Finkielkraut, j’en ai marre de votre attitude de Juif honteux qui rase les murs !


Finkielkraut, j’en ai marre de votre attitude de Juif honteux qui rase les murs !

Je vous en veux, monsieur Finkielkraut !

Je vous en veux d’avoir dit « Je peux les comprendre...“après avoir été agressé de la pire manière: « Sale juif de merde ! », « dégage »,  « Nique ta mère »,  « Palestine ! ». « Espèce de raciste, t’es un haineux, tu vas mourir, tu vas aller en enfer, espèce de sioniste ».

 Je vous en veux de toujours vouloir  comprendre, je vous en veux de ne pas hurler: « STOP, ASSEZ“, je vous en veux de ne pas comprendre à qui nous avons à faire, que ce sont les heritiers du nazisme et q’ils n’hesiteront pas un seul instant à vous égorger en riant, Mr. Finkielkraut…

Je reprends un commentaire lu dans Résistance Républicaine: « Quand Finkielkraut demande (voire exige) qu’Israel fasse des concessions à l’islam, il demande juste l’impossible, englué qu’il est dans sa grande naïveté (?) d’intello bien au chaud à Paris, loin des obus des terroristes et des attaques meutrières contre les civils. Son pacifisme est pour le coup aussi insupportable que celui des gauchistes à la Mélenchon car il n’a pas l’air de se rendre compte qu »Israel met chaque jour en jeu son existence, alors ses gazouillis de vierge effarouchée devant quelques cris qui en Israel lui semblent « inquiétants » ou pire, ça ressemble dans le meilleur des cas à des errements séniles, mais jamais ça ne sera une réponse appropriée à la situation réelle de GUERRE faite à notre civilisation.“

Je vous en veux surtout de votre « langage“ corporel lors de cette agression: la poitrine rentrée, la tête dans les épaules, le semblant de sourire, l’attitude de peur et de soumission, l’attitude du juif du ghetto face aux SS qui allaient l’assassiner…

Je vous en veux de la répulsion que j’ai éprouvé à vous voir comme cela, à voir réapparaître ce que je croyais à jamais disparu depuis la création d’Israel, le juif qui rase les murs et, les yeux baissés, cède la place sur le trottoir… Je vous en veux de ne pas vous être guéri du syndrome du ghetto, je vous  en veux de ne pas être devenu un juif fier et orgueilleux, je vous en veux de continuer à « comprendre“ même lorsque « comprendre“ devient une trahison, une fuite devant l’ennemi, une reddition honteuse, un agenouillement vil à mes yeux.

Moi juif, vous m’avez fait honte, Monsieur Finkielkraut.

Vous m’avez rappelé une histoire lue dans mon adolescence: Après la guerre un nazi en fuite reste introuvable. On découvre à la fin de l’histoire qu’il était caché par un juif tremblant qui espère être dans les bonnes grâces du nazi et être mieux traité « la prochaine fois“, lorsque les nazis reprendront le pouvoir…

Cette histoire me valut des cauchemars, me fit vomir et provoqua en moi la rage…

En tant que psychotherapeute je vous propose, Monsieur Finkielkraut, de vous aider à retouver votre fierté et votre dignité.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




54 thoughts on “Finkielkraut, j’en ai marre de votre attitude de Juif honteux qui rase les murs !

  1. AvatarHope

    J’ai d’ordinaire beaucoup d’admiration pour ce Monsieur mais c’est vrai cette attitude un peu effacée m’a déçue.
    Il a tant de réflexion tant d’intelligence qu il a du mal a comprendre ce qui lui fait face bien qu’il sache à quoi et à qui il a affaire.
    Il lui manque cette agressivité dont ils sont l’emblème.
    Défendre vous ! Appelez un chat un chat. Vous vous trompez d’ennemi Monsieur
    Ce n’est pas le RN le danger non c’est l’islam, le Coran et ses adeptes.
    Vous le savez dites le !!

    1. Avatarberetvert

      Cher monsieur étant psychiatre des armées nous connaissons parfaitement ce syndrome de tétanisation après une agression, non Finkielkraut n’est pas un guerrier et alors?
      Vous le psychothérapeute de je ne sais où allez lire votre psychanalyse, cette imposture et laissez aux professionnels de santé une science dont vous ignorez tout Charlot

      1. Edmond RichterEdmond Richter

        Cher Monsieur, si vous aviez lu plus attentivement mon article, vous auriez pu constater que je reprochais bien plus de choses à Alain Finkielkraut que la seule attitude corporelle lors de l’agression notamment son commentaire « je les comprends » d’une part et ses conseils malencontreux à Israel d’autre part, bref ce que je lui reproche est une attitude générale de juif du ghetto. Les juifs du ghetto avaient des raisons valables d’avoir une attitude soumise car ils risquaient leur vie quotidiennement (pogromes, Shoah). Mais 70 ans après il est plus que temps de s’en débarrasser, de se redresser et de dire PLUS JAMAIS. Par ailleurs je ne suis pas psychanalyste mais psychotherapeute (Gestalt) et j’exerce depuis 34 ans ce qui me permet d’avoir une certaine experience, voire une experience certaine. Cela me permet d’imaginer que mon article vous a mis dans une colère noire et qu’il serait peut-être bon, pour vous, de chercher à en connaître les vraies causes en vous même. Par ailleurs il est tout à fait légitime de ne pas avoir le même avis, cela n’empêche pas de conserver une certaine politesse, ce dont vous n’avez pas fait preuve dans votre commentaire.

        1. AvatarFrançois T

          Bien dit et votre article est excellent. Marre du Juif soumis, vive le Juif combattant, héritier de la longue histoire des Hébreux farouches et guerriers. Nous en avons besoin à nos côtés pour combattre l’hydre islamique.

