On n’a plus le droit de rien dire : entretien avec la juriste Anne-Marie LE POURHIET

De nombreux articles de » figaro vox » sont brillants, actuellement.

Lisez cet entretien avec la juriste Anne-Marie LE POURHIET sur le thème :

On n’a plus le droit de dire » le roi est nu » . Pourtant tout le monde voit et sait que le roi est nu .

_________________________

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Pour le professeur de droit constitutionnel, certains volets de la loi actuellement en débat à l’Assemblée menacent la liberté d’expression.

LE FIGARO. – L’une des mesures adoptées par les députés prévoit d’étendre le principe de l’inéligibilité aux personnes condamnées pour racisme, antisémitisme ou homophobie. Est-ce une bonne chose?
Anne-Marie LE POURHIET. – « Toute personne sceptique qui critique ou émet un jugement de valeur sur des mœurs, des comportements, des cultures ou des croyances est immédiatement considérée comme coupable du délit de «phobie». Cet amendement n’est qu’une nouvelle étape dans la tyrannie des minorités. Non seulement nous vivons dans une société bâillonnée où l’on ne peut déjà plus critiquer un individu ni un groupe sans risquer de se faire traîner en correctionnelle par des associations de militants vindicatifs et sectaires, mais ceux-ci voudraient en outre que les personnes condamnées sur le fondement de lois scélérates extorquées à un législateur complaisant soient interdites d’exercer un mandat public. »

Dans l’intitulé de l’amendement, il est affirmé que ces délits «portent atteinte aux valeurs républicaines qu’un élu se doit de partager». Ces «valeurs républicaines» ont-elles un contenu juridique?
« Les «valeurs républicaines» sont aujourd’hui invoquées à tort et à travers pour justifier n’importe quoi. Avoir été condamné pour «propos sexistes» ou bien être hostile au mariage pour tous ou à l’ouverture des frontières sera bientôt considéré comme «antirépublicain»! Il me semble que l’une des valeurs cardinales de la Révolution française est justement la liberté d’expression, qui ne consiste sûrement pas à formuler seulement des opinions bienveillantes!

Les valeurs républicaines, historiquement, ce sont la laïcité, l’unité de la Nation et l’égalité des citoyens devant la loi. Le b.a.-ba de la Révolution française, c’est le refus des droits des groupes et des corporations au profit des droits de l’individu libre de toute appartenance. Le multiculturalisme normatif est directement contraire aux valeurs républicaines et le droit pénal prend le chemin inverse des principes républicains en sanctionnant systématiquement les offenses aux communautés. Cela a commencé en 1972 avec la loi Pleven très mal rédigée, puis le mouvement s’est accéléré à partir des années 1980 avec la multiplication des catégories protégées et surtout l’habilitation des associations militantes à se constituer partie civile pour les délits de presse. On a ainsi privatisé l’action publique et soumis les médias, les intellectuels et les citoyens à la menace permanente de censure et de procès pour délits d’opinion. »

L’antiracisme militant établit un continuum entre violence verbale et symbolique et passage à l’acte. N’est-ce pas problématique d’un point de vue juridique?

« C’est insensé. Ce n’est pas parce que je trouve gênante la mendicité de certains Roms sur les trottoirs que je vais me mettre à les agresser. Le Christ peut sans doute dire à ses ouailles «Aimez-vous les uns les autres», mais un législateur républicain et libéral ne peut pas interdire aux citoyens de ne «pas aimer» tel individu, tel groupe, telle religion, tel comportement ou telle culture. On ne peut pas interdire aux gens de porter un jugement de valeur sur les mœurs d’autrui, ni de hiérarchiser les comportements. Chacun a le droit de penser ce qu’il veut et de dire ce qu’il pense. Le problème est que les «groupes d’oppression» (selon l’expression de Philippe Muray) ont obtenu la multiplication de lois pénales tendant à réprimer ce qu’ils appellent des «phobies». On veut nous forcer à apprécier le foulard islamique et le burkini, nous obliger à approuver le mariage gay, nous contraindre à accueillir avec le sourire des milliers de migrants, nous imposer de regarder les Jeux paralympiques et d’admirer le football féminin. Nous sommes sommés de considérer que tout est équivalent (au sens étymologique d’égale valeur) au nom de la «non-discrimination». Et pour être bien sûr que nos assemblées politiques ne comporteront que des moutons dociles bêlant dans le sens du «progrès», on va rendre inéligibles tous les condamnés pour cause de «mal-pensance». »

