Grève de la faim pour Mohamed Louizi, harcelé par la justice, complice des Frères musulmans

Il faut lire et relire la déclaration de Mohamed Louizi sous l’article de Pierre Cassen. On y découvre les persécutions dont il fait l’objet de la part d’islamistes, de Frères musulmans, décidés à le faire taire car il a eu l’audace de les dénoncer… Et on découvre que, pour lui comme pour nous, de Riposte ou de Résistance, les procureurs dont d’une servilité ahurissante quand il s’agit d’instruire des plaintes de gens qui devraient être jetés dehors de notre pays.

Mohamed Louizi avait clairement dénoncé l’alliance entre Macron et les barbus auxquels il aurait promis des circonscriptions, en échange de leurs votes… Article pour lequel il serait poursuivi en justice par un proche de Macron. Nous avions relayé une partie de ses déclarations de mai dernier :

http://resistancerepublicaine.com/2017/05/01/en-echange-du-vote-musulman-macron-aurait-promis-des-circonscriptions-aux-barbus/

Ça ne va pas aider le pauvre Louizi à sortir de la grève de la faim, Macron sera-t-il tenté de faire la sourde oreille afin de laisser disparaître l’un des opposants de ses amis ? 

Christine Tasin

 

Harcelé par la justice française, Mohamed Louizi entame une grève de la faim illimitée

Il y a quelques jours, notre ami Pascal Hilout publiait un article critique sur Mohamed Louizi, qui voulait sauver l’islam de l’islamisme.

https://ripostelaique.com/mohamed-louizi-veut-liberer-lislam-de-lislamisme-un-illusionniste-musulman-de-plus.html

Ce texte restait dans le ton du débat démocratique, et il était normal que les responsables de Riposte Laïque, fidèles à leurs traditions d’expression libre, le publient. Tout comme, et il le sait, Mohamed Louizi aurait pu y répondre, et être publié de la même façon, s’il l’avait souhaité.

Mais j’apprends, à l’instant qu’il vient d’entamer une grève de la faim, illimitée, pour protester contre le harcèlement judiciaire dont il est victime, depuis ses courageuses dénonciations des Frères musulmans, confrérie à laquelle il a appartenu.

Les détails qu’il donne – et je crois être bien placé pour apprécier ce que représente la multiplication d’interrogatoires et de plaintes, et le sentiment d’avoir affaire à une justice trop souvent partisane – sont tout simplement révoltants. Cela confirme que, dans notre pays on harcèle nos compatriotes nés musulmans, qui ont quitté l’islam (comme Pascal Hilout ou Mohamed Louizi). Mais dans le même temps, on laisse tranquille les islamistes qui, à l’image de Marwan Muhammad, ne cachent même plus leur volonté d’islamiser la France, ou qui appellent ouvertement leurs coreligionnaires à l’insurrection, comme vient de le faire l’ancien porte-parole du CCIF.

Harcelé moi-même par le Parquet, les associations dites antiracistes et des associations musulmanes, parce que je refuse l’islamisation de mon pays, je témoignerai, dans les heures qui viennent, sur les derniers rebondissements, ahurissants et inimaginables, dont je viens d’être victime.

Par ailleurs, il ne m’appartient pas de juger la méthode choisie par Mohamed Louizi (chacun aura compris que ce ne seront jamais mes méthodes de combat), mais sa détermination, et le texte publié ci-dessous, méritent le plus profond respect.

Pierre Cassen

TEXTE DE MOHAMED LOUIZI

La France et l’islamisme : J’entame un jeûne de protestation volontaire.
☆☆☆☆☆

Ni les larmes de ma femme et de mes trois enfants ; ni l’angoisse de ma mère (64 ans), de mon père (76 ans) et de ma famille, en France et au Maroc ; ni l’inquiétude de mes proches amis et de mon avocat ; ni les risques réels pour ma santé et pour mon travail, rien, strictement rien et personne ne peut me détourner de cette décision sans appel, que j’ai prise, en connaissance des risques et des conséquences, après une longue et mûre réflexion depuis dix jours. Je vous annonce, chers amis, que dès cette nuit, à 00h00, avant presque un mois, jour pour jour, de mon 40ème anniversaire, j’entamerai un jeûne de protestation volontaire.

