Menacées d’excision, des Guinéennes réclament un visa pour la France : encore la faute au colonisateur ?!

Publié le 31 mars 2019 - par - 12 commentaires

Plusieurs décisions juridictionnelles intéressent l’excision ces derniers temps. Coutume fréquente en Afrique, en pays d’islam, l’excision n’est en rien un héritage du colonialisme français tant vilipendé par nombre d’immigrés, soutenus par une extrême-gauche apatride qui a décidé, contre tout bon sens, de faire de l’excision un débat national en France.

Les mêmes répugnent à entendre que toutes les civilisations ne se valent pas. Discours d’extrême-droite, selon eux. Que penser pourtant d’une « civilisation » où l’on mutile des fillettes pour donner plus de plaisir à leur partenaire sexuel masculin ? https://ripostelaique.com/toutes-civilisations-ne-se-valent.html

Et pourtant, certains y tiennent à l’excision, car elle leur facilite bien la tâche pour venir s’installer chez nous et profiter d’aides sociales certes faibles, mais aussi de la mobilisation massive de nombre de bénévoles à la courte vue, qui semblent oublier que la dette publique de leur pays est abyssale et que charité bien ordonnée commence par soi-même, ainsi que de professionnels intéressés qui font du « business » migratoire.

http://resistancerepublicaine.com/search/excision

Hélas pour eux, il va falloir se rabattre sur d’autres arguments, car les juridictions françaises en ont ras la casquette de cette astuce facile.

Ainsi, le 26 mars, devant la cour (CAA) de Nantes, une demande de visa est rejetée pour une raison procédurale. Sur le fond, une Guinéenne de 31 ans demandait un visa pour la France où elle a de la famille. Sa mère installée en France fait valoir que sa petite fille risque de se faire exciser en cas de voyage en Guinée… https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000038279094&fastReqId=922136417&fastPos=1

Sept jours plus tôt, la même juridiction connaît encore d’un cas guinéen : demande d’asile pour risque d’excision ( https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000038250863&fastReqId=922136417&fastPos=2&oldAction=rechJuriAdmin ). Le transfert aux autorités portugaises sur le fondement des textes européens est invalidé. On n’en sait pas davantage sur le fond.

A Douai, une Guinéenne entrée illégalement sur le territoire est renvoyée à l’expéditeur le 22 janvier 2019 ( https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000038082714&fastReqId=922136417&fastPos=4&oldAction=rechJuriAdmin ). Ayant subi une excision, elle se faisait traiter en France. Il est jugé par la cour (CAA) qu’elle pouvait l’être dans son pays, elle est donc renvoyée en Guinée.

A Lyon, cinq jours plus tôt, c’est cette fois-ci un monsieur libérien qui invoque l’excision pour ne pas être expulsé ( https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000038016697&fastReqId=922136417&fastPos=5&oldAction=rechJuriAdmin ). Il soutenait qu’il avait pris part en Guinée « à des campagnes d’information et de lutte contre la pratique de l’excision et qu’il s’est trouvé exposé à des menaces qui l’ont contraint à gagner l’Europe ». Comme s’il n’y avait pas d’autre pays pour fuir la Guinée… Les autorités italiennes se prononceront sur son cas.

Le 13 décembre 2018 à Nantes, une Guinéenne entrée illégalement en France et qui s’était maintenue sur le territoire après la décision l’expulsant fait encore valoir que sa fille risquerait l’excision dans son pays. https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000037815715&fastReqId=922136417&fastPos=6&oldAction=rechJuriAdmin

Même scénario à Douai le 27 novembre et dans ces deux affaires, les Guinéennes sont encore une fois renvoyées en Guinée. https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000037675215&fastReqId=922136417&fastPos=8&oldAction=rechJuriAdmin

Le 4 octobre, un Guinéen échoue à s’opposer à son expulsion pour risque d’excision de sa fille en Guinée. https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000037492719&fastReqId=922136417&fastPos=12&oldAction=rechJuriAdmin

A Lyon, le 25 octobre, une Sénégalaise tente le coup avec un prétendu risque d’excision au Sénégal mais ne parvient pas à convaincre les juges. https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000037545076&fastReqId=922136417&fastPos=9&oldAction=rechJuriAdmin

Le 2 octobre, la même cour connaissait du cas d’une Kenyane faisant valoir le risque d’excision en cas de retour dans son pays. Les Pays-Bas examineront sa demande : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000037492125&fastReqId=922136417&fastPos=13&oldAction=rechJuriAdmin .

On constate donc de la part des juges administratifs français une certaine lassitude face à cette argumentation bien rodée. Ceux-ci refusent à juste titre qu’une coutume barbare étrangère permette d’obtenir un titre de séjour pour s’installer en France.

Tous les résultats de la recherche de jurisprudence que j’ai faite ce jour à propos de la pratique de l’excision renvoient à des « cas africains ». Dès lors, pourquoi l’extrême-gauche française continue-t-elle à mener campagne sur ce thème en France ? Pourquoi ses militants ne s’aventurent-ils pas dans ces pays qu’ils aiment tant, supposées victimes du colonialisme français, pour y dénoncer une coutume misogyne gravement attentatoire à la dignité de l’être humain et constitutive d’un acte de torture ? Croient-ils qu’on n’a pas assez de problèmes à régler en France ?