  2. AvatarSophie

    Moi je crois que son comportement était plus pour se faire passer pour victimes stigmatisé que par la peur. Quand on le voit hurler complètement hystérique sur certains plateaux télé, un bon comédien

  3. David BelhassenDavid Belhassen

    Bonjour Edmond. Comme cela fait du bien de vous lire. Vos propos révèlent à la face du monde ce qu’est un Hébreu digne et authentique !

      1. David BelhassenDavid Belhassen

        C’est moi qui vous remercie, Edmond, pour ce magistral article qui décape la posture miteuse que certains « juifs » ont développée

  4. AvatarHervé

    Je pense au contraire,que l’attitude d’Alain Finkielkraut,au moment de son agression,était à l’image de ce que nous sommes tous,en France,face à l’islam qui s’impose de plus en plus,sans que personne ne réagisse. Au travers de ce « langage » corporel »,qu’il nous impose fièrement,ils ne fait que dévoiler ce que nous sommes,pour la plupart;des peureux,qui n’avons le courage d’exprimer notre révolte,qu’en nous cachant derrière nos écrans d’ordinateurs. Cette attitude d’Alain Finkielkraut,face à ses agresseurs,semble être est un appel au secours,où il nous dit… »ne voyez vous pas que je suis seul,et que je ne peux rien faire contre eux;et ne pourriez vous pas enfin réagir,avec courage et fierté,et pour une fois,descendre dans la rue,pour tenter de venir m’aider,et mettre fin à ce que nous subissons tous.? Il n’est tout de même pas bien difficile de comprendre,que ce qui fait la force de Macron,c’est de gagner du temps,car chaque jour qui passe,est un jour où entrent en France,des migrants musulmans,par centaines,et que tout ce temps perdu pour notre peuple,fera que le jour ou il sera top tard,nous nous dirons.. »Ah oui,en effet,quel dommage,si nous avions su,nous aurions réagi plus tôt »..sauf que..!

    1. David BelhassenDavid Belhassen

      Bonsoir Hervé. Si c’est le message que Finkielkraut voulait nous faire passer, alors qu’il cesse ses obséquiosités face à l’ogre panarabiste-islamique et son fer de lance palestiniste. Nous ne sommes pas tous de fins psychologues capables de discerner le sens caché sous une gestuelle et une parole si contradictoires.

    2. Avatarfrejusien

      [email protected],
      vous aimeriez bien que ce soit un appel au secours,
      malheureusement, le seul parti qui tente de s’opposer à l’islamisation est vilipendé par Finklefkaut, le RN, il n’en veut pas, sous aucun prétexte, alors qui pourrait prendre sa défense ??

      certainement pas ceux qui installent l’islam en France, il faut un peu de suite logique dans les idées,
      s’il était capable de désigner l’ennemi, le vrai, celui qui vient de l’agresser, et non le faux, l’ennemi de papier désigné pour cacher celui qui arrive masqué derrière,

      le RN a été désigné comme l’ennemi des juifs, c’est pour cacher le plus longtemps possible l’islam qui s’installe,
      quand il sera trop tard, que feront les juifs comme Finkie ??
      depuis 20 ans, certains ont compris que l’ennemi réel est l’islam, et d’autres restent attachés aux schémas de 1940, où l’ennemi était blanc et européen, allemand,
      si je calcule, ça fait 60 ans, mais à l’époque déjà, l’islam était l’allié des nazis, ils avaient le même but, la destruction et l’élimination physique des juifs, et cette idée, éradiquée depuis la victoire de 1945 en Europe, est restée très vivante en Islam, et a même repris un peu de vigueur avec le soutien de la gauche française, camouflée sous le nom d’antisionisme

    3. AvatarSophie

      Le problème est qu’un Français qui ose se révolté est traité de raciste automatiquement

  5. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Le grand rabbin d’Argentine a été blessé lors d’une attaque présumée antisémite
    :::: https://fr.sputniknews.com/international/201902271040181750-argentine-rabbin-attaque/
    27.02.2019

    Gabriel Davidovich, grand rabbin d’Argentine, a été agressé par sept hommes qui ont fait irruption à son domicile lundi. Il souffre de fractures, rapporte l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA).

    Le grand rabbin d’Argentine Gabriel Davidovich a été grièvement blessé lors d’une attaque présumée antisémite sur sa maison, attaque qui lui a laissé des côtes cassées et un poumon perforé, annonce l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) dans un communiqué.

    Selon ce dernier, la maison du grand rabbin a été attaquée lundi matin par sept inconnus qui ont lancé «Nous savons que vous êtes le rabbin de l’AMIA», avant de dérober de l’argent et des effets personnels, puis de prendre la fuite.

    Le président de la DAIA, qui rassemble les institutions juives d’Argentine, Jorge Knoblovits, a quant à lui dénoncé «un acte antisémite» dans un pays où ils sont peu fréquents. «Dans le monde, il y a beaucoup de place pour l’ignorance et, là où il y a de l’ignorance, il y a un espace pour les antisémites», a-t-il regretté. «Alors qu’il n’offrait aucune résistance au vol, ils l’ont jeté à terre, lui ont cassé neuf côtes et l’ont défiguré», a précisé Jorge Knoblovits.

    Les autorités ont ouvert une enquête pour identifier les agresseurs.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a souhaité au rabbin et à sa femme «un prompt rétablissement».

    «Nous ne devons pas laisser les antisémites redresser la tête. Je condamne fermement les récents actes d’antisémitisme et j’appelle la communauté internationale à agir», a-t-il souligné.