Dans un premier temps, cette action justifiée (au moins dans mon esprit) et non-violente (ne s’en prenant à personne) prendra la forme d’une grève de la faim dont l’issue est totalement imprévisible. Je cesserai de m’alimenter et je continuerai, un temps, à m’hydrater. Mon seul et unique aliment, les jours et semaines suivants, sera de l’eau sucrée et salée, pour ne pas priver totalement mon organisme d’un strict minimum de sucre et de sels minéraux. Mon «vrai» dernier repas, je le prendrai ce soir en famille à 21h00. Suivant l’évolution (ou pas) de cette situation intenable, je me réserve le droit de transformer cette grève de la faim en une grève de la soif : je ne m’alimenterai(s) plus. Mon jeûne de protestation volontaire deviendra(-it) absolu, aux conséquences médicales irréversibles. J’en suis conscient !

Vous comprendrez aisément que : trop, c’est trop ! Alors que je venais d’être mis en examen (et non pas condamné), ce mercredi 7 février 2018, par une juge d’instruction au TGI de Lille, dans le cadre d’un 5ème procès «pour diffamation», intenté contre mon article «Présidentielle: Emmanuel Macron, otage du vote islamiste?»[1], par un de ses proches soutiens au moment de la campagne électorale, un certain Rachid El-Kheng, j’ai passé hier, le vendredi 16 février, plus de deux heures d’interrogatoire au commissariat de Wattrelos — alors que j’habite à Roubaix ! — parce qu’un Parquet francilien (n° 17/333/000/063) a ouvert une 6ème enquête me visant et a accepté la plainte (n° 2018/3701) de l’islamiste franco-marocaine Fatima En-Nehary !

Pour redécouvrir son profil, vous pouvez relire l’article que je lui avais consacré: «PJD France: Fatima En-Nehary, un profil radical protégé sous le voile?»[2]. Souvenez-vous, il s’agit de cette islamiste ultra-active sur les réseaux sociaux qui, suite à la publication de mon essai «Plaidoyer pour un islam apolitique» (Michalon-2017) m’avait excommunié publiquement[3] en me qualifiant de «Zindîq»[4] (زنديق) — hérétique et apostat — délivrant symboliquement un «permis à tuer» contre moi — sur sa page Facebook, suivie par presque 50.000 personnes dont de nombreux islamistes radicaux. Au vue de la dangerosité de ce qualificatif mortifère pour ma sécurité et pour celle de ma petite famille, j’avais porté plainte contre elle au commissariat de Roubaix[5], le 28 septembre 2017. A ce jour, je n’ai aucune information quant à la suite donnée (ou pas) à cette plainte.

Pis, à l’issue de l’interrogatoire d’hier, l’agent de la Police Judiciaire a voulu joindre une copie de ma plainte à ma déposition mais en vain. Plusieurs minutes à chercher dans le portail du Ministère de l’Intérieur, censé regrouper toutes les plaintes, elle n’a trouvé aucune trace de celle-ci. Du moins, pendant que j’étais dans son bureau. Elle a cherché par date (28 septembre), par commissariat de dépôt (Roubaix), par nom du plaignant. Rien à faire. L’islamiste Fatima En-Nehary a déclaré vivre désormais dans la peur. Lors de sa plainte, elle a déclaré aussi que l’on a piraté son compte Facebook (sans produire aucune preuve matérielle) et que l’on a supprimé, curieusement me diriez-vous, toutes ses publications scandaleuses, que j’ai décryptées par ailleurs dans mon article susmentionné. J’ai joint à ma déposition les captures d’écran de toutes ces publications disparues de son compte.

Elle m’attaque pour «diffamation, dénonciation calomnieuse et mise en danger de la vie d’autrui». Rien que ça! C’est elle qui m’excommunie publiquement depuis la banlieue parisienne, et c’est moi, pauvre de moi, qui me retrouve, pour la 6ème fois consécutives, en moins de 2 ans et demi, dans le box des accusés. Cela rappelle cette prose sublime du poète irakien Ahmed Matar qui raconte l’histoire d’un citoyen qui fut mordu par le chien du souverain. Malgré la morsure et la douleur, le pauvre s’est retrouvé dans le box des accusés, suite à la mort du chien. Le parquet de sa majesté lui a reproché que sa chair était empoisonnée. Les juges de sa majesté l’ont condamné à mort!