Print Friendly, PDF & Email

12 réponses à “Menacées d’excision, des Guinéennes réclament un visa pour la France : encore la faute au colonisateur ?!”

  1. Avatar Valentin dit :

    Chacun reste dans son pays et se bat pour le faire changer. Point barre!

    • C’est une plaisanterie? Ils préfèrent que l’armée qu’ils ont tellement détestée vienne se faire tuer pour les sauver…. (notre armée, ou ce qu’il en reste, vu l’infiltration ennemie)
      C’est à dire qu’il leur avait été promis qu’après le départ du colon, Tout serait gratuit…. Ils ont simplement oublié de leur dire qu’il faudrait traverser la mer.

  2. Antiislam Antiislam dit :

    Bonjour,

    Exactement, Valentin.

    Sinon, c’est de l’ingérence, du néo-colonialisme comme nous le serine l’extrême-gauche.

  3. TEMPLIER TEMPLIER dit :

    la photo en haut est bien dégueulasse….meme en me donnant 100000 milles euros et plus,je ne peus etre adepte de ce genre d acte…et je ne cautionne pas celui-ci…pauvre fille…sont fous ces blacks…

  4. Avatar clairement dit :

    Information très intéressante !

    La Justice Française tricotée à partir du DECALOGUE n’a pas à se substituer aux horreurs de la CHARIA.

    Cette proposition est valable dans l’autre sens .

    Ne faudrait il pas qu’une INFORMATION ou une FORMATION puisse être proposée à l’ensemble de nos MAGISTRATS et des ZELUS pour éclairer ceux qui ignorent encore la CHARIA afin que Justice et Politique puissent en prendre pleinement conscience…

    Quant à la gôche ou l’extrême gauche, il faut LEUR METTRE LE NEZ DANS LA CASTRATION REELLE

    • Avatar Biribi dit :

      Clairement, les magistrats et les zélus, c’est ça la gauche et l’extrême-gauche ! Et c’est eux qui nous assurent – via leurs médias – l’information et la formation pour que nous acceptions leur monde.

  5. Mohican Mohican dit :

    Les migrants étaient tous professeurs, avocats ingénieurs, étudiants, etc, je suppose que les exciseurs ont du être enregistrés comme chirurgiens.

  6. Avatar Lionel Ragot dit :

    On en parle moins , mais il y a aussi l’homosexualité qui est utilisée comme passe droit pour obtenir un visa, aussi bien par des hommes ou des femmes.

    • Maxime Maxime dit :

      Oui, il y a déjà des articles à ce sujet et cela fonctionne parfois. En général, ce sont plutôt des hommes qui l’invoquent, car les législations de charia parfois ne condamnent pénalement que la sodomie et non l’homosexualité en tant que telle (alors même que tous les couples homosexuels ne la pratiquent pas).

  7. Avatar Adalbert le Grand dit :

    Ces Africains sont très malins! Non seulement ils excisent les filles, mais en plus ils en font un argument pour immigrer chez nous! Le beur et l’argent du beur…

    Avant bien sûr de faire exciser leurs filles in fine (au pays où carrément chez nous par une matrone), comme le commande la sacro-sainte coutume de leur culture, et la culture des Autres, c’est sacré, selon les drouadeloms à la sauce gauchiste!

    Comment on dit « prendre les gens pour des jambons » en africain?

    Pour ceux qui ne le savent pas, le pays qui pratique le plus l’excision (en nombre), et c’est fort peu connu, c’est l’Égypte, où on estime que 90% des femmes le seraient.

    C’est également très courant en Indonésie. Bizarre, bizarre : cette pratique très enrichissante multiculturellement parlant par la diversité qu’elle apporte est inconnue dans les pays voisins d’Asie du sud-Est. Sans doute dû à leur arriération, ils n’ont en effet pas reçu, eux, les lumières de l’Islam contrairement aux Indonésiens éclairés et excisés.

    Il faudrait peut-être parler aussi de l’horrible pratique « complémentaire » de l’infibulation. Je vous laisse chercher ce que c’est, je n’ai vraiment pas envie de décrire ça.

    Mais tout ça, comme de bien entendu, n’a rien à voir avec l’islam.C’est juste par un hasard ballot que ce n’est pratiqué que dans les pays musulmans ou à forte population musulmane: Erythrée, Somalie, Soudan, Ethiopie, Mali, Guinée, Yemen etc.

  8. Avatar rickson dit :

    SCOOP !!!!
    Voici les véritables raisons qui poussent le ministère de la santé à administrer
    11 vaccins aux nouveaux-nés, au risque de les tuer.
    Voici les preuves de cette volonté eugéniste de nos « élites » de vouloir réduire la population mondiale avec la vaccination massive :
    https://www.youtube.com/watch?v=g6m9iaajTKI

Lire Aussi