Assiste-t-on à un retour du «politiquement correct»?

« Un «retour»? Cela fait près de trente ans que nous nous enfonçons dans la dictature politiquement correcte. L’arsenal répressif ne cesse de s’alourdir, sans compter la multiplication des officines parallèles chargées de nous mettre au pas (CSA, Défenseur des droits, Commission consultative des droits de l’homme, haute autorité de ci, observatoire de ça…) et les insupportables instances prêchi-prêcha du Conseil de l’Europe. Nous croulons sous les normes de contrôle social et les institutions de censure. Et nous avons même le droit à des pétitions sur les réseaux sociaux tendant, par exemple, à faire retirer l’attribution d’un prix à un auteur au motif qu’il serait contre le mariage gay et donc «homophobe» ou à faire sanctionner une chaîne de télévision pour avoir laissé passer dans un jeu une séquence «stigmatisante pour les malades mentaux»! Le premier réflexe face aux imperfections de la société est l’interdiction. Désormais tout conflit, tout désaccord doit se terminer au tribunal. Au lieu de laisser s’exprimer le pluralisme et la contradiction particulièrement chère aux juristes (audi alteram partem = écoute l’autre partie), l’on ne songe qu’à faire taire la dissidence. »

La France devient-elle l’une des démocraties les plus répressives en matière de liberté d’expression?
« Si les États-Unis ont été précurseurs en matière de «politiquement correct», le 1er amendement à la Constitution de Philadelphie et la jurisprudence pointilleuse de la Cour suprême protègent efficacement les citoyens américains contre toute répression pénale de la liberté d’opinion. Chez nous, même le Conseil constitutionnel a renoncé à protéger la liberté d’expression. Hormis le délit de négation des «génocides reconnus par la loi», il a laissé passer toutes les lois liberticides. La liberté et le pluralisme sont en train de disparaître du pays de Voltaire. C’est irrespirable. »

Diriez-vous avec Alain Finkielkraut que «l’antiracisme est le communisme du XXIe siècle»?
« Oui! «Tout anticommuniste est un chien», disait Sartre, tout antiprogressiste l’est désormais. Ce qui me frappe surtout, c’est la tétanie dans laquelle est plongé l’ensemble de l’élite politique et médiatique. Plus personne n’ose dire que le roi est nu, c’est le début de la soumission. »

