Sondages : Macron perd régulièrement du terrain depuis 4 jours

La baisse de Macron ne fait que commencer, elle est inexorable. Sa véritable nature apparaît au grand jour, il se dit de plus en plus souvent que c’est le candidat et le remplaçant de Hollande, de la mondialisation et des banques. Son mépris affiché pour les Sans-dents fait le reste…

Vive Marine ! Il va se passer chaque jour des choses différentes d’ici le 7 mai !

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 – Selon les résultats des derniers sondages, Emmanuel Macron est sur une inclinaison à la baisse dans les intentions de vote du 2eme tour de l’élection. Le direct.

Dernier sondage : Macron accuse-t-il le coup ?

Sondage présidentielle 2017 – Emmanuel Macron n’arrive pas à progresser dans cette campagne de l’entre-deux-tours, les résultats des sondages lui donnant environ 60% des intentions de vote. Selon le “Rolling” Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio, Emmanuel Macron (60,5%) a le même score qu’hier face à Marine Le Pen (39,5%). Selon le “PrésiTrack” Opinionway-Orpi de ce jeudi, le candidat d’En Marche (59%) perd encore un point depuis la veille face à Marine Le Pen (41%, +1). Découvrez une synthèse de tous les sondages du 2eme tour grâce à notre compilateur.

http://www.linternaute.com/actualite/politique/1357555-presidentielle-2017-resultat-dernier-sondage-macron-le-pen-2eme-tour/

Complément de CRIL17

En direct – L’écart se réduit entre Macron et Le Pen dans les sondages

http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/27/35003-20170427LIVWWW00021-en-direct-presidentielle-marine-le-pen-et-emmanuel-macron-second-tour-2017.php
=====
Lorsque les grands médias seront obligés, sous la pression d’Internet, de révéler l’état mental de Macron qui devrait faire basculer la campagne électorale en faveur de Marine Le Pen de manière irréversible, » le système » sera-t-il obligé d’imaginer un  » accident de la vie démocratique  » pour empêcher Marine Le Pen de gravir les marches de l’Elysée ?

 558 total views,  1 views today

image_pdf

8 Commentaires

  1. Hier soir Marine à sorti le slogan “Il faut faire barrage à Macron”
    eh bien oui, le FN aurait dû l’employer depuis longtemps, il faut faire barrage à Fillon, Mélenchon…. et tous les autres!!!
    Tout comme le mot raciste qui pour les communautés étrangères, les racistes sont tj les français! mais qui sont les vrais racistes en vérité? Il est grand temps de remettre les pendules à l’heure!

  2. Contradictions : Docteur Emmanuel et Mister Macron
    :: http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2017/04/27/contradictions-docteur-emmanuel-et-mister-macron.html#xtor=CS2-758
    27 avril 2017

    L’Oeil du 20h s’est replongé dans les interviews, les écrits et les discours du candidat Macron. Sur certains sujets, il y a comme des contradictions, l’impression d’avoir à affaire à deux personnes. Le candidat d’En Marche ! est régulièrement revenu sur ses propos. Florilège.

    D’abord Emmanuel Macron est-il socialiste ? Décembre 2014, devant un parterre de patrons, le ministre de l’Economie explique longuement pourquoi il est socialiste et qu’il l’assume. Deux ans plus tard, en visite au Puy du Fou en compagnie de Philippe de Villiers, tout a changé. “L’hônnêteté m’oblige a dire que je ne suis pas socialiste”, déclare-t-il devant les caméras. Contactée, l’équipe du candidat précise : Emmanuel Macron “vient intellectuellement de la gauche, mais n’est pas encarté au parti socialiste”.

    Dépénalisation du cannabis ou pas ?

    Sur le cannabis, la position du candidat est disons… un peu fumeuse. Fin 2016, dans son livre programme, Emmanuel Macron est clair : il souhaite que la consommation de cannabis fasse l’objet d’amendes et non plus d’une peine de prison. En droit, c’est ce qu’on appelle une dépénalisation.

    Pourtant, quatre mois plus tard, interrogé par le Figaro, Emmanuel Macron dit l’inverse : ”Je ne crois pas à la dépénalisation des “petites doses” ni aux peines symboliques. Cela ne règle rien.”

    Vérification faite : le candidat est bien pour une dépénalisation concernant les petites doses de cannabis. Son équipe plaide le malentendu à propos de sa récente interview.

    Pas d’ordonnances… sauf pour le droit du travail

    Comment gouverner ? Voilà une autre question qui taraude Emmanuel Macron. Fin 2016, voilà le candidat “crois pas une seule seconde (…) à la réforme par ordonnance”. Les ordonnances, ce sont ces textes écrits par le gouvernement, sans débat au Parlement. Désormais, Emmanuel Macron les trouve très utiles pour réformer le droit du travail.

    Dernière contradiction : la question écologique. Dans son programme, le candidat veut sortir la France des énergies fossiles. Il y a un an, il n’était pas de cet avis. Favorable à l’exploration et à l’extraction devant des spécialistes des matières premières.

    Alors qui croire ? Macron 2016 ou 2017 ? L’équipe d’En Marche précise : la seule énergie fossile à laquelle le candidat est opposé c’est le gaz de schiste.

