L'ONU veut-elle renverser le Président de Gambie qui a dénoncé l'invasion de l'Europe et ses responsables ?

Le 4 décembre,  Sheriff Bojang, Ministre de l’information de la Gambie, a rendu public sa volonté  « de ne plus reconnaître la Cour Pénale Internationale, après que celle-ci eut rejeté son accusation de génocide contre les dirigeants des pays européens qui on failli « :
http://resistancerepublicaine.com/2016/12/13/des-journalistes-italiens-denoncent-les-strategies-dinvasion-de-leurope/
8 jours plus tard, des médiateurs de la CEDEAO ( voir ci-dessous ) se pointent en Gambie.
Existe-t-il un lien de cause à effet?? Les dernières élections ont-elles été truquées ou réellement le Président en place mérite un échec??

Le CEDEAO et l’ONU, veulent-ils museler par la force, en renversant le pouvoir en place de tous les pays africains qui dénoncent ou vont dénoncer les accords pris avec l’EU et l’ONU qui ont organisé une exploitation démographique criminelle à grande échelle??
Quelle suite a été donnée aux Évêques d’ Érythrée??

Tous comme les Italiens, je me réjouissais de voir progresser les accusations des pays africains contre l’Europe pour démontrer son entière responsabilité dans la mise en place de ce plan machiavélique et mortel, mais il nous faut déchanter….leurs pouvoirs sont gargantuesques et terrifiants…

**********
Il y a 4 heures
bbc.com 13.12.2016

Quatre chefs d’Etat africains sont arrivés en Gambie mardi pour une médiation en vue de convaincre Yahya Jammeh de céder le pouvoir dans la paix.

La délégation conduite par Ellen Jonhson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, est composée de plusieurs chefs d’Etat dont le Ghanéen John Dramani Mahama, le Nigerian Muhammadu Buhari et le Sierra Léonais Ernest Bai Koroma.
Elle tentera de convaincre Yahya Jammeh de remettre le pouvoir à Adama Barro, le vainqueur de la présidentielle du 1er Décembre.

La vice-présidente de la Gambie, Isatou Njie-Saidy, a rejoint la délégation à l’hôtel Ocean de Banjul.

Yahya Jammeh avait, dans un premier temps, accepté sa défaite mais a changé de position une semaine après appelant à de nouvelles élections.

L’ambassadeur de la Gambie aux Etats-Unis, Sheikh Omar Faye, a aussi appelé Yahya Jammeh a céder le pouvoir.

http://www.bbc.com/afrique/region-38300347

 87 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. « Jammeh doit quitter le pouvoir en janvier »
    Il y a 1 heure
    Le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a affirmé mercredi que le président gambien Yahya Jammeh devait Image copyrightAFP
    Image caption
    Le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a affirmé mercredi que le président gambien Yahya Jammeh devait « être prêt à céder le pouvoir » en janvier.
    Le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas, a affirmé mercredi que le président gambien Yahya Jammeh devait « être prêt à céder le pouvoir » en janvier.
    Et ce indépendamment de son recours juridique contre l’élection de l’opposant Adama Barrow.
    « L’opposition a remporté l’élection, qui a été juste », a affirmé le représentant spécial dans la région du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.
    Mardi quatre chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest ont tenté une médiation à Banjul pour convaincre M. Jammeh de reconnaître définitivement sa défaite à l’élection présidentielle et de céder le pouvoir.
    Le mandat de cinq ans de M. Jammeh expire le 19 janvier, a rappelé M. Ibn Chambas, ajoutant qu' »il devra être prêt à céder le pouvoir » à cette date.
    « Nous espérons que pendant cette période toutes ses actions seront conformes à la Constitution », a souligné le responsable de l’ONU.
    S’agissant du recours de M. Jammeh à la Cour, M. Ibn Chambas a assuré que les deux questions n’étaient pas liées.
    « Cette procédure juridique n’a rien à voir avec le terme de son mandat », fixé à janvier, a-t-il dit.