 96 total views,  1 views today

image_pdf

41 Commentaires

  1. Il est clair que ce nouvel amendement vise les partis patriotes ….
    Aux armes citoyens !!

  2. Bien sûr, toutes les descriptions décrites par cette Juriste Anne-Marie Le Pourhiet, sont des comportements totalitaires et Fasciste de nos institutions pour faire taire la dissidence contre leur politique dictatoriales et en garder le monopole, comme imposer contre la volonté des peuples européens, derrière des excuses bidons comme le racisme et autres raccourcis bien pratiques pour dictateurs, qui sont des arnaques à la démocratie.
    Imposer est interdit en démocratie.
    Dans une vraie démocratie, nous avons le droit de ne pas être d’accord avec la politique d’immigration des dirigeants, comme dans n’importe quel domaine, d’ailleurs c’est le peuple qui décide en démocratie pas les élus.
    Nous n’avons jamais été en démocratie, mais que les apparences trompeuses, qui est le déguisement de l’état totalitaire Fasciste derrière.
    Le référendum fait partie de la liberté aux peuples autochtones de choisir leurs destins, comme la liberté d’expression, sans çà, ce sont des peuples bâillonnés avec aucune libertés d’actions, maintenu par une dictature Fasciste en place.
    Mais aussi, nous ne pouvons plus parler d’immigration, mais de colonisation quand c’est contre la volonté des peuples européens et sans référendum, comme cela avait été le cas pour les anciens pays colonisés, autrement ils étaient aussi racistes, ce qui est absurde bien sûr.
    Aucun anciens pays colonisés n’avaient été traité de raciste, car personne n’a le droit d’envahir les pays des autres sans leurs consentements.
    Un peuple qui n’a rien à dire est toujours sous la domination d’une dictature.
    Les dictature annulent toujours la démocratie, une démocratie n’existe pas en dictature, comme une démocratie répressive n’existe pas non plus.
    La démocratie, c’est le peuple, pas les élus, c’est jamais le peuple qui est répressif avec lui même, çà n’existe pas, c’est les dirigeants qui peuvent être répressifs avec le peuple, et on est jamais en démocratie en ce moment là, mais en dictature.
    La démocratie c’est de permettre à chaque individu d’être libre, avec des lois du respecte mutuel et égaux devant les lois communes, comme le peuple n’accepte que les lois qui s’imposent qu’à lui même.
    Aucun état ne peut imposer des lois contre la volonté du peuple en démocratie.
    En Europe dictatorial, les grands oubliés et discriminés sont toujours les peuples autochtones européens, ils n’ont rien à dire et sont bâillonnés, aucun représentants ne défendent leurs peuples, les excuses pour ne pas servir leurs peuples, sont les autres.
    Enfin, une juriste qui parle, il était temps.

  3. A Philiberte

    Vous avez raison. Etablir les limites de la liberté d’expression n’est pas un exercice facile, mail il y a des reperes.
    1°Il y a quand même une différence entre les propos d’une personne qui, de facon raisonnable et raisonnée, rejette l’immigration d’origine africaine ou maghrébine et le langage ordurier d’un groupe comme SNIPER qui incite a la haine contre les Francais de souche ( exterminer les ministres et les fachos, niquer la France, faire pendre des Francais…pas besoin de continuer, vous avez certaînement lu l’article).
    2° Il faut savoir qui dit quoi. Qu’un groupe comme SNIPER fasse des discours haineux,, cela m’importe peu, mais si, par contre Mme Obono dit qu’elle veut niquer la France, c’est une autre chose. En tant que députée, Mme Obono représente l’Etat, l’autorité républicaine, la volonté générale. Outre que ses paroles dépassent largement ce que les regles de la bienséance exigent d’une personne qui remplit une charge publique, elles témoignent d’un racisme anti-blanc/anti-francais, et cela est inadmissible. Donc, sa liberté d’expression doit être limitée.
    3° Quant a l’usage des paroles qu’on emploie, on peut toujours obéir a la regle d’or, si on souhaite savoir ce qui est permis et ce qui est défendu.

    • Obono députée m’as-tu vue derrière JLM ! elle représente qui ?…

  4. à le vieux Calgues
    Faut-il comdamner tout homme qui dit qu’il n’aime pas les noirs, par exemple, ………………………………………………. Non! Même si on n’est pas d’accord avec cette opinion, il faut respecter l’homme qui l’a émise.

    si on ne condamne pas cet homme, il ne faut pas condamner non plus le rappeur illettré dont on parle dans un autre article…..

    Pas facile de limiter l’expression, hein?

