Touchez pas aux rats de Josette Benchetrit : ça la fait mouiller quand les autres sont dans la merde

Déjà, fin 2016, le problème des rats se posait à Paris, déjà, en 2016, Hidalgo avait fait appel aux dératiseurs. Et une pleine page du Parisien avait été consacrée à Josette Benchetrit. L’invasion actuelle nous pousse à penser à nouveau à ce défenseur frénétique des rats…Elle doit être à nouveau sur le pont, à notre grand étonnement, à notre grand désarroi. Les gens qui préfèrent les animaux aux hommes nous ont toujours semblé d’une perversité sans nom.

Alors, voici comment nous la voyons, la Benchetrit, qui milite pour sauver la vie aux rats, pour qu’on se contente de leur courir derrière pour leur faire avaler la pilule…

La Benchetrit, elle est comme ça, elle a le coeur gros comme une montagne.

D’ailleurs elle était pédopsychologue lacanienne du temps de sa splendeur. C’est dire. Les histoire de fantasmes, de blocages, de peurs, irrationnelles ou pas, d’inceste et autres perversions inavouables, elle a vécu dedans toute sa vie. Que dis-je, elle a vécu ? Non, elle s’est baignée dedans, avec un plaisir innommable… l’orgasme tous les jours. Pensez, tous ces petits garçons et toutes ces petites filles qui ont des problèmes de sexualité sans le savoir… Elle frétillait la Benchetrit, elle mouillait la culotte..

Et voilà que la Benchetrit, elle est en retraite. Elle a juste à éplucher ses patates et ses carottes pour sa soupe vespérale en regardant TF1. Elle déprime, la Benchetrit. Elle ne mouille plus, elle ne jouit plus, la Benchetrit. Elle est au bord du suicide.

Elle essaie bien de sauver quelques pigeons en leur jetant les miettes de son pain, mais ça manque d’envergure, elle demeure terriblement solitaire, la Benchetrit. Au bord du suicide, vous dis-je…

Et tout à coup, c’est un premier miracle, la divine Providence, sous le nom d’Hidalgo, donne à nouveau un sens à sa vie. Les clandestins pullulent à Paris. Merci Hidalgo, elle l’embrasserait, la Benchetrit. Elle se félicite tous les jours d’avoir voté pour Notre Drame de Paris. Elle a pu, déjà, se désennuyer en venant réconforter les clandestins installés un peu partout dans Paris, leur apporter les miettes dérobées sauvagement aux pauvres pigeons…  Sa vie avait commencé à changer, déjà… Grand-mère Benchetrit se demandait même si elle n’adopterait pas un petit mineur étranger de 35 ans, histoire de mettre un peu de chaleur dans… sa triste vie mais elle a eu peur. Et si elle tombait sur un barbare analphabète ? Elle est quand même psy lacanienne, merde, il lui faut un certain niveau intellectuel…

Elle en était là de ses réflexions quand le second miracle est arrivé. Les rats. Les rats pullulent à Paris. Merci encore Hidalgo. Des rats partout, par centaines, par milliers. Et là ça fait tilt. Elle sent une boule chaude au creux de son ventre, l’orgasme est là, prêt à revenir… Ces petites bêtes soyeuses, pourchassées, qui sont l’objet de répulsion, de fantasmes abjects… elle  les aime, elle les recherche, elle les tripote avec amour, avec un désir fou de les mettre contre sa peau nue, de se vautrer au milieu de leur pelage doux comme l’amour… Coup de foudre. Elle envisage d’en amener quelques-uns dans son petit 2 pièces, de les installer à demeure, d’ensoleiller sa vie…

Et  là, c’est la catastrophe. Sa grande amie Hidalgo envoie les dératiseurs…

La Benchetrit s’est évanouie quand elle a appris cela. Elle a tout de suite fait le rapprochement. Hidalgo c’est Hitler et les dératiseurs c’est les nazis exterminant les juifs.

Alors, la Benchetrit, elle est partie en guerre. Elle a sorti… non pas la kalach ( faut pas pousser, elle est psy, elle se contente de tuer à coups de mots ) mais la pétition. THE pétition, pour demander à Hidalgo de sauver les adorables petites bêtes, de les laisser gambader partout, se faufiler partout… Ah ! Le plaisir de trouver un rat dans sa poubelle, dans son placard ou dans son lit… la Benchetrit en rêve. Pas vous ? Tant pis pour vous.

Parce que, la Benchetrit, elle a trouvé comment redonner un sens lacanien à sa vie. Les rats, c’est propre, c’est gentil, c’est doux. Et une pétition ( signée de 25000 Benchetrit à cette heure. Les Benchetrit c’est comme les rats, ça pullule ).

Il faut apprendre aux gens à connaître les rats pour ne plus en avoir peur. Je voudrais que l’on élève l’homme en combattant les phobies que l’on a contre les rats. Il faut cesser cette violence. C’est un mauvais exemple.

Ouah ! Ça c’est du chiadé… Du Lacan pur jus.

Combattre les phobies… La boucle est bouclée. En sauvant les rats, elle veut combattre nos phobies. Elle se croit encore en pédiatrie, elle veut encore manipuler les autres, fussent-ils adultes, pour créer un monde comme celui dont elle rêve. Elle veut nous redresser…

La Benchetrit, elle serait pas un peu gaucho sur les bords ?

Une chose est sûre, on va continuer à souffler sur les braises.  Dératisons, dératisons… Et on ne la laissera pas se mêler de ce qu’elle appelle nos phobies. Elle est même capable, la vieille folle, de vouloir nous interdire de détester l’islam.

