ce trou du cul se croit au-dessus de toutes les lois , ce pourri mérite le gibet et laissé pendu quelques temps pour bien montrer ce qui attend à ceux qui veulent nous trahir !

  3. AvatarRestif89

    En juin 1940 les allemands mettaient les alsaciens et les lorrains (la Moselle partie « germanique » pour les allemands) à part des autres prisonniers de guerre français.Un lorrain prisonnier avec mon grand père lui traduisait ce que leur disant les boches tout en lui donnant à lui et à d’autres des morceaux de la tablette de chocolat que distribuer les soldats allemands en lui disant que c’était vraiment des cons. Les lorrains et la plupart des alsaciens les méprisaient mais malheureusement il y avait un alsacien, à coté de mon grand père, qui parlait en allemand avec entrain aux vainqueurs mon grand père lui demanda ce qu’il disait ,l’alsacien le visage fermé se retourna avec un grand sourire vers les allemands et garda la ration allemande pour lui.Il avait toujours l’uniforme français mais il était déjà changé de camps. C’était le 12 juin 1940. Un souvenir de mon grand père 2me classe dans le 89eme RI 16eme DI.

  4. AvatarLangevin

    Organiser un complot pour destituer Macron serait de la légitime défense; afin de sauver le peuple de France, menacé par l’ennemi qu’il importe dans notre pays, en lui accordant tous les avantages à nos frais.

  5. AvatarJean SCHOVING

    Macron n’a rien inventé, pire encore il se rallie aux théories du nazisme, puisque la Moselle a été rattachée à l’empire millénaire allemand en 1941 par décision du Gauleiter Bürckel pour former la Westmark (Marches de l’Ouest) avec la Sarre et le Palatinat, l’Alsace étant rattachée à la Région du Rhin Supérieur (Oberrhein). J’en sais quelque chose puisque j »y suis né en septembre 1944 et que mon père y a été condamné à mort et exécuté par le autorités françaises à Metz en juillet 1947 pour intelligences avec l’ennemi. Si c’est ainsi, je vais demander réparation à l’Etat français pour préjudice moral, car mon père a eu la même position que Macron 70 ans avant lui ! .Ou alors qu’on lui réserve le même sort qu’à mon père. Je suis écoeuré.

  6. AvatarJean-Louis

    Cela fait un moment que cela me démange.
    Votre centralisme est mal vu dans les régions frontalières.
    Je vous rappelle que les Alsaciens et les Mosellans sont géographiquement plus proches des Suisses, des Badois, des Palatins ou des Sarrois que des Normands, Basques ou Occitants.
    Depuis, de multiples collaborations entre ces régions frontalières ont vu le jour, ce qui nécessite une certaine harmonisation.
    Des Allemands peuvent désormais se faire soigner dans des hôpitaux français proches de la frontière et des insuffisant rénaux peuvent se faire dialyser en Allemagne. Les services de secours peuvent intervenir par delà la frontière et des formations professionnelles peuvent se faire chez nos voisins.
    Sans oublier que des milliers d’Alsaciens et de Mosellans gagnent bien leur vie en Allemagne, Suisse ou au Luxembourg où le chômage est au plus bas.

    Cela n’a rien à voir avec le fait que chaque pays doit être maître de ses frontières et de son destin.
    Alors, votre centralisme, on s’en torche !

    1. Amélie PoulainAmélie Poulain

      Oui @jean-louis, on connait ça… J’ai de la famille près des frontières Suisses et beaucoup font des aller-retours soit pour le travail, les courses…. selon les avantages proposés par l’autre pays.

      Vous dites :

      « Cela n’a rien à voir avec le fait que chaque pays doit être maître de ses frontières et de son destin »…

      Vous oubliez une chose, c’est que si « harmonisation » il y a, à long terme vos « avantages » risquent de disparaitre vu que les pays concernés perdront leur identité propre dans ces régions. Personne ne peut dire non plus jusqu’où cela ira….

      Que vous vous « torchiez » du centralisme comme vous dites ne m’étonne pas, c’est humainement courant de vouloir le beurre et l’argent du beurre et actuellement, c’est la satisfaction immédiate qui compte. Cependant, cela risque peut-être aussi de changer dans l’immédiat avec les nouveaux projets…

    2. AvatarC.L.U.

      Vous n’avez vraiment RIEN compris, mon pauvre Jean-Louis.
      Mais ça ne sert à rien d’essayer de vous expliquer. Vous ne voulez pas comprendre. Les gens comme vous sont désespérants.