  6. AvatarAsher Cohen

    @Edmond le Tigre
    Mr le psychothérapeute, en 1929, après plus de 20 années d’études et de recherches, Théodor Lessing a publié à Berlin « la haine de soi Juive ». Après 1933, les Juifs Allemands émigrés aux Etats-Unis, apportant dans leurs valises ce texte de Lessing, ont alors développé le concept inverse d’estime de soi. Pour ma part, je suis arrivé à la conclusion qu’a sa naissance tout Juif, même non issu de l’Europe centrale, est porteur du syndrôme de haine de soi Juive tant qu’il ne s’en est pas activement libéré. Je le répéte, Mr Finkielkraut, par principe philosophe, n’est pas versé à fond dans la culture Juive (langue hébreu, Littérature Hébraïque, Histoire Juive, Sionisme, etc..). Il n’a pas une connaissance approfondie de Lessing et n’est donc pas versé dans la psychiatrie Juive qui en découle. Enfin s’il évoque parfois certains philosophes Juifs Allemands tels Herman Cohen ou Franz Rosenweig, il semble fort ignorant de nos immenses philosophes médiévaux sur lesquels ces derniers ont rebondi. La recréation de l’Etat Juif n’a pas été réalisée par des Juifs honteux d’eux-mêmes, mais par des Juifs fiers de l’être, fiers de leur Nation, de leur langue multimillénaire, de leur culture, « qui ne se prosternent devant personne d’autre que Dieu », et qui combattaient Malheureusement, cette recréation d’Israël n’a toujours pas éradiqué le syndrôme du ghetto polonais, et nous ne devons nous en prendre qu’à nous-mêmes.

    1. Edmond RichterEdmond Richter

      D’accord sur tout sauf la fin: « et nous ne devons nous en prendre qu’à nous-mêmes… » Chacun de nous peut réfléchir et changer. Chacun de nous porte la responsabilité de soi. C’est pour cela que j’en veux à Finkielkraut: Il n’a pas fait ce travail sur lui-même. JE NE M’EN PRENDS PAS À MOI-MÊME, JE M’EN PRENDS À LUI!!!

      1. AvatarAsher Cohen

        @Edmond Richter
        Nous avons certes une responsabilité individuelle, mais ce qui nous caractérise en tant que Nation Juive c’est notre responsabilité collective: Kol Israël arevim ze la ze, tout Israël est responsable l’un pour l’autre. Je ne suis pas d’accord avec Lessing, qui pourtant était un Sioniste Socialiste, donc théoriquement collectiviste, pour son rejet de ce point. Herzl a développé le concept de Gestor du Peuple Juif. Si nous l’avions plus pratiqué, nous n’aurions pas perdu bêtement 6 millions des nôtres. Le Juif honteux de son identité, qui rase les murs, et incapable de la conscience de lui-même que lui prescrit le Judaïsme, est du ressort de la responsabilité collective Juive: le vidduy. Personne d’autre que des Juifs ne s’en occuperont et l’Histoire a montré, ne serait-ce qu’en 39-45, combien nous devions ne compter que sur nous-mêmes en tant que Nation Juive.

    2. David BelhassenDavid Belhassen

      Bonsoir Asher. La première « haine de soi juive », est de se désigner comme « juif » au lieu de « Hébreu ». « Juif » est un terme hybride et qui ne veut rien dire, d’où le phénomène de « juifs honteux ». La maladie du « juif » est justement de se nommer « juif ».
      Dès qu’un « juif » revient à sa désignation ethnique première de « Hébreu », tous ses syndromes disparaissent. C’est pourquoi lors du retour à la terre des ancêtres (avec le mouvement malencontreusement appelé sioniste), seule la terminologie « Hébreu » avait droit de cité : « pionnier hébreu », « travail hébreu », « langue hébreue », « rédemption hébreue », « poste hébreue », « jeunesse hébreue », terre hébreue », « paysan hébreu », « théatre hébreu », etc…
      Malheureusement, ceux qui étaient atteints du syndrome « juif » de haine de soi, ont réussi à remettre à l’ordre du jour le terme « juif » et à piéger Ben Gourion pour le pousser à définir l’Etat d’Israël, comme « Etat des juifs », au lieu de Etat des Hébreux.
      Et depuis, l’Etat d’Israël ne fait que trahir à sa destinée et à la révolution des esprits prônée par le Mouvement Hébreu de Libération, pour forger un être digne, indomptable, courageux, vaillant, combatif, pugnace, libre, magnanime, et qui sait dire « Non » lorsqu’il faut le dire !

      1. AvatarAsher Cohen

        @David Belhassen
        Après le retour de Babylone, donc dès l’époque Perse, l’habitant de la Judée, le Judéen, est un Yéhoudi, donc un Juif, et même dans les textes Bibliques rédigés à cette époque perse on parle de Yéhoudim, comme de Bnéi Yisraël, mais le Royaume d’Israël n’existe plus depuis -722. Les Romains employaient les termes de Judeus, Judei au pluriel latinisé. Par exemple, au 4ième siècle le Médecin Juif Asaph-HaRophé-HaYehoudi est appelé par les Latins Asaph Judeus; au 9ième siècle le Médecin Juif Isaac Israéli est appelé par les Latins Isaac Judeus. Dès l’édit de Constantin on ne parle plus d’Hébreux mais de Juifs. Et j’en passe. Les Juifs se nommaient Juifs parce qu’ils étaient d’origine Judéenne comme un espagnol est d’origine ibère, etc.; Je ne vois pas du tout en quoi ce terme serait « hybride », « ne voudrait rien dire », ou se nommer Juif serait « une maladie »?

