Le coût de 40 000 migrants mineurs isolés aurait permis de sauver 40 000 paysans

Immigration Macron République et laïcité Publié le 25 février 2019 - par - 13 commentaires
À l’heure où s’ouvre le Salon de l’agriculture, à la fois la plus grande ferme de France et  la manifestation la plus fréquentée par les politiques, faisons un tour d’horizon du monde paysan, auquel 85 % des Français sont très attachés.
.
4 000 animaux et 360 races seront présentés par 1 050 exposants. (Figaro)
.
Pendant cette 56e fête de l’agriculture, on va célébrer l’excellence de l’élevage français et faire l’éloge d’un savoir-faire unique au monde. Une réputation largement méritée.
.
Les plus belles stars de nos élevages vont être bichonnées, lustrées, brossées comme un sou neuf, telles des mannequins de haute couture, pour se pavaner devant le public et les photographes. La star du salon, c’est « Imminence ».
.

Dans chaque stand, chacun pourra goûter ce qui se fait de meilleur comme produits du terroir pour satisfaire son palais.  Éleveurs, maraîchers, céréaliers, vignerons, tous passionnés par leur métier, feront honneur à la réputation de notre production  agroalimentaire.

Les Français aiment leurs agriculteurs. Ils les jugent  sympathiques, passionnés, courageux et surtout utiles.
.
En effet, un paysan nourrit 60 personnes en 2019, contre 15  il y a 40 ans.
.
Le nombre d’exploitations s’est effondré. Le secteur agricole ne représente plus que 3,6 % de la population active.
.
Il reste 474 000 exploitations générant un chiffre d’affaires de 75 milliards d’euros.
.
Pour la 3e année consécutive, le modèle agricole français a été promu « le plus durable au monde » par The Economist, loin devant l’Espagne (19e) ou les USA (26e).
.
Mais au-delà de cette belle fête, à laquelle participeront les principales figures politiques, et au-delà des beaux discours, des éloges et des sourires de circonstance, c’est un monde en grande difficulté que ce monde rural,  soumis à une concurrence mondiale et une  règlementation  européenne toujours plus dures.
.
Quand nos paysans produisent et vendent à perte, parce que les intermédiaires et la grande distribution sont toujours plus voraces, quand les prix au consommateur ne tiennent aucun compte des prix à la production, il ne faut pas s’étonner de la grande détresse qui gagne nos campagnes.
.
Selon la Mutuelle agricole, 40 % de nos paysans gagnent moins de 360 euros par mois.
.
En 10 ans, un tiers des exploitations a disparu.
.
Un agriculteur se suicide tous les deux jours dans l’indifférence générale, incapable de faire face à ses échéances de crédit.
.
25 000 agriculteurs sont en situation de quasi-faillite.
.
Les emprunts contractés pour les mises aux normes environnementales et sanitaires, exigées par Bruxelles, les ruinent et les pénalisent sur le marché mondial, où règne une concurrence déloyale.
.
Nos paysans sont aussi accusés injustement de pollution ou de maltraitance envers les animaux par des ayatollahs de l’écologie ou de la condition animale.
.
Il font face au véganisme et à un agribashing  permanent qui n’arrangent rien.
.
Quant à la solitude qui les frappe, c’est un véritable fléau qui les mine. 25 % d’entre eux sont célibataires, soit le double de la moyenne nationale.
.
Dans son discours devant de jeunes agriculteurs européens, Emmanuel Macron veut « réinventer la Pac ».
.
Emmanuel MacronCompte certifié @EmmanuelMacron
.
Il en arrive 400 par jour dans la clandestinité, allant s’entasser dans les bidonvilles qui fleurissent partout et détruisent le quotidien des riverains.
Sans parler de l’immigration légale qui explose chaque année en distribuant les visas sans compter.
.
Macron espère redresser la France en 3 ans. Il va la couler définitivement au nom du vivre-ensemble.
.

https://ripostelaique.com/le-cout-de-40-000-migrants-mineurs-isoles-aurait-permis-de-sauver-40-000-paysans.html

Print Friendly, PDF & Email
13 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
M B
M B
il y a 1 année

La politique massive d’acceuil de clandestins, migrants et autres indésirables inutiles coûte des milliards à l’Etat, mais au final qui paie? 40000 clandés inutiles à 50000€ par individu à ne rien foutre ? En trimant toute l’année un ouvrier agriculteur …. sont loin de gagner une telle somme, Voilà des arguments que devraient revendiquer les GJ. Cette politique confirme que le grand remplacement est voulu par les dirigeants précédents et en place régentés par Bruxelles.
On n’est pas dans la muise!