    3. AvatarRené

      Et bien va te prostituer en allemagne, en suisse et au luxembourg où tu gagneras un meilleur salaire mais où tu seras aussi le premier qu’on lourdera quand ça ira moins bien et toujours un con de Français, à qui on dit bonjour parce qu’il faut bien mais qu’au fond de soi-même on méprise.
      Le « centralisme » – qui soit dit en passant n’a rien à voir là-dedans – te dérange ? et bien tu goûteras à l’Europe allemande avant de bouffer la mondialisation !
      Et puisses-tu en crever d’indigestion, c’est tout ce que je te souhaite !

  7. AvatarMalou30

    Désolé mais les français n’ont plus rien dans le pantalon , cela va aller de plus en plus mal , il n’a pas finit de nous faire ch….r jusqu’à, peut être un sursaut du peuple …et là ça va faire mal ! !

  8. Avatardurandurand

    @ Jean-Louis , cela peut se faire sans pour autant s’asseoir sur la Constitution , (qui pour le moment n’a pas été révisée )comme le fait actuellement le président du conseil général de la Moselle .

  9. SarisseSarisse

    Je ne partage pas le centralisme de Madame Tasin que je respecte, mais je suis anti-islam, voilà ce qui m’éloigne de RR et voici ce qui m’en rapproche.
    Je préfère un breton bretonnant ou un alsacien qui maintien sa culture sans pour autant être hostile à la France à la clique des bobos parisiens ou lyonnais déjà soumis au seul envahisseur qui nous mettra tous d’accord si nous n’y prenons garde.
    Allez en Soule où les pastorales sont intégralement jouées en basque soulétin, eh bien certaines évoquent le conquérant sarrazin comme il faut qu’on en parle: en ennemi destructeur de nos identités.
    Et hors de France tout en y étant un peu par son co-prince président, l’hymne d’Andorre est en catalan et rend hommage à Charlemagne qui les a sauvé…des arabes, c’est sans équivoque.
    Nous avons tous des désaccords(jacobins, girondins, républicains, royalistes, régionalistes,croyants, agnostiques ou athées) et c’est notre droit, mais s’il en est un qui nous mettra tous d’accord si nous ne réagissons pas, c’est l’islam!

    1. Amélie PoulainAmélie Poulain

      @Sarisse

      Oui c’est toute la question de l’identité et des racines je suis pour leur respect et c’est important de les préserver.

      Cependant ce que je n’aime pas c’est cette mentalité de certains (je vois que ce n’est pas votre position, je ne dis pas cela pour vous) de profiter des avantages d’être unis à la France en la rejetant indifférent à son avenir. Le beurre et l’argent du beurre toujours….

      II faut aller jusqu’au bout de ses idées et là, demander son indépendance ou choisir le pays qui aurait plus d’avantages, question de respect, on ne peut pas tout avoir et il faut savoir ce que l’on veut….. Mais après, il faut assumer … et ça, ce n’est pas gagné.

      C’est exactement comme certains Africains qui crachent sur la France alors qu’ils y vivent et en profitent mais refusent de retourner vivre en Afrique qu’ils revendiquent pourtant comme le berceau duquel on les aurait arrachés.

      On peut être et se sentir Français, défendre la France dans son unité identitaire, tout en préservant les racines qui nous ont construits. Question de respect et d’honneur.

  10. AvatarJ

    Voté à l’unanimité ? Qui ? Les Mosellans ou ceux qui les gouvernent ? Alors, maintenant, osez dire que c’était une « fake new » quand on disait que ce traité à la con allait nous déposséder encore plus de notre souveraineté.

  11. SarisseSarisse

    On peut être corse et français comme un certain Bonaparte, alsacien et français comme un certain Kléber , ils parlaient mal français au départ , mais au moins ils ne se trompaient pas de drapeau (même s’ils ont d’abord commencé en réprimant d’autres français, royalistes ceux-là), il n’y a pas d’opposition ni de schizophrénie à être identitaire sur plusieurs niveaux.
    Face à l’islamisation , toutes les identités, régionales, nationales, ethniques et civiques (car la charia ne fait pas le citoyen)non musulmanes sont menacées.
    Si ça tourne mal à Paris, je me battrai pour mon territoire à flanc de Pyrénées.
    N’oublions jamais qu’un pays perdu peut être reconquis par sa périphérie tout comme la Reconquista espagnole qui commence non chez les castillans mais chez les basques et les asturiens, surtout ces derniers, victorueux à Covadonga.
    Il y eut un serment de Koufra quand Paris était dans les fers.
    Je ne crois pas à la disparition ni de nos régions, ni de la France.
    Mais nous allons probablement beaucoup souffrir.

