Rennes 2 : les cours du prof suspendus parce qu’il n’a pas laissé un Ivoirien parler des frais de scolarité


Rennes 2 : les cours du prof suspendus parce qu’il n’a pas laissé un Ivoirien parler des frais de scolarité

Comment ne pas être fou de rage en lisant ça ?

Université de Rennes 2: un étudiant ivoirien bousculé et insulté par un professeur

Le syndicat étudiant Unef a dénoncé ce lundi une « agression raciste » qui aurait été commise mercredi par un professeur d’histoire dans un amphithéatre de la faculté de Rennes 2 envers un étudiant ivoirien.

Mercredi dans un amphithéâtre, alors que l’étudiant souhaitait s’exprimer sur la hausse des frais d’inscription pour les étrangers, le professeur l’a « empêché de prendre la parole et l’a par la suite poussé de manière violente, obligeant ce dernier à se rattraper afin d’éviter de tomber et a fini par l’insulter », a indiqué l’Unef dans un communiqué.

Des décisions prises cette semaine

Le professeur mis en cause aurait ensuite imité l’accent africain et aurait en outre tenté « de faire pression physiquement sur l’étudiant en collant son front sur le sien », d’après l’Unef, qui demande que « des sanctions soient prises ».

La présidence de l’université de Rennes 2 a dit avoir été saisie de l’incident. Elle a rencontré le professeur et l’étudiant qui n’a pas déposé de plainte. « Les cours du professeur ont été annulés la semaine dernière car les conditions de sécurité n’étaient pas réunies », a précisé une porte-parole de l’université lundi soir.

« Des décisions devraient être prises » cette semaine alors qu’une instruction est en cours durant cette période de vacances scolaires, a indiqué la porte-parole de cette université qui compte 24.000 étudiants dans un vaste campus.

La Commission formation et vie universitaire (CFVU) de Rennes 2 a condamné « fermement les violences physiques et verbales du directeur du département d’histoire à l’égard d’un étudiant », dans une motion votée le 15 février.

https://www.bfmtv.com/societe/universite-de-rennes-2-un-etudiant-ivoirien-bouscule-et-insulte-par-un-professeur-1635508.html

On devine, parce que l’on a l’habitude de ce genre de situation, qu’en plein cours, un (ou plusieurs) étudiant étranger, faisant fi du contenu du cours et du professeur a tenté de transformer l’amphi en tribune syndicale de défense des étudiants étrangers. Appuyé sans doute par l’UNEF, voire téléguidé par ce syndicat gauchiste qui, au lieu de défendre les étudiants, se positionne pour faire régner l’ordre stalinien sur les campus.

Et le prof qui ne doit pas être un gauchiste, lui, à moins qu’il ne le soit mais qu’il ait une idée très claire de son boulot, avec une éthique : on ne fait pas de politique en cours, on ne fait pas de syndicalisme en cours, on est là pour s’occuper du programme d’histoire.

On devine, parce qu’on l’on a l’habitude… Que l’étudiant en question n’a pas tenu compte du refus du professeur, est resté debout en continuant de haranguer ses condisciples, que le professeur a vu rouge, s’est levé et a essayé de le faire taire, voire de le faire sortir (et taire) en l’affrontant physiquement, tête contre tête… et en tentant de se moquer de lui en l’imitant, ce qui est de bonne guerre.

Ce qui, traduit pas l’UNEF ( sic) devient « insultes », « racisme »… Alors que si un étudiant français avait fait la même chose, personne n’y aurait vu le même problème. La préférence étrangère, ce n’est pas un vain mot pour l’UNEF. Et le chantage à l’accusation de racisme…

Et le meilleur c’est que l’étudiant par qui le scandale arrive pour n’avoir pas respecté un cours, un professeur… est soutenu par toute l’administration… qui a peur. Et oui, l’UNEF et un certain nombre d’étudiants (étrangers ? ) seraient si violents que l’on suspend les cours parce que « les conditions de sécurité ne sont plus respectées ». Le message est clair. Les violents font la loi à la fac comme partout. Et la violence, une fois de plus, est le lot des gauchistes et des étrangers. Et la violence a gain de cause. Au pays de Voltaire, les plus forts imposent leur loi à tous. Les plus forts seraient-ils les plus illettrés, les plus sots, les plus dangereux.

On peut aussi se demander si l’affaire n’a pas été montée de toutes pièces, à l’avance, pour faire péter les plombs à un professeur trop peu à gauche, trop peu dans la doxa…J’ai essayé de trouver le nom de cet enseignant, qui dirige le département d’histoire, je n’ai pas pu. Pas encore. Mais continuons de chercher, je suis sûre que l’affaire n’est pas finie…. Il y a des dessous à éclaircir.

En attendant il y a de grosses chances pour que le professeur ne puisse plus enseigner à Rennes… soit pour le punir soit pour le  « protéger » des exactions des crapules staliniennes.

Jusqu’à quand allons-nous supporter cela ? Le fait-divers est relaté sur je ne sais combien de media, tant le monde macronien et mélanchonien est omni-puissant partout.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


12 thoughts on “Rennes 2 : les cours du prof suspendus parce qu’il n’a pas laissé un Ivoirien parler des frais de scolarité

  1. Amélie PoulainAmélie Poulain

    Je ne suis pas étonnée, Rennes II a toujours été spéciale, avec un nombre d’étudiants là pour mettre le bordel et le foutoir au lieu d’étudier, empêcher les sérieux de travailler, faire la Loi, décider de grèves à répétition, etc….