    • Philiberte en janvier Oui ou Non ! ce sont les soldes du BLANC made in ? il faut accorder 90 % de rabais on brade on brade, libérer les rayons pour la tendance des couleurs à la mode des grands couturiers du CAC 40 qui sera ??? pour automne hiver 17/18, 21/22 ou 14/18 39/45 QUOI ? verrons nous refleurir un printemps ? J’espère de toute mon âme de chien le revoir, ce printemps, les arbres refleurir avec leurs odeurs qui viennent vous lécher les nerfs olfactifs, la verdure grandir, voire ses pousses qui ne disparaîtront pas à l’aube de leur vie …  » le feu des méchants  » mais poussent les mauvaises herbes de l’hiver, les oiseaux de toutes les couleurs tournoyer au-dessus de petits nuages blancs,en se bécots tants, dans un ciel BBR, bleu comme les yeux d’une belle Andalouse, qui vomit la barbarie sur les taureaux, blanc comme le jaune d’œufs des poussins qui piaillent et parfois rouge de colère avec des éclairs pas de Jupiter au chocolat, avec son trident, mais de dieu pour rappeler qu’il est bien là..

  5. Notre erreur c’est de penser avec notre logique raisonnable, nous pourrions au contraire raisonner avec une logique anti raisonnable et utiliser les méthodes du système contre lui en le poussant tellement à l’absurde qu’il implose. Exemple une association de chrétiens (ou d’athées) demande qu’on lui installe un réseau de centres de dé-radicalisation (l’idéal serait à l’air pur à la montagne ou au bord de mer) – dans les hôpitaux exiger d’être soignés (ou dans l’enseignement) par du personnel qui présente son certificat de baptême, un autre groupe de gens exigent le contraire: du personnel qui peut prouver qu’il a été débaptisé… etc. il suffirait que chacun porte un pin avec un pictogramme
    Le système implose dès qu’on le pousse à l’absurde. Pour le moment les gens sérieux se battent contre la burqa pour le bien des femmes musulmanes – mais ainsi on entre dans la logique du système, et si, au contraire, on faisait campagne pour que toutes les musulmanes portent systématiquement la burqa et donc que tous les musulmans portent le p’tit bonnet, la barbe et la djellaba et que tous les enfants musulmans «aient droit» exclusivement à l’enseignement islamique exclusivement dans des écoles coraniques et surtout ne soient pas mis en péril et contaminés dans des écoles publiques? etc. On pourrait même aller jusqu’au label «bistrot alcoolcompatible haram» «restaurant cochoncompatible haram» «école Darwincompatible haram» Vous imaginez un label haram à l’entrée des hôtels 5*… Faisons à absurde, absurde et demi. Et que se passerait-il si un tenancier d’établissement, au lieu de dire à des voilées qu’il ne veut pas de voilées chez lui, allait dire à ces dames «en mon âme et conscience je ne puis vous laisser entrer dans ce lieu impur plein d’alcool et de cochon et d’hommes blancs lubriques»… et si ce tenancier appelle l’imam du coin que va-t-il se passer? En aucun cas l’imam ne va pouvoir laisser des femmes musulmanes entrer dans un lieu impur… s’il le fait, alors là, ouvre ton urne Pandore! Poussons bobonne dans les orties pour voir si ça lui pique la zizounette… Imaginez la tournure des tribunaux si on y applique cette nouvelle méthode. Par exemple les tenanciers de restaurants qui portent plainte contre des femmes musulmanes qui entrent délibérément dans des établissements certifiés ACC = haram, car impur car Alcool & Cochon Compatible… ça renverserait la vapeur, la presse aurait enfin quelques nouveaux scoop. Notre erreur c’est que nous manquons de fantaisie et sommes trop sérieux.On se fout de nous, pour quelle raison ne nous foutons-nous pas de ceux qui se foutent de nous ?

    • à Anne Lauwaert
      ah, mais c’est une idée excellente!
      je connais quelqu’un qui voulait se faire enfermer parce que phobique!
      les phobies étant des maladies, il voulait se faire soigner.
      je n’ai jamais eu le courage de le suivre…..

