J’ai visité Budapest, le bonheur absolu : ils ne connaissent pas le fardeau de l’homme blanc en Hongrie


J’ai visité Budapest, le bonheur absolu : ils ne connaissent pas le fardeau de l’homme blanc en Hongrie

http://resistancerepublicaine.com/2019/03/01/genialissime-campagne-dorban-contre-lue-juncker-et-soros-ils-veulent-lexclure-du-ppe-tant-mieux/

Christine merci de cet article sur Orban et l’UE qui recadre bien les choses;. J’ai passé tout récemment quelques jours à Budapest avec mes enfants de 16 et 19 ans, car je voulais leur faire découvrir cette ville.

Je n’ai qu’un chose à dire à ceux qui me lisent: allez-y. Allez voir par vous-même. Faites-vous votre opinion. Loin de la métropole sous botte fascistoïde qu’on nous dépeint quotidiennement, nous avons trouvé une capitale active, vivante, et belle (ô combien). Et propre! Et infiniment plus sûre que notre malheureuse capitale. A aucun moment nous ne nous somme sentis en danger. Symptomatiquement, ma fille de 19 ans, qui est atteinte du syndrome d’Asperger, qui est hypersensible aux situations sociales tendues et qui craint les transports en commun, se sentait à l’aise à Budapest, au point qu’elle s’est parfois baladée toute seule, tranquille, curieuse… et heureuse. Comme quoi, des villes européennes comme ça existent.

Les Hongrois sont des gens très agréables, avec une courtoisie un peu surannée mais que nous ferions bien, nous, de redécouvrir. Et enchantés dès qu’on s’intéresse sincèrement à leur pays et à leur histoire, et qu’on fait l’effort de baragouiner leur langue, fût-ce juste pour dire bonjour et merci. Culturellement, ils en ont sous le pied, attention, et vu leur histoire, ils apprécient qu’on ne se conduise pas chez eux en terrain conquis. Et ils ont bien raison!

Bien sûr qu’ils n’ont pas envie d’ouvrir leurs frontières à tout va. Aucun Hongrois n’ignore le traité de Trianon de 1920, ils savent ce que ça veut dire de jongler avec une frontière. Par ailleurs, ils n’ont jamais eu de colonies hors d’Europe, et sont donc imperméables à notre mauvaise conscience post-coloniale. Diallo et Louis-Georges Tin peuvent toujours aller prêcher là-bas, ils seront bien reçus. Le fardeau de l’homme blanc, connaissent pas, les Hongrois! Ni les Polonais, ni les Tchèques, ni leurs voisins, d’ailleurs. Surtout qu’ils ont sous les yeux une immense et catastrophique expérience en temps réel, à savoir, les brillants exemples des sociétés française, belge, britannique et autres. Alors ils disent que, non, finalement, notre « intégration », ça ne les intéresse pas. On ne va pas le leur reprocher, quand même.

Pour ce qui est des accusations d’antisémitisme régulièrement proférées contre ce pays, je pense qu’en 2019 il vaut mieux être juif à Budapest que dans certains pans, qui hélas vont s’étendant, du territoire français. Personne n’a oublié qu’à l’époque de la double monarchie, la bourgeoisie juive a soutenu le nationalisme hongrois contre les Habsbourg. La grande synagogue de Budapest est une merveille, et n’a pas été transformée en forteresse (allez un peu voir celle de Strasbourg dans le quartier des Contades, pour comparer, tiens). Le quartier juif d’Erzsebetvaros n’est pas, justement, un quartier juif. Cette expression est surtout un label touristique, nous a confirmé notre guide, qui y est né et y vit heureux avec sa famille : c’est un quartier NORMAL où vivent DES juifs budapestois. Grosse différence, hélas incompréhensible pour les chantres du multiculturalisme et de la diversité heureuse.

Précisons pour finir qu’en une semaine, nous n’avons pas croisé une seule femme voilée (ah si, juste une, dans le quartier des ambassades, une femme de diplomate…), un seul type en djellaba, ni aucun groupe de petits z’y va à casquette qui braillent dans le métro et invectivent les femmes dans al rue en se grattant ce qui leur sert de c… Mais cela n’a certainement rien à voir avec tout ce qui précède.

Alors après, effectivement, que le Fidesz soit ou non exclu du groupe PPE, la belle affaire. Orban se débrouille bien, et continuera à le faire. Et il n’a même pas besoin d’un Belattar pour le conseiller!

