Attentats : osons désigner l’ennemi !


Attentats : osons désigner l’ennemi !

OSONS DÉSIGNER L’ENNEMI !

Quotidiennement, attentats, lapidations, égorgements, décapitations, enlèvements, fusillades sont le sort de très nombreux peuples. Les auteurs en sont toujours les mêmes, les islamistes, mais, curieusement, on ne les nomme pas ainsi : on les désigne soit sous des initiales, soit sous des noms “folkloriques”, soit sous l’appellation bien neutre de “terroristes”, par crainte de l’amalgame ! On s’accorde pour dire que l’on est en guerre, on s’est même enhardi à préciser que l’ennemi était à l’intérieur ! On est donc en guerre contre un ennemi sans nom ! Alors, pour trouver de l’objectivité et faciliter le raisonnement, l’exercice va être simple: changeons le terme “islamistes” par celui de “néo-nazis” et interrogeons-nous:

Étant en guerre, n’y aurait-il pas des fouilles de fond en comble dans les immeubles, cernés par l’armée, afin de débusquer les trafiquants d’armes et démembrer les réseaux ? La population se révolterait-elle en attaquant les forces déployées ? Ne fermerait-on pas illicico tous les lieux de culte voués au dictateur ? Les noms d’auteurs de délits et crimes seraient-ils modifiés, les photos de leurs odieux massacres interdites de publication ? Des politiques seraient-ils poursuivis en justice pour avoir montré les photos des horreurs ? Laisserait-on propager sur les ondes, en concert, les appels à la violence contre les Français ? Permettrait-on à des fichés N-N (“Néo-Nazis”) de se balader sur le territoire national sans surveillance ? Existerait-il autant d’initiatives coûteuses (et échouant) pour créer des centres avec experts, accompagnés de soi-disant repentis, pour les déradicaliser ? Ne louerait-on pas le bienfait des frontières ? Laisserait-on rentrer des prétendus réfugiés de guerre mêlés à des combattants prêts à nous tuer ? Resterait-on inactif face à ces 10 000 radicalisés et penserait-on acheter une paix civile pour récolter les voix électorales ? N’y aurait-il pas une quasi-unanimité pour avoir recours à des condamnations exemplaires, des châtiments suprêmes ? N’y aurait-il pas un vent de révolte s’il y avait passivité des gouvernants et  complicités journalistiques ? Le commerce se ferait-il avec les pays soutenant ouvertement ces ennemis de la liberté et désirant nous éradiquer ? Plus d’une soixantaine de pays participant de cette idéologie, ne prendrait-on pas d’importantes mesures préventives ?

Suite à cette énumération, entendrait-on de façon angélique ces slogans creux « arrêtez de stigmatiser “ et les Droits de l’Homme seraient-ils invoqués ?

Cet éclairage est probant, cependant il se pourrait que des gens vous rétorquent une autre phrase passe-partout : “comparaison n’est pas raison”, de crainte de voir la réalité !

Désolant, mais qu’à cela ne tienne, reprenons un historique : les premiers attentats islamiques en France datent de quand ? “Nice” diront les amnésiques, “le prêtre et le couple de policiers égorgés”, “Charlie, l’hypercacher, le Bataclan!” vous diront d’autres un peu plus au fait… Et le chef d’entreprise décapité, et Mérah ? Et Khaled Kelkal ? Et les attentats RER Orsay et St Michel ? Et rue de Rennes, rue des Rosiers, et tant d’autres !