    • Anne
      vous avez raison ; la dérision est une arme redoutable si elle est bien utilisée et laisse les juges sans armes.
      Il y a bien longtemps j’allais sur un forum et nous étions victimes des modérateurs jusqu’au jour où à quelques uns nous avons pris l’habitude de dire exactement le contraire de notre pensée et dans une caricature de politiquement correct
      je vous jure que nous nous sommes bien amusés à raconter des énormités qui passaient comme une lettre à la poste
      aujourd’hui il faudrait proposer Marlène Shiappa pour le prix Nobel de littérature ( par exemple )

      • Anne, un peu comme tous ces humoristes de monsieur POILS ,tel le gorille vous salue bien,.il a le droit même pour ça de dire quels ont été toujours ses amours. c’est sa dernière volonté, que l’on doit respecter, et certains de vomir chez onp encore couché ? <> . … Moi, ils partiront mes dernières volontés, en fumée,dont mes cendres seront larguées en parachute au dessus d’Oran, gers… Et puis il a les hein ? herbes berbes, de gâteau avec bougies du bât ta came de saint honoré,rue Montaigne venus d’ailleurs, des champs de mulots, place des deux étoiles, où les idiots utiles à Macron tournent en ROND sans retrouver la case départ ni arrivée,puisqu’elles n’existent pas c’est une leurre de la pyramide à TOUT en Camion, ils tournent ils tournent les petits mulots des champs assis à côté des mulots des villes… et la cavale kas de la grande muette qui se meurt…La mère sainte DENIS nous revient <> j’ai mon paquet BONUX qui lave plus blanc que blanc,pour le dragées FLUX CAS et dans ma machine MADE IN fait tout, le drapeau BBR passera à la teinturerie pour <> Ouf ouf la patrouille de France passe au-dessus du Général des Gaules pour lâcher son kéro qui gène sur la concordat béat d’une armée liquide des sens…C’est moi chef, vos gueules les mouettes…

  6. On n’a plus le droit de dire qu’on n’aime pas son voisin si celui-ci est noir ou arabe…

  7. Il ne faut pas oublier, bien entendu, que toutes ces interdictions ne s’appliquent qu’aux blancs. Parce qu’un noir qui dit : les blancs doivent crever, ce n’est évidemment pas du racisme, ni de la haine, ni quoi que ce soit.
    Ceux qui sont au gouvernement ont sali la République et la transforment en une anti-république, une dictature digne de 1984.
    Avez-vous vu Lâam qui a posté sur son compte Twitter qu’il fallait que TF1 change le nom de son prochain téléfilm ? Ben oui, il s’agit des « Dix petits nègres ». Comprenez, le mot « nègre » est choquant. Le pire, c’est qu’il y a des gens qui sont d’accord avec cette c*nne. Effarant.

  8. En effet, un jugement de valeur n’est pas un délit et dire que c’est une phobie (islamophobie, homophobie etc…) releve de la diffamation.
    Faut-il comdamner tout homme qui dit qu’il n’aime pas les noirs, par exemple, parce qu’il y a trop de paresseux parmi eux, parce qu’ils font trop d’enfants sans avoir les moyens de les nourrir ( c’est donc le contribuable qui doit subvenir a leurs besoins) ou parce qu’ ils sont, en moyenne, moins intélligents que les blancs et, par conséquent, peu utilisables dans une société qui favorise le travaille intellectuel par rapport au travail manuel? Non! Même si on n’est pas d’accord avec cette opinion, il faut respecter l’homme qui l’a émise. Son avis peut faire l’objet d’un débat, mais les tribunaux ne doivent pas s’y mêler.
    Je n’ ai pas bien compris si cet amendement fait déja partie de la législation. C’est donc une loi qui est en vigueur ou s’agit-il d’un projet de loi dont l’Assemblée Nationale débat encore? Si c’est la loi maintenant, il sera opportun de réfléchir sérieusement et de maniere approfondie a la signification des articles 2, 11,7, 25 et 26 de la Déclaration des Droits de L’Homme et du Citoyen.