    ______________________________
    VOIR AUSSI :

    I.- “Fille de”, “haine”, “irresponsabilité”… Marine Le Pen vue par Emmanuel Macron
    :: http://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/video-fille-de-haine-irresponsabilite-marine-le-pen-vue-par-emmanuel-macron_2164718.html
    – “Le vrai visage de l’extrême droite française”, “un nom que nous connaissons trop bien”, “un projet brutal”… En meeting ou en interview, Emmanuel Macron dresse petit à petit son portrait de Marine Le Pen, son adversaire pour le second tour de l’élection présidentielle, le 7 mai. Franceinfo a analysé les occurences de citations de la candidate frontiste Le Pen dans les discours du candidat d’En marche !
    Alors que le climat se tend entre les deux tours, le candidat d’En marche ! n’hésite pas à attaquer à la fois le programme et la personne de son adversaire. La filiation des Le Pen, “de père en fille, de fille en nièce”, est d’abord utilisée comme un argument par Emmanuel Macron. Ce dernier souligne la continuité au sein du parti, depuis son fondateur Jean-Marie Le Pen jusqu’à sa petite-fille Marion Maréchal, en passant par sa fille, deux fois candidate du FN à l’Elysée.

    ___________________________

    II.- “Candidat-Plexiglas”, “bébé Hollande”, “candidat de Bruxelles”… Emmanuel Macron vu par Marine Le Pen
    :: http://www.francetvinfo.fr/politique/marine-le-pen/video-candidat-plexiglas-bebe-hollande-candidat-de-bruxelles-emmanuel-macron-vu-par-marine-le-pen_2163106.html

    – “Quintessence du système”, “immigrationniste”, “candidat des médias”… En interview ou en meeting, Marine Le Pen ne manque pas d’imagination pour critiquer son adversaire au second tour de l’élection présidentielle du 7 mai, Emmanuel Macron. Franceinfo a analysé les occurrences du nom du candidat d’En marche ! dans les discours de la candidate FN. Résultat : parmi les thèmes qui reviennent dans la bouche de Marine Le Pen, la rhétorique anti-“système” est un des arguments les plus utilisés.

    Les orientations libérales d’Emmanuel Macron sont dénoncées par la candidate frontiste : “candidat de Bruxelles”, “de l’austérité” ou “de l’ultralibéralisme”, elle présente l’ancien ministre de l’Economie comme l’apôtre de la dérégulation et de la “mondialisation sauvage”.

    Les critiques se transforment parfois en invectives ou en phrases-chocs. Marine Le Pen surnomme ainsi Emmanuel Macron “le Jean-Claude Van Damme de la politique” ou “le candidat-Plexiglas”, manière de lui reprocher des hésitations ou un “discours creux”. Les idées du leader d’En marche ! sont, tour à tour, considérées proches de celles de François Fillon et dans la continuité du président sortant, François Hollande.

  3. Mouais ! Certes Marine progresse un peu et Macron stagne. Mais est-ce suffisant pour le vaincre ? J’en doute. D’autant que la machine à broyer Marine est puissante. Elle a l’âme d’un chef de guerre, mais il faut avouer que malgré sa puissance de feu et malgré le fait qu’elle ait beaucoup d’électeurs derrière elle. Je pense qu’elle peut marquer beaucoup de points lors du débat car elle a un indéniable talent. Elle pourra sans doute aborder les questions qui fâchent sur lesquelles le m…. ne s’est jamais prononcé. Il faut toujours y croire. Mais j’avoue que le 1er tour m’a secoué et que depuis je suis un peu pessimiste. Je dois me reprendre. Le seul espoir qui me reste maintenant c’est que l’imposteur n’ait pas de majorité à l’assemblée. Qu’il soit pieds et poings liés. Ce serait jouissif.

  4. La baisse de Macron est-elle “inexorable”, comme le pense Christine ?
    Je serais plus réservé, car l’immense pouvoir médiatico-politico-mafieux jette toutes ses forces dans la bataille. Ce matin Bourdin a été particulièrement infame face à Louis Alliot.
    Mais l’essentiel, selon moi, est déjà acquis: Macron stagne au lieu de progresser, ce qui fait que le doute s’installe chez ses supporters. Or le résultat actuel des sondages (60/40) est déjà en soi une victoire pour Marine: ceux qui veulent ressusciter “l’esprit front républicain” de 2002 doivent se rappeler qu’il y avait eu un 80/20 pour Chirac, et à l’évidence on sera très loin, mais vraiment très loin de ce score !
    Essayons d’être précis: le score 60 à 40 paraît impressionnant parce qu’entre 6 et 4 on voit tout de suite l’écart. Mais si on change de chiffres, ne serait-ce qu’un peu, alors la vision change: 59/41 c’est du 5 à 4, un score “normal” pour ce type d’élection: de 59/41 à 51/49, l’effet visuel est le même, ça reste du 5 à 4 c’est-à-dire un score serré.
    Or Marine est bien en train, grâce à un formidable début de campagne depuis lundi, de passer ce cap symbolique des 40, reléguant Maqueron dans celui des 50.
    Donc imaginons le pire pour nous, en fonction de la situation actuelle: Maqueron est élu avec une petite majorité, et un tauxx élevé d’abstention: le voilà très mal parti pour gagner les législatives et au-delà pour gouverner. Au contraire, Marine, sur la dynamique de la présente élection, peut rafler la mise aux législatives malgré sa défaite.
    Voilà, cétait ma chronique: de toute façon on a déjà gagné la bataille… à condition bien sûr de tout faire pour que Marine ait le plus de votes possibles la semaine prochaine.
    Marine sera peut-être battue, mais pas humiliée. Maqueron, lui, a toutes les chances de perdre ses plumes de paon. Et on attend avec gourmandise le débat télévisuel de la semaine prochaine, qui pourrait bien être décisif.
    FORZA MARINE ! et avec elle tous les Résistants !

Les commentaires sont fermés.