Médecin suspendu : Sud Ouest et le Conseil de l’ordre complices des Frères musulmans du CCIF !

Illustration : Le Figaro

Le Docteur Michel Lebreton, spécialiste en oto-rhino-laryngologie, vient d’être suspendu 6 mois (dont trois avec sursis) par l’Ordre des médecins d’Aquitaine pour des propos islamophobes (Sud Ouest du 21/02/2018) tenus devant une patiente couverte d’un foulard « traditionnel ».

Nous sommes en décembre 2015, quelques semaines après les attentats du Bataclan, et le spécialiste « perd ses nerfs et agresse oralement la jeune femme, d’origine maghrébine » (Sud Ouest du 27/01/2018) :

« Depuis combien de temps êtes-vous en France ? 

– Sachez que le foulard que vous portez est un signe de non-intégration 

-Choisissez-en un bleu, blanc, rouge 

– Ou partez au Maroc, en Algérie ou en Arabie saoudite, là où ils sont de rigueur 

– Nous sommes en guerre, il faut savoir dans quel camp vous êtes »

Le médecin avait ensuite averti la gendarmerie qu’il suspectait cette femme de « dérive islamiste 

Enquête classée sans suite car « aucun fait de radicalisation ne pouvait être reproché à cette famille parfaitement insérée et dont l’un des enfants fréquentait, de surcroît, un établissement catholique ».

Le praticien a perdu ses nerfs dans le contexte des attentats sanglants de 2015, il a fini par s’excuser et l’affaire aurait pu en rester là.

C’était sans compter sur le CCIF (Comité contre l’islamophobie en France) qui a déposé plainte pour le compte de la jeune femme maghrébine.

Plainte jugée recevable par la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins d’Aquitaine et qui aboutit à la suspension du docteur Michel Lebreton.

 

 

Ces articles du quotidien régional Sud Ouest suscitent plusieurs interrogations :

  • A un mois d’intervalle, cette affaire a été relayée deux fois par le journal qui informe des conséquences de « propos islamophobes » qui aboutissent à un mécanisme désormais bien rodé : plainte, procès, condamnation. L’islamophobie serait-elle en passe d’être pénalisée judiciairement ? Quel est le but de cette publicité : faire taire les opposants à l’islamisation du pays et conforter leurs partisans ?
  • L’identité du médecin et son adresse professionnelle sont mentionnées : pourra-t-il désormais exercer en toute sécurité, sans risquer la vengeance éventuelle d’un « déséquilibré » ?
  • L’article est complètement à charge : nous ne connaissons que les propos du médecin, pas ceux de la jeune femme. Est-elle restée muette ? Est-ce un monologue ?
  • La plainte n’a pas été déposée par la jeune femme mais par le CCIF qui utilise ses moyens et ses réseaux à faire taire toute contestation de l’islam. L’article précise bien d’ailleurs que cette association est proche de Tariq Ramadan et qu’elle est hostile à la laïcité à la française. Mais le CCIF offre « une assistance efficace aux musulmans victimes de racisme et de discriminations ethniques ou religieuses ». N’est-ce pas finalement le but de cette officine des Frères musulmans : transformer l’islamophobie ou n’importe quelle critique de l’islam en racisme hautement condamnable ?

 

Nous « sommes en guerre » proclamait en 2015 l’ancien Premier ministre Manuel Valls. Contre qui, contre quoi ? Malaise et embarras du côté des politiques qui ne veulent surtout pas être accusés « d’islamophobie » et  finir comme ce médecin de Gironde.

Cette visibilité du voile ou du foulard dans l’espace public permet l’appropriation du territoire français par l’islam (mais aussi les barbes, les prières de rue, les mosquées, le halal…).

Ce bout de tissu qui recouvre les cheveux des femmes musulmanes n’est pas que religieux : il est politique. Ce médecin a peut-être commis une faute en le dénonçant dans le cadre de sa profession mais ses propos seront partagés par nombre de ses confrères, confrontés à de plus en plus de revendications religieuses et de tensions communautaires (à l’hôpital par exemple).

Paradoxalement, les médias tentent de normaliser ce foulard en le rendant encore plus visible, ce fut le cas récemment avec la chanteuse Menel Ibtissem. Il faudra donc s’attendre à sa propagation chez les adolescentes, étudiantes, mères de famille, caissières, mannequins, infirmières et bientôt femmes médecin, députés, militaires… Ce seront nos futurs « accommodements raisonnables » et puis, comme les migrations et les attentats, il faut s’y habituer, on n’y peut rien.

Et ce n’est pas l’actuel ministre de l’Intérieur, Gerard Collomb, interrogé par Le Parisien qui changera quelque chose, lui qui reste « incollable sur les stoïciens grecs et leur « influence sur la crise agraire au IIe siècle avant Jésus-Christ » (et surtout très stoïque devant la jeune fille voilée).

 

Note de Christine Tasin

Que dire du Conseil de l’Ordre qui suspend 6 mois un médecin qui – juste après les attentats de 2015, qui plus est – s’est contenté de dire à une patiente ce que son voile signifiait.

Quelle disproportion entre la peine et la faute, si tant est que quiconque de censé puisse voir une faute là-dedans. Dire au pays de l’égalite hommes-femmes, d’Olympe de Gouges, de Simone de Beauvoir que le voile est une aliénation serait interdit ? Dans ce cas le Conseil de l’Ordre cautionne une dictature – islamique – ou participe à son établissement.

Je vous invite à écrire en nombre au Conseil de l’ordre pour protester, poliment, courtoisement et rappeler tout cela.