L’on ne pourrait qu’être admiratif du Parquet, dépendant directement de l’Exécutif et sous son contrôle effectif, pour sa 6ème réactivité d’affilée. Ne parlons même pas de tous ces moyens de l’État (alors que les caisses sont vides) qui au lieu d’être orientés pour lutter efficacement contre la radicalisation islamiste, ils sont, par le fait du Parquet, orientés vers ceux qui dénoncent le projet islamiste et ses acteurs. Il valide systématiquement toutes les plaintes visant à limiter ma liberté d’expression et ordonne des enquêtes alors qu’il peut, «en même temps», dirait l’autre, classer sans suite d’autres plaintes. Le Parquet de Nanterre, pour ne pas le nommer, a même osé requérir «ma condamnation» dans l’affaire du Lycée Averroès. Heureusement, les magistrats, attentifs à ma défense et à mes arguments, ne l’ont pas suivi et ont débouté le frère musulman Amar Lasfar et ses alliés et témoins. Toujours est-il, je ne suis qu’un citoyen ordinaire qui constate une grave dérive pouvant avoir raison de la République et de la laïcité. Je ne cesse d’alerter à son sujet. Je ne suis qu’un simple citoyen qui n’a jamais publié la moindre enquête sans qu’elle ne soit étayée. Aucune information que j’ai publiée n’a été, à ce jour, démentie ou condamnée. Bien au contraire !

En effet, en plus des articles déjà validés par la Justice — 3 procès gagnés — d’autres se voient validés par d’autres enquêtes, menés par de vrais journalistes (puisque je ne suis qu’un blogueur). Souvenez-vous de mon article: «Mediapart, la qatarie?»[6], interrogeant le sens politique de la traduction en arabe de l’essai d’Edwy Plenel, «Pour les musulmans», par le Qatar ainsi que sa diffusion gratuite à presque 15.000 exemplaires dans le monde arabe. L’enquête très fouillée (10 pages) que consacre à Edwy Plenel la journaliste Sophie Des Déserts (grand reporter au service enquêtes de Vanity Fair) dans les colonnes du 54ème numéro (février 2018) du magazine, ce que je pointais du doigt, se révèle plus que fondé. La journaliste écrit: «Hakim El-Korchi [le traducteur, ndlr] avec son association grenobloise, Interstices, est connu des services de renseignements pour son appartenance à la mouvance des Frères musulmans. Plenel dit l’ignorer.»[7]-[8] Ma question de 2015 prend désormais une autre dimension.

Souvenez-vous de mes enquêtes concernant le «Garage solidaire du Hainaut » et le réseau de l’islamiste Iquioussen à l’ombre de la maire socialiste de Denain, Anne-Lise Dufour-Tonini. Souvenez-vous de mon enquête: «De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom?»[9]. Curieusement, jamais attaquée en diffamation. L’islamiste Soufiane Iquioussen et son ami, l’ex-maire socialiste de Merville, Jacques Parent, ont préféré attaqué «en diffamation», séparément, mon deuxième article: «La promotion de l’islamiste Iquioussen : France 2 récidive»[10]. Jacques Parent a été débouté. Le procès de l’affaire Iquioussen se tiendra prochainement. Une chose est certaine, le «Garage solidaire du Hainaut» a déposé le bilan. Il n’est plus. Certainement pas à cause de l’article incriminé, de l’aveu même de Soufiane Iquioussen dans la presse locale. Mais, force est de constater que c’est toujours ma personne qui est trainée devant les tribunaux «pour diffamation» alors qu’il y aurait, selon mes sources, une enquête ouverte à Valenciennes «autour de la famille Iquioussen au sujet de la faillite du «Garage solidaire» avec l’évaporation d’environs 400.000€ des comptes du «Garage solidaire» et l’apparition miraculeuse de la même somme pour finaliser le financement du rachat de [l’ancienne] école [privée catholique] Sainte Reine » à Denain, transformée en logements locatifs appartenant à l’islamiste Hassan Iquioussen et à son associée. Aucun média n’en a parlé, pour l’instant, alors que des personnes ont été auditionnées. Quant à mon enquête «La caverne d’Amar Lasfar»[11], à ma connaissance, bien que les chiffres dévoilés et analysés parlent d’eux-mêmes, le président des Frères «Musulmans de France» semble bénéficier d’un statut d’intouchable.