  2. Bonjour Peter Wardein,
    Le 9 décembre, un journal Italien (il giornale.it), faisait paraître un article intéressant sur « la stratégie de l’auto-invasion en Europe »
    Cet article révélait, entre autres :
     » Le 4 décembre 2016, l’Agence de presse ANSA, â informé que le Ministre de l’information de la Gambie, Monsieur Sheriff Bojang, a annoncé que son pays ne reconnaîtra plus l’autorité de la Cour Pénale internationale (CPI) devant l’échec de réaliser « les accusations de génocide des dirigeants des pays Européens » qui ont faillit dans la protection de nombreux jeunes migrants Africains morts dans leurs eaux et sur leurs plages. »
     » Déjà, le 11 juin 2014, dans une lettre pastorale, les Évêques d’Eythrée avaient dénoncés l’Europe, pour « exploitation démographique de jeunes Érythréens, abandonnant non seulement les ressources naturelles mais aussi la richesse humaine. Des milliers de jeunes, instruits ou avec un niveau intellectuel élevé, nous ont laissé, dans ce que nous pouvons qualifier de « fuites de cerveaux.
    Nous sommes terrifiés à la perspective d’un dépeuplement drastique du territoire.
    Nous devons courir pour réparer avec courage et créativité, pour retenir ceux qui ne sont pas encore partis et appeler ceux qui sont déjà partis.
    Nous sommes face à une stratégie d’auto-invasion de clandestins pour repeupler l’Europe qui est, non seulement pas bien pour les Européens qui sont destinés à disparaître, condamnant à mort notre civilisation laïque et libérale, de racines chrétiennes, mais cé n’est pas un bien non plus pour les pays du tiers-monde qui se retrouvent dépouillés de leurs meilleures ressources humaines.
    Il s’agit du crime historique le plus odieux, perpétré par quelques uns, à l’ensemble de l’humanité. »

  3. Français et.com
    L’euro est une erreur» : encore un prix Nobel déçu par la monnaie unique
    12 déc. 2016, 22:08
    Le prix Nobel 2016 d’économie ne trouve aucune grâce à la monnaie unique européenne. Et il le dit même sur un site de promotion de l’Union européenne : mal conçue dès le début, la monnaie unique ne peut survivre sans réformes.
    Selon le prix Nobel d’économie britannique Oliver Hart, l’Union européenne devrait s’engager d’urgence dans un processus de décentralisation et rétrocéder du pouvoir en matière de politique monétaire aux Etats membres. Bruxelles «est allé trop loin», a-t-il estimé sur le site internet Euractiv. Si l’Union européenne fait marche arrière, elle «pourrait survivre voire prospérer», avant d’ajouter : «Sinon, c’est la faillite.»
    A l’appui de son diagnostic, Oliver Hart, nobel d’économie 2016 en même temps que le Finlandais Bengt Holmstrom, fait valoir que les Etats européens ne sont pas «suffisamment homogènes» pour que l’Eurozone soit considérée comme une entité économique. Une politique monétaire unique ne peut donc satisfaire aux impératifs de chacun des pays. Selon l’économiste et professeur à l’université d’Harvard, qui rappelle qu’il n’a pas changé d’avis depuis la création même de l’euro, la monnaie unique est défectueuse depuis sa naissance et ne peut que s’effondrer, sauf à en changer radicalement la structure.
    Aussi, pour l’économiste, l’abandon de la monnaie unique «ne serait pas une mauvaise chose du tout», ajoutant que les Britanniques avaient été bien avisés de rester en dehors de l’euro.
    Lire aussi : Après avoir anticipé le Brexit, un investisseur britannique prédit une chute imminente de l’euro

  4. ces forces obscures qui impose, aux peuples du monde ,leurs uniques dictats ( et après on nous parles de démocratie )

  5. Des precisions par pitie! Je vois vaguement de quoi il peut s’agir parce que cela rejoint mes propres reflexions. Mais la plupart des lecreurs de ce blog ne doivent absolument rien saisir.
    Article complet en plusieurs volets SVP!

    • Qui peut se charger de répondre à la demande de Peter ? je suis prise toute la journée pour une affaire judiciaire de plus….

Les commentaires sont fermés.