Les bobos veulent pas être confondus avec les pue-la-sueur, ploucs nationalistes…


Les bobos veulent pas être confondus avec les pue-la-sueur, ploucs nationalistes…

J’habite dans un trou, je pue la sueur, je fume des clopes , je roule au diesel.

Je suis un plouc inculte et nationaliste !

Mais j’aime mon peuple. ( même s’il a des défauts, parfois ).

Donc, je vous ressers ( moi, j’aime bien ) un p’tit coup de Benoît Rayski .

Benoît Rayski :

 » Auriez-vous oublié que dans bobo il y a « bourgeois »?
Cette tribu se pense comme détentrice de la vérité. D’où son mépris pour les beaufs (gilets jaunes).

Les bobos se sont un peu réveillés.

Ici et là ils ont organisé de courageuses randonnées à vélo. Sur les réseaux sociaux ils s’affichent avec le hashtag « sans moi ».

Non, ils ne veulent pas être confondus avec les pue-la-sueur.

Non ils ne sont pas la France qui fume des clopes et roule au diesel.

Avant de dire ce qu’est le bobo, disons ce qu’il n’est pas.

Il n’est pas paysan, ouvrier, artisan, magasinier ou chômeur. Avec ces espèces-là, il n’a rien à voir.

S’approcher d’elles pourrait le salir.

Rappelons qu’à l’origine bobo était la contraction de « bourgeois-bohème ». Depuis, le bobo est de moins en moins bohème et de plus en plus bourgeois.

Du bourgeois, il a suffisance et la cuistrerie de ceux qui ont parcouru un ou deux livres.

Il se meut dans un univers de caste. Avec ses rites, ses rituels, ses us et ses coutumes.

Il aime se réunir à la terrasse des cafés ( 1 ). Il occupe – terrain conquis – la rue Oberkampf et la rue de la Roquette. De ces temples de la boboïtude, il toise les autres – les beaufs, les culs terreux – d’un air supérieur.

Car le bobo a un sur-moi enviable. Il se bat pour deux nobles causes: la cause de la planète et la cause animale. C’est quand même beaucoup plus chic que de manifester contre les taxes sur le carburant…

Le bobo a des relais puissants dans les médias, l’édition et l’université. Ainsi il a conquis les voies sur berges que lui a concédées Anne Hidalgo et il a même réussi à installer un des siens à l’Elysée.

Comme Bobo 1er, il est saisi par le vertige de la toute puissance.

Lui, et lui seul, est dans le vrai. Les autres, ceux qui ne comprennent pas, sont au mieux des imbéciles et au pire des abrutis.

Sur son vélo, le bobo défie la plèbe.

Ce qu’il veut c’est la faire descendre de voiture.

Le problème est que la plèbe ne peut pas se passer de la bagnole. « 

Elle, elle n ‘habite pas dans les quartiers chics !

https://www.atlantico.fr/decryptage/3559220/auriez-vous-oublie-que-dans-bobo-il-y-a-bourgeois-benoit-rayski

________

( 1 ) : Les terrasses des cafés, c’est là où le bobo  » résiste « , après le Bataclan, par exemple.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




7 thoughts on “Les bobos veulent pas être confondus avec les pue-la-sueur, ploucs nationalistes…

  1. Avatarjojo ( le plombier )

    Il faut des plaques commémoratives sur les terrasses des cafés fréquentées par les Bobos  » . Ici des hommes ze des femmes bobos ont , entre deux mousses, et surtout entre eux , courageusement défendu leurs zidées contre la graisseuse » trop classe !

  2. AvatarBobbyFR94

    Je les appelle  » boboChiottes « , j’ai traité des gens de ma famille de ce qualificatif, ça ne leur a pas fait plaisir, je leur ai expliqué pourquoi je les appelais ainsi – sont socialistes, vous comprenez mieux j’imagine… ).

    J’ai rencontré un bel exemplaire de boboChiottes quand j’ai ‘récupéré un meuble auprès de gens, et que je leur ai dit que j’étais contre l’immigration actuelle…

    Fallait voir la gueule du père de la personne avec qui j’avais fait affaire…

    Comme quoi, même des gens de plus de 50 ans n’ont pas forcément de la jugeotte…

  3. frejusienfrejusien

    oui, la description parfaite du bobo-parigot imité par les bobos de province , très désireux de suivre les directives données quotidiennement à la télé pour être un parfait bobo, à l’image du bobo parigot, le nec plus ultra

    Ne pas oublier le slogan préféré des bobos « vous n’aurez pas ma haine », de vrais résistants, en somme

  4. gammagamma

    Hier j’ai rencontré un vrai bobo de connaissance très éloignée.
    En me voyant me garer et entrer au café il me balance une réflexion des plus « révélatrices »
    : « bannière française – autocollant – et gilet jaune sur le tableau de bord sa sent le nationalisme. » – dit-il en blaguant.
    Je ne sais comment ma réponse fut expéditive :  » bobo et condescendant sa sent la traîtrise. »
    j’ai continué mon entrée en l’abandonnant interdit sur le seuil… ..

  5. Avatarbm77

    j’adore le vélo qui est le symbole d’une certaine liberté de se déplacer ce qui n’est pas le cas du vélo avec assistance électrique qui par sa lourdeur et son autonomie n’a pas à mon avis la même utilité sinon d’éviter d’arriver à son bureau en sueur.
    J’apprécie les mesures que Anne Hidalgo a pris pour permettre de circuler dans Paris sur deux roues avec un maximum de sécurité tout en sachant que pour des raison électoralistes elle prenne soin des doléances de ses administrés qui ne veulent plus de pollution mais sont toujours plus exigeant d’être livrés rapidement mais à ce sont les contradictions du bobo dans toutes leur splendeurs .
    Maintenant ce que je n’aime pas et là c’est un problème d’aménagement du territoire c’est que tout cela n’a pas été harmonisé dans toute l’IDF si bien que les problèmes liés à a la circulation se sont trouvés déportés vers la banlieue dont les élus locaux ne s’associent pas pour créer un circuit qui permettrait de se déplacer en vélo en sécurité dans l’ensemble de la banlieue .
    L’incohérence règne chacun y allant de sa petite piste sans aucune continuité avec la commune voisine qui fait sa propre voie cyclable ailleurs !
    Tout cela leur permet de se donner des arguments vis à vis de ceux qui se plaindraient d’un manque de prise en compte de l’écologie mais ces pistes cyclables à l’échelle d’une commune sont ridiculement dimensionnées , et juste bonnes pour s’entrainer à faire de la patinette pour les enfants mais certainement pas vocation à créer une voie de circulation digne de ce nom
    Tout cycliste est aussi automobiliste mais à la différence de celui qui n’est qu’exclusivement automobiliste il a la conscience de l’extrême fragilité du statut du cycliste dans la circulation et il agit en conséquence à la différence de ceux qui dans leurs voitures se croient dans leur salon.
    les gens n’ont pas conscience qu’ils ont majoritairement des véhicules équipés de DCI et donc qu’ils peuvent atteindre 100 kmh en moins 10 secondes ce qui fait toute la différence quand ils doivent côtoyer des vélos qui roulent à 15 KMH et à partir de cela il fallait donc aménager la circulation des vélos pour l’adapter à la réalité d’aujourd’hui..
    Je n’oppose pas cyclistes et automobilistes et tout cela n’a rien à voir avec le fait des gilets jaunes et de taxer le diesel en appauvrissant les gens qui travaillent avec leur véhicules.

Comments are closed.