Je me limiterai à remonter jusqu’en 1980, l’attentat devant la synagogue rue Copernic. Pourquoi ? Parce que cet exemple est flagrant de la façon dont sont abordés les problèmes suivant l’étiquette aposée : comme c’est souvent le cas, on a attribué cet attentat à l’extrême-droite ! On défile, courageux, dans les rues, derrière les banderoles “Le fascisme ne passera pas !”C’est simple quand l’ennemi n’existe plus !… l’enquête avance… les belles âmes se lamentent : “Ce n’est pas la peste brune, ce sont les islamistes !”…Les coupables espérés, ce ne sont toujours pas eux! On replie, définitivement les banderoles, plus de slogans, plus de gens prêts à lutter contre ces odieux criminels ! Les victimes auront juste droit aux bougies et aux fleurs et aux chansons “Peace and Love”. Inutile de défiler avec la banderole “l’Islamisme ne passera pas !” Pourquoi ? Mais voyons, “la haine entraîne la haine” !…

Conclusion : comparaison est raison : le courage d’hier est semblable au courage d’aujourd’hui, et nous retrouvons pacifistes rêveurs, collabos et résistants ! 

NB : Recherchez sur le Net la liste de tous les attentats islamistes de par le monde, impressionnant !

  • Turquie: le 1er janvier 2017, une fusillade dans une discothèque d’Istanbul fait 39 morts et 65 blessés174. L’attaque est revendiquée par l’État islamique175.
  • Irak: le 2 janvier 2017, un attentat suicide à Bagdad fait 32 morts et 61 blessés176. L’attentat est revendiqué par l’État islamique177.
  • Somalie: le 2 janvier 2017, un attentat-suicide fait 3 morts à Mogadiscio, le siège de l’Amisom était visé. Il s’agit probablement d’un acte des islamistes shebab178.
  • Turquie: le 5 janvier 2017, l’explosion d’une voiture fait 2 morts (dont un policier) et une dizaine de blessés à Izmir, deux terroristes ont été abattus par les forces de l’ordre, ils avaient avec eux un armement lourd et prévoyaient de faire tuer bien plus de monde179,180.
  • Irak: le 5 janvier 2017, l’explosion d’une voiture aux abords d’une mosquée de Bagdad dans un quartier chiite fait 6 morts et 15 blessés181.
  • Syrie: le 7 janvier 2017, un attentat à la voiture piégée fait 48 morts et plusieurs dizaines de blessés à Azaz. Il s’agit de toute évidence d’un acte commis par l’État islamique182.
  • Irak: le 8 janvier 2017, un attentat à la voiture piégée fait 12 morts et 35 blessés dans un quartier chiite de Bagdad. L’attentat a été revendiqué par l’État islamique183.
  • Israël: le 8 janvier 2017, un sympathisant de l’État islamique tue 4 soldats israéliens en blesse 15 autres, en fonçant sur eux avec un camion184.
  • Syrie: le 12 janvier 2017, un kamikaze se fait exploser à Damas et fait au moins 7 morts185.
  • Mali: le 18 janvier 2017, un attentat à la voiture piégée fait plus de 50 morts à Gao186.
  • Somalie: le 25 janvier 2017, un double attentat fait au moins 13 morts à Mogadiscio187.
  • France: le 3 février 2017, attaque contre des militaires au Carrousel du Louvre à Paris.
  • Afghanistan: le 8 février 2017, une voiture piégée explose dans l’enceinte de la cour suprême de Kaboul. L’attentat fait 20 morts et 40 blessés.
  • Égypte: le 12 février 2017, un vétérinaire chrétien est assassiné à El-Arich188.
  • Irak: le 14 février 2017, un attentat à la voiture piégée fait 4 morts à Bagdad189.
  • Irak: le 15 février 2017, un kamikaze tue 11 personnes avec une voiture piégée dans un quartier chiite de Bagdad189.
  • Irak: le 16 février 2017, un attentat à la voiture piégée fait 52 morts et des dizaines de blessés dans un marché de Bagdad189.
  • Égypte: le 22 février 2017, deux chrétiens coptes, un père et son fils, sont tués dans le Sinai par des membres de l’État islamique. Le père a été abattu par balles tandis que son fils a été brûlé vif190.
  • Égypte: le 23 février 2017, un chrétien est tué et sa maison incendiée dans le Nord du Sinaï. Cette zone voit depuis quelques jours une recrudescence des attaques envers les Coptes, devenus la principale cible des membres de l’État islamique188.
  • Afghanistan: le 8 mars 2017, l’Etat Islamique revendique un attentat dans le plus grand hôpital militaire (Sardar Mohammad Daud Khan) de Kaboul. Le premier bilan fait état de plus de 30 morts et 50 blessés191.
  • Syrie: le 11 mars 2017, double attentat à Damas revendiqué par le groupe djihadiste Tahrir Al-Cham et tuant 74 pèlerins chiites192.
  • Somalie: le 13 mars 2017, attentat à la voiture piégée près d’un hôtel dans une rue très fréquentée de Mogadiscio, la capitale somalienne, tuant au moins cinq personnes et blessant 12 autres193.
  • Nigeria: le 15 mars 2017, attentat suicide à Maiduguri, 2 morts, plusieurs blessés194.
  • Syrie: le 15 mars 2017, double attentat suicide à Damas, une trentaine de morts195.
  • France: le 18 mars 2017, un homme s’empare de l’arme d’un militaire à Orly avant d’être abattu. Bien qu’il déclaré au moment de son geste vouloir « mourir par Allah »196 et signalé pour « radicalisation » lors d’un séjour en prison en 2011-2012, ses motivations restent floues (il ne souhaitait plus retourner en prison) et le lien avec le terrorisme islamiste non démontré197.
  • Royaume-Uni: le 22 mars 2017, un homme à bord d’une voiture fonce sur des passants sur le pont de Westminster à proximité du Parlement Britannique à Londres, avant de poignarder un policier à l’intérieur du Parlement Britannique. Bilan, 5 morts (dont le policier) et au moins 50 blessés, dont certains dans un état grave.L’attaque « terroriste » a lieu 1 an jour pour jour après les attentats de Bruxelles qui avaient fait 32 morts.198
  • Russie: le 3 avril 2017, attentat au métro de Saint-Pétersbourg par un homme d’origine Kirghize, 14 morts et une cinquantaine de blessés.
  • Suède: le 7 avril 2017, un camion fonce dans la foule dans une rue principale de Stockholm par un homme d’origine Ouzbeke (vers un centre commercial), faisant 4 morts et une quinzaine de blessés.
  • Dortmund, 3 bombes explosent avant une rencontre européenne, un footballeur blessé