Voyez où en est le U K

Subject: Good-bye England. a must read

Christine Tasin
Administrateur
Christine Tasin
il y a 1 année
Reply to  M B

Merci de mettre le lien au lieu de faire un copié-collé trop long pour un commentaire et en sus en anglais donc incompréhensible par la plupart des lecteurs

Alexcendre 62
Alexcendre 62
il y a 1 année

Cela serait certainement plus logique et plus rentable ‘aider nos agriculteurs en difficulté que d’accueillir toute la misère du monde ,mais nos politiques préfèrent sans honte aller faire leur cinéma au salon de l’agriculture quant cette profession connait un record de suicides par ans , dont les causes sont connues depuis des années .

Frejusien
frejusien
il y a 1 année

La commission de Bruxelles pond régulièrement de nouvelles règles, de nouvelles contraintes pour les agris et éleveurs, souvent des normes qui changent au gré des humeurs des commissaires, et quelques années plus tard, patatras ! il faut changer de décor et réaliser de nouveaux travaux

nos braves agriculteurs qui ne peuvent qu’obéir et se soumettre ,s’endettent lourdement pour réaliser ces folies décidées par des administratifs, citadins hors-sol grassement payés, à Bruxelles,
et on leur envoie des inspecteurs des travaux finis, qui les harcèlent et les dirigent vers les banques pour des emprunts qu’ils ne pourront jamais rembourser,

voilà encore une facette du visage de l’UE, ce monstre dévoreur d’hommes, qui les pousse au suicide dans l’indifférence générale et l’hypocrisie des députes européistes

Hellen
Hellen
il y a 1 année

La seule solution pour les agriculteurs, producteurs d’oeufs, de poulets, de poules, de boeuf, de mouton, de porc, de toutes sortes de produtis, c’est de faire ce que nous avons fait en Amap..
« Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne »
Nous ne voulions que du bio et c’est du bio certifié.
Légumes bio – poules pondeuses bio – poulets bio – oeufs bio – viande de boeuf bio – viande d’agneau bio – pommes et poires bio… pain bio…bientôt nous aurons du fromage de chèvre bio.., nous avons une fois par an du miel bio….

Cela fait 10 ans que nous nous sommes groupés en Amap bo…
Toutes les semaines, nous avons les légumes et le pain bio.
Tous les 15 jours : les oeufs bio, les pommes et les poires bio
Ts les 2 mois, des poulets bio, du porc
2 fois par an, des poules bio (qui ne pondent plus)…
3 fois par an, du boeuf bio, de l’agneau bio…

On paie sur contrat par saison aux producteurs.
Les prix sont définis chaque début de saison…
Nous mangeons moins de viande, plus d’oeufs…
Et les producteurs s’en sortent bien…
Nous avons commencé en mai 2007 nous étions 40 Adhérents…
Aujourd’hui nous tournons autour de 100 adhérents.
C’est la seule et unique façon de manger le plus sain possible et c’est la seule et unique façon d’aider les producteurs à s’en sortir…!
Je ne comprends pas, autant le peuple que les producteurs actuellement, sachant que tout a été pourri… pourquoi ne pas changer les méthodes qui ne fonctionnent plus???

Amelie Poulain
Amélie Poulain
il y a 1 année
Reply to  Hellen

Malheureusement Hellen, je ne sais pas pour chez vous, mais par chez moi le bio est financièrement inabordable peu en accord avec les budgets. Quand vous voyez des kilos de fruits à 6 euros (plus de 40 francs….)…., je voudrais bien mais je ne peux point et je ne suis pas la seule, surtout les familles, impossible.

Alors si on ne veut pas manger pesticides on s’en prive le plus possible, voilà ce que vit le consommateur.

Je constate même qu’en achat direct chez le producteur sans intermédiaires donc, c’est aussi cher que dans les supermarchés.