        A partir de l’exil babylonien, la Nation Juive se définit rigoureusement et l’on parle plus de Juifs que d’Hébreux, puisqu’il ne reste plus que la Judée (Yéhoudah).La haine de soi Juive a probablement été alimentée par le fait que le terme Juif avait, durant 18 siècles, une connotation négative dans les environnements antisémites où vivaient ces populations: être Juif était vu négativement, au point qu’au moment de l’Emancipation on parle plutôt d’israélites (mais les antisémites et les Tribunaux continueront d’employer le terme de Juif).. Ce sont les écrivains de la Haskalah, puis les Sionistes qui retournant au passé Biblique glorieux, ont réactualisé le terme d’Hébreu.

        Un consensus sur la définition de l’état d’Israël , ne serait-ce qu’en termes de frontières,n’a jamais été atteint. L’état Juif n’était pas prêt à être proclamé le 14 mai 1948, et Ben Gourion craignait la guerre civile. En France l’Histoire est archi-manipulée et l’on croit qu’Israël aurait été recrée uniquement par des socialo-communistes. Le motto de l’Etzel (Irgoun Tsvaï Leoumi, organisation armée nationale), par exemple, est une main tenant un fusil au dessus de la carte de toute la Palestine Mandataire Britannique, incluant la Transjordanie, avec la mention « Rak kach », « seulement ainsi ». C’est la même position pour le Lehi (Lohamei herout yisraël, combattants de la liberté d’Israël). Mais dans tous les cas, le Sionisme fondamental et quel que soit son courant (religieux, marxiste, révisionniste, etc..) recrée l’Etat Juif et rien d’autre. Je ne vois pas d’où vous pourriez sortir votre « Mouvement Hébreu de Libération »? Tous les Sionistes des 19ième et 20ième siècle ont toujours parlé d’un Etat Juif. Les Sionistes socialistes de la seconde alyah,qui ont cherché à imposer un Israël communiste, pourtant laïques et marxistes enragés, n’ont pas touché à la Bible vue comme le livre fondateur du Peuple Juif. Actuellement, en Israël, la Judée-Sammarie est officiellement appelée « Yéhoudah veShomron ».

        1. David BelhassenDavid Belhassen

          A Asher Cohen. Que de poncifs frelatés dans votre exposé ! Et pas la moindre critique rationnelle de la Bible ou d’analyse historique, étymologique, littéraire, théologique, etc…
          Le fait que le terme « yehoudi » ait à une époque précise, phagociter l’expression « Fils d’Israël » et la définition encore plus large de « Hébreux », ne justifie en rien et ne légitime en rien cette « extension sémantique » forcée et nocive.
          Yehoudi (« judéen ») était à l’origine une définition ethno-tribale et géographique. Elle ne représentait qu’un membre d’une seule tribu parmi toutes les tribus israélites. Vous-même, en tant que Cohen, vous n’êtes pas un « Yehoudi » mais un « Lévy ». Donc vous n’êtes pas un « juif » ethnico-tribalement parlant, mais un adhérent (peut être ?) au judaïsme (phariso-rabbinique ?)..
          Bien plus tard(IIIème siècle avant J.-C), la définition ethnico-tribale , est devenue hybride en échappant au cadre ethnique de l’inné, pour s’amalgamer avec l’adhérence religieuse à la foi et à la confession judaïque (y compris par voie de conversion), donc du domaine de l’acquis.
          C’est ce mélange impossible entre l’inné et l’acquis qui fait du terme « yehoudi » un terme hybride. D’ailleurs le mot « yahadout » (judaïté ou judaïsme) a été forgé pour la première fois seulement au deuxième siècle avant J.-C.
          Le rouleau d’Esther qui est une création non-historique de la secte pharisienne (Rouleau rejeté par tous les autres courants du judaïsme) extrapole jusqu’à faire usage d’une déclinaison verbale « mityahadim » (judaïsants, ou « se judaïser ») ce qui prouve bien le glissement sémantique catastrophique pour la cohésion du peuple Hébreu-israélite que fut cette confusion entre l’inné et l’acquis provoqué par ce terme hybride.
          On ne peut donc parler de « nation juive », à moins que « nation » soit compris par vous dans le sens musulman de « oummah » = « communauté de croyants ».
          Il n’y a qu’un peuple hébreu, et un peuple hébreu-israélite, c’est tout !
          Quant au terme « sioniste », il a été forgé par un antisioniste dénommé Birenbaum en 1903. Aucun pionnier hébreu avant cette date ne s’est appelé « sioniste ».
          En 1933, les pionniers révolutionnaires, les vrais, ceux qui luttaient contre l’occupant britannique et sa « palestine  » impérialiste et colonialiste de pacotille, réclamaient la proclamation de l’indépendance de « l’Etat hébreu ». Hébreu et pas « juif ».
          C’est ce judéo-diasporique assimilé de Hertzl qui auparavant avait usage du terme hybride « Etat juif », et non pas les pionniers de terrain et les rédempteurs réels de la terre d’Israël.
          Toute votre terminologie est issue de l’aliénation britannique colonialiste que les « juifs » soumis ont repris à leur compte (« palestine », transjordanie », « mandat britannique » etc…) sans comprendre que ces termes risquaient de creuser notre tombe.
          Et enfin, non seulement la Bible n’est pas « le livre fondateur de notre peuple », mais une des pires aliénations théologiques qui soient. Plus que cela, elle est en grande partie notre poison mortel, en faisant du peuple hébreu indigène et autochtone sur sa terre ancestrale, un ramassis d’étrangers venant de l’extérieur sous l’injonction divine (voir le mythe abrahamique), de surcroit pseudo « esclave sorti d’Egypte » (voir le mythe de l’Exode), et qui plus est pseudo exterminateur des Cananéens (voir le livre abject de Josué, rédigé a posteriori et racontant cette fable pour des objectifs théologiques de propagande monothéiste).
          Bref, libérez-vous de votre aliénation judaïque et revendiquez le terme hébreu salvateur et originel.
          NB : L’usage aujourd’hui de la désignation antique légitime et historique de « Judée-Samarie » est géographique et non pas tribal ou confessionnel.