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email




14 thoughts on “Attentats : osons désigner l’ennemi !

    1. Avatarmarre-du-PS

      Les autorités de Dortmund continuent à mettre en doute la piste islamique pour l’attentat contre le bus des footballeurs. Malgré l’impressionnante liste ci-dessus, chez nous on continue à prôner le vivre ensemble… Que faudra-t’il donc pour que les gens comprennent enfin le danger mortel que représente l’islam pour nos démocraties?

    2. pikachupikachu

      @Danielle Moulins

      En même temps, le propos de ce rabbin est le même que celui de Poutine vis-à-vis de l’islam en Russie : il bénéficie de la plus grande tolérance mais est en même temps complètement soumis aux autorités russes.
      Donc rien d’étonnant à lire de tels propos sous la plume d’un rabbin de Russie, il suit le discours officiel.
      Ce qui serait plus étonnant serait de lire un discours semblable chez des rabbins européens.

  1. AvatarChristian Jour

    Philippe Poutou, le bas du plafond qui veut l’immigration et enlever les contrôle de police veut aussi désarmer les policiers car tout le monde le sais c’est toujours la faute à la police si la délinquance est violente et si elle ne veut pas vivre avec les lois de la république car ces petit choux, ces chances pour la France ne peuvent pas deeler tranquille, ni voler, ni violer.
    http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/22/35003-20170322ARTFIG00153-philippe-poutou-veut-desarmer-la-police.php

  2. AvatarFomalo

    Comme le dit @gilles très bonne « piqûre de rappel ».
    Je transmets à mes relations.Merci Loïc Mansard. Cela dit je m’inquiète à l’avance des propos que va régurgiter le jésuite Fançois Bergoglio,grand précurseur de l’entropie socialo- communiste, en profitant de la fête de Pâques.. ..