Le Conseil de l’Ordre, avec cette affaire – qui n’est pas la seule du même genre hélas – se discrédite complètement. Vous pourrez rappeler que l’islamophobie n’est pas délit, qu’elle ne figure nulle part dans le code pénal, et qu’elle n’est que la peur et donc le refus de l’islam. L’islam n’est pas un homme ni une race, il est donc permis en France, puisqu’il n’y a plus de délit de blasphème, de critiquer l’islam.

 

Conseil national de l’Ordre des médecins

4, rue Léon Jost
75855 PARIS Cedex 17
Tél. :  01 53 89 32 00
Fax. : 01 53 89 32 01
Sans oublier l’antenne régionale qui a pris la décision, sans doute :
Conseil de l’ordre des médecins d’Aquitaine
84 Quai des Chartrons, 33300 Bordeaux

 96 total views,  1 views today

image_pdf

20 Commentaires

  1. Mais c’est pas nouveau …une femme medecin remplacante avait eté condamné par le conseil de l’ordre de rhones alpes pour les memes raisons , a ceci pres que la patiente voilée avait aussi portée plainte aupres du proc qui n’avait pas donné suite ce qui n’a pas empeché le CRO 69 de la planter d’un mois d’interdiction d’exercer avec sursis … j’avais ecrit au CRO 69 pour protester , pas sur qu’on ai eté bien nombreux , reponse du CRO … le Dr L peut faire appel .. ben voyons … sauf que l’article 7 du code de deontologie lui sera automatiquement opposé sauf a se retrancher derriere l’article 47 qui permet pour raison personelle de ne pas procurer ses soins ..la vue du voile constitue une raison personelle ? çà se plaide !

  2. Bizarre mais les médias aux ordres ne parlent jamais de tout ça ?? Vous êtes sûrs de votre (ré)information ??

    • Justement, les médias parlent de ces affaires quand « l’islamophobie » est condamnée par la justice.

      J’ai mis le lien vers le quotidien Sud Ouest en bleuté, en début d’article. Les extraits sont tirés du journal, que j’avais acheté.

  3. En plus il s’est excusé, alors que ses paroles étaient , on ne peut plus légitimes,
    En république française démocratique, ce type de patiente ne devrait pas être soigné, tout simplement,

    TOUTE PERSONNE AFFICHANT SON APPARTENANCE OU SA SYMPATHIE A L ÉTAT ISLAMIQUE NE DEVRA PLUS ÊTRE SERVIE ET PERDRA TOUS SES DROITS DE CITOYEN FRANÇAIS
    CECI CONCERNE L HÔPITAL L ÉCOLE LES SUPERMARCHÉS LA POSTE ETC

    AH ! ET BIEN SUR LES SERVICES SOCIAUX

  4. Si l’ordre des médecins s’y met aussi, alors on est vraiment cuit,

    Ses paroles étaient parfaitement justifiées, ce devrait les paroles de toute personne censée, dans n’importe quel milieu, et à plus forte raison à l’hôpital, quand on sait que du personnel soignant se fait agresser par ces brutes arrogantes, et que beaucoup de femmes refusent de se faire soigner par des hommes,

    L’ordre des médecins aurait dû défendre le docteur, donc un de plus sous la coupe de l’islam et de l’islamophobie,
    ÉCŒURANT !! écœurant !

    • l’ordre des médecins a envoyé des mails entre les deux tours des présidentielles, aux médecins, dans lesquels le président du conseil national affichait clairement les choses : il ne faut surtout pas voter pour la candidate blonde…
      je n’en dirai pas plus…

      • Bonjour,

        « Le Figaro Magazine » d’entre les deux tours avait mis une photo de Macron en couverture …

  5. Agir comme le précise Rosalie; « etre sournois comme eux ». En exerçant son droit de retrait par peur de ne pas voir ce qu’il y a sous le sac à patates ? En ne pouvant pas faire de diagnostic à travers une bache ?
    Le panier de crabes de l’Ordre des médecins justifie son existence en tapant fort sur un de ses confrères. Sans doute qu’un des membres du Conseil va pouvoir profiter, au niveau clientèle, de l ‘interdiction extremement longue (6 mois) d’exercer du Dr Lebreton.

  6. Il y a une autre solution pour les médecins : ausculter la personne et lui prescrire des médicaments non remboursé.

  7. compliqué ! je dirais que ce médecin n’aurait , peut être, pas dû dire ce que signifiait le voile, bien que .. mais il pouvait dire à cette femme de le retirer pour sa consultation ! qu’est ce que ce doit être difficile de consulter une femme qui est à moitié cachée ! un vice de forme ? car on le sait tous quand on regarde une personne on la regarde en son entier ( tête cou ,cheveux oreille ) .;alors je me demande en effet si un médecin n’aurait pas le droit de l’exiger, pour la simple raison d’une consultation tronquée ! et cela m’amène à penser qu’en effet comment faire quelque chose quand on est profondément écoeuré .il y a eu des profs de fac qui se trouvaient avec des voilées toutes placées au 1er rang et qui a refusé d’enseigner, ce médecin devrait demander à l’ordre ds médecins comment il peut faire , puisque ils sont incapable de le défendre .;. ..

  8. Il faut surtout arrêter de leur donner des bâtons pour nous battre ! Nous y perdons notre énergie et notre argent, qui pourrait être mieux utilisé… Soyons comme eux : sournois. Nous ne manquons pas d’imagination pour leur signifier que leur présence est indésirable…

  9. Il faut créer le CPIF ( le Comité Pour l’Islamophobie de France) afin de protéger les gens qui ont une autre religion.

Les commentaires sont fermés.