          1. Avatarfrejusien

            toutes ces joutes sur la terminologie sont passionnantes, surtout quand on n’y connait rien,

            quelqu’un pourrait me dire ce que sont les douze tribus d’Israël ? et si chaque tribu vient d’un territoire particulier ?

            pourquoi considérez-vous Moise comme un étranger ? je croyais qu’il avait pour mission de libérer les esclaves hébreux d’Égypte pour les ramener chez eux ,
            pour ma part, tout ce que je connais c’est la Judée avec les juifs, la Samarie avec les Samaritains, Jérusalem avec les Israéliens, Canaan avec les Cananéens,

            bien entendu, je suis totalement ignare sur le sujet

          2. AvatarAsher Cohen

            @frejusien
            Le mot yéhoudi d’où vient le mot Juif, désigne au départ simplement un membre de la Tribu de Judah. Malgré le dictionnaire éthymologique du Rav Klein, je ne suis pas convaincu qu’il ait pu après -722 désigner aussi les Israélites rescapés du Royaume du Nord déchu et réfugiés en Judée. Par contre, après la prise de Babylone par Cyrus, la Judée devient une province de l’Empire Perse appelée Yéhoud, dont les habitants Juifs sont des Yéhoudim, et cela persistera ainsi à la Période Héllénistique. C’est durant l’Exil Babylonien que va se constituer un nationalisme Juif extrêmement fort avec le Judaïsme comme religion nationale, unicité du Temple de Jérusalem, rejet de l’impur, de l’idôlatrie, de la mixité matrimoniale, de l’assimilation, etc..ce qui n’était pas le cas, ni des Juifs réfugiés en Egypte, ne surtout de ceux qui n’avaient pas été déportés à Babylone et sont restés en Judée. C’est durant cet exil babylonien que démarre le réel Sionisme et si les prophètes ont « réuni le bois d’Israël avec le bois de la Judée pour ne former qu’un seul bois », ils rejettent catégoriquement ceux qui n’ont pas été déportés à Babylone, ont volé les terres des exilés, pratiqué l’idôlatrie, la mixité, etc.. comme ne faisant pas partie de la maison d’Israël ainsi formée. Comme le montre Liverani les exilés sont revenus en Judée avec les noms des familles Juives et les titres de propriété des terres. Contrairement à ce que prétend le « Professeur Belhassen » qui a tout faux, la définition du mot Juif n’est ni tribale, ni ethnique, ni géographique, mais purement généalogique et nationaliste, concernant par définition les Juifs exilés en Babylonie. Il n’y a pas eu d’extension mais même plutôt une contraction sémantique forcée.

            Concernant l’aspect linguistique, 3 formes verbales dérivent du mot yéhoudi, mais au moins 2 sont des constructions de l’hébreu moderne: la forme Piel yihed (il a converti au Judaïsme) et la forme passive Pual youhad (il a été convertit au Judaïsme); la 3ième forme, Hitpaél Hityahed (il est devenu Juif) n’est retrouvée que sous la forme participe présent mityahadim et qu’une seule fois dans la Bible (Est.8.17). En hébreu biblique yéhoudi a donné logiquement yahadout (Judaïsme), religion nationale des Juifs, mais le Piul yihoud qui est l’action de convertir au Judaïsme est une construction de l’hébreu moderne. Tout ceci montre clairement qu’à l’époque Biblique les Juifs ne convertissaient pas, par principe. Enfin, nous sommes ici plus d’un millénaire avant l’arrivé de l’islam et les arabes utiliseront le mot araméen yehoudaï (avec un aleph muet) pour désigner le Juif.

            La Bible est clairement le livre fondateur du Am Yisrael, Nation Juive, et les Juifs y ont toujours puisé leur inspiration identitaire et spirituelle, et la Littérature Hébraïque Moderne montre combien les écrivains de la Haskalah puis du Sionisme y sont retournés pour se ressourcer. Le discours du « Professeur Belhassen » donneur de leçons et attaquant la Nation Juive, la Bible, les Kohanim, etc.. n’a aucun fondement.

        2. SarisseSarisse

          Pourquoi les Perses qui était si grand quand ils étaient des Perses du temps du roi Cyrus sont-ils devenus de nos jours ces sinistres iraniens.
          On peut dire ce que l’on veut du shah d’Iran Shah Reza Pahlavi, mais lui s’était souvenu du cartouche de Cyrus et dans le fond des bonnes relations trés antiques que son empire pouvait avoir eu avec les peuples qu’il venait d’affranchir dont les Hébreux encore captifs à Babylone.
          Bien évidemment même Cyrus le Grandétait un fin politique mais quel contraste avec les sinistres barbus enturbannés qui dirigent l’Iran actuel au nom d’une religion qui n’est même pas persane et ramené leur civilisation en arrière.
          S’ils étaient resté zoroastriens il y aurait eu d’autres Zubin Mehta en Israël et de toute autre relations entre ces deux pays non Arabes du proche du Moyen-Orient.
          L’Islam a dégénéré le grand Iran ou plutôt la grande Perse.

          1. David BelhassenDavid Belhassen

            Bonjour Sarisse.
            La réponse à votre question, se trouve dans votre commentaire : « sinistres barbus enturbannés qui dirigent l’Iran actuel au nom d’une religion qui n’est même pas persane et a ramené leur civilisation en arrière… L’Islam a dégénéré le grand Iran ou plutôt la grande Perse ».

      2. SarisseSarisse

        Je me souviens du journaliste français d’origine arménienne, Daniel Bilalian, il ne disait jamais l’État d’Israël mais toujours l’État hébreu dans son journal télévisé.