  9. Titre : « On n’a plus le droit de rien dire »
    Ca veut bien dire qu’on n’a plus le droit de se taire, donc qu’il faut dire tout ce qu’on pense ?

    • Bonjour,

      J’avais remarqué, comme vous, que ce titre était logiquement fautif mais j’ai respecté la formulation intiale de l’article du « Figaro » :=)

      (Le modérateur).

  10. A chacun de nous de bien intégrer cet article 35
    « Quand le gouvernement viole les droits du peuple , l’INSURRECTION est pour le peuple et pour chaque portion du peuple,le plus sacré des droits et le plus INDISPENSABLE des DEVOIRS. »

  11. ça se précise pour réaliser les prévisions de Georges Orbad 😆

  12. dans peut de temps il sera interdit de penser, d’avoir ses propres idées, de réfléchir et même de choisir, tous des automates bien sages clonés sur un seul modèle bien docile, manipulable a souhaits….

    • oui cela existe , cette société est celle des mahométhan
      on ne pense même plus on récite des sourates
      et on se laisse manipuler
      et ca marche depuis quatorze siècle

  13. Un rappel de quelques uns des articles de la Déclaration de 1789 et de 1793.

    Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

    Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

    En conséquence, l’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen.

    Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

    Art. 7. Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

    Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

    Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

    Art. 13. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

    Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen
    du 24 juin 1793

    En 1793, les députés ont souhaité compléter la déclaration des Droits de l’Homme de 1789, en précisant certains droits et en ajoutant des droits nouveaux. De tous les textes fondateurs des Lumières, c’est celui qui va le plus loin pour garantir la liberté et la démocratie. C’est LE texte qu’il faudrait reproclamer et faire appliquer aujourd’hui, en en particulier dans la France de Macheconet antérieurement à minolette et sarkosette.

    Article 2
    Ces droits sont l’égalité, la liberté, la sûreté, la propriété.

    Article 3
    Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi.

    Article 4
    La loi est l’expression libre et solennelle de la volonté générale; elle est la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse; elle ne peut ordonner que ce qui est juste et utile à la société; elle ne peut défendre ce qui lui est nuisible.

    Article 7
    Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s’assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits. La nécessité d’énoncer ces droits suppose ou la présence ou le souvenir récent du despotisme.

    Article 8
    La sûreté consiste dans la protection accordée par la société à chacun de ses membres pour la conservation de sa personne, de ses droits et de ses propriétés.

    Article 9
    La loi doit protéger la liberté publique et individuelle contre l’oppression de ceux qui gouvernent.

    Article 11
    Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique; celui contre lequel on voudrait l’exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force.

    Article 12
    Ceux qui solliciteraient, expédieraient, exécuteraient ou feraient exécuter des actes arbitraires, sont coupables et doivent être punis.

    Article 16
    Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens, de ses revenus, du fruit de son travail et de son industrie.

    Article 20
    Une contribution ne peut être établie que pour l’utilité générale. Tous les citoyens ont le droit de concourir à l’établissement des contributions, d’en surveiller l’emploi, et de s’en faire rendre compte.

    Article 21
    Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler.

    Article 23
    La garantie sociale consiste dans l’action de tous pour assurer à chacun la jouissance et la conservation de ses droits; cette garantie repose sur la souveraineté nationale.

    Article 25
    La souveraineté réside dans le peuple; elle est une et indivisible, imprescriptible et inaliénable.

    Article 26
    Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier; mais chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d’exprimer sa volonté avec une entière liberté.

    Article 27
    Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l’instant mis à mort par les hommes libres.

    Article 28
    Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer et de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.

    Article 31
    Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

    Article 32
    Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l’autorité publique ne peut, en aucun cas, être interdit, suspendu ni limité.

    Article 33
    La résistance à l’oppression est la conséquence des autres droits de l’homme.

    Article 34
    Il y a oppression contre le corps social, lorsqu’un seul de ses membres est opprimé. Il y a oppression contre chaque membre lorsque le corps social est opprimé.