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




19 thoughts on “J’ai visité Budapest, le bonheur absolu : ils ne connaissent pas le fardeau de l’homme blanc en Hongrie

  1. Avatarjojo

    tout a fait d’accord avec vous
    J’ai deja ete plusieurs fois a Budapest que j’adore tout autant que Prague

  2. Armand LANLIGNELArmand LANLIGNEL

    Si j’étais jeune avec la vie devant moi, j’irais voir si je peux m’adapter à ce pays. Après avoir appris la langue hongroise, je pourrais lire les « Dialogues avec l’Ange » de Gitta Mallaz dans la langue originale.

  3. Avatarberger

    Effectivement, si vous allez sur G…maps et déanbulez dans les rues de Budapest, vous voyez des gens calmes et posés, des couples tranquilles, une population homogène, comme ailleurs à Varsovie, Prague, Moscou ( avec beaucoup de jolies filles je dois dire) . A comparer avec les rues sinistres de Londres ou Birmingham ( ou j’ai vu une femme complètement burqinée se promener en centre ville….

  4. AvatarHellen

    Quand aurons-nous la même chose en France???
    En tous les cas, vivement que ça arrive et très vite… parce que pour l’instant… c’est plutôt le contraire que l’on voit…
    Plus les semaines passent et pire ça devient…!
    Nous n’avons pas la chance d’avoir un gouvernement qui se soucie des Français blancs…alors je pense que c’est au Peuple Français blancs d’y songer très vite, avant qu’ils soient plus nombreux que nous… Ce qui est déjà le cas, dans pas mal d’endroits…!
    C’est faisable, mais il vaut le vouloir et être couillu…!
    Bien à vous

  5. AvatarNiko

    Tout à fait d’accord. J’y suis allé il y a 2 ans et j’en suis revenu émerveillé. J’y retournerai sans aucun doute.

  6. Avatarkounnar

    La solution migrer par millions à l’est , puis sécessions de « l’est »de l’europe ?
    La France est perdue, il y a 2 ans c’était la dernière chance …Mais 83% des Français en âge de voter non pas voté contre Macron : c’est foutu.
    Je repart au plus vite « à l’est » !! Car 17% des Français face à 83% les jeux sont faits.

    1. AvatarPAT54

      Si c’est cela votre conception de la résistance et du combat alors, oui, la France est perdue!! vous portez bien votre pseudo.

  7. AvatarSabrauclair

    Lors de ma dernière visite de Budapest en 2011, j’interroge mon guide pour lui demander pourquoi nous ne voyons pas d’immigrés en Hongrie.
    Réponse du guide: On ne leur donne rien alors ils ne viennent pas.
    Tout est dit.

  8. AvatarSauvequipeu

    J’y ai acheté un appartement il y a deux ans sur un coup de cœur et je compte y passer ma retraite au calme loin de nos politiques fous furieux et des racailles qui nous entourent

  9. AvatarTzel

    Oui , pour la retraite c’est parfait . La seule chose qui m’inquiète, la francarabia nous la versera t’elle toujours quand nous serons devenu un pays muzz ?
    Nous autres couffards allons avoir des problèmes.

  10. Avatarembryon

    J’ai parcouru la Hongrie au début des années 60 et je m’y suis trouvé bien et émerveillé devant la culture de ce peuple qui avait tant souffert dans le passé.
    Votre évocation réveille en moi le souvenir d’un peuple fier et courtois. J’y retournerai bien mais j’ai bien peur des comparaisons avec nos conditions actuelles qui ne me laisseront sans doute pas indemne.

  11. AvatarMachinchose

     » il vaut mieux être juif à Budapest ………. »

    Permettez moi d’ y ajouter Prague,
    même qualité d’ accueil, même respect de l’ Autre, même « reconnaissance » envers les Français qui sont si bien vus la bas….absolument rien a voir avec la France! rien!!

    et pareil a Bucarest en Roumanie

    toute cette europe centrale des Balkans, a l’ ukraine qui a su se protéger de cette infection qui a contaminé l’ europe de l’ asservissement

  12. AvatarVinay

    Il semble que les pays de l’Est soient encore à l’abri du tsunami migratoire. Mais pour combien temps? Parce que les mêmes fous, les mêmes hystériques immigrationnistes vivent là-bas. Certes, ils n’ont pas de pouvoir suffisamment important pour transformer leurs contrées mais prudence quand même. Les peuples, sur place, doivent voter pour des pouvoirs qui les protègent sinon tout peut basculer et vite…

    1. AvatarMathilde

      Comme je vous comprends!
      Puisque vous avez vécu en Hongrie, pouvez-vous me dire s’il est difficile d’y vivre (à la retraite) quand on ne parle pas hongrois? Est-ce que l’anglais est suffisant?
      Merci pour votre réponse.

Comments are closed.