Il se pourrait que ce billet soit le dernier. On espère mon silence. On multiplie les opérations «Jihad des tribunaux» à mon encontre, aidé d’un Parquet curieusement très réactif. Je ne demande aucun statut particulier. Je ne demande aucune Justice d’exception. Je ne souhaite pas me soustraire de la Justice. Je me rendrai avec le peu de force qui me resterait à toutes les convocations. J’assume ce que j’ai écrit. Je n’en retire aucune virgule. Toutefois, je dénonce toutes ces procédures abusives ayant obtenu, par six fois consécutives et dans un temps très court, l’assentiment du Parquet. Je mesure la gravité de la situation. Face à celle-ci, je n’ai plus ni les moyens, ni les ressources mentales et psychologiques pour y faire face. Depuis 2006, je subis dans la dignité une mort sociale, voulue par les Frères musulmans, coupé de 95% de ma famille. Depuis 2015, mon agenda judiciaire s’accélère frénétiquement. Sans aucune prétention, je sais que mes écrits dérangent bien des projections : les projections des islamistes, les projections de ceux qui veulent vider la République de sa substance laïque, de son essence démocratique, pour la soumettre aux islamistes.

Si je dois faire silence, ce sera par ma décision. En attendant que l’État se ressaisisse, qu’il réexamine, sans parti pris, toutes ces plaintes, hélas validées par le Parquet, et qu’il fasse le tri entre ceux qui veulent protéger la laïcité et la République de ceux qui veulent les détruire pour instaurer, à terme, l’islamisme et ses lois, je vous annonce, chers amis, que dès cette nuit, à 00h00, j’entamerai un jeûne de protestation volontaire, la conscience tranquille, et l’esprit apaisé. En n’ayant aucune certitude de ce que va advenir de mon état de santé dans quelques jours, dans quelques semaines, dans quelques mois, je vous demande de pardonner mes propos. Si je dois faire silence, mes écrits restent accessibles: «Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans» (Michalon-2016), «Plaidoyer pour un islam apolitique» (Michalon-2017) et «Libérer l’islam de l’islamisme» (Fondapol-2018).

J’irai tous les jours à mon travail. J’annule tous mes rendez-vous extra-professionnels. Ma fille de quinze ans prendra soin de publier, en commentaires de ce post, quelques très courts enregistrements vidéo, pour que je puisse vous dire quelques mots, de temps en temps. Gandhi disait: «Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde!» Je l’ai fait par une plume non-violente et sans détour ; par des écrits (à risque) et engagés du côté de l’humanisme, de la laïcité et de la République. J’ai refusé tous ces carcans idéologiques qui sèment les haines et les ruptures. J’ai fait abstraction à toutes les «identités meurtrières». J’ai refusé la soumission aux injonctions islamistes que je dénonce. Je n’ai pas circoncis mon fils. Son corps ne m’appartient pas. Il n’appartient pas, non plus, à ladite communauté musulmane d’ici ou d’ailleurs. Je n’ai pas voilé mes filles. Leurs cheveux, comme leurs corps, ne m’appartiennent pas. Ils n’appartiennent pas, non plus, à ladite communauté musulmane d’ici ou d’ailleurs. Le chemin vers Dieu ne passe ni par le «zizi» de mon fils, ni par les cheveux de mes filles. Avoir la foi en Dieu, avoir la foi en l’humain, n’est ni histoire de zizis coupés, ni histoire de cheveux voilés.

Quant à ma formidable femme, plongée dans ses tristes pensées depuis hier, j’ai toujours essayé d’être ce mari attentif. Elle a traversé avec moi toutes les épreuves passées. Me revoilà lui infliger, malgré moi, une nouvelle épreuve. Témoin de mon désarroi, elle me dit toujours : Demain est un autre jour. Patience !