  12. Avatarinconnue

    chaque jour apporte, avec ce macron, une traîrise, il n’est pas le président de la France, il est le traître de la France, notre pays ne lui appartient pas ainsi que le peuple français, nous ne sommes pas de la marchandise et la France non plus, que fait-on à des traîtres ….je vous laisse le choix d’en déduire

  13. AvatarJolly Rodgers

    des régions avec des fortes identités locales , des savoirs faires ataviques dans une nation forte. voilà ce qui fait la beauté de la France ! respecter les particularités de ses régions ne signifie pas ne plus être français , bien au contraire !
    des chefs lieux dans chaque régions pour ne pas être inféodé a Paris , mais sans pour autant ne plus être français . nos régions doivent rester française et la France ne devrait pas tourner autour de Paris . en effet le parisianisme est pénible , et je tient a rappelé que la première capitale de France ça a été Lyon 1ere capitale des gaulle . avec les parisiens on a toujours le sentiment d’être un paysan , ho les parigots je vous signale que Marseille , Lille , Rennes , Montpellier , Toulouse , Brest , Nimes ………. sont des villes et leurs habitants ne sont pas des incultes . dans les années 80’s et 90’s les deux villes les plus rock de France c’étaient Rennes et Montpellier et pourtant en lisant rock & folck , il y’en avaient que pour Paris . 1er groupe punk français en 1976 c’était les DOGS et ils étaient de Rouen !
    pour en revenir a l’article , le gouvernement est en train de vendre nos région a l’Europe et les régions ne doivent pas tomber dans le piège catalan . êtes vous au courant du projet pour l’Occitanie , ils veulent en faire une californie européenne , c’est a dire qu’ils vont vendre cette région de France a l’Europe et elle vas devenir un lieu de résidence pour les milliardaires et classes aisés de toute l’Europe (lus dans courrier international il y’a 3 ou 4 ans) (sic) .
    alors restons français , restons Gaulois , sortons de l’Europe !

  14. HopliteHoplite

    Donc on refile la Normandie aux anglais, le Roussillon à la Catalogne et le pays basque… aux espagnols, pardon aux basques espagnols, Marseille à l’algerie (Non ça c’est déjà fait) Nice et la Corse aux italiens, bon voyons, reste quoi de la fronce ?

  15. AvatarDorylée

     » Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine / Et, malgré vous, nous resterons Français… » chantaient nos poilus de 14 dont 1 700 000 sont morts et 4 266 000 ont été blessés pour que cela n’arrive pas. Ils ne se doutaient pas que 101 ans plus tard, alors qu’on commémore les combats du débarquement de juin 44 contre les mêmes, un traître jetterait aux orties les idéaux pour lesquels ils se sont battus et  » germaniserait la plaine  » …

  16. Richard MilRichard Mil

    Les régions sont comme des légions ou des organismes vivants : elles naissent, évoluent et parfois meurent… Il est évident que la Moselle est sujette à force centripète la dirigeant vers certaines entités économiques allemandes à forte dynamique. Il n’y a rien de maléfique à cela, bien imprudent celui qui montrerait du doigt les « expats » frontaliers. Plutôt que de focaliser la « perte d’identité nationale » sur le flux outre-Rhin, il vaudrait mieux la cibler sur le flux outre-Tombe incarné par les zombies mahométans. Quand on est patriote français ou allemand, on se doit de voir son voisin comme le miroir de soi-même. La plupart d’entre vous méprisent sans doute Macron et Merkel mais quel Poilu n’aurait rêvé, du plus profond du cauchemar de Verdun, de voir Président français et Chancelier allemand y aller au coude-à-coude ? Pour ma part, j’ai toujours été écœuré de voir Français et Allemands sur un champ de bataille car ces deux nations sont tout simplement les meilleures au monde. Bref, ne nous trompons pas de cible. L’humour « casque à pointe » est sans doute très drôle, j’ai moi-même vu et revu La Grande Vadrouille cent fois, mais il doit rester dans le registre des images d’Épinal, charmante cité à un jet de pierre de l’explosive Bavière, ach so!

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Mais si Richard il y a maléfice et maldonne. C’est monstrueux, c’est la remise en cause de la République une et indivisible, de la France une et indivisible. On n’a aucune raison de partager des parcelles de notre territoire avec des Allemands. ON est français, pas allemands, pas franco-allemands. Et les poilus auraient été horrifiés de voir leurs dirigeants manger dans la main des Allemands qui veulent transformer notre pays en régions pour le faire disparaître

    2. Amélie PoulainAmélie Poulain

      « Quand on est patriote français ou allemand, on se doit de voir son voisin comme le miroir de soi-même »

      Eh non…. J’ai une amie allemande qui me parlait hier de la différence culturelle, elle est mariée avec un Français et montrait les incompréhensions qui pouvait en résulter dans son couple.

      Encore en Allemagne depuis peu pour une visite (où ça va très mal entre parenthèse, elle était aussi remontée que nous), elle dit avoir encore constaté les écarts avec la manière de penser et de voir le monde et les relations, des deux nations.

      Alors que dire pour ceux qui ont des valeurs et représentations du monde totalement inversées de celles de l’Europe….

Comments are closed.