Les catalogues de timbres américains censurent les timbres européens où figurent des nus…

Faut-il en déduire, comme Paul Craig Roberts, que la culture occidentale est morte, morte d’une mort politiquement correcte ou bien demeurer optimiste malgré tout, comme Antiislam, qui explique pourquoi en fin d’article ?

La culture occidentale est morte d’une mort politiquement correcte

30 mars 2019 par Paul Craig Roberts

Il est étonnant de constater le pouvoir que les « experts » politiquement corrects ont acquis sur le langage, l’art et la littérature.

C’est un signe que l’Occident est culturellement mort

Lorsque les grands musées renomment les peintures parce que certains poltrons émotionnels déclarent le nom offensant, il devient évident que les gardiens de la culture occidentale ont perdu leur foi en cette culture.

Lorsque les universités dissimulent des peintures murales parce qu’elles prétendent qu’elles choquent les personnes dont la présence sur le campus est minime, voire inexistante, vous savez que l’apprentissage n’est plus l’objectif de l’université.

Lorsqu’un peuple a peur d’utiliser les mots et les termes de ses ancêtres, vous savez qu’il a été intimidé à renoncer même à sa propre langue et à ses propres façons de s’exprimer.

La culture occidentale consiste aujourd’hui en pornographie, déviants sexuels, pleurnichards dévastés par de simples mots, haine de soi et lâches craignant de se défendre contre les attaques de haine dirigées contre eux par des boutades du politiquement correct.

Les personnes politiquement correctes sont l’élément le plus aliéné et le plus émotionnellement faible de la société.

Pourtant, elles dominent dans les médias, le divertissement, les universités et le monde de l’art.

Comment est-ce possible que les idiots utiles aux commandes soient prêts à nous mener en guerre contre de vrais peuples : Russes, Chinois ou Nord-Coréens, outre les Perses, une ancienne race qui a donné du fil à retordre même aux Romains ?

Hollywood peut faire tous les films imaginables avec des super-héroïnes magnifiques, mais les super-héroïnes sont la dernière chose que représentent les féministes gémissantes…

Qu’apprendront vos fils et vos filles à l’université ?

Les universités du XXèmesiècle étaient vouées à l’avancement des connaissances.

Des recherches étaient entreprises et des points de vue divers étaient échangés et discutés sur le « marché des idées».

Ce n’est plus le cas.

Particulièrement dans les sciences sociales, les sciences humaines, l’éducation, le travail social et le droit, une seule idéologie politique a remplacé l’érudition et la recherche, parce que cette idéologie fournit des réponses fixes à toutes les questions.

Et, même si la diversité des races, des sexes, des pratiques sexuelles, de l’ethnie, de la classe économique et des capacités physiques et mentales est aujourd’hui ce qu’il y a de plus important dans les universités, il n’y a plus de diversité d’opinions.

Seuls les adeptes de l’idéologie politique sont admis au personnel académique ou à l’administration.

Les universités ont été transformées par l’adoption quasi universelle de diverses théories interdépendantes ; en voici quelques exemples :

L’impérialisme occidental était un projet raciste.

Les postcolonialistes aiment souligner la dimension raciale de l’impérialisme occidental, en tant qu’illustration du racisme.

Mais les postmodernistes ne sont pas intéressés par les raids d’esclaves arabes en Afrique noire, ni par l’esclavage ottoman parmi les blancs des Balkans, ni par les raids nord-africains en Europe, de l’Irlande à l’Italie et tout ce qui se trouve entre ces deux pays.

Vos enfants apprendront que seuls les Blancs sont racistes…

La justice est une représentation égale selon les pourcentages de la population.

Dans la mesure où il existerait une discrimination structurelle à l’égard de tous les membres des catégories de victimes, pour que l’égalité des résultats prévaille, la représentation en pourcentage de la population doit être obligatoire dans toutes les organisations, dans tous les ouvrages assignés ou cités, dans toutes les attributions et prestations.

