Pour la journaleuse Carole Gaessler, le patriote qui a assassiné Gandhi serait un militant d’extrême-droite

Publié le 31 janvier 2018 - par - 6 commentaires

Hier, aux infos de 19 h sur France 3, à une minute de la fin du journal, la présentatrice Carole Gaessler, sur un fond d’images de commémoration à New Dehli,  a affirmé  qu’il y a 70 ans, Gandhi était  mort « sous les balles d’un militant d’extrême droite » le 30 janvier 1948.

https://www.france.tv/france-3/19-20-journal-national/391965-edition-du-mardi-30-janvier-2018.html

 

Oui, vous avez bien lu, elle dit « d’un militant d’extrême droite ». Tout naturellement, sans état d’âme…

 

Naturellement, elle ne s’est pas renseignée, et, quand bien même elle l’aurait fait, elle aurait dit la même chose, quand, pour ces dhimmis, s’opposer au dépeçage de son pays et à l’islam, quelle que soit l’époque, fait de vous un « facho ». Même dans les pays où il n’y a pas d’assemblée avec une extrême-droite.

 

Qui était Nathuram Godse, l’assassin de Ghandhi ?

C’était un militant de Akhil Bhāratīya Hindū Mahāsabhā  organisation nationaliste hindoue, fondée en 1915 dans le but de lutter contre la Ligue musulmane et le Parti du Congrès.  ( Source wikipedia).

La dite Ligue musulmane militait pour un Etat musulman séparé ( qui deviendra le Pakistan ) et la figure majeure du Parti du Congrès était Gandhi. Le Parti du Congrès a même (ironie de l’histoire ) été, lui aussi,  défini comme nationaliste. Le Parti du Congrès était très ouvert… revendiquant la protection des minorités religieuses, la reconnaissance des différentes religions, langues et cultures de l’Inde… !

Alors comment ne pas comprendre  Nathuram Godse qui tenait Gandhi pour le responsable du dépeçage ( vrai mot pour partition ) de l’Inde et donc de son affaiblissement ?

L’assassin était donc un nationaliste, opposé à la partition… Quand on voit l’état de la France, quand on voit les territoires perdus de la République, quand on voit la partition de fait qui se développe, on ne peut que comprendre …

Nous, oui, mais pas une Carole Gaessler.

Jusqu’où iront ces gauchistes manipulateurs de France 3 ?

Print Friendly, PDF & Email

6 réponses à “Pour la journaleuse Carole Gaessler, le patriote qui a assassiné Gandhi serait un militant d’extrême-droite”

  1. Avatar Xtemps dit :

    Ces carpettes aux pouvoirs iront jusqu’au bout de leurs folies meurtrières sans état d’âme, ils laisseront installer cette meurtrière Islam en Europe et ils iront jusqu’à le protéger avec nos lois et libertés et droits des minorités contre la majorité au nom de la liberté, c’est à dire contre tout le peuple entier français et tous les peuples d’Europe.
    Ils iront insulter jusqu’au bout les peuples européens s’ils refusent l’islam en Europe, comme ils le font depuis un bon moment, de Nazis, de fascistes d’extrême droite, de haine des autres, toutes les excuses bidons et subterfuges, bafouer toutes les lois et droit de l’homme, en installant des lois liberticides, tous les moyens sont bons pour imposer cette saloperie d’islam criminogène en Europe, qui massacre des peuples entier depuis 1400 ans au nom de leurs tyran stupide Allah.
    Les musulmans et les musulmanes qui veulent en sortir de cette saloperie d’islam, n’auront pas beaucoup de chance d’en sortir et encore moins protégés, grâce aux escrocs imposteurs aux pouvoirs.
    L’islam n’a jamais laisser un seul pouce de liberté et de pitié aux autres, pas un seul, mais pour ces carpettes criminels aux pouvoirs, les musulmans et l’Islam meurtrière ont droit à la liberté comme les autres, une religion de paix et d’amour.
    Il faut être un malade mental pour accepter l’islam, c’est à croire que l’islam est leurs bébé et leurs appartiennent à nos tendres dirigeants, qui en dit long sur leurs mentalités de nos dirigeants, car protéger une meurtrière comme l’Islam qui tue et massacre des innocents au nom d’Allah depuis 1400 ans, il ne faut pas avoir beaucoup d’empathie et pas très juste dans le cerveau, je dirai même aucune empathie pour personne, le vide sidérale, des véritables psychopathes nos dirigeants.
    Sans état d’âme, en ont ils une au moins, une âme, je ne crois pas un seul instant, le vide sidérale, comme leurs regard vide, et ils sourient encore, tellement qu’ils sont stupides et grotesques.
    Oser dire librement les choses, est un acte de résistance et de liberté et moi je n’ai aucun scrupule pour le dire à des criminels aux pouvoirs, ils sont encore aux pouvoirs pour l’instant, plus pour longtemps.

  2. Avatar JJB dit :

    Cette petite journalope décérébrée ne présente aucune des qualités requises pour exercé ce métier : informer et non diffuser cette propagande mortifère de sa pensée de gauchiste de bas étage.

  3. Avatar Jean-Louis dit :

    Moi, je parie que c’est Jean-Marie Le Pen qui a fait le coup.
    Il allait avoir 20 ans en 1978, il avait donc l’âge pour.
    Mais comme New Dehli est un peu loin, il a emprunté le canasson blanc ailé que Momo avait chevauché pour se rendre en quelques minutes de la Mecque à Jérusalem.
    Ce dernier, tout content de reprendre du service mit le turbo pour parcourir les 3840 km jusque là. Arrivé à Dehli, Jean-Marie se travestit en extrémiste hindou (facile, puisqu’il était déjà extrémiste) et trucida Gandhi.
    Jean-Marie réussit à s’esquiver mais ne put rejoindre le canasson volant que Momo, qui avait flairé l’affaire, avait rappelé en Arabie.

    Comme Jean-Marie était jeune et vigoureux, il marcha à travers le Pakistan, l’Afghanistan etc, pour arriver en Turquie. Là il paya un passeur qui l’intégra dans un convoi de migrants où il débarqua facilement en France.
    Sacré Jean-Marie, quelle trempe !

    Euh, vous doutez de ma version. Et pourtant, pour la rédaction de France 3, tout ce qui est extrême ne peut être que de droite, même plus besoin de réfléchir.

    • Christine Tasin Christine Tasin dit :

      En voilà une hypothèse intéressante !

    • frejusien frejusien dit :

      Très amusante la petite histoire !

      Pour ces journaleuses, ça fait toujours bien de placer ce mot dans leurs commentaires, « extrème droite », et hop ! on est bien vu et c’est ce qui compte, n’est-ce pas ?

Lire Aussi