    Article 35
    Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

    • Est-ce que la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 éditée dans une confusion entre Jacobins Girondins, Montagnards et Plaine… à savoir qui devait exister et qui devait s’éloigner ? les uns à droite du président les autres à gauche du président. Les racines et motivations de la révolte sont ainsi, si l’on veut relier les heurts entre bourgeois ( d’une caste dirigée par des élus souvent élus on ne sait comment ? ) et paysans qui font vivre le citoyen avec les antagonismes inverses qui ont lieu entre clercs et paysans, nobles et paysans, elles vont indiquer les grandes lignes de forces parfois FÉROCES pour orienter les positions. Les paysans, organisés en COMMUNAUTÉS trouvent des « régisseurs » = la FNSEA . les spéculateurs = le CAC 40 mondiale des ressources alimentaires dans les bourses, les officiers = toujours soumis ( sauf certains ? ) par le droit de loyauté quels que soit les dirigeants véreux …les négociants dans le cyclotron des lobbyings qui gravitent autour des commissions en leurs apportant leurs commissions de conflits d’intérêts, afin de contrôler la vie rurale de notre pays et des autres nations. Tous ces intermédiaires  » qui ne veulent lâcher le bout de GRAS  » contrôlent, s’enrichissent au passage et achètent des terres de l’époque, comme des pays achètent aujourd’hui des patrimoines nationaux des clubs de foot, des quartiers de non-droits En 1789 les intérêts de ruraux ou paysans de la terre avec les bourgeois locaux n’étaient pas en concurrence, mais complémentaire pour lutter contre le clergé, mais ! aujourd’hui pour lutter contre un clergé soumis, une bourgeoisie de culs cousus, des spéculateurs, des régisseurs, des officiers, des négociants traders sous les ordre de l’OCDI et de l’OM IL faut éradiquer comme en 1793 tous ces emmerdeurs qui se REBELLENT et se prétendent plus souverains que les souverains de 1789 et ainsi brûler les DERNIÈRES chaumière des derniers RÉSISTANTS paysans afin que ! avec la collaboration de rois du pétrole la fédération se substitue à votre déclaration des DROITS de L’HOMME et de LA FEMME à mettre en position verticale… Vous allez me dire mais :<> Il se reconnaîtra… Mes SOURCES Monsieur Martin, spécialiste de l’histoire de la Révolution et de la guerre de Vendée Professeur émérite à U Paris 1 la guerre de Vendée, 1793-1800 Messieurs Mauras le Patriotisme et la Nation.Cercles communautaires. Max Gallo: Fier d’être français Il faut bien que quelqu’un monte sur le ring et dise :<> quel/le boxeur ou boxeuse savate française et non anglaise ??? le roi du sumo, droite, gauche toute, vous avez vu  » mes GOSSES  » le roi de la guitare, ses cordes vocales, le roi du  » moi je !  » son cimeterre en OR, le roi de Rochille avec ses cacas huettes des Caraîbes…et son oncle  » Donald  » ? Dites moi pourquoi, JLM veut une sixième république CONSTITUANTE des Hein Soumis ? Est-ce-que la nôtre n’est pas valable ,et être encore sauvée avec des combattants sur le ring de France ? l’avenir nous de le dira mais j’ai bien peur que ….

  14. Bonjour Claude T.a.l,

    Votre article est passionnant. Je suis un sceptique du droit vu comme un outil de protection des citoyens en général et des nationalistes en particuliers. Il n’est ni protecteur ni fondateur. Bien au contraire, votre juriste en témoigne, il est aliénateur.
    La loi serait l’expression de la volonté générale. Que représente la loi quand cette volonté générale est réduite a à peine 20 % du corps électoral (pollué en plus par des nationaux de papiers) ? Que représente la loi lorsque ceux qui sont censés la faire ont signé une « Charte d’allégeance » à l’exécutif ?
    Ce qui est intéressant dans cet article c’est qu’une spécialiste du droit ne donne finalement aucune solution parce que sur le plan juridique il n’y en a pas …

  15. est ce que je ne risque rien si je disais

    « il y a une trentaine d’ année, j’ étais de gauche…mais que depuis et aujourd’ hui je suis profondément et consciement raciste »

    j’ ai le droit ??