  3. AvatarChristian Jour

    Voilà la nouvelle démocratie, ou comment dégueuler sa haine.

    Un groupe disant s’appeler « Combattre la xénophobie » a contacté l’AFP pour revendiquer la tentative d’incendie qui a frappé dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 avril le rez-de-chaussée de l’immeuble qui accueille le QG de campagne parisien de la candidate du Front national (FN) à la présidentielle 2017, Marine Le Pen. L’action a été menée, selon ce collectif, à l’aide de cocktails Molotov et à la mémoire d’un homme prénommé Loïc, « tabassé par des militants FN il y a dix ans ». L’interlocuteur a également déclaré auprès de l’agence de presse avoir mené une action similaire au siège du quotidien d’extrême droite Présent. « Ça va continuer tous les jours jusqu’aux élections », a ajouté l’interlocuteur, resté anonyme. Une source policière a précisé qu’une inscription « FN vs KLM  » avait été taguée à proximité de lieu du crime, sur la façade du bâtiment.

    La candidate à l’élection présidentielle 2017 suspecte plus généralement « les groupuscules d’extrême gauche » d’être à l’origine de la tentative d’incendie criminelle, accusant notamment le président de la République François Hollande de laxisme : « les groupes d’extrême gauche qui s’agitent en fin de campagne (…) agissent dans une impunité totale, depuis des mois, avec la complaisance du gouvernement », s’indigne-t-elle. « J’ai réclamé à plusieurs reprises, depuis des mois, la dissolution de ces groupuscules qui sont extrêmement violents », a-t-elle ajouté. Marine Le Pen affirme aussi avoir demandé au gouvernement une « surveillance statique » devant son QG de campagne, impliquant l’installation de barrières et d’un véhicule de police en veille, qui lui aurait été refusée.

    Al-Qaida, Etat islamique ? Des mouvements terroristes menaceraient aussi le Front national

    http://www.bfmtv.com/politique/tentative-d-incendie-au-qg-de-campagne-parisien-de-marine-le-pen-1141550.html

  4. MaximeMaxime

    J’ai failli écrire il y a quelques jours que la sphère médiatique habituelle préférait nous parler de la pisse de Delphine Batho plutôt que du danger terroriste, dont on ne parle pas assez (http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/03/31/31003-20170331ARTFIG00375-eric-delbecque-en-matiere-de-securite-rien-n-est-dit-durant-cette-campagne.php) et naturellement du statut de l’islam, pourtant au coeur de cette campagne.
    Mais l’affaire paraît assez sérieuse. Je suis étonné que Christine Tasin ne s’en soit pas emparée, car le thème me semble lui être cher ? De plus, cela pourrait éclabousser au passage l’Union européenne…
    http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/04/24/01008-20150424ARTFIG00413-l-union-europeenne-autorise-19-ogm-et-met-tout-le-monde-en-colere.php
    http://www.lepoint.fr/sante/du-glyphosate-detecte-en-grande-quantite-dans-l-urine-de-30-personnes-testees-06-04-2017-2117707_40.php

  5. AvatarXtemps

    Il faut toujours dénoncer les ennemis, on pactise pas avec des gens qui profèrent la haine et des appels aux meurtres chez soi, et sans penser qu’il y aurait mauvaises interprétations, sans réfléchir plus, dehors!.

  6. Avatarpatito

    vous avez raison de dire que le mot « terroriste  » est inadapté et je ne l’emploi jamais lui préférant « islamiste  »
    de même que je parle de « déserteur » là ou les merdias parlent de « migrant « 

Comments are closed.