        1. David BelhassenDavid Belhassen

          Bonjour Sarisse. Les Arméniens savent, de par leur propre Histoire, ce qu’il peut en coûter à un peuple, un pays, un Etat, qui se définissent de manière tronquée, réductrice, voire erronnée.

        2. AvatarAsher Cohen

          @Sarisse
          C’est une stratégie française, surtout depuis la politique pro-arabe de de gaulle, mais en Réalité c’est un état Juif avant tout. Chaque Nation se défini comme elle l’entend, sans se soucier de plaire ou non à d’autres.

          1. David BelhassenDavid Belhassen

            A Asher. Aucun rapport avec la « stratégie pro-arabiste de De Gaulle ». C’est exactement le contraire. C’est justement pour lutter contre le panarabisme !
            Et pour ce qui est de se définir, qui parle de « plaire » à qui que ce soit ? Il est question de se libérer d’une aliénation millénaire en se se redésignant comme « Hébreu » et non comme « juif », définition hybride, restrictive, affaiblissante, et disloquante.
            Et enfin, je regrette, toute nation n’a pas le droit de se définir tel qu’elle l’entend. Nous ne sommes pas ici dans un restaurant « à la carte ». C’est la vérité historique qui est sur la balance, et sans rétablissement de la vérité historique, c’est l’aliénation et la soumission à celui qui sait aliéner et soumettre, y compris par le choix de termes biaisés.

  7. AvatarEitan

    Monsieur Finkelkraut a eu la réaction d’un ashkénaze.- qu’on me comprenne bien, je n’ai rien contre eux; ils ont eu leurs souffrances, les séfarades les leurs-
    Or les ashkénazes n’ont pas vécu 1000 ans sous le joug de la charia, et ne peuvent pas comprendre le musulman, qui trouvera TOUJOURS un prétexte pour exulter sa colère intérieure qui sourd en lui.
    c’est normal, la soumission provoque une colère qu’il ne peut retourner contre l’objet (de sa colère) et la dévie sur ceux qui possèdent leur libre-arbitre.

    1. AvatarMachinchose

      perso j’ ai beaucoup de sympathie envers les Ashkés; surtout que j’ ai découvert qu ils aiment bien les Juifs !!
      et ceçi depuis l’ ‘ arrivée de certains d’ entre eux dans nos familles, suite a des mariages mixtes!!

      signe réjouissant qui nous evitera les tares de l’ endogamie ! ( 😆 )

    2. David BelhassenDavid Belhassen

      A Eitan. cessons de ressasser cette terminologie rabbinique stupide et inconsistante de « ashkénazes » et « sépharades ». C’est encore une facette nocive du syndrome « juif ».
      D’autre part, de quelle « colère » peuvent se targuer les musulmans ? Elle est bien bonne celle-là ! Le bourreau sanguinaire est en colère parce qu’il n’ a pas eu assez de têtes à couper parmi ses victimes. Il est frustré, le « pôvre » !!!

      1. Avatareitan

        dommage que tu n’aies pas compris mon propos.
        la soumission est une prison c’est de l’esclavage. voir des êtres libres autour de soi peut rendre fou.
        c’est seulement ce que j’ai voulu dire.
        ashkénaze ou séfarade est peut être une terminologie rabbinique comme tu le dis, mais encore une fois, les ashké n’ont pas vécu sous le joug de la charia pendant 1000 ans! un allemand, quand il dit oui, c’est oui, un musulman a 36000 façons de dire « oui ».

        1. David BelhassenDavid Belhassen

          A Eitan. Sur le fond, c’est-à-dire sur le fait que les Israélites ayant vécu en Europe chrétienne – ne comprennent rien à l’islam, nous sommes bien d’accord.
          Mais pas sur la forme : les termes « ashkénazes » et « sépharades » aussi stupides que nocifs, n’ont pas été « peut-être », mais certainement concoctés par les rabbins et leur terminologie fantasque et débile !

        2. AvatarAsher Cohen

          @eitan
          Se nommer Juif ne peut pas être une cause de haine de soi comme le prétend le « Professeur Belhassen », car pour un Juif qui a l’estime de lui-même, se nommer Juif n’entraine pas en lui de la haine de soi mais de la fierté. Selon la Loi d’Identité, une cause ne peut pas entraîner 2 effets totalement opposés.

  8. Avatarlaetitia

    cela me rappelle un souvenir d’enfance que Freud raconte dans ses mémoires; je ne l’ai pas mémorisé à la lettre, mais voici le fait: un soir son père rentre à la maison et dit à sa femme qu’il était content d’avoir bien réagi car, alors qu’il revenait du travail, un policier a brutalement envoyé à terre son bonnet ( bonnet pointu distinctif pour les juifs)en lui envoyant un revers de main; le père Freud explique qu’il a ramassé son bonnet et est parti résistant ainsi à la provocation. Freud dit alors que ce jour là, pour la première fois de sa vie, il a eu honte de son père.

    1. Avatarberetvert

      Méfiance Freud était un grand névrosé qui a fait de sa problématique une problématique universelle avec son absurde complet d’oedpie qui voudrait comme dans le délire freudien que tout petit garçon voudrait tuer son père pour coucher avec sa mère et autres cuistreries adoptées à l’epoque Par les précurseurs de nos bobos

  9. AvatarAsher Cohen

    @Eitan
    « la soumission provoque une colère qu’il ne peut retourner contre l’objet (de sa colère) et la dévie sur ceux qui possèdent leur libre-arbitre. »
    En quoi, nous les Juifs, pourrions-nous être responsables du fait qu’après le 7ième siècle, les arabes aient imposé par la force l’islam aux populations dites païennes du bassin méditerranéen?

