On discrimine bien les homos pour les dons de sang, pourquoi ne discriminerait-on pas les musulmans ?

En complément à mon article sur l’interdiction qui devrait être faite d’embaucher des musulmans dans certains secteurs sensibles :

http://resistancerepublicaine.com/2018/09/01/quest-ce-quils-attendent-pour-voter-une-loi-interdisant-certaines-professions-aux-musulmans/

Je voudrais ajouter que l’on sait discriminer quand l’intérêt général l’exige…

Dans un autre domaine que celui évoqué dans l’article ci-dessus,, les hommes homosexuels ne pouvaient pas donner leur sang jusqu’en 2016.
Désormais, ils le peuvent s’ils déclarent une abstinence d’un an.

La préservation de la sécurité et la salubrité publiques permet des discriminations car les droits fondamentaux ne sont pas absolus et doivent parfois laisser la place à la prévalence de l’intérêt général.

C’est à la loi de réaliser ces arbitrages conformément à la Déclaration de 1789.
Par ailleurs, nous disposons de beaucoup de chance que Résistance républicaine existe pour ce genre de débats car la plupart des sites ne laissent pas autant de liberté d’expression, de proposition, d’innovation… Quant aux partis politiques, ils sont très frileux sur ces questions.
S’agissant des bobos à mettre à la « Poubelle », sans ouverture d’esprit, aussi coincés que les plus conservateurs dès qu’on touche à certains sujets chariatiquement incorrects, cette pensée de Voltaire leur convient parfaitement : « notre misérable espèce est tellement faite, que ceux qui marchent dans le chemin battu jettent toujours des pierres à ceux qui enseignent un chemin nouveau ».
« On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » selon Héraclite… Le contexte actuel n’est pas celui des années 1930.

 36 total views,  1 views today

image_pdf

16 Commentaires

  1. Un de mes proches y a laissé sa peau , on lui a transfusé du sang pourri et en est mort …….

  2. Alors là… c’est toujours la grande inconnue !!!Nous ne saurons jamais d’où provient le sang que l’on nous injecte dans les services hospitaliers !

  3. Oui c’est dur mais le sida c’est très grave
    Et faire confiance sur une simple déclaration sur l’honneur n’est pas suffisante
    Quelque soit le donneur il faut traiter le prélèvement
    Beaucoup sont séropositifs sans le savoir
    Faire un don du sang est très généreux

    • Bien entendu que oui!!!
      Tout ce qui est gratis est bon à prendre avec cette engeance de merde!!!!

    • Bien sûr ! ils en reçoivent déjà, non ??? quand ils subissent une opération ils ne viennent pas à l’hôpital avec leurs poches de sang ! là, ils ne font pas de différence, les « chiens » servent à leur sauver la vie et c’est gratuit alors, pourquoi se gêner. De plus, il ne doit pas y avoir beaucoup de donneurs dans leurs rangs … ils ne donnent rien, eux !!!

  4. J’ajouterais que l’exemple choisi n’est pas particulièrement pertinent. L’interdiction de don du sang aux homosexuels reposaient sur la situation des années 80 où la population homosexuelle était particulièrement touchée par le sida et autres maladies sexuellement transmissibles. Depuis, l’idée du préservatif et autres mesures d’informations et de prévention a pas mal changé la situation, mais la législation n’a pas évolué. En 40 ans, y’a eu un large renouvellement de la population, les homosexuels ne sont plus particulièrement touchés par le sida.