Pourtant, avant, on mangeait bio et c’était abordable sans problème.

Samia
Samia
il y a 1 année

Là où je suis, il y a des fermiers qui ont créé leur propre magasin. Les prix sont plus que corrects par rapport à la grande distribution. Ça marche du tonnerre par contre je dois faire quelques kilomètres mais je le fais sans problème pour trois raisons :
– La qualité des produits
– Je sais que les agriculteurs vivent bien de leur travail (super important pour moi)
– La terre est respectée pas de cochonnerie. C’est une agriculture respectueuse de l’environnement et des êtres humains.
Je suis, depuis que j’ai découvert cette structure, une locavore invétérée (depuis 2012).

Amelie Poulain
Amélie Poulain
il y a 1 année
Reply to  Samia

Evidemment c’est très bien, il faudrait généraliser.

Je me souviens d’un documentaire qui se passait au pays Basque où un producteur montrait son élevage de porc dans la nature, en totale liberté avec ne production qu’il voulait restreinte mais de qualité mais qui, malgré ces limites à la quantité, lui donnait des revenus supérieurs à ceux qui produisent en quantité sans qualité..

Alors c’est peut-être à ces fondamentaux qu’il faudrait revenir, et oublier quantité au détriment de qualité car je pense que personne ne s’en sort avec ce genre de logique, mais il y a eu l’Europe derrière aussi…

De plus en plus je me dis qu’il faut absolument fuir cette Europe. Je parle des structures administratives de Bruxelles et non de l’Europe géographique de laquelle nous ferons toujours partie (on confond souvent les deux ce qui explique certaines craintes).

Samia
Samia
il y a 1 année

C’est clair ça serait l’idéal.

Frejusien
frejusien
il y a 1 année
Reply to  Hellen

c’est bien gentil tout ça, mais déjà il faut avoir de soi des agriculteurs bio, et puis de la viande trois fois par an , ça fait pas des masses, et du poulet deux fois,
non, pas pour moi,

il faudrait que ça se développe un peu plus, on voit dans les magasins bio des tas de produits qui viennent d’ailleurs et d’autres produits de très mauvaise qualité, qui se vendent cher car certifiés bio, ça refroidit,

évidemment j’ai connu des régions où les producteurs bio sont tellement nombreux que tout se vend au même prix et parfois moins cher qu’en grande surface, et on peut acheter de la viande de bœuf et du poulet tous les jours si on veut

Frejusien
frejusien
il y a 1 année

je vais diffuser sur FB, il y a beaucoup de gens qui ne connaissent pas le prix de l’immigration, et les agris n’ont pas vraiment le temps de consulter le net et zapper sur des infos que la tv ne leur procure pas

Jean-Louis
Jean-Louis
il y a 1 année

Bon article. Il faut aussi ajouter que l’état les pousse à toujours grossir leur exploitation, c’est pour ça que tant d’exploitations ont disparues. Dans mon village de 200 habitants, il y avait plusieurs dizaines d’agriculteurs du temps de mes grand-parents, aujourd’hui un seul, et la surface cultivée est encore plus grande qu’avant… La PAC c’est de la merde. C’est pas dur d’aider les agriculteurs, il faut stopper la concurrence déloyale à la frontière (céréales et dérivés, lait, viande, etc.). Il ne faut pas oublier que même à réglementation égale (même normes et compagnie pour l’exploitation et les marchandises) et à prix de vente égal, nos agriculteurs français sont désavantagés à cause de la taxation en france (taxe sur les biens, taxes sur les revenus et la main d’oeuvre).

Alexcendre 62
Alexcendre 62
il y a 1 année

Pour ceux qui le peuvent le vrai Bio c’est celui que l’on produit soit même , rassurez vous il ne faut pas des surfaces énormes pour produire quelques légumes et avoir deux ou trois fruitiers dans la pelouse plus deux poules qui se baladent . Même des grandes jardinières sur un balcon permettent d’avoir des salades des petites carottes et des condiments etc , c’est la surface du balcon qui fixera les limites , les enfants adorent ! Des personnes âgées ne savent plus faire leur jardin il y peut être des arrangements a proposer et en tirer un réel avantage et eux ça leur fera de la visite .

Lire Aussi