  10. AvatarEitan

    je n’ai pas dit que les juifs étaient responsables! l’objet de leur colère est leur « prophète » et leur allah, vous l’aurez compris. donc ils se retournent contre ceux qui ont refusé les premiers la conversion à l’islam.
    toutes les religions du monde ont leur libre-arbitre, sauf l’islam.
    nous savons tous pourquoi les musulmans détestent à ce point les juifs. pas besoin de refaire un cours d’histoire.
    quand à la conquête du bassin méditerranéen elle est très bien expliquée par Didier Nebot dans son livre: « Les tribus oubliées d’Israël. »

  11. Avatarbm77

    la réaction mitigé de Finkielkraut est due au fait que la société Française est déjà très islamisée. Il fait attention à ce qu’il dit parce que nous ne sommes déjà plus libres, tout simplement! C’est la loi du nombre qui l’emporte, il ne va pas jouer les au héros à son âge parce que en fin de compte lors de l’altercation, l’islamo gauchiste le menaçait presque physiquement.
    On remarquera au passage l’extrême courage de l’agresseur en question
    Comme lors des agressions par les SA en Allemagne contre des juifs y compris femmes et vieillards les années qui ont précédées la guerre
    Dès que ces gens(les musulmans) ont un semblant de pouvoir ça se ressent immédiatement et les citoyens français israélites en sont les premières victimes là aussi comme pendant l’occupation !
    Mais que les autres (chrétiens) se rassurent ce sera bientôt leur tour.
    Ceux qui croient qu’ils échapperont à l vindicte musulmane parce qu’ils sont athées et parce que pro diversité en voulant faire la paix à tout prix ce sera pire pour eux, comme disait je crois Churchill ils auront la guerre et le déshonneur!
    La encore comme pendant la dernière guerre . Quelles similitudes!!!
    Tout ceci est lié à Israël et là encore comme avant la seconde guerre mondiale les juifs deviennent des gêneurs des empêcheurs de faire la paix à tout prix qui est le « vivre ensemble » d’aujourd’hui et de pouvoir faire croire que que « tout va très bien madame la marquise »!
    Au moyen orient Israël fait figure de village d’Astérix résistant en milieu hostile au rouleau compresseur musulman qui ne supporte pas qu’on puisse seulement oser contrecarrer leur suprématie acquise à coup de sabre où l’autorité palestinienne n’est qu’un pantin une devanture « rassurante l les vrais dirigeants palestiniens sont le hezbollah chiite et surtout le hamas sunnite des frères musulmans que l’on retrouve en nombre en France (cinquième colonne?). Le conflit s’est invité en France du fait de l’oummah et cela à travers l’immigration de masse voulue par nos dirigeants depuis plus de 30 ans . La seule qui s’oppose à cela clairement et sans concession et veut retrouver l’ indépendance par rapport aux communautés c’est Marine Lepen et les autres l’on bien compris qui votent en masse pour les sombres clowns !
    il n’y a pas à tergiverser même si le personnage ne plait pas à tout le monde il faut voter pour sa survie ou l’exil!

  12. David BelhassenDavid Belhassen

    Bonjour Frejusien. Vous n’êtes pas aussi « ignare » que vous le prétendez. Car vous posez de bonnes questions, et savoir poser une bonne question peut être déjà un début de réponse.
    Le terme « Israël » est d’un point de vue historique (par opposition à mythico-théologique) le nom d’une confédération politique de tribus hébreues qui se forgea ad hoc pour combattre et bouter des envahisseurs venus de la Mer Egée et de l’île de Crête (au XIIème siècle avant J.-C. Comme chaque tribu dispersée dans son territoire pariculier (et assez restreint = la taille d’un département français) n’était pas assez forte pour combattre l’envahisseur, cette confédération était aussi militaire.
    La dichotomie entre d’un côté la volonté de chaque tribu à défendre son autonomie et son territoire propre, et de l’autre le besoin vital de créer une alliance de toutes les tribus dites « israélites », ressemble étrangement à ce qui se passa 800 ans plus tard chez les tribus gauloises qui s’allièrent pour combattre l’envahisseur romain. A une différence près. L’Alliance gauloise fut vaincue et l’Alliance israélite fut victorieuse.en Gaule. Si l’on veut faire un clin d’oeil à l’Histoire on peut dire que Vercingétorix fut aux Gaulois ce que le Roi David fut aux Israélites. Malheureusement, Vercingétorix fut vaincu, et heureusement le Roi David fut victorieux.
    Concernant Moïse, il s’agit davantage d’un personnage de légende biblique créé dans un but de propagande théologique monothéiste que de l’Histoire réelle. Le peuple hébreu était indigène sur sa terre et n’a jamais été « esclave en Egypte »).
    Quant à Canaan et Cananéens, c’était à l’origine une désignation géographique-topographique d’Hébreux habitant sur le littoral, donc les plus exposés aux invasions marines, par opposition à ‘Eber et ‘Ibrim (Hébreux) qui désigne kes habitants des monts et collines de l’arrière-pays (comme la Judée et la Samarie). En fait, Cananéens et Hébreux appartenaient au même peuple, le Peule Hébreu, que la Bible a de manière factice, scindée en deux pour des objectifs de propagande monothéiste.
    Cet exposé est volontairement succint pour ne pas ennuer les éventuels lecteurs.
    Bien à vous et vive les Gaulois !

    1. Avatarfrejusien

      [email protected] B.
      merci pour ces infos, reste une petite question, rapide celle-là, y a t-il une traduction du mot Israël ?