    Plus que lamentable cette décision.

  2. Avatarcrina

    Selon mes connaissances dans touts les pays les étudiantes étrangers payent les cours. Maintenant il faut aussi la valeurs des cours. Les cours de haut niveau évidement coûtent plus chère les cours de moindre valeur peuvent être moins chère. Je pence que chaque université a le droit de s’évaluer , non?

    1. Avatardenise

      oui les universités sont indépendantes depuis Pécresse je crois ! c’est pour cela , en tous cas je me pose la question , que les dernières exactions dans les universités ont couté , un pognon de dingue , n’est ce pas , et que la direction de chaque université laissait faire ! à priori j’ai « compris » que la police ne pouvait y mettre les pieds et que tout d’un coup on a vu arriver un groupe masqué ? qui y a mis de l’ordre…j’ai pas su qui , quoi , mais enfin QUEL BORDEL , y a t il quelqu’un aux manettes ?

  3. Avatardurandurand

    Je serai curieux de voir leurs notes et leurs UE à tous ces gauchiottes juvéniles , il suffirait de leurs foutre une bonne branlée pour les calmés .
    En tous cas c’est ce courageux prof qui en fait les frais , et ce cpf africain ne risque aucunes sanctions , pauvre France tout se désagrège à la vitesse grand V.
    Ce pays est devenu grâce à une grande majorité de ces con-citoyens un pays de couilles molles et de dhimmis.

  4. AvatarAdalbert le Grand

    Oui, sans doute une provocation contre un professeur pas suffisamment à l’extrême-extrême-gauche, et pas assez bronzé.

    Quant à l’usage de la provocation et l’intimidation par la violence, c’est une innovation apportée par les joies du multiculturalisme, l’ouverture à l’autre et l’enrichissement apporté par l’immigration.

    Car ce genre de comportement vient tout droit des « quartiers », « cités » et autres « banlieues », qui ont servi de laboratoire.

    (***)

  5. MaximeMaxime

    Le problème, c’est aussi que les étudiants qui sont anti-UNEF ne se manifestent pas assez. Ainsi à Montpellier, où les étudiants vont être privés de deux enseignants (MM. Pétel et Coronel) dont au moins le premier est une pointure dans son domaine, une pétition n’a recueilli que 2000 signatures sur un total de 74000 inscrits…
    L’enseignant de Rennes va-t-il pouvoir garder son poste ou bien vont-ils en faire un nouveau trophée de chasse ?

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      un article sur le sujet de Montpellier qu’on n’a pas encore traité, Maxime, si vous le voulez bien ?

    2. Avatardenise

      dans les anti Unef , il y a l’UNI qui se bat, mais ils sont parfois violentés car la gauche pense mieux qu’eux ..j’avais lu quelques articles à ce sujet ..j’essaierais de retrouver ces articles

  6. Avataralain peulet

    Interdiction de L’UNEF , dont les présidents successifs se retrouvent cadres du PS , voire premier adjoint du maire de Paris sans avoir étudié ou travaillé ….! Dissolution de toutes les assos d’extrême « gôche » , antifa , blackbloc , etc….!!! Et patrouilles de vigiles dans les campus .pour réprimer toute manif et autre rassemblement …! Internement dans la jungle Guyannaise des meneurs sous la garde de la légion ( ou d’anciens Kmers Rouges ) pour rééducation ! ça calmera les hardeurs des agitateurs ….! Elle est pas bonne mon idée ..?

  7. SAINT-MARC Jean-PaulSAINT-MARC Jean-Paul

    Pour rappel, il faut parler du coût de l’année d’université par étudiant doit tourner en moyenne entre 12000 et 13000 €.
    Les infos sur le sujet sont rares (et donc souvent datées).
    Un article de 2013 :
    https://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/un-etudiant-coute-en-moyenne-11-630-euros-par-an-a-l-etat-1806/

    Ce n’est pas les 2000 à 3000 € demandés aux étudiants étrangers qui contribue pour beaucoup au financement de l’enseignement sup. Leur intérêt, réduire un peu la filière d’immigration que constitue les études universitaires.

    Il faut aussi ajouter l’entretien, le logement, la nourriture et l’argent de poche de ces étudiants, il serait étonnant que tous les pays d’origine assurent le financement, donc pour beaucoup, on peut considérer que c’est d’une façon ou une autre à la charge de la France !

    Les crédits pour 2019 :
    http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid134380/budget-2019-enseignement-superieur-recherche-innovation-une-priorite-gouvernement.html
    En 2018, plus de 2,7 millions d’étudiants.
    Plus de 320 000 étrangers, bien sûr une partie de l’UE, aussi de Chine, beaucoup du Maghreb et d’Afrique…
    Nous en savons plus avec la presse … algérienne !
    https://www.visa-algerie.com/france-les-frais-de-scolarite-des-etudiants-etrangers-vont-augmenter/

  8. AvatarMarie

    Rennes 2 c’est quand même un nid de gauchistes, voire d’extrêmes. Ils passent une grande partie du temps à faire grève pour des raisons farfelues et se permettent de bloquer l’entrée de ceux qui vont à la fac pour travailler. S’ils mettaient autant d’énergie à bosser…. d’ailleurs les lycéens ne veulent même pas les suivre dans leurs délires alors qu’à chaque fois ils essaient de les y entraîner en venant les chercher jusqu’aux portes des établissements. Ici pour beaucoup d’ados si tu vas à Rennes 2 c’est que tu es un nul.

Comments are closed.