Des idées telles que le mérite et l’excellence sont rejetées en tant que sifflets de mâle blanc suprémaciste ; elles doivent être remplacées par une diversité de genres, de races, de préférences sexuelles, d’ethnies, de classes économiques, de religions, etc.

(Notez que la « diversité » n’inclut pas la diversité d’opinions. Seule l’idéologie de justice sociale est acceptable. Toute critique ou opposition est considérée comme un « discours de haine »).

Les comités académiques se transforment maintenant en bretzels pour expliquer que « la diversité est l’excellence »…

Être éduqué, c’est être du bon côté.

Comme l’a dit Karl Marx :

« Les philosophes n’ont interprété le monde que de différentes manières. L’objectif, cependant, est de le changer ».

L’objectif d’une formation universitaire aujourd’hui est de faire en sorte que les étudiants choisissent « le bon côté » pour changer le monde.

L’idée qu’il est probablement logique d’essayer de comprendre le monde avant d’essayer de le changer est rejetée en tant qu’empirisme et réalisme modernistes et démodés, aujourd’hui remplacée par le postmodernisme et la justice sociale.

S’il n’y a pas de vérité et que tout ce que l’on ressent ou croit soit la vérité de l’autre, il est alors vain d’essayer d’obtenir une compréhension objective du monde.

https://www.paulcraigroberts.org/2019/03/30/western-culture-has-died-a-politically-correct-death/

Traduit par Jack pour Résistance Républicaine.

Note d’Antiislam

La situation est très grave.

Un exemple sidérant entre mille : les catalogues de timbres américains, censurent, au nom du féminisme,  les  reproductions des timbres des grandes oeuvres européennes où figurent des nus !

Les musulmans en ont rêvé, les Gauchistes américains le font pour eux !

La situation  est très grave aux Etats-Unis, mais elle peut devenir très grave dans le système universitaire français.

Une masse d’idéologues fanatiques qu’ils soient universitaires (Fassin etc) ou médiatiques (Plenel etc) s’efforcent d’imposer ces conceptions en France.

Cependant, je ne suis pas aussi pessimiste que l’auteur de l’article.

Aux Etats-Unis,  même des militants de Gauche et d’Extrême-Gauche combattent depuis des années le politiquement correct qui fait des ravages jusque dans les sciences « dures »:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sokal

L’idéologie du politiquement correct est fondée sur le mensonge absolu.

Par exemple, elle néglige, elle nie même  les crimes des musulmans envers l’Europe ou l’Afrique noire, elle nie les apports médicaux de la colonisation : en fait elle nie des milliers de faits  historiques.

Ou à l’inverse, elle affirme  de grossières foutaises : l’origine Noire des dynasties pharaoniques,  l’islam des Lumières, la tolérance des musulmans d’Al-Andalus etc, etc

Or jamais une idéologie fondée sur le mensonge ne peut durer.

Les totalitarismes du siècle passé se sont effondrés sous le poids de leurs mensonges.

Le totalitarisme du politiquement correct s’effondrera de même.

Soyons-en certains  !

 209 total views,  1 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. pour les catalogues de timbres, faudrait au moins une petite preuve

    • Bonjour,

      Merci de revenir sur le sujet.

      Je me suis renseigné auprès de ma soeur.

      Je n’avais pas rêvé : elle m’a confirmé ce qu’elle m’avait dit.

      Il s’agit du catalogue du site Stampworld où (mais pas systématiquement) dans des séries les reproductions de tableaux de nus, et eux seuls, sont censurés …

      Elle n’a pas eu, encore, le temps de me faire la recherche d’un exemple précis mais si un commentateur philatéliste peut faire cette recherche.

      https://www.stampworld.com/fr/

  2. N’y a-t-il pas eu récemment un gros problème avec  » l’origine du monde  » de Gustave Courbet ? (que je n’accrocherais pas dans mon séjour)

  3. « jamais une idéologie fondée sur le mensonge ne peut durer »
    Hélas, ne connaissons-nous pas une secte totalitaire répandant ses mensonges, et en pleine expansion en Occident, et qui dure depuis 1400 ans?!