    • Au contraire Robert Raymond, l’exemple est pertinent car il montre qu’en fonction du contexte, la loi a changé et qu’une discrimination peut être autorisée.
      Comme d’autres commentateurs l’ont fait remarquer, la simple déclaration quant aux relations sexuelles n’est cependant pas suffisante. Il faudrait réaliser une enquête préalable ou/et sanctionner pénalement le don du sang réalisé en contravention des textes.
      L’article du « Monde » utilisé en illustration évoque le fait que des associations LGBT ont fait des recours pour discrimination à raison de l’orientation sexuelle. Or le Conseil d’Etat leur a donné tort en se fondant sur le fait que les comportements à risque sont plus nombreux chez les hommes homosexuels.
      En effet, « selon les travaux de l’Institut de veille sanitaire, la prévalence de porteurs du VIH est environ 70 fois supérieure chez les hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes. (…) La proportion de personnes nouvellement contaminées au cours de l’année 2012 était 115 fois supérieure chez ces hommes que dans la population hétérosexuelle»
      Le Conseil d’Etat a jugé le 28 décembre dernier qu' »au regard tant de la gravité du risque que des mesures pouvant être raisonnablement mises en œuvre et de l’absence de données permettant d’apprécier l’incidence d’une contre-indication d’une durée plus courte sur le risque transfusionnel lié au VIH comme à d’autres infections sexuellement transmissibles, le ministre des affaires sociales et de la santé, qui s’est fondé non sur l’orientation sexuelle mais sur le comportement sexuel ainsi que le prévoit la directive 2004/33/CE, n’a pas adopté une mesure discriminatoire illégale en substituant à la contre-indication permanente existant antérieurement pour tout homme ayant eu des rapports homosexuels une contre-indication, s’agissant du don de sang total, de douze mois après le dernier rapport sexuel avec un autre homme ».
      En opposant l’orientation et le comportement sexuels, le Conseil d’Etat a ainsi validé l’arrêté ministériel qui, en tant que tel, ne pouvait déroger au texte législatif du Code pénal prohibant les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle stricto sensu.
      On ne peut pas sonder les coeurs et les reins, ici comme ailleurs. Il y a toujours une marge d’erreur.
      Mais on voit bien qu’il est possible de considérer que de la même manière, la religion, les croyances concernent le for intérieur, comme l’attirance sexuelle, tandis que des restrictions et des discriminations peuvent être fondées sur l’observation des comportements sans que la loi l’interdise actuellement.
      Du coup, dans le contexte des agents armés de la RATP, on peut penser que l’intervention de la loi n’est pas forcément indispensable et qu’un texte ministériel ou préfectoral pourrait d’ores et déjà faire beaucoup… à condition d’en avoir la volonté politique!

  5. Désormais, ils le peuvent s’ils déclarent une abstinence d’un an

    xxx

    ah ? il faut le jurer ?

    crois de bois
    crois de fer
    si je mens
    je vais en enfer

    «  » et les homos Musulmans, ça abonde, ils font quoi eux ??

    • Ouais c’et clair. Certains mentent et disent qu’ils sont hétéros pour donner leur sang. Alors clamer son abstinence…

      • Et puis si vous comptez sur l’engeance mz, pour donner leur sang, vous pouvez toujours attendre la saint glinglin!!!

        • Cet article n’a pas de rapport avec le droit de donner son sang (donc le droit fondamental de disposer de son corps).
          Il s’agissait en effet de répondre à un commentateur faisant remarquer qu’autrefois, les Juifs avaient subi injustement des interdictions d’exercer une profession. Une mesure qui était effectivement une grave violation injustifiée des droits fondamentaux.
          Plutôt qu’établir un rapport avec la législation anti-Juifs des nazis, j’établissais donc en réponse un parallèle avec l’encadrement actuel du don du sang.

  6. Si l’on utilise la jurisprudence sang/homosexuels il faudrait donc que pour accéder à certains métiers les musulmans déclarent… déclarent quoi ?
    Ne pas avoir mis les pieds dans une mosquée depuis plus d’un an ?
    Ou de façon plus « sûre » (si tant est que l’on puisse être sûr de quelque chose concernant une déclaration de quelqu’un dont la religion impose de mentir dans de telles circonstances !) déclarent rejeter définitivement les versets appartenant aux sourates données à Médine, c’est à dire les versets violents du coran ?

  7. Cela devrait etre une loi car nous ne sommes pas né sous le même soleil
    et cela fait une grande différence sur l’équilibre humain

Les commentaires sont fermés.