 127 total views,  1 views today

image_pdf

22 Commentaires

  1. de mieux en mieux ya les bobos pro clando maintenant les bobos pro rat peu-etre que l’un ne va pas sans l’autre !!!!!

  2. regardez ce petit reportage
    vous en saurez bien plus sur les rats que le Dr Minagrobis lui même

    Ratopolis Partie 1 – YouTube
    Vidéo pour « ratopolis documentaire »▶ 6:30
    https://www.youtube.com/watch?v=ggZZWc1DEgE
    4 avr. 2012 – Ajouté par AlloMouss Sappas
    Excellent reportage comportementaliste des rats dans des conditions extrêmes.

  3. Erratum : Quand la défense des animaux tourne à la dinguerie. S’il y a une espèce animale qui n’est pas en danger de disparaître c’est bien les rats sans doute plus nombreux que les humains sur terre.

  4. Il est possible que certains aient signé la petition ,sans la lire .Ils pensaient signer pour que la dératisation soit faite .
    Pas besoin de perdre son temps ,en commentaires à propos des autres signataires

  5. « Elle se croit encore en pédiatrie, elle veut encore manipuler les autres, fussent-ils adultes, pour créer un monde comme celui dont elle rêve. » : elle a réussi à manipuler, à cette heure, au moins 25 000 d’abrutis infantilisés… 🙂

  6. Il faudrait peut-être se demander pourquoi et comment a surgi cette subite prolifération des rats .Bizarre,non ? Il fut un temps où l’espèce prospérait et proliférait autour des Halles ; et puis les Halles sont parties à Rungis,et les rats ont suivi.
    Et voilà que tout soudain, ils réapparaissent . Comme c’est bizarre.

    Ce qu’on peut constater, c’est la disparition progressive des moineaux parisiens .Auraient-ils malencontreusement bouffé les graines empoisonnées qu’on a servies aux rats ?

  7. Aië! Lacan ! Ce type a fait des ravages.Des suicides nombreux à la suite de séances de psychanalyse lacaniennes. La perversité des thèses lacanienes n’est plus à démontrer. Pauvre Madame Benchettrit ,elle ferait mieux de travailler dans les égouts,cela lui remettrait les idées en place.
    Ces bobos ont perdu jusqu’au moindre sens des réalités.Tous des bouffons.

    • En effet, si la Benchetrit pouvait vous écouter et suivre l’exemple de son maître : psychanalyser les rats pour qu’ils maîtrisent leur libido – donc moins de rejetons -, voire se suicident, c »est plus écolo que leur donner de la nourriture empoisonnée au risque d’empoisonner d’autres espèces !

  8. Si les rats étaient musulmans, leur prolifération serait encouragée et financée par Hidalgo :
     » C’est une chance pour Paris « .

  9. Décidément, ces écolos-bobos-bio-psycho-gaucho me hérissent de plus en plus le poil.
    Si en soi, ratus norvégicus, n’est qu’un animal comme les autres, sa prolifération pose problème. Quand une population devient plus importante qu’une autre, les problèmes surviennent fatalement.
    Le plus bel exemple, est la création du parc de Yellowstone aux USA. A sa création, il fut décider que l’homme n’y interviendrait aucunement, que la nature serait laissée libre de foisonner à tout va, car déjà la pensée magique écolo concon habitait les esprits, la nature est merveilleuse et sage, elle sait mieux que cet imbécile d’humain et patin coufin. Or, il s’avéra au bout de quelques temps, que des espèces, proliféraient au détriment d’autres et de la flore et que l’équilibre faune-flore était gravement menacé. Et hop revirement, une gestion de la faune et de la flore fut instituée. Trop de chevreuils? On en abat un certain nombre, idem pour les ours et toutes les espèces animales, idem pour la flore, trop de sumac vénéneux, on détruit etc etc.
    Et parfois ce déséquilibre est bel et bien le fruit des erreurs humaines: parce que les trappeurs blancs chassaient trop les loups, renards et autres prédateurs arctiques, les lemmings se mirent à proliférer, mangeant et détruisant la nourriture des caribous qui ne pouvant plus se nourrir, décédèrent en grand nombre. Dans sa bêtise, l’humain concon incrimina les loups. Ce fut un scientifique envoyé sur place qui découvrit le pot aux roses. Il fallait réguler la population de rongeurs, laisser leurs prédateurs augmenter en population pour qu’un équilibre renaisse et que les caribous soient sauvés.
    Et si la nature était si sympa que ça, l’humain n’aurait pas cherché au fil des siècles à s’en protéger. Dame Nature est grande, belle et pourvoyeuse de grands bienfaits, mais elle est aussi dangereuse et pourvoyeuse de grandes calamités.
    Mais Mme Hidalgo ne saurait avoir peur d’un bacille de Ricketts ou de Yersin, dont les rats sont de grands vecteurs.

    • Autre exemple : la campagne d’extermination des moineaux sous Mao de 1958 à 1962 (« Grand bond en avant »)

      Résultat : surpopulation de vermine et invasion de criquets, préludes à la grande famine (15 à 30 millions de morts)

  10. Et les ratophobes ne vont tarder a être qualifiés de racistes, de fascistes ….et les associations d’accabler ces amateurs de propreté ….

  11. Houla, Christine, vous êtes en forme ce dimanche matin !

    En tous cas, je suis content de ne plus habiter Paris. La dernière fois que j’y suis allé, j’ai vu une ville sale et mal famée.
    Et en banlieue nord-est, c’est carrément le tiers-monde avec des kilomètres d’immondices sur les bords de route et, dedans, des types qui habitent dans des tentes…

Les commentaires sont fermés.