  16. Remarquable article d’Anne-Marie LE POURHIET, et toujours aussi remarquable
    Claude t.a.l qui nous le transmet.Merci pour le tuyau Figaro Vox, à suivre!
    Comme le dit A.M.L.P :« Si les États-Unis ont été précurseurs en matière de «politiquement correct», le 1er amendement à la Constitution de Philadelphie et la jurisprudence pointilleuse de la Cour suprême protègent efficacement les citoyens américains contre toute répression pénale de la liberté d’opinion. . » Contrairement à notre Conseil constitutionnel, présidé depuis peu par le sémillant septuagénaire Fabius (vous vous souvenez du « reponsable mais pas coupable »?) Cela on devrait le lui ressortir dans les soi-disant futures incitations…

    • Bonjour,

      Je défendrai Fabius parce qu’à l’époque, comme me l’a expliqué mon frère médecin, personne ne comprenait rien à cette maladie.

      Les associations homosexuelles étaient les premières à condamner ceux qui remarquaient que les homosexuels étaient les plus touchés à grands coups de « Vous nous stigmatisez !! ».

      La phrase que vous citez est de Georgina Dufoix suite à une question d’un impudent journaliste, qui, lui, comme toute sa caste, ne se remet jamais en cause.

      Pas plus hier que maintenant où cette caste médiatique exerce une véritable dictature nord-coréenne sur la France :

      https://www.youtube.com/watch?v=_gL59BEHws0

  17. IRAN- 10 ans de prison, 80 coups de fouet pour les 3 chrétiens condamnés à cause de leur foi.
    FRANCE – Condamnations judiciaires pour ceux qui ont encore foi en la liberté d’expression. La prison et les coups de fouet arrivent …

  18. très intéressant entretien, même si je regrette sa dernière formule « antiprogressiste ». Le progrès ne coïncide pas forcément avec le changement. Un changement peut être régressif.
    Le Pourhiet est plutôt classée très à droite, je ne sais pas si elle est républicaine de conviction étant donné son argumentaire sur le mariage homosexuel ; en revanche, il est intéressant de relever qu’elle s’appuie sur les principes républicains pour mener son analyse.
    Si on veut jouer au jeu de l’inéligibilité, il faut que toute condamnation définitive pour délit ou crime empêche de se présenter à une élection. Ou aucune, mais actuellement il existe une discrimination injustifiée que renforcerait cette loi.
    Pour rappel, aussi, mon analyse :
    http://resistancerepublicaine.com/2017/03/18/affaire-du-cenacle-la-loi-pleven-bafoue-la-constitution-en-etablissant-une-inegalite-entre-croyants-et-athees/

    • Bonjour Maxime,
      Anne Marie Le Pourhiet est plutôt considérée comme chevènementiste – souverainiste – républicaine ( voir sa fiche wikipedia )
      claude

  19. Je suis tout à fait d’accord. Désormais nous vivons dans un système complètement soviétique : une partie unique et la pensée unique !

  20. attention Madame , vous prenez le risque de vous faire mutée ou de vous faire démissionnée , dans nôtres belle dictature le délit de pensée excite !
    un General ne leurs fait pas peur , imaginée une juriste?

    • Franchement, après les présidents d’université qui ont appelé à voter contre Marine le Pen, je pense qu’il serait inconvenant de sanctionner Mme le Pourhiet ! C’est le bon côté de la chose…

      • Les inconvenances ne sont pas pour gêner la pseudo-élite qui se goberge aux frais du contribuable, loin de là . Bien au contraire, elle aime à se vautrer dans son lisier.

Les commentaires sont fermés.