Européennes : débat entre RN, Verts et Génération.s au Parlement européen

A deux mois des élections européennes (23-26 mai), Toute l’Europe reçoit trois eurodéputés candidats à leur réélection sur son plateau au cœur du Parlement européen de Strasbourg :

Joëlle Mélin, 6e de liste pour le Rassemblement national ;

Karima Delli, 6e de liste pour Europe Ecologie-Les Verts ;

Guillaume Balas, 3e sur la liste Génération.s.

 

DURÉE : 48mn 01s

J’ai adoré le regard de Mme Karima Delli lors de la présentation de Mme Joëlle Mellin (RN) ; j’ai adoré sa parenthèse pour dire que le mouvement des gilets jaunes ne semble être que l’affaire des jeunes ; j’ai adoré l’affirmation qui motive son engagement chez les Verts de Mme Karima Delli : apparemment on subit, surtout en France et en Europe un climat catastrophique ; j’ai adoré la capacité de Mme Karima Delli à écouter et surtout, surtout : l’autorisation qu’elle accorde à Mme Joëlle Mélin (RN) de parler ponctuée par des : « allez-y ! » Dans la même veine, lors de sa présentation Mme Karima Delli a mis en avant le premier soucis de démocratie du parti qu’elle représente EELV ; et on remarquera donc son regard haineux ainsi que le respect de l’opinion et de la parole de Mme Joëlle Mélin et des Nationalistes. Quant à monsieur Guillaume Balas liste Génération.s ; j’ai adoré également le fait qu’il représente la liste du second traitre aux Grecs et à la Grèce lors de la période Tsipras et de la crise Grecque de 2008…

Tous trois sont des eurodéputés assidus et des spécialistes des questions sociales et environnementales. Ils se côtoient depuis cinq ans au Parlement européen et ont répondu présent à l’invitation de Toute l’Europe. Pendant 45 minutes, Joëlle Mélin (RN), Karima Delli (EELV) et Guillaume Balas (Génération.s) ont confronté leurs programmes et visions de l’Europe.

Sur les droits sociaux d’abord, première préoccupation des électeurs français d’après le dernier « Parlemètre », sondage réalisé dans toute l’UE par l’institut Kantar à la demande du Parlement européen. Puis sur les questions migratoires, sujet qui compte le plus pour les militants du Rassemblement national. Et enfin sur l’environnement et la lutte contre le changement climatique, qui s’annoncent également comme des thèmes incontournables de ce scrutin européen, aussi bien après le succès de la grande marche pour le climat qu’au regard du ralliement de personnalités écologistes à la liste de La République en marche.

Quels projets ?
Pour Joëlle Mélin, une « démarche lucide » est nécessaire. Comme le répète le Rassemblement national, l’Union européenne est une « machine beaucoup trop lourde, compliquée et technocratique », explique-t-elle. Par conséquent, les cinq années à venir doivent permettre de repartir sur des « fondamentaux » avec une coopération entre des peuples « souverains et libres de leurs choix politiques ».

L’Europe peut au contraire constituer un « formidable instrument de progrès social, écologique et démocratique », estime Guillaume Balas. Mais à la condition d’une reconquête par les citoyens européens, comme le prône Génération.s. Car l’UE « a été captée par les plus puissants économiquement », générant « dérégulation sociale », « inaction climatique » et donc « ressentiment » chez les Européens.

« Je crois qu’il est grand temps de relancer le rêve européen », plaide quant à elle Karima Delli. Et cela passe nécessairement par la « bataille du climat », au cœur du programme d’Europe Ecologie-Les Verts. C’est à partir de là que toutes les autres crises, dont celle de l’emploi, pourraient être résolues. Nous sommes aujourd’hui « réveillés par une jeunesse » qui nous demande « d’agir », ajoute-t-elle.

 124 total views,  1 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. -« Quant à monsieur Guillaume Balas liste Génération.s ; j’ai adoré également le fait qu’il représente la liste du second traitre aux Grecs et à la Grèce lors de la période Tsipras et de la crise Grecque de 2008… »-

    C’était l’info en relation, très étonnante, que je voulais donner et dont j’avais oublié le nom du personnage principal. Il s’agit de Yanis VAROUFAKIS;
    ________________________________________________

    Le Grec Yanis Varoufakis conduira une liste aux européennes… EN ALLEMAGNE
    :::: https://info-nations.eu/le-grec-yanis-varoufakis-conduira-une-liste-aux-europeennes-en-allemagne/
    29/11/2018

    Le très médiatique ancien ministre des Finances du gouvernement d’Alexis Tsipras revient sur le devant de la scène politique européenne. Non pas depuis Athènes mais depuis Berlin. D’où il conduira une liste « progressiste » et « antiraciste » aux élections européennes de mai prochain.

    L’économiste grec Yanis Varoufakis, désormais à la tête de DiEM25(Mouvement pour la démocratie en Europe 2025), fondé début 2016, sera tête de liste aux élections européennes en Allemagne. Pourquoi en Allemagne ? Parce qu’elle est « la locomotive de l’Europe ». C’est du moins ce qu’il a expliqué dans un entretien accordé à l’Agence Europe, où il explique qu’il faut « surmonter les divisions nationales », car :

    « La lutte n’est pas entre la France et l’Allemagne, entre le Nord et le Sud, entre l’Est et l’Ouest, mais entre les forces progressistes et autoritaires, qu’elles soient de l’establishment ou de l’extrême droite raciste. »

    Et d’expliquer, dans une phraséologie « antifasciste » d’une pureté originelle parfaite :

    « Aujourd’hui, les partis racistes et issus de l’establishment gouvernent dans l’UE seulement en raison de la fausse opposition entre eux. Je dis “fausse“, car ils sont complices, ils ne sont pas de réels ennemis. Macron a besoin de Salvini et Salvini a besoin de Macron. »

    Afin de bien comprendre sa vision du « progressisme », il faut se reporter à ce que Varoufakis déclare à propos du Brexit :

    « Nous avons perdu le référendum. Et après de longs débats avec nos membres à travers l’Europe, nous avons décidé de respecter le résultat. »

    Son mouvement européen présentera ou soutiendra des listes dans plusieurs pays, le partenaire français le DiEM25 étant le mouvement Génération-s de l’ancien candidat socialiste à la présidentielle de 2017, Benoît Hamon,qui avait recueilli 6,36 % des voix.

    Dans son Manifeste pour démocratiser l’Europe, le mouvement de Yanis Varoufakis écrit, entre autres propos obscurs :

    « Nous voulons une Europe internationaliste qui traite les non-Européens comme des fins en soi. »

    On y lit également :

    « Nous venons de toutes les régions du continent, et nous sommes unis par nos différencesde cultures, de langues, d’accents, d’affiliations politiques, d’idéologies, de couleurs de peau, d’identités sexuelles, de confessions et de conceptions de la société idéale. »

    Ça va être quand même un peu compliqué de fédérer un nombre important d’électeurs avec ce genre de discours.

  2. En pièces détachées, la RÉUNION PUBLIQUE du RN à BRUZ (35) dans le cadre de la campagne des européennes 2019 ; réunion du 6 avril 2019.

    1°).- DURÉE : 19mn 33S
    Discours de Jordan Bardella
    :::: https://www.youtube.com/watch?v=sTNcdM7YryI

    2°).- DURÉE : 14:24
    Discours de Dominique Bilde [NE VOUS LE PERDEZ PAS]
    :::: https://www.youtube.com/watch?v=Kxi5Rp-nOnQ

    3°).- DURÉE : 25:15
    Discours de Marine Le Pen [À VOIR ABSOLUMENT et à PARTAGER IMPÉRATIVEMENT]
    :::: https://www.youtube.com/watch?v=knH9kg28Rjk

Les commentaires sont fermés.