Si la mort m’appelle, voici ma dernière volonté, je refuse que l’on rapatrie mon corps vers le Maroc. Je rejette le concept «terre d’islam». Que l’on m’enterre au cimetière public de la ville de Roubaix. Je refuse que l’on m’enterre dans ce territoire islamiste nommé «carré musulman». Depuis 2006, j’ai cessé d’être ce Frère musulman qui chante, face-caméra, le «vivre-ensemble» et exige de la République, dans les coulisses du pouvoir, des territoires dédiés pour le «mourir-séparé». La paix entre les vivants passe, à ne point douter, par la paix entre les morts. Dis-moi comment tu communautarises tes morts, je te dirais quel type de société tu prépares pour demain. Dès cette nuit, place au jeûne de protestation volontaire, à mes risques et périls. Puisse la laïcité retrouver la joie des grands jours. Puisse la République sortir saine et sauve du guet-apens islamiste qui obscurcit son âme et jette son voile sur son horizon.
Mohamed Louizi

https://ripostelaique.com/harcele-par-la-justice-francaise-mohamed-louizi-entame-une-greve-de-la-faim-illimitee.html

 82 total views,  1 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. Respect M. Louizi je ne partage pas toutes vos idées mais je vous respecte beaucoup. Courage à vous et vos proches qui ne partagent pas votre choix de Jeûner et sont inquiets pour vous. Puisse Dieu vous venir en aide, j’ai honte de mon pays et me sens meurtri

  2. @Machinchose
    Salut machinchose, une petite explication sur l’origine du nom, LOUIZA ?

  3. Cet homme a découvert ce qu’était en réalité cette religion.
    Il a eu la naïveté de penser pouvoir la réformer et l’a fait savoir.
    Cela lui vaut une fatwa de la part d’une fanatique islamiste, ce qui l’amène à porter plainte dont il n’est pas retrouvé trace, alors qu’au contraire la justice est extrêmement diligente dans toutes les mises en cause à son encontre, provenant soit de fanatiques islamistes, soit de musulmans de l’entourage de E.Macron….
    Ce qui en dit long de l’influence de l’islam sur notre système politique et sur les juges du mur des cons…
    Je ne comprends pas le sens de certains commentaires…
    Faudrait-il pousser cet homme au suicide ou bien à ce qu’il retourne chez les frères musulmans ?…
    Comme P.Cassen, je tiens à exprimer le plus grand respect à son égard et sur son combat.

  4. Ouh la la !
    Voilà une belle bombe à la gueule des pourris-vendus de Nanterre, et à celle du microcon l’adorateur du cul de mahomet,

    J’admire son courage et sa détermination, son texte est très bien écrit et très explicite, clair et bien documenté
    On a la preuve tangible du DJIHAD JUDICIAIRE impulsé par l’état contre tout opposant à la furie islamiste, à l’islamisation conquérante, cet opposant fut-il arabe et musulman,

    Ah ! on ne fait pas dans la dentelle à Nanterre ! le Parquet est sans doute le plus collabo de France et de Navarre, un noyau dur coco-socialo-islamo

    Bonne chance Mohamed Louiza ! vous avez mon soutien

  5. Mohamed Louizi, Mohamed Sifaoui, le premier est un ancien frère musulman , le second est un faux(-jeton)opposant aux islamistes et , accessoirement, frères musulmans.
    Personnellement je reste dubitatif jusqu’au bout rien qu’en lisant le prénom: Mohamed.
    Mais on peut se tromper et admettre qu’il est sincère (avec un grand « ? »), mais il y a une différence entre seulement s’opposer aux frères musulmans, ce qui est déjà très courageux et s’opposer à l’islam, ce qui est vraiment beaucoup plus risqué.
    Là est la vraie dissidence (chez les Wafa Sultan et Ayaan Irsi Ali par exemple , femmes, apostates et qui affronte tout l’islam à visage découvert, ou encore une Brigitte Gabriel et les contributeurs apostats des deux sites RR et RL qui prennent beaucoup plus de risques que ce Monsieur.