      Vous devez vous demander d’où vient ma curiosité pour votre peuple,
      en fait, chaque soir, pour m’endormir, ma grand-mère me racontait une petite histoire tirée de sa bible, et elle choisissait toujours des histoires extraordinaires et merveilleuses qui me permettaient de glisser dans le sommeil avec des rêves agréables,
      la Bible était son livre de chevet, toute sa vie, elle a lu trois pages chaque soir , je me demande si elle en est venu à bout avant de nous quitter pour son  » paradis », qu’elle méritait bien

      1. David BelhassenDavid Belhassen

        Bonjour Frejusien.

        Le nom « Israël » en hébreu, était prononcé différemment en Israël du sud et en Israël du nord.
        Les « sudistes » prononçaient « YsraEl », et les « nordistes » : « YshraEl ».
        Et selon la manière de prononcer, s’est forgé un sens différent :
        YsraEl dans le sens de « Dieu combattra », et YshraEl dans le sens de « Dieu est droit ».
        Mais d’un point de vue linguistique étymologique, le sens premier est : « la puissance de Dieu fera des sillons droits comme un taureau ». Le « Dieu-Taureau » était le Dieu suprême du panthéon hébreu polythéiste avant la réforme monothéiste. C’est pourquoi la Bible monothéiste fustige « Le Veau d’Or » des Hébreux-Israélites.
        Pour ma part, et en tant que linguiste, je privilège la prononciation nordique YshraEl (Ishraël), plutôt que YsraEl (Israël).

        Autre chose, je ne me demande pas du tout le pourquoi de votre curiosité sur mon peuple (ni du mien sur le votre), elle est tout à fait vous naturelle. Et le récit touchant sur votre grand-mère le prouve bien. La Bible est lue en Gaules (et ensuite en France), depuis 1800 ans, à la différence d’un certain Coran dont le « maniement » vous est imposé en France depuis deux-trois décennies.
        La Bible (« Ancien Testament et Nouveau Testament) est une composante quasi inhérente au « décor » de votre pays. Elle n’est pas une balafre purulente sur son visage faite par la « griffe » coranique !

  13. David BelhassenDavid Belhassen

    Bravo bm 77 pour cette analyse lucide. Un seul mot n’est pas adéquat dans votre exposé : « vindicte musulmane ». Vindicte de quoi ??? Il fallait dire « agressivité belliqueuse, criminelle, prédatrice,et sanguinaire musulmane »

  14. AvatarPierre ESCANDE

    Bonjour, ici à Mexico il est 13h, il fait grand jour et 30º au moins……
    J’ai suivi avec intérêt toute vos joutes langagières des uns et des autres: juifs contre juifs; gaulois contre juifs ou contre gaulois etc…,etc…
    Bien, c’est très bien, linguiste contre linguiste, psychanalyste contre psychiatre etc…etc….Vous êtes à l’image du peuple gaulois actuel qui s’entredéchire devant le DANGER COMMUN QUI EST L’ISLAM…….
    BASTA DE CE DÉFAUT BIEN FRANÇAIS QUI EST DE SE QUERELLER , NOUS SOMMES TOUS DANS LE MÊME SAC :

    OU NOUS FAISONS BLOC OU…….C’EST LA FIN DE LA FRANCE BORDEL!!!

    1. David BelhassenDavid Belhassen

      A Pierre Escande. Il ne s’agit pas de se quereller, mais de rétablir la vérité historique, car justement les panarabistes islamiques sont passés maîtres en matière de manipulation et de trafiquer l’Histoire. La preuve ? Ils ont réussi à aliéner des dizaines de peuples et à conquérir leur pays à tel point que les victimes revendiquent l’identité et l’idéologie de leurs bourreaux !

  15. David BelhassenDavid Belhassen

    A Asher Cohen. Votre apologie du monothéisme judaïque ne peut cacher les mensonges que vous draînez (apparemment sans en avoir conscience) avec cette apologie.
    Le judaïsme de la secte pharisienne était au contraire très missionnaire, et a promu une définition confessionnelle de « juif » pour transformer le peuple Hébreu-israélite en une communauté religieuse prosélyte qui n’ a rien de « nationaliste », mais au contraire de « cosmopolite ».
    Vous essayez de noyer le poisson, à l’intention de Frejusien qui n’est pas un locuteur de l’hébreu, avec des commentaires-fleuves et pseudo-linguistiques, sans vous rendre compte de vos contradictions internes. Vous reconnaissez vous-mêmes que ce sont les Perses (donc une puissance étrangère !) qui ont imposé le terme restrictif de « Judée » pour tout le pays d’Israël, alors que la Judée n’en était qu’une region, et cela pour mieux dépecer le Pays des Hébreux.
    D’autre, part, une cause peut en effet entraîner deux effets diamétralement opposés, lorsqu’il y a le « poison » de l’aliénation. Et vous êtes immergé dans une profonde aliénation judaïco-rabbinique qui trouble votre jugement et votre faculté d’approche et de compréhension de l’histoire tragique du peuple Hébreu, depuis qu’il a été empoisonné et aliéné par le judaïsme phariso-rabbinique.
    Vous en voulez la preuve ? Vous êtes un Cohen et vous encensez et êtes soumis aux rabbins qui ont fait des Cohanim leurs marionnettes de folklore synagogal, alors que selon la Bible, vous étiez destinés à la direction spirituelle et politique du peuple d’Israël.
    Vous vous dites « fier d’être juif », comme une musumane niqabisée se dit « fière d’être musulmane », alors que son niqab est le symbole même de son oppression !
    Libérez-vous Asher, de votre oppression ! Et comprenez que la libération de votre oppression et de votre aliénation passe par le rétablissement du terme « Hébreu » pour vous définir.

  16. Avatarfrejusien

    Je vois qu’il y a beaucoup de controverses sur ce qui s’est passé à cette époque, ce n’est pas évident de tirer la vérité qui date de plus de deux millénaires,
    mais plus il y aura de recherche et plus on y verra clair,
    merci à tous deux

Comments are closed.