    • oui, mais chez eux c’est normal, faut voir le QI

      bravo pour l’article, merci Jack pour la traduction, un régal !🎆🎇🔆

  4. les catalogues de timbres américains, censurent, au nom du féminisme, les reproductions des timbres des grandes oeuvres européennes où figurent des nus !

    Un lien ?

  5. Ces crétins censureront leur immense patrimoine de disques de blues, car la gauloiserie et les allusions salaces y sont fortement présentes !

    • Bonjour,

      Cela serait bien dommage, car cette musique est bien belle …

      Mais dans leur logique, il n’y a pas trop à craindre : c’est une « musique noire » donc, à mon avis, intouchable !

      • Aucun risque à mon a vis d’une censure efficace des disques de blues et du vieux jazz authentique. Tout dernièrement sur une chaîne que nous suivons aux États-Unis, nous avons pu assister, avec plaisir, à l’histoire du jazz. J’ai pu entendre avec émotion quelques uns des plus grands musiciens du jazz, dont mon préféré, Louis Armstrong.

  6. C’est dommage et inquiétant ce relent de puritanisme trop poussé pourtant je pense à quelques hypothèses à ce sujet.

    Ainsi, je me souviens d’un témoignage d’une personne de mon entourage qui s’était rendue il y a quelques années aux Etats-Unis (je ne sais plus quel Etat) qui disait qu’elle avait eu la surprise de savoir qu’elle ne pouvait se mettre en maillot de bain deux-pièces cela n’étant pas toléré, seul le une pièce étant possible et accepté.

    De plus, juste une hypothèse mais je me demande aussi sans donner raison aux purismes exacerbés de névrosés, si cela ne serait pas « réactionnel » aux paires des fesses et seins exposés à tout va (sans parler de toutes les histoires à ce niveau dont nous abreuvent médias pubs et actualités).

    Les gens en ont peut-être ainsi marre de cette position extrême en regard du port de la burqua (tout aussi extrême et loin de l’équilibre souhaité en la matière il va sans dire).

    Une femme n’est jamais aussi belle que lorsqu’elle ne montre pas tout et laisse une part à la suggestion….

    Je me souviens aussi de discussions avec des collègues bien au fait qui avaient constaté que plus on exposait la sexualité (qui est une question qui doit rester intime, je le rappelle au risque d’un glissement idéologique pervers) plus ils avaient identifié un malaise voire un retrait en regard de ce domaine concernant les adolescents. Paradoxal en effet….

    Peut-être est-ce pour cela aussi que l’on constate tant de questionnements intimes voire de fragilité chez certains adolescents voire jeunes adultes concernant leur identité sexuelle actuellement.

    Désir donc peut-être de trouver un juste milieu entre exhibitionnisme et rigorisme et austérité. Et souvent on sait qu’une recherche d’équilibre passe par une interrogation et expérience des extrêmes.

    Je précise que la réflexion que je propose n’est nullement le fruit d’un esprit « coincé » en la matière, c’est juste un questionnement.

  7. > Un exemple sidérant entre mille : les catalogues de timbres américains,
    > censurent, au nom du féminisme, les reproductions des timbres
    > des grandes oeuvres européennes où figurent des nus !
    Une preuve SVP : un lien vers une page internet, un nom de catalogue de timbres, une photo de catalogue etc. où l’on peut voir ces timbres censurés.
    Parce que là, cette affirmation de censure est sans plus de valeurs que si je déclare avoir taillé le bout de gras avec Macron hier dans mon bar préféré…

    • Bonjour,

      Je le tiens de ma soeur philatéliste, qui me l’avait dit en passant.

      Cela m’avait choqué : je vais lui en demander plus !

Les commentaires sont fermés.