  6. Si on en juge a la peau de son menton, ce petit gros va tenir longtemps avec tout ce gras qui l’entoure. Il ne prend aucun risque a faire une gréve de la faim !!

  7. Ce que demande Mohamed Louizi, un islam apolitique ne sera jamais accepté, expurgé de la haine, ce qui supprime toute la partie de Mèdine du coran, autant plus avoir d’Islam du tout.
    Le plus surprenant ce sont encore nos dirigeants qui surprotègent l’Islam bien plus que les autres religions et bien plus que les musulmans eux mêmes.
    L’islam surprotégé à des liens avec bien des organismes dans le monde, comme l’église Catholique et par le Pape en personne, par la plupart des politiques, l’Union Européenne, surprotègent l’islam bien plus que les peuples européens eux mêmes.
    Même le CCIF, pourtant juifs, surprotègent l’Islam bien plus que les juifs eux mêmes!.

    • Vous avez raison, Xtemps, ce que demande Louizi est impossible.
      Vous avez tort sur le CCIF qui n’est constitué que de musulmans, vous confondez avec la Licra

    • Bonjour,

      Il faudrait y inclure des infos sur la pression totalitaire, jamais vue dans la République, que les musulmans organisés font sur la justice dans l’affaire Tariq Ramadan.

  8. Les yeux s’ouvrent sur les ravages de l’immigration en Europe

    « Sur les ravages de l’immigration en Europe, les yeux s’ouvrent les uns après les autres, les dominos tombent, et les forteresses que l’on croyait les plus inexpugnables s’effondrent devant la réalité des faits (…)
    >
    En France, on ne compte plus les déclarations de personnalités ou d’institutions culturelles en faveur des migrants, depuis le ministre de la Culture qui, complètement irresponsable, veut leur offrir des places gratuites de ciné ou de théâtre… Or, la semaine dernière, la présidence de l’université Paris VIII, dont un bâtiment est occupé par une trentaine de migrants, après les avoir accueillis, découvre que ce n’est plus possible.
    >
    D’abord, elle déplore le manque de dialogue de la part de ces migrants et de ceux qui les soutiennent. Ils perturbent le fonctionnement normal de l’université, pénalisent les étudiants et se mettent en danger. Eh oui, les universitaires découvrent que trente migrants, cela crée des problèmes d’intendance. Si cette petite expérience pouvait les aider à mieux réfléchir quand ils brasseront, dans leurs statistiques et leurs réflexions, non plus une trentaine mais des millions de migrants, qui sait, peut-être leur vision du monde, de l’Europe, de la démocratie, de la culture en sera-t-elle un peu modifiée… » (Extraits du site Boulevard Voltaire).
    >
    http://www.bvoltaire.com/meme-militants-pro-migrants-constatent-nest-plus-possible/?mc_cid=27e788708d&mc_eid=c27058ca02

    • j’ai comme l’impression que vous n’avez pas lu l’article ….
      Alors oui, c’est vrai que si on se contente de lire rapidement les gros titres, on pourrait croire que c’est Mohamed qui serait complice des « frères » ….
      Non Ami Galice, c’est la justice française qui est leur complice !
      Et c’est Momo qui est poursuivi parce qu’il a fait savoir ce qui se trame dans cette organisation …
      Voilà où nous en sommes aujourd’hui en France !
      Alors non, moi je tiens à exprimer tout mon soutien à cet homme courageux et lui dire que tous les français sont avec lui !
      Ce n’est pas un problème entre eux ! C’est un problème pour tous les français de voir leur justice influencée maintenant par les frères musulmans, organisation interdite dans de nombreux pays parce que qualifiée de terroriste !
      Mais, de grâce, abandonnez ce projet de grève de la faim !
      Il vous faut rester fort pour être en mesure de vous défendre et de poursuivre votre combat !
      Christine et Pierre nous tiendrons au courant.
      De tout coeur avec vous !

  9. Beaucoup de courage, certes, mais une grève de la faim ne résoudra rien et vos opposants, cher Monsieur, dont cette belle « justice » française, sortiront vainqueurs sans avoir combattu si, malheureusement, votre action vous conduit à votre fin.